AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aloysia R. Faust - Deux ans c'est très long à raconter...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité


MessageSujet: Aloysia R. Faust - Deux ans c'est très long à raconter...   Dim 5 Mai - 14:35




Once upon a time...



Aloysia ۞ Faust
Jusqu’à l’année dernière ma vie était on ne peut plus classique pour peu qu’on oubliait que je me transformais à chaque nuit de pleine lune en un loup blanc dans le bunker que ma tante avait fait construire dans le fond de son jardin de peur qu’une guerre mondiale n’éclate de nouveau. Parfois la paranoïa ça a du bon. En gros mes journées se bornaient à me lever, prendre mon petit déjeuner, débarrasser ma vaisselle, aller prendre mon douche, aller travailler durant mes heures de services voir davantage, rentrer chez moi, lire mes livres de médecine, réviser pour mes examens finaux et me coucher avec de temps en temps une sortie dans un bar pour assouvir ce qu’on peut appeler un besoin primaire. Mais j’aimais ma vie, c’était des sacrifices que j’étais prête à faire pour devenir celle que je voulais devenir, je devais juste tenir le temps de mes études et après je pourrai enfin m’intéresser davantage à la vie. Ce que j’ignorais c’est que le destin avait envie de faire bouger un peu cette vie tranquille que je m’étais forgée.

Rozen, ma sœur jumelle qui était partie à New-York pour faire carrière dans la danse, ce qu’elle réussit sans problème, a dû rentrer sur Mystic Falls en catastrophe après avoir fait la même bêtise que moi. Elle a tué quelqu’un par accident et à cause de cela, son gêne de loup-garou a été activée. Rester sur New-York était bien trop dangereux et elle est rentrée à Mystic Falls où elle a squatté un bon moment mon canapé. Cela me permettait de l’aider à contrôler cet aspect d’elle-même, après tout j’avais dix ans d’avance sur elle.

J’ai également fais la connaissance de Sawyer W. Blake, un pompier qui s’était blessé en sauvant des gens d’un feu. Dès qu’il avait ouvert les yeux à l’hôpital et qu’il m’avait vu il avait cru voir un ange et avait eu le coup de foudre pour moi. Dès sa sortie d’hôpital, il décida de me séduire, il était amoureux de moi et ferai tout pour que je le devienne aussi. Je dois avouer qu’il était mignon, il l’est toujours d’ailleurs mais j’y reviendrai. Il m’avoua très vite qu’il était un sorcier et je lui avouais également mon secret et aussi cette impression que j’avais d’être poursuivi par le fantôme de l’homme que j’avais tué par accident. Il ne s’est pas moqué, et il m’a même proposé de m’aider, de me protéger mais je ne pouvais pas lui dire oui. Je commençais réellement à m’attacher à lui et j’avais vraiment peur qu’il ne soit blessé par le fantôme. Je compris par la suite que ce n’était pas la seule raison qui m’empêchait d’aller totalement vers lui.

En effet, en parallèle de Sawyer, un autre patient commença à me suivre et me poursuivre. Daryl W. James. Chasseur de son état, il avait débarqué un soir à l’hôpital et avait hurlé sur toutes les infirmières à la recherche de quelqu’un de compétent pour se faire soigner et étant la seule à pouvoir le supporter et endurer son caractère de militaire bourru et impoli. Je l’ai soigné et apparemment mon calme et ma façon de le soigner lui a plu car il a débarqué trois jours plus tard directement chez moi pour se faire de nouveau soigner. Ce que j’ai fait et finalement il venait directement chez moi. Au bout de cinq ou six fois il s’est passé un truc bizarre. Il m’a embrassé…Je n’aurai sans doute pas dû le laisser faire, d’autant que Rozen l’a surpris et qu’elle n’a vraiment pas apprécié. De là tout s’est enchainé. Lui et moi nous nous sommes rapproché au point d’aller carrément jusqu’à coucher ensemble. Je crois que j’ai commencé à tomber amoureuse de lui mais le destin en a voulu autrement. Nous n’étions pas faits pour être ensemble, il n’était pas fait pour les relations amoureuses et moi j’avais besoin d’avoir quelqu’un sur qui je pouvais compter et sur qui m’appuyer. Quelqu’un ne me remettrait pas en doute.

« Nobody says it was easy... »



© Méphi.




Dernière édition par Aloysia R. Faust le Mer 8 Mai - 13:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Aloysia R. Faust - Deux ans c'est très long à raconter...   Lun 6 Mai - 16:41




And then destiny strikes....



Aloysia ۞ Faust
1ère année :


Après une dernière dispute avec Daryl, j’ai décidé de couper définitivement avec lui. Il venait de nouveau de se faire blesser, était dans un état pitoyable et alors qu’il me racontait ce qu’il s’était passé, je lui ai fait remarquer que c’était impossible. Il y avait des choses dans sa journée qui n’étaient pas logiques, par exemple il ne se souvenait pas que le matin même nous nous étions vu. Il a rejeté en bloc mes objections et je crois que ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. J’avais toujours été honnête avec lui et pourtant il mettait mes dires en doutes, en plus de son côté bourru qui finalement m’avait fait réaliser que nous n’attendions clairement pas la même chose, je crois que j’ai fini par claquer la porte pour de bon. Deux jours plus tard il disparaissait sans laisser de traces avec ses deux acolytes.

Quelques semaines plus tard je finis par céder à Sawyer qui était sans doute l’homme parfait. Il l’est toujours à quelques détails près bien entendu. Ce fut assez dur pour l’un comme pour l’autre au début car le fantôme de Daryl continuait d’être présent et Rozen ne laisserait jamais personne m’avoir facilement. Entre elle et Sawyer c’était assez dynamique, mais beaucoup moins qu’avec Daryl. Je sais que Sawyer s’amuse de la maladresse de ma sœur en utilisant ses pouvoirs contre elle pour accentuer ce détail mais à force de remontrances contre lui il a commencé à arrêter. Finalement on a fini par être un couple tous les deux. Tout allait pour le mieux, enfin c’est ce que je pensais car environ un an après le départ de Daryl, alors que je rentrais d’un week-end de symposium j’eu un très grave accident de voiture dans lequel j’aurai pu rester. Ma voiture, je l’avoue n’était qu’un vieux tas de boue qui survivait on ne savait pas comment, je devais récupérer la nouvelle voiture une semaine après, si ce n’est pas ironique… Je n’ai pas compris ce qu’il s’est passé réellement, j’étais en pente et j’ai voulu freiner mais, rien ne se passais, je frenais dans le vide et la voiture continuais de prendre de la vitesse. En bas de la côte j’eu le réflexe de laisser la voiture continuer de rouler sur le plat pour qu’elle perde de la vitesse malheureusement, elle allait bien trop vite et pour éviter la voiture devant moi j’ai dû faire un écart à droite et l’arbre qui se trouvait là dit bonjour à la voiture. Cette dernière se crasha contre si violemment que le tableau de bord se brisa et qu’il me perfora le ventre. La voiture devant moi, ayant vu l’accident, appela les secours et je fus secouru à temps. J’ignorai juste que cet accident allait changer radicalement la suite de ma vie.

2ème année :

Je suis resté à l’hôpital pendant près d’un mois, un long mois durant lequel Sawyer et Rozen venaient me rendre visite autant que possible et à voir ma sœur commencer à changer. Elle a décidé de quitter celle qu’elle aimait sans raison valable pour ce mettre en couple avec ce type horrible, ce Dante, je ne l’aime pas, je ne l’ai jamais aimé et je ne l’aimerai jamais. Il a toujours la même odeur que l’homme avec qui notre mère trompait notre père. Je me méfie de cet homme. En plus de se mettre en couple, il l’a emmené avec lui à New-York et je ne la vois plus que les week-ends. Sawyer aurait aimé qu’on en profite pour vivre ensemble mais je ne peux pas, je ne suis pas encore prête à vivre pour de bon avec lui. Comme je l’ai déjà dit plus tôt, le spectre de mes sentiments pour Daryl sont toujours là. Même si je ne l’ai plus jamais revu depuis notre dispute. A la sortie de l’hôpital j’ai repris ma vie, mes activités, tout en m’assurant de pouvoir avoir un maximum de week-end de libre afin de les passer avec ma sœur jumelle. Sawyer a interdiction de venir durant ces deux jours et même s’il avait du mal à le comprendre au début, il a fini par l’accepter.

Je pensais que j’arriverai à oublier mon accident jusqu’à ce que trois mois après ce dernier, inquiète de ne plus avoir mes règles je suis allée voir mon médecin. Après quelques examens il m’a annoncé quelque chose de grave à mes yeux. Je ne pourrais plus jamais être mère. L’accident a été beaucoup plus grave qu’il n’y paraissait et la paroi de mon utérus fut déchirée, et bien que cicatrisée désormais, cela eut un impact définitif sur ma possibilité d’engendrer. Le choc fut particulièrement difficile à encaisser, je sais que je voulais terminer mes études avant de songer à cela mais l’idée de ne plus avoir d’enfant m’a fait sombrer quelques temps dans une déprime. Heureusement que ma sœur et mes amis étaient là pour moi. Sawyer aussi bien entendu, sauf qu’en ce qui le concerne, plutôt que de me soutenir et d’essayer de comprendre ce que je pouvais ressentir, cela fait bientôt six mois qu’il cherche tous les moyens pour qu’on finisse par devenir parents un jour. Adoption, mère porteuse…absolument tout y est passé, et tout y passe encore. Je l’aime mais il commence sincèrement à me taper sur les nerfs.


« Nobody knows how it hurts »



© Méphi.




Dernière édition par Aloysia R. Faust le Mer 8 Mai - 20:14, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Aloysia R. Faust - Deux ans c'est très long à raconter...   Lun 6 Mai - 16:43




And a new story begins....



Aloysia ۞ Faust
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla

« Citation. »



© Méphi.




Dernière édition par Aloysia R. Faust le Lun 6 Mai - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Aloysia R. Faust - Deux ans c'est très long à raconter...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aloysia R. Faust - Deux ans c'est très long à raconter...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un combat long....très long !!
» Offre UFA et RFA pour les très long contrats NHL
» Motocross de Moircy puis un très très long hiver ...
» Un petit air de guitare rien que pour moi ![FINI] Très long XD
» Pour toujours, c'est un temps très, très long, et le temps a une façon bien à lui de changer les choses...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: SAISON UNE :: autres-