AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Home wasn't built in a day ♢ Elijah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

sorciers
avatar

morsures : 7519
inscrit(e) le : 20/07/2013
célébrité : jennifer lawrence
crédits : tumblr & bazzart & BLASPHEMY

MessageSujet: Home wasn't built in a day ♢ Elijah    Sam 19 Mar - 22:31



Home wasn't built in a day  





« Jillian, vous devez arrêter ». Les mots de son médecin, alors qu'en sortant de l’hôpital, la demoiselle était rentrée, elle repensa à ses mots. La respiration forte, tandis que son corps avançait à vive allure, les cheveux blonds attachés, le soleil venait frapper son visage. Il était difficile de juger de l'heure, et la demoiselle avait glissé son téléphone dans son soutien-gorge pour courir – sexy après tout. Le short, les chaussures, elle fixait droit devant, son corps qui avançait, parce qu'elle ne pouvait et le voulait encore plus. Le soleil cognait, mais déterminée, elle traçait son chemin. « Ma chérie, tu es sûre que tu vas bien ? ». La voix de sa mère lui revenait en tête, tandis que son père refusait catégoriquement de lui parler lorsqu'elle appelait ses proches, et surtout pour entendre la voix de son petit frère. La blonde perdait son souffle en ressassant ces mots, mais elle avait toujours ce regard déterminé, ce visage sûr tandis qu'elle traversait les chemins sans prêter attention à ceux qui croisaient son regard. La sorcière avait ce besoin de respirer, ce besoin de s'évader et lorsqu'elle ne pouvait se résoudre à se rendre dans le studio de danse lors des horaires tardives. Pas une seule fois, quelqu'un avait réussi à faire cesser de faire tourner le monde de la demoiselle, et il était hors de question qu'une maladie le fasse. Cela ne se lisait pas, cela se distinguait pour ceux qui avaient l'oeil lorsqu'elle était au repos – ce qui expliquait son besoin maladif de toujours s'occuper les mains.  Une dernière phrase revint à la mémoire d'Espérance, une qui venait de son frère. « Quand je serais grand, je te soignerai ». Ce fut cette dernière phrase qui décocha un immense sourire à la demoiselle, ralentissant le rythme brutalement, pour se laisser tomber, le cul, puis le corps entier contre l'herbe en retirant un écouteur de ses oreilles pour par la suite extirper son téléphone de sa cachette et observer une photo d'elle et du cadet de la famille. Bêtement, elle afficha un sourire en fermant les yeux, sous le soleil tapant de la journée.

Une minute, puis deux passèrent, avant d'entendre des conversations qui semblaient se mêler avant de brutalement intercepter une conversation entre deux individus, un homme et une femme. Roulant sur elle-même pour observer un duo, pas très aimable, en train de parler. Ils évoquaient des sujets vagues, mais assez rapidement, ce fut le prénom d'Elijah qui sembla ressortir, et l'association de vampire laissait supposer qu'il était question de l'originel. Tout le monde avait peur des originels, ou presque. Jillian était assez conne pour s'en moquer, ou tout simplement assez humaine pour donner une chance à tout le monde. L'originel semblait traîner dans le coin, cela inquiétait vaguement la population raciste de la ville, ou alors ces individus atteints de vampirophobie. La première fois que ce mot fut prononcé en présence de la demoiselle, elle explosa dans un fou rire, mais au fil des années, cela avait fini par s'imposer dans la population : la peur du vampire. Là n'était pas le sujet, mais les individus semblaient parler d'une construction, comme si Elijah allait bâtir un autel sacrificiel en plein parc… bien évidemment en plus d'être vieux il était abrutis. La blonde vint alors à pleinement se redresser, ranger son téléphone et enfoncer son second écouteur dans son oreille, pour reprendre sa course un peu plus profond dans le parc : réponse à sa curiosité, qui elle, était maladive. Cela ne tarda pas, il aura suffi de dix minutes pour tomber sur la construction en question. La blonde s'avança alors, lentement, frôlant de tomber en fait, pour se retrouver dos à la maison en rattrapage catastrophe. Observant alors avec un sourire le paysage et le soleil qui se couchait, en oubliant totalement la raison de sa venue : elle avait l'heure.





© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

originels
avatar

morsures : 10659
inscrit(e) le : 24/07/2012
célébrité : daniel gillies
crédits : tag

MessageSujet: Re: Home wasn't built in a day ♢ Elijah    Mer 30 Mar - 21:13

Besoin de projet. Ma vie était devenue routinière et ennuyante. J’en arrivais même à regretter les intrigues psychopathe de mon frère. Non plus sérieusement, depuis la découverte des vampires et surtout maintenant depuis l’instauration de la paix, je constatais comme quoi cela prenait beaucoup de temps de cacher nos existences. Mais aujourd’hui et après un millier d’année, je m’ennuyais dans ma vie. Bien entendu, j’étais toujours heureux de pouvoir m’occuper de ma famille et j’étais d’autant plus heureux de revoir Freya dans son corps d’origine. Néanmoins, nous n’étions pas totalement réunie puisque Rebekah manquait toujours à l’appelle ? Pourquoi ressentait-elle le besoin de continuer à voyager loin de nous alors que tout était apaisé. La naissance d’Hope avait énormément changé Klaus dans le temps. Il ne se battait plus contre l’amour de sa famille et c’était un grand pas pour lui. Quoi qu’il en soit, pour m’échapper de ce quotidien égayé uniquement par ma visite au cinéma hebdomadaire et mes discussion avec la belle Jillian, j’avais entrepris un projet que je n’avais jamais eu le temps de réaliser jusqu’à présent. Une maison construite de mes mains. J’avais acheté un grand terrain au bord du lac, il y a plusieurs années de cela, au moment de l’arrivée des sorcières mortes. Pourquoi j’avais fait cela ? Je n’en avais pas la moindre idée mais j’avais pris la décision d’écouter mon instinct.

Et voilà à présent trois mois que je passais mon temps libre à construire seul cette maison. Cela avançait relativement vite. Il faut dire qu’avec ma force et ma rapidité ce n’était pas bien compliqué, surtout que le bois était un matériau facile à travailler. Bien entendu tout restait relativement brut, les finitions prendraient du temps. Mais je n’étais pas pressé. Pour l’heure, une belle maison avait pris place au bord du lac. Le toit était quasiment terminé d’être installé, mais les fenêtres n’étaient pas encore là. Néanmoins, des mures de vieille pierres trouvaient une place à divers endroit de la maison. Aujourd’hui, je m’attelais à la terrasse faisant face au lac. J’aimais le défoulement que me procurait la construction de cette maison. Je ne savais même pas si j’allais un jour vivre dans cette maison. Après plusieurs heures de travail au soleil, j’avais décidé de retirer mon T-shirt pour aller plonger dans l’eau et me rafraichir. Et oui, je portais un T-shirt, il fallait dire que c’était tout de même plus pratique pour bricoler plutôt que de prendre une chemise. Quoi qu’il en soit, je profitais de la fraicheur de l’eau comme un réel réconfort. J’aimais ce genre de sensation. Je ne vis pas le temps passer mais je sorti de ma détente en entendant quelqu’un s’approcher. L’odeur que dégageait cette personne m’était familière. Sortant de l’eau afin de m’approcher, je compris à qui appartenait cette odeur. Jillian. Cela me fit sourire doucement. Je pris mon T-shirt que j’enfilais rapidement afin d’aller à sa rencontre. Je n’aimais pas apparaître aussi négligé devant des personnes mais le T-shirt valait mieux que le torse nu. Rabattant mes cheveux en arrière, je la regardais de dos. « Bonjour Jillian. »


On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. ♡ fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

sorciers
avatar

morsures : 7519
inscrit(e) le : 20/07/2013
célébrité : jennifer lawrence
crédits : tumblr & bazzart & BLASPHEMY

MessageSujet: Re: Home wasn't built in a day ♢ Elijah    Mer 30 Mar - 22:18



Home wasn't built in a day  





Que fallait-il pour combler une vie ? L'amour sincère d'un être de chair, selon la croyance américaine. La blonde n'y croyait pas, elle ne cessait de se dire que cette histoire n'était qu'une connerie douce, une sorte de blague que tout le monde répétait pour se persuader que la vie avait un sens : cette dernière en avait un pour ceux qui ouvraient les yeux de manière réaliste, et non en se voilant la face comme une enfant de deux ans. La demoiselle n'écrivait pas sa vie, et elle ne marquerait jamais le monde de son empreinte, elle n'avait ni l'envie ni la carrure pour le faire. L'idée presque vitale, que la mort, était la fin de tout. L'homme avait rompu cette idée, en créant le vampirisme, pouvant subir la souffrance des siècles. Qui avait envie de cela ? Qui avait de souffrir pour l'éternité ? D'observer le monde se détruire et de rester simple spectateur de cet enfer que vivait le genre humain . Personne, sauf les égoïstes qui n'avaient peur de la mort. La beauté éternelle avec le prix du naturel. La jeunesse éternelle perdait la joie de connaître les stades d'une évolution, et de porter dans ses bras le fruit d'une nouvelle génération. La vie, n'avait plus ce plaisir simple d'un morceau de chocolat ou même d'un film dans un cinéma. Le monde se voulait dévorant, bouffant sa propre joie pour ne laisser que le plaisir vicieux aux autres. La demoiselle, croyait toujours que tout le monde avait un bon cœur. Néanmoins, cela ne signifiait pas pour autant qu'elle irait briser son cycle de vie pour se sentir mieux. Elle préférait, connaître la souffrance, être la faible humaine ou la minable petite sorcière, ridée et fragilisée par le poids de la maladie, que celui qui ne connaîtrait plus jamais le plaisir d'un sourire. Il en fallait plus, et Jillian Hale, n'entrait pas dans la catégorie des plus, et cela lui offrait cette joie à chaque moment.

Cela expliquait, cette tenue de sport, ce moment d'égarement dans les bois suite à quelques paroles, qui se révélèrent véridiques : la voix d'Elijah se fit entendre dans son dos. Déclenchant un léger cri à la blonde qui se retourna d'un sursaut en le pointant du doigt alors qu'il la saluait amicalement. « Je savais que c'était toi, évidemment. » Il fallait donner bonne impression, et elle laissa néanmoins échapper un léger sourire face à sa remarque et lui rendit son bonjour d'un petit geste de la main. Secouant également positivement la tête avec un regard interrogateur. « Tu as changé un truc nan ? » Mimant des gestes en direction du torse pour démontrer qu'elle cherchait avant d'afficher un  sourire faussement heureux en ayant trouver la réponse. « Les cheveux, le petit côté humide et tout, ça change tout ». Non, elle n'était pas blonde au point de louper le fait qu'il était en t-shirt, mais après tout, il était libre de s'habiller comme il voulait, et ses costards étaient toute une histoire – superbe jeux de mots se dirait-elle sans doute. La sorcière croisa alors les bras en s'approchant. « Il paraît qu'un originel construit une cabane, genre un peu igloo tu vois, donc je me disais que peut-être tu aurais croisé cet originel, déguisé en pingouin sans aucun doute ». La demoiselle s'approcha suffisamment près d'Elijah pour lui tapoter l'épaule l'air un peu absent en haussant les épaules. « Tu sais la banquise ça fond vite, c'est difficile le réchauffement climatique. » Laissant échapper un sourire en poursuivant sa marche pour faire le tour de la construction.





© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

originels
avatar

morsures : 10659
inscrit(e) le : 24/07/2012
célébrité : daniel gillies
crédits : tag

MessageSujet: Re: Home wasn't built in a day ♢ Elijah    Jeu 14 Avr - 12:52

Certaines personnes pensent que la vie éternelle est un cadeau. Le nombre d’humain fasciné par le vampirisme était sans doute aussi important que les personnes totalement terrorisées par nous. Mais c’était une erreur. C’était une erreur de vouloir devenir un vampire pour la vie éternelle. Bien entendu, c’est excitant au départ, c’est toujours excitant la nouveauté mais rapidement on se rend bien compte que c’est plus une malédiction qu’une chance. Il y avait quelque chose de difficile d’être témoin de l’histoire de ne pas pouvoir vieillir en même temps que les personnes que nous aimons. Non, ce n’était pas une chose facile tous les jours et il fallait réellement avoir une force de caractère pour réussir à ne pas devenir fou. D’autant plus pour les originels. Ma famille n’était pas la meilleure mais nous nous soutenions dans l’adversité. Et même si je ne reconnaître jamais à autre voix, les périodes de sommeil n’était pas si désagréable, cela offrait une sorte de break. Mais encore fallait il choisir cette période de break et non la subir sous la colère ridicule d’un frère.

Encore humide en raison de ma petite baignade, je faisais face à la jeune femme. Elle m’avait donc reconnu. Jillian semblait être une femme très intuitive faisant confiance à son instinct. C’était une chose rare aujourd’hui et j’aimais ce genre de qualité. Elle remarqua mon changement de tenu et s’amusa quelques instants de ma façon habituelle de me vêtir. Je savais qu’elle savait que j’étais un originel mais elle n’en avait jamais fait explicitement mention comme cette fois-ci. C’est ce que j’appréciais dans ma relation avec Jillian, le fait d’avoir la sensation d’un juste un homme et pas un originel qu’il fallait fuir. Bon bien entendu, on ne me fuyait pas comme la peste mais on me craignait, je le voyais, je le sentais. D’une certaine manière, c’était relativement pénible car je n’étais pas le genre de personne à sauter à la gorge de tout le monde à la moindre contrariété. Je n’étais pas Klaus. Je savais que je pouvais me montrer sadique mais je n’aimais pas cette part de ma personnalité et je préférais ainsi la cacher derrière mes vêtements.

Est-ce que je me sentais vulnérable face à la jeune femme sans mon costume. Je devais l’avouer, c’était un peu le cas, mais je n’étais pas du genre à me démonter aussi facilement. « Une cabane ? » dis-je en haussant les sourcils. « Qu’en pensez-vous ? » Je fis un geste de la main afin que la jeune femme se tourne pour regarder ma construction. « Je sais qu’il y a encore beaucoup de travail. » Je ne pu m’empêcher d’ajouter cette remarque. Il faut dire que ma maniaquerie était légendaire. Je n’aimais pas montrer quelque chose d’inabouti mais j’étais curieuse de connaître l’avis de la jeune femme sur l’état de cabane. Car même si rien n’était fini, encore moins l’intérieur, il y avait tout de même une construction. J’étais assez contente de mon travail. Après tout, je n’étais pas un spécialiste de la construction.


On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. ♡ fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

sorciers
avatar

morsures : 7519
inscrit(e) le : 20/07/2013
célébrité : jennifer lawrence
crédits : tumblr & bazzart & BLASPHEMY

MessageSujet: Re: Home wasn't built in a day ♢ Elijah    Sam 16 Avr - 20:27



Home wasn't built in a day  





Il fallait 100 cerveaux, pour comprendre celui d'un prodige, disait un dicton que la demoiselle venait d'imaginer – simplement pour coller au cliché. Mais combien de cerveaux étaient nécessaires pour comprendre la logique interne d'une blonde comme Jillian Hale ? Il était certainement nécessaire d'investir dans le double. Le cerveau de la miss faisait des tours, encore et toujours comme une toupie. Tout le monde disait qu'elle parlait trop, et pensait peu, ou alors qu'elle pensait trop et que donc elle parlait encore plus par la suite. Le silence n'était pas l'ami de la demoiselle, ce dernier avait tendance à peser lourd sur son petit coeur, elle préférait donc se contenter de ce dernier lorsqu'elle dormait – et encore elle avait toujours des écouteurs pour s'endormir paisiblement et ne pas supporter le silence ou les grincements du manoir qui lui faisait office de maison. La demoiselle ne connaissait pas véritablement le besoin, bien que devant subvenir à ses besoins, ses parents étaient des stressés qui envoyaient toujours plus que nécessaire, à une jeune femme n'ayant pas encore un quart de siècle, pour vivre. Elijah était sans doute de ces gens qui utilisaient le mot « anticonstitutionnellement » naturellement dans une phrase, pour obtenir une réponse comprenait des mots du même calibre. Jillian n'avait sans doute pas les manières adaptées, ni même le langage nécessaire lorsqu'il était question de bonnes manières malgré sa politesse qui en devenait purement maladive avec le temps. Elijah, portait cet air sur lui, même sans sa cravate : il pourrait porter un costume de crevette qu'il aurait toujours un regard qui en disait long sur ses idéaux. Nombreux considéraient que l'apparence était le seul acteur, et bien qu'il était plus que primaire, la demoiselle voyait plus dans le regard d'un inconnu que dans le costume d'un ami. Cela révélait bien des choses dans les deux cas, mais la beauté d'un regard, la simple touche de maquillage ou l'absence de cette dernière, révélait la réalité.

Elijah sembla ne pas tenir compte des remarques instinctives de la jeune femme – tant mieux. La demoiselle esquissa un grand sourire lorsqu'il évoqua « une cabane », il fallait bien avouée qu'Elijah n'avait pas la tête d'un survivant et encore moins d'un homme primitif qui aimait dormir sur du bois. Le mythe du cercueil était ridicule, la blonde ne comprenait pas la passion du siècle dernier pour le cercueil faisant office de lit. La sorcière ne comprenait pas, et ne voulait pas, comprendre cette idée totalement stupide. La blonde détourna le regard vers la maison, comme lui proposait l'originel de manière franche. Cela faisait plaisir de parler à un vieux millénaire, enfin pas « vieux », mais c'était sympathique. La demoiselle détourna néanmoins les yeux vers le vampire lorsqu'il prononça le « vous », en effet la sorcière ne supportait pas le vouvoiement, sans réellement comprendre pourquoi, mais cela lui était insupportable. Elijah avait un style de langage, très formel, mais cela était parfois agréable de ne pas entendre des massacres de la langue. La dernière remarque fit rire Jillian. « Je pense que le vous, me donne un air mature, presque. » La blonde fit un pas vers la maison avec le sourire en resserrant sa queue de cheval en sueur. « Je pense que c'est pas mal, ça manque un peu de décoration, mais avec des fleurs ça sera parfait. » La sorcière esquissa un rictus avant de prendre le pas sur la proposition et de se glisser au sein de la construction en quelques pas. « Une maison de campagne, c'est plutôt drôle quand tout le monde rêverait d'habiter le manoir de ta famille. J'aime bien. ». Aucune critique, simplement un avis qui n'avait pour valeur que la passion malsaine des gens pour les vampires et particulièrement cette famille.





© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

originels
avatar

morsures : 10659
inscrit(e) le : 24/07/2012
célébrité : daniel gillies
crédits : tag

MessageSujet: Re: Home wasn't built in a day ♢ Elijah    Sam 30 Avr - 21:11

Le silence… le silence était une chose qui terrifiait le genre humain. Une angoisse se déclenchant chez eux. C’est pourquoi l’être humain a toujours ressenti le besoin de chanter, de faire la musique. La musique est un élément social très important, au cœur de rituel très élaboré. J’avais moi-même été un joueur de luth lorsque j’étais humain, j’aimais chanter, j’aimais danser même. Mais toutes ses habitudes si fondamentales disparurent à ma transformation. La moindre respiration me semblait être une torture. L’ultra sensibilité des vampires n’était pas un cadeau. Et à présent, le silence était pour moi une chose salvatrice, une sorte de graal que jamais je ne pourrais attendre. Alors je partais à la recherche de la bonne écoute. J’entendais parfois dans les journaux télévisés la notion de pollution sonore. C’était bien un euphémisme. Le monde moderne était devenue une telle agression pour mes oreilles que je cherchais toujours un retour au source. Je préférais largement entendre une rivière coulée plutôt que les voitures brûler le bitume. Je préférais de loin entendre le chant des oiseaux plutôt que le speed métal du livreur de journaux.

J’avais trouvé cet endroit pour construire ma « cabane ». Au bord du lac, elle était totalement isolée des autres maisons bordant ce dernier et ma réputation de vampire originel suffisait à décourager qui que ce soit de marcher trop prêt d’ici. Enfin, pas tout le monde de toute évidence puisque Jillian se trouvait face à moi. Et autant être honnête, cela ne me déplaisait clairement pas de voir la belle blonde. J’aimais mes discussions avec elle, j’avais envie de la connaître, d’en apprendre plus sur elle même si je continuais de m’imposer le vouvoiement comme une barrière imaginaire. Restez à savoir à qui elle était destinée. Le protocole, l’ordre, l’ultra organisation, la tenue tirée à quatre épingles, cela était une exigence qui m’était apparu naturellement comme barrière de protection. Je ressentais toujours ce besoin de me protéger car je savais à quel point c’était difficile de souffrir. Par habitude, j’avais appris à repousser tout le monde non seulement pour protéger les fous voulant s’approcher trop prêt de moi mais aussi pour me protéger moi-même. Le prix à payer était bien entendu la solitude, mais j’étais prêt à payer ce prix là.

J’entendis la jeune femme reprendre le vous et j’eu un mouvement de tête. Mes mauvaises habitudes l’avaient peut être vexé ? Je n’en savais rien. Mais pour l’heure, je me sentais déjà suffisant vulnérable avec mon T-shirt entrain de séché. « C’est une mauvaise habitude chez moi, je m’excuse. » Je ne m’excusais pas souvent, c’était clair surtout pour des choses aussi futile. Haussant les épaules, je poursuivais : « C’est pour moi une façon de montrer mon respect. Mais je vais essayer de faire attention. » Et c’était une chose vraie. Pour moi, je vouvoyais lorsque je possédais un profond respect pour une personne. Autant dire que si je tutoie c’est que vous êtes soit de la famille soit un moins que rien. Jillian répondit finalement à ma question. Elle aimait malgré un défaut de décoration. L’ouvrage était loin d’en être au stade de la décoration, c’était une certitude. « Je compte sur… toi… pour m’apporter des fleurs dans ce cas. » J’eu un léger sourire après avoir volontairement appuyé sur le tutoiement. Elle préférait le tu et je comptais lui faire plaisir à ce point en faisant des efforts. Sa remarque suivante me fit hocher la tête.

« Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi. Il ne fait pas très bon vivre là bas. » Pour ma part, je n’aimais pas cette maison courant d’air. Je m’approchais de la jeune femme pour me retrouver clairement à sa hauteur avant de regarder par dessus elle, dans le vide. « C’est une maison toujours vide. Elle me donne un sentiment de solitude que je n’aime pas. » Je me mordis intérieurement la lèvre pour ne pas ajouter que je connaissais déjà suffisant de solitude. Et puis cette maison avait le malheur de me rappeler mes débuts amoureux avec Elena. Ce manoir avait été le témoin d’énormément de chose. Prenant une grande inspiration, je continuais mon chemin en contournant la jeune femme puis je commençais à monter les quelques marches de la terrasse. « Tu veux voir la vue du salon ? » lui demandais-je en me retournant pour la regarder.


On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. ♡ fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Home wasn't built in a day ♢ Elijah    

Revenir en haut Aller en bas
 
Home wasn't built in a day ♢ Elijah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» † Carry me home tonight.
» (discussion) Ocean Home

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: L'EXTÉRIEUR DE LA VILLE :: LE LAC-