AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 phoebe + more than just survival, this is my revival

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

avatar
Invité


MessageSujet: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 14:33

Phoebe Briséis Morgenstern



NOM : Morgenstern. Un nom commun qu'elle porte sans fierté ni dégoût. Elle l'a maudit pendant de longues années avant une libération tant espérée.PRÉNOMS: Elle se faisait autrefois appeler Kendra mais cela n'est plus qu'un mauvais et lointain souvenir d'une vie qu'elle a préféré enterrer. Aujourd'hui elle se fait connaître sous le nom de Phoebe. Elle a cependant gardé son deuxième prénom intact: Briséis.ÂGE : Jeune femme de vingt-et-un ans pour l'éternité, elle en a réellement vingt-quatre bien que les gens ont toujours eu tendance à gonfler le chiffre au jugé.MÉTIER / ÉTUDE : Sans travail pour le moment, trop occupée à découvrir la vérité sur ses origines.SITUATION FINANCIÈRE : Elle ne vit pas au-dessus de ses moyens mais ne manque de rien, sa fortune étant relativement aisée.SITUATION CIVILE : Célibataire qui ne saurait donner une quelconque définition au mot "amour", le seul qu'elle n'ait jamais ressenti ayant été une passion, une dépendance dévastatrice pour son frère. Joueuse et obsédée par sa liberté, elle ne se laissera jamais mettre une corde autour du cou -ou un anneau autour d'un doigt, en l'occurence- ORIENTATION SEXUELLE : Elle n'a jamais eu d'aventures qu'avec des hommes mais elle s'avère assez curieuse quant aux possibilités qu'elle n'a pas encore explorées. Elle n'aime pas un sexe spécifique mais une essence. GROUPE : Children of the night.CÉLÉBRITÉ : Holland Roden.





What about you ?
What about supernatural ?
Behind the screen




Parle-moi de ton personnage, son caractère, ses petites habitudes, ses capacités, même ce qu'il mange le matin au petit déjeuné !
méfiante, elle n'a jamais accordée sa confiance qu'à une personne : son frère - têtue, inutile de tenter de la faire changer d'avis ou de la raisonner car c'est peine perdue - ambitieuse et determinée, lorsqu'elle veut quelque chose elle l'obtient, d'une façon ou d'une autre elle arrive toujours à ses fins - beaucoup trop curieuse, elle a tendance à se mêler de ce qui ne la regarde pas bien qu'elle porte peu d'intêret aux autres.. lorsqu'ils n'ont rien à lui offrir en échange - manipulatrice, elle pourrait vous faire croire tout et n'importe quoi, elle n'a d'ailleurs jamais hésité à s'en servir dans sa vie d'humaine - possessive, tant en amour qu'en amitié elle craint l'abandon et le remplacement ce qui la fait parfois réagir de façon excessive avec ses proches - séductrice, elle aime le jeu des corps qui s'approchent, des coeurs qui s'emballent, le plaisir de la chair.. c'est plus fort qu'elle, les relations sérieuses et monogames  très peu pour elle - drôle et sarcastique, elle a toujours une blague aux coins des lèvres.. Parfois voire souvent aux dépends de son interlocuteur d'ailleurs - extravertie, elle n'a aucun mal à aller vers les autres, aime sortir, s'amuser, avec elle on ne s'ennuie jamais - rancunière, prenez-vous en à elle et elle vous le rendra multiplié par dix, prenez-vous en à quelqu'un qu'elle aime et vous signez votre arrêt de mort; elle pardonne très difficilement, mais n'oublie jamais - angoissée à tendances fatalistes, pour en arriver ici elle s'est faite passer pour morte aux yeux de sa famille et de sa ville natale, elle craint toujours que le secret soit découvert et qu'elle soit contrainte de retrouver son ancienne vie tant détestée - attentive et loyale, lorsqu'elle tient à quelqu'un elle ne le fait pas à moitié, cette personne pourra compter sur elle en toutes circonstances - secrète, elle parle très peu voire jamais de sa vie d'avant et de celle qu'elle était avant de ne s'épanouir; elle n'est pas du genre à se confier sur ses problèmes et ses craintes car pour elle c'est se montrer faible - ne manque pas d'imagination, elle a toujours des idées et des plans farfelu(e)s ou sophistiqués - délicate elle sait faire preuve de tact, de classe et d'empathie dans les situations qui l'exigent ainsi qu'avec les bonnes personnes - sportive, elle s'entretient en courant mais aussi en pratiquant l'auto défense et autres sports de combats car elle sait qu'être rapide et avoir une force surhumaine ne fait pas tout surtout dans un corps à corps avec un alter égo - adore la nourriture italienne, elle pourrait manger des lasagnes et des pâtes à tous les repas au point de s'en faire exploser l'estomac - préfère la compagnie des hommes à celle des femmes en général non pas pour des raisons sexuelles mais parce qu'elle les trouve plus amusants, plus vrais et beaucoup moins emmerdeurs - n'aime pas les sports collectifs, faire partie d'une équipe c'est pas trop son truc n'aimant pas les règles et les hiérarchies, elle préfère se la jouer solo - amoureuse des bêtes, son côté superficiel ne le laisserait pas penser aux premiers abords mais elle adore les animaux et n'hésiterait pas à en adopter un crasseux qui traîne seul au bord de la route - adepte des sensations fortes, l'adrénaline, elle ne jure que par ça; les sauts à l’élastique, la vitesse, la hauteur elle adore - aucune croyance religieuse, elle n'y a d'ailleurs jamais vraiment cru et n'y portait pas vraiment d'importance jusqu'au jour où sa vie lui a fait haïr purement et simplement les religion; c'est un sujet qu'il ne vaut mieux pas aborder avec elle car elle risque de disjoncter assez rapidement - sujette à la dépravation, la danse, les boîtes de nuit, l'alcool.. Vous la croiserez sans doute assez souvent dans ce contexte - son frère est sa drogue, séparés et désunis depuis si longtemps et pourtant elle continue de penser à lui à longueur de journée; tout et n'importe quoi peut lui rappeler Ezeckiel et la plonger immédiatement dans une mélancolie des plus douloureuses et dévastatrices - tics et tocs, elle a certaines manies et exigences dont elle ne peut se passer malgré toutes ses tentatives et sa bonne volonté; par exemple avant de se coucher elle doit vérifier plusieurs fois que toutes les portes sont fermées, ne supporte pas le désordre, se mordille la lèvre lorsqu'elle est concentrée ou pensive, joue avec ses clefs lorsqu'elle est nerveuse,.. la liste est longue - aime le dessin, elle n'a pas la prétention de se dire excellente mais on arrive assez souvent à distinguer où elle a voulu en venir ce qui est un début.

Ce que ton personnage pense du surnaturel, ses relations avec les autres races. Ce qu'il pense du conseil ce genre de chose.
Sa condition d'abord de sorcière puis de vampire l'ont forcée à croire au surnaturel aux dépends de sa croyance en la religion. Elle connait l'étendue et le nombre de conflits qui persistent entre les races mais n'y prête pas vraiment attention. Elle tout ce qu'elle veut c'est profité de son éternité pour s'amuser que ce soit avec un vampire, un loup ou une sorcière peu lui importe. Elle comprend néanmoins la crainte et la méfiance des uns envers les autres lorsqu'on sait que chacun pourrait avoir la peau de l'autre. Même si elle s'en fiche, elle évite un maximum les relations avec des êtres surnaturels peu importe leur race car elle sait que ça peut très rapidement dégénérer et mal se terminer. Et puis c'est une solitaire alors ce n'est pas dans ses intentions de se trouver une famille ou un groupe d'amis vampires avec qui elle pourrait former une bande. En ce qui concerne le conseil elle trouve que c'est plutôt une bonne idée dans l'ensemble mais elle émet certains doutes quant à sa continuité. Les règles ont déjà été rompues et continueront de connaître des écarts qui tôt ou tard déclencheront probablement un soulèvement.


PRÉNOM/PSEUDO : Lena / SanFran.ÂGE: Dix-huit, bientôt dix-neuf.FRÉQUENCE DE CONNEXION: Tous les deux jours minimum en principe.COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM : Je crois l'avoir trouvé sur bazzart mais aucune certitude   .UN DERNIER MOT : J'ai hate de jouer parmi vous   .
Code:
HOLLAND RODEN <pris>✜</pris> phoebe morgenstern




Dernière édition par Phoebe Morgenstern le Sam 19 Mar - 16:29, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 14:34

I remembered each flash, as time began to blur



I. L'INNOCENCE - Ave Maria, Californie. La salle est pleine d'hommes et de femmes portant des masques, tentant de faire entendre leurs voix dans le chaos ambiant des cris et des pleurs. Une jeune femme allongée, seule et ruisselante de sueur vient tout juste de donner naissance à deux nourrissons que l'on qualifiera de faux jumeaux. Premier regard sur un garçon qu'elle nommera Ezeckiel Nathaniel Morgenstern, arrivé quelques secondes à peine après ce qui sera pour le restant de sa vie sa grande soeur : Kendra Briséis Morgenstern. Les élever sans mari ne sera pas une tâche aisée d'autant plus dans une ville aussi préservatrice et sujette aux messes basses néanmoins, le sourire de la jeune mère semblait sincère. Ces enfants n'avaient rien d'êtres purs comme n'importe qu'elle femme d'Ave Maria aurait pu l'attendre de sa descendance. Des bâtards conçus non pas par un élan d'amour et de volonté de fonder une famille mais probablement une ou plutôt deux erreurs qui malgré ses espoirs causeraient probablement sa perte à cette mère. Les premières années ensemble furent heureuses, insouciantes ou du moins c'est ce que Kendra crût pendant longtemps. La mère de famille parlait, exigeait, les modelait tels qu'elle aurait voulu qu'ils soient et ils se contentaient d'écouter avec de grands yeux innocents et d'appliquer à la lettre. On leur aurait donné le bon dieu sans confession à les voir rire, gambader et explorer le monde qui les entourait ensemble. Ils n'avaient cependant pas beaucoup de libertés, leur mère veillant au grain à ce qu'ils ne sortent jamais du chemin de perfection qu'elle leur avait dores et déjà tracé dès lors qu'ils avaient poussé leur premier cri. Bâtards oui mais désobéissants et prêcheurs, jamais. L'humiliation d'avoir eu des enfants hors mariage dans une telle communauté avait déjà été assez difficile à vivre pour une femme aussi croyante qu'elle l'était mais les voir aller à la dérive aurait été la goûte d'eau de trop. Coincée, jugée. La seule chose que lui apportaient ces enfants était une preuve flagrante de son pêcher, un rappel immonde d'un dérapage qui allait à jamais entacher sa vie et pire encore à ses yeux : sa réputation et sa foi. Car la mère de famille ne voyait que par une seule et unique chose : la religion. Chaque matin et chaque soir elle s'agenouillait les yeux clos, tenant de ses deux mains tremblantes un chapelet et priait. Elle voulait retrouver son honneur, sa place dans la societé et dans l'estime du tout puissant par dessus tout. Elle voulait une fois dans sa vie encore être heureuse et retrouver ce sentiment de stabilité et de protection que lui offrait l'Eglise. Foutaises. Ce n'est qu'au début de l'adolescence que Kendra comprendra enfin trois choses qui joueront un rôle capital dans sa transformation : 1) sa mère dédiait sa vie à une cause, une croyance qui ne faisait d'elle qu'une esclave 2) cette dernière n'aimerait jamais ses enfants comme n'importe quelle mère se devrait de le faire et ce malgré tous les efforts qu'ils fourniraient 3) pour rien au monde elle ne voulait hériter d'une vie sous tutelle, ennuyeuse ou d'une quelconque façon décalquée sur celle dont sa mère s'accommodait fort bien depuis toujours. Elle lui avait donné la vie, mais quelle vie et pour quoi au juste ? Obéir, prier, se taire, subir et recommencer ? Hors de question. Ce manège de faux semblants sembla durer une éternité et la mère pourrait reprocher à son premier enfant bien des choses mais certainement pas de ne pas avoir essayé.

II. LA DÉCADENCE - Sa vie, une vaste blague. Une pièce de théâtre qui peu à peu lui faisait perdre tout espoir de liberté et de bonheur. Alors à défaut de pouvoir s'échapper -Ezeckiel et elle étaient encore bien trop jeunes et Kendra se refusait d'abandonner son frère à une femme aussi irresponsable et aveugle que leur mère- elle portait ce même masque jours après jours qui aux yeux de tous la rendait si humble et pure. Tous, sauf son frère. Durant cette période insupportable qu'était l'adolescence, il fut en tout et pour tout son unique et seul allié. Leur lien intarissable, elle en était certaine, s'était forgé à cette époque où dès lors qu'ils n'étaient que tous les deux, redevenaient eux-mêmes et se parlaient à coeurs ouverts. Leur mère les tuait à petit feu sans même en avoir conscience ou du moins, c'est ce que le premier enfant de la famille s'évertua à croire alors que sa naïveté enfantine et son besoin de reconnaissance maternelle guidaient encore ses pensées. Aujourd'hui  et avec le recul, Phoebe songeait plutôt au fait que leur mère en avait toujours été parfaitement consciente mais qu'elle n'en avait juste pas eut le moindre remord. Ce bilan n'était pas douloureux ou ne l'était plus en tout cas. Il y avait bien fort longtemps que la jeune femme s'était résignée à l'idée de représenter une quelconque réussite ou fierté aux yeux de celle pour qui elle n'avait jamais ressenti qu'une forme de pitié et un profond dégoût. Sa mère, leur mère, aussi faible d'esprit que de corps et qui se plongeait tête la première dans la religion dans l'espoir qu'un signe divin appaise tous ses maux. Une femme brisée, prête à croire, à suivre n'importe quoi et n'importe qui du moment que cela ne signifiait pas une damnation éternelle pour les erreurs qui avaient été commises. Malgré tout ce qui les différenciait, que ce soit dans leurs croyances ou leurs rêves et objectifs, Kendra s'était laissée maçonner à l'image de la fille idéale en tous points. Sa présentation était toujours soignée mais restait stricte afin déviter un effet aguicheur qui aurait paru dès plus déplacé. Elle ne montrait rien de ses atouts naissants, ne dévoilait jamais trop de peau et le maquillage qui épousait son visage n'était que broutille quasi inexistante. Ses vêtements étaient simples et enterraient l'extravagance le but n'étant pas de se faire remarquer mais au contraire de se fondre dans la masse. Elle marchait et bougeait avec beaucoup d'aisance et d'élégance, ne prononçait jamais un mot de trop ou de travers, saluait et discutait avec les gens qu'elle croisait dans la rue ou chez les commerçants avec un sourire attendrissant. Et enfin elle s’intéressait à tout et à tout le monde, proposait son aide quitte à remonter ses manches en cas de besoin. Nombreux étaient ceux qui la disaient serviable, mignonne voire touchante mais sa mère ne faisait jamais partie de ces gens-là. Une simple façade, un mensonge bien ficelé qu'elle avait à coeur de mener à bien. Elle jouait, manipulait son monde d'une main de maître faisant taire une adolescente en fleur qui n'avait qu'une envie : remuer, saccager cette manière de vivre, cette ville et ses occupants bien trop sages. Un feu en elle naquît alors qu'elle atteignait à peine treize années et ne cessa de grandir au point de la consumer complètement sans que personne si ce n'était son frère ne s'en aperçoive. Le soir venu lorsqu'elle retirait son masque d'excellence, la jeune fille innocente laissait alors place à une presque-femme avide de liberté, de chaleur humaine et de dépravation. Ses sorties devenaient de plus en plus nombreuses, se prolongeaient jusqu'à tard jusqu'au moment où le terme le plus exact fut "jusque tôt". Là-bas, lorsqu'elle se permettait enfin d'être celle qu'elle voulait et non plus celle que l'on attendait d'elle, elle se laissait guider par son instinct sans plus penser à rien d'autre. L'euphorie du moment, la musique, la tenue avantageuse, les effluves de l'alcool, les rencontres, les caresses, la fougue et cette sensation monstrueusement attirante que tout était possible. Elle savait que ça ne durerait pas et qu'au matin elle redeviendrait cette sainte au sourire faussement satisfait mais elle s'en contentait. Alors elle dansait, chantonnait des paroles qu'elle inventait au fur et à mesure jusqu'à ce que ses pieds et chaque membre de son corps soit douloureux ou qu'elle trouve bonne compagnie auprès d'un inconnu pour la simple et bonne raison qu'elle le pouvait. Le plaisir de la chair, la volonté de plaire.. Elle associait tout ceci à un besoin de reconnaissance, un besoin de se sentir aimée et protégée même si ce n'était qu’éphémère. Un amour différent de celui que son frère lui vouait et qu'elle lui vouait en retour, que rien ne pourrait démanteler, égaler ou surpasser. Ses rencontres ne signifiaient qu'un amas de poussière, de néant, à côté du bien-être et de l'euphorie enivrante qui l'envahissaient lorsqu'elle passait des moments complices avec son double. Il représentait tout ce qu'elle aimait, tout ce pour quoi elle faisait de si nombreuses concessions. Son allié, son pilier, son plus grand confesseur, sa fierté, son tout. Elle l'admirait, l'aimait follement et jalousement au point que lorsqu'ils furent en âge de voler de leurs propres ailes ce même amour fut celui qui la garda en vie et l'anéantit tout aussi bien.

III. L'ABSENCE - Dix-huit ans, l'âge de raison mais aussi et surtout de la connerie. L'âge où tout semble encore possible et les rêves de chacun à portée de main. Pour Kendra, ce fut surtout l'âge où la blessure de son existence non-conforme à ce qu'elle désirait au plus profond d'elle-même devint plus béante que jamais. Une vérité trop longtemps tûe, trop longtemps évitée. Elle savait pourtant et avait tenté de s'y préparer à maintes reprises mais rien n'était efficace contre la douleur de devoir laisser l'être qui nous était le plus cher partir. Elle lui devait bien ça, pour tout ce qu'il avait déjà fait pour elle et qu'il faisait au quotidien. Il avait supporté ses humeurs, ses folies, ses colères, ses peines. Il avait proposé son épaule lorsqu'elle ne parvenait plus à retenir ses larmes, ses bras lorsque la solitude la faisait frissonner d'effroi certains soirs, ses sourires lorsque la peine s'emparait de son coeur. Ezeckiel était le remède à tous ses maux, tous ses malheurs, et si le voir quitter le nid familial lui brisait le coeur elle ne pouvait néanmoins qu'être satisfaite à l'idée que l'un d'eux puisse enfin vivre sa vie comme il l'entendait loin de cette ville et de ses habitants de plus en plus cinglés. Elle la voyait déjà arrivée telle un nuage menaçant haut dans le ciel de sa vie : la solitude. Kendra et sa mère n'avaient jamais été proches et on ne pouvait pas dire qu'entre elles, les sujets de conversations étaient des plus nombreux et distrayants. Tout les opposait bien que la croyante ne le susse jamais et Kendra quant à elle, n'avait aucune envie de parlementer avec cette femme dont le seul intérêt était sa dévotion complète à l'Eglise. Elle allait se retrouver seule dans cette ville et cette maison qui la répugnaient. Son frère partait, oui. Et sans le savoir, il emportait tout de celle qui restait, avec lui. C'était la première fois qu'ils seraient véritablement séparés, la première fois que plus qu'un simple mûr ne se dresserait entre eux deux. Ainsi par les soirs hivernaux froids et vides de sens, elle ne pourrait plus se faufiler dans le couloir jusqu'à la chambre de son frère pour se glisser à côté de lui et se laisser bercer par sa chaleur et sa protection. Il était le seul à lui procurer cette sensation de sécurité, de "chez-elle". Rien que la simple vue des valises de ce dernier dans l'entrée suffit à lui retourner l'estomac et lui tordre le coeur. Déjà, cette demeure prenait les traits non plus qu'un quartier général où elle avait tant vécu et partagé avec sa moitié mais d'une prison dans laquelle elle se voyait périr. Elle avait désespérément besoin de lui, de sa présence et elle savait que malgré toutes les promesses qu'ils s'étaient faites, leur relation ne serait jamais plus la même au même titre qu'eux lorsqu'ils se reverraient. Là-bas il allait rencontrer des gens, des filles, des amis, qui au fur et à mesure prendraient sa place et empiéteraient sur le temps qu'ils devaient se consacrer. Là était sa plus grande hantise : qu'il l'oublie, la remplace. Qu'il n'ait plus besoin d'elle, tout simplement. Elle n'allait plus être qu'un nom écrit à répétition sur le cadran d'un téléphone, une voix mal-assurée et tremblotante au bout du fil. Ils ne se verraient plus, ne se parleraient qu'occasionnellement. Phoebe se souvenait de ce moment comme s'il datait d'hier. Celui où elle l'avait vu, cachée derrière de grandes lunettes de soleil noires qui couvraient à la perfection le haut de ses pommettes, ses yeux et la tristesse qu'Ezeckiel aurait pu y lire, descendre les escaliers après avoir fait un dernier au revoir à sa chambre. Elle se souvenait de s'être ordonnée cent fois de rester impassible et de ne faire aucun faux pas. De l'avoir détaillé -aussi douloureux que le constat pouvait être à l'époque- comme si c'était la dernière fois de toute sa vie qu'elle le verrait. Elle l'avait fixé de longues minutes, silencieuse, dans une tentative désespérée d'enregistrer au fond de sa mémoire une dernière fois sa gestuelle, sa manière de se tenir. Comme si elle n'avait pas assez de souvenirs de lui, elle n'en aurait de toute façon jamais assez. Elle se souvenait du trajet en voiture jusqu'à l'aéroport dans un silence lourd qui ne faisait qu'empirer les choses. Les minutes défilèrent comme des secondes jusqu'au moment tant redouté des salutations. Kendra était restée sur la réserve, dans ses pensées à essayer de se focaliser sur tout sauf le fait qu'elle allait devoir regarder son frère s'envoler loin d'elle. La mère et le fils furent les premiers à échanger leurs derniers mots et ce n'est qu'après un instant d'hésitation que la soeur s'avança enfin. Elle dégageait la même assurance que d'habitude mais elle savait que cette dernière ne trompait pas son frère. Il lisait en elle comme dans un livre ouvert et ce fut là la toute première fois qu'elle le regretta amèrement. Silencieusement elle se blottit contre lui et caressa son dos, faisant remonter l'une de ses mains dans la naissance de ses cheveux pour se rappeler une dernière fois de leur texture entre ses doigts. Elle crût un instant qu'elle allait défaillir, s'effondrer à ses pieds tant ce moment la brisait littéralement de coeur, d'esprit et de corps mais elle usa de ses dernières forces pour garder contenance et se détacher naturellement de lui. Elle ne s'autorisa à relâcher la pression que quelques secondes plus tard alors que sa mère et elle reprenaient le chemin de la voiture. C'en était trop, beaucoup trop. Les larmes silencieuses quittèrent ses yeux, dégringolèrent sur ses joues et s'écrasèrent contre son buste qui se soulevait à vive allure. Son coeur battait la chamade et elle pouvait le sentir se craqueler doucement mais sûrement au plus profond d'elle-même. Seule. Elle le serait désormais, à longueur de temps. Privée d'une moitié d'elle-même, de celui qui l'avait toujours empêché de suffoquer dans ce monde qui ne semblait pas être le sien. Des jours, des semaines, des mois passèrent. Les journées de Kendra se ressemblaient et rendaient son existence un peu plus difficile à chaque fois qu'elle ouvrait les yeux de bon matin. Ils s'appelaient, se donnaient le plus de nouvelles que possible mais rien n'y faisait. Les choses étaient différentes. Il lui manquait de façon si terrible qu'elle avait l'impression de s'effacer au fur et à mesure que lui s'imposait dans cette nouvelle vie qui était la sienne. Il revivait, elle périssait. Et bientôt, son absence ne fut plus la seule chose qui eut raison d'elle.   

IV. LA SOUFFRANCE - Le départ de son frère l'affectait plus qu'elle ne l'aurait crû encore. Seule. Jours après jours, nuits après nuits. Sans son confesseur, son point d'ancrage elle perdait la tête et la notion du temps. Les secondes lui paraissaient des heures et les heures des jours entiers. Le manque grandissait et devenait un peu plus insupportable encore et ce même lorsqu'elle croyait avoir atteint son maximum. Plus personne à qui parler, plus personne auprès de qui s'allonger lors des nuits sombres et vides. Elle continuait sa douce comédie mais avec une conviction devenue minime. Elle souriait, discutait, se rendait à la messe alors que ses démons l'entraînaient dans un gouffre de plus en plus profond. Les gens lui disaient qu'elle était chanceuse d'avoir toujours sa mère sur qui compter et elle souriait d'autant plus en hôchant la tête, retenant un rire jaune tout en haut de sa gorge. Sa mère. Elle n'avait rien d'une mère, rien d'un soutien. Rien d'une chance. Un légume qui ne pensait plus qu'à prier, aller aux rendez-vous de plus en plus nombreux de croyants tous comme elle aveuglés. Ezeckiel était celui qui avait toujours su la tempérer et la calmer alors sans lui, elle se laissa tout simplement noyer dans la folie et la perdition. Ces soirées, ces danses, ces rencontres éphèmeres, ces verres, ces rapprochements.. Elle n'avait plus que ça à quoi se raccrocher pour ne pas complètement perdre la tête bien que le diagnostique semblait déjà engagé. Sa seule obsession, sa seule raison de vivre n'était désormais que l'espoir de retrouver son frère et de s'enfuir avec lui. Loin d'Ave Maria, loin de leur mère et de ses petits amis aussi cinglés qu'elle. Cinglés, oui. Seul constat auquel ne s'était pas attendue celle qui se croyait la plus saine d'esprit de cette ville : la seule personne qui serait bientôt qualifiée de folle ici, ce serait elle. Quelques mois après le départ de son frère, des choses étranges commencèrent à se produire. Au début ce n'était rien, quelques broutilles sans importances qui n’alertaient personne pas même elle. Des sensations, des pressentiments étranges s'emparèrent au fur et à mesure de son âme puis de son corps. Elle changeait mais ne savait dire pourquoi ni même comment. Tout cela n'avait aucun sens et comme ce qui était devenue son habitude, elle jugea préférable de se taire et de tout conserver pour elle. Elle savait que trop bien que si elle en parlait à Ezeckiel, ce dernier  ne se concentrerait plus autant sur ses études par inquiétude pour elle et c'était là tout ce qu'elle souhaitait éviter. Son confesseur, autrefois. Les choses s’accélèrent un soir qui ressemblait à première vue à tous les autres. En y réfléchissant et avec le recul, elle se disait que c'était sans doute tout simplement dû au trop plein. Elle qui se taisait à longueur de journées, elle qui faisait tout comme sa mère l'avait toujours exigé, elle qui récitait les bénédicités, elle qui allait à l'église, elle qui faisait ceci, disait cela.. Il fallait bien que cela arrive un jour. Qu'elle craque, qu'elle hurle, qu'elle pleure. Il fallait qu'elle extériorise toute cette colère et cette peine incrustés dans son esprit. Il fallait qu'elle laisse sortir pour vider et recharger les batteries qui lui permettaient de jouer la comédie à longueur de temps et désormais avec tout le monde. A cette époque elle n'avait pas conscience que c'était justement ce minuscule écart, dans une chambre à coucher tapissée de souvenirs de son frère disparu, que sa vie prendrait un tournant complètement différent et irrémédiable. Elle avait montés les escaliers à la hâte, se précipitant dans sa chambre et fermant bruyamment la porte. Ses yeux étaient pleins de larmes, ses poings fermés si fort qu'elle sentait son pouls beaucoup trop rapide dans ses paumes. La colère qui l'envahissait était sans pareille. Ses traits étaient durs, ses yeux froncés et se retenant d'hurler, elle vit le vase en verre disposé sur son bureau exploser en milles morceaux sous ses yeux ébahis après un geste brusque de la main. Perdue, haletante, elle se contenta d'observer avec effroi ne comprenant ce qui venait d'arriver. Les jours passèrent et elle continua de s'interroger sur la question. Elle était là, sa nouvelle obsession. Elle n'était plus la même et les gens n'avaient pas manqué de le remarquer. Elle ne souriait plus, ne parlait plus. Au mieux elle prononçait un "bonjour" pensif et minable en croisant quelqu'un. Elle marchait, beaucoup, parfois même jusqu'à des endroits où elle avait la sensation de devoir se trouver sans savoir pourquoi. Les gesn du village disaient qu'elle commençait à perdre la tête et pire encore la foi. Elle n'était plus que l'ombre d'elle-même, entendant mais étant incapable de répondre à ces critiques. Et s'ils disaient vrai ? Cette question mystère commença elle aussi à trouver sa place dans son esprit confus. Elle n'arrivait plus. A mentir, a sauver les apparences et même lorsqu'elle essayait de s'en sortir, d'oublier, de faire taire, tout semblait la suivre sans vouloir la lâcher. Des frissons s'emparaient parfois d'elle sans raison apparente et elle se sentait vide. Les choses en arrivèrent au stade où elle n'était même plus capable de sortir de chez elle. Allongée sur le lit de sa chambre, observant fixement le plafond dans un silence de mort à la recherche de réponses. Elle ne voulait plus entendre, sentir, voir ces choses et si elle avait longtemps eue la volonté de se battre, elle s'était rendue compte qu'elle ne pouvait pas faire fasse à un adversaire inconnu. Ce problème n'était pas apparu de la même manière qu'on attrape un vilain rhume ou une une grippe.  Si elle ne pouvait le vaincre, le soigner ou le faire taire c'est que cela faisait obligatoirement partie d'elle et c'est ainsi que son intérêt soudain pour son père naquît. Si cela se trouvait effectivement dans ses gênes les possibilités n'étaient pas multiples et entre sa mère et son père le choix était vite fait. Si sa mère avait eu les mêmes troubles qu'elle cela ce serait su bien assez tôt et ils n'auraient pas eu une vie -cela lui écorchait la langue de l'admettre- aussi agréable. Quelqu'un avec ce genre de déficience dans une ville aussi croyante n'avait rien de recommandable et c'était aussi ce qui faisait qu'elle devait trouver des réponses au plus vite. Les recherches furent longues et difficiles mais elle trouva enfin gain de cause quelques mois plus tard grâce à un mot si simple et si peu croyable à la fois : sorcellerie. Son père était un sorcier, tout comme l'avaient été ses ancêtres et de nombreuses générations avant lui et elle, l'était vraisemblablement également. A moitié, du moins. Face à l'évidence elle ne put que croire et réfléchir aux alternatives qui s'offraient à elle. Le temps était dorénavant compté. Elle ne connaissait rien en sorcellerie, encore moins si les choses allaient devenir encore plus intenses pour elle, ce dont elle serait capable -ou incapable de contrôler- et c'est pourquoi elle n'avait d'autre choix que de partir d'une manière ou d'une autre. Ici, elle deviendrait une bête de foire et probablement pire encore, qualifiée d'enfant damnée, possedée, de créature de Satan. Ils l'attacheraient, lui jetteraient de l'eau bénite au visage dans l'espoir qu'elle redevienne celle qu'elle était autrefois sans vouloir comprendre qu'elle ne pourrait jamais. Prévenir Ezeckiel était trop risqué et tout serait bien trop long à expliquer. De plus, en vue de leur relation à ce moment là elle n'avait eu aucune certitude qu'il la croit et accepte de l'aider. Alors elle se contenta de lui envoyer un message énigmatique avec de sincères excuses avant de s'effacer de la surface de la terre de la plus simple et définitive des façons : en se faisant passer pour morte.

V. LA DÉLIVRANCE - « On se retrouvera à MF, pardonne-moi. » Ce message fut le dernier qu'elle échangea avec son frère. Peut-être était-ce la peur qu'il ne le voit et réagisse trop vite qui l'avait poussée à laisser tomber son téléphone dans la rive. Il ne survivrait pas a la chute, encore moins à l'eau et l'avantage était que cela donnerait de la crédibilité à sa disparition. De plus, elle n'avait désormais plus une seule minute à perdre. Elle y avait longuement réfléchi et l'idée d'une noyade lui avait semblé être la meilleure solution possible. Le courant, la profondeur.  Toutes les circonstances étaient réunies pour que personne ne retrouve jamais ce qui était censé se trouver en dessous de la surface. Pas de corps mais aucun doute possible. Ainsi, elle serait morte aux yeux de tous et pourrait entamer la vie qu'elle avait toujours désirée silencieusement sans que personne si ce n'était son frère ne le sache. Des recherches seraient certainement effectuées durant quelques jours, quelques semaines tout au plus mais ils finiraient bien par se rendre à l'évidence qu'elle était perdue à jamais et que la seule chose qu'il leur restait à faire était de la laisser sans aller en paix en lui faisant un dernier au revoir. Partir n'avait pas été compliqué. Elle haïssait cette ville, ces gens, ces rues dans lesquelles elle s'était ennuyée à mourir tant de fois. Elle n'avait emmené avec elle que le strict minimum c'est à dire un peu d'argent, le fruit de ses recherches concernant son père, une petite bombe lacrymogène en cas de besoin d'auto-défense et une photo d'Ezeckiel et elle adolescents. Partir avec vêtements, porte-feuilles, papiers d'identité et autres babioles avait été exclu et ce pour plusieurs raisons :  1) elle ne devait pas s'encombrer si elle voulait rapidement quitter la ville et avancer un maximum pour éviter que la supercherie ne soit découverte 2) l'absence de sa carte d'identité et d'objets divers lui appartenant aurait attiré l'attention sur elle et le fait qu'elle  avait peut-être tout simplement fugué 3) elle ne voulait rien garder qui aurait pu lui rappeler d'une quelconque façon son ancienne vie et le fait qu'elle avait été prisonnière si longtemps. Tout avait parfaitement été orchestré, des détails laissés derrière elle pour faire croire à sa disparition à sa rencontre secrète dans une ville voisine avec le contact qui lui fournirait de nouveaux et faux papiers afin d'avoir un nouveau départ. Et pour avoir la certitude que personne ne la reconnaîtrait avant qu'elle n'atteigne son but, Kendra, qui était alors devenue de façon définitive Phoebe, avait décidé de raccourcir et de teindre ses cheveux si reconnaissables. Ils étaient maintenant bruns et non plus d'un roux flamboyant et lui arrivaient légèrement en dessous des épaules. Cela ne durerait qu'après tout qu'un temps et le sacrifice en valait la peine. Elle avait alors parcouru le pays en long, en travers et en large en quête de réponses jusqu'à ce qu'elle ne se trouve en face d'un panneau en bois, à la bordure de la route, qui désignait l'entrée de Mystic Falls. La ville tant attendue, tant recherchée. C'est ici, dans cet endroit mystérieux et bercé de surnaturel que le rêve de toute une vie commençait enfin à prendre forme et à se concrétiser grâce à un mot ou plutôt, un nom : Damon Salvatore.

VI. LA RENAISSANCE - Son créateur, un personnage emblématique et d'une certaine façon, celui qu'elle considéra par la suite comme son sauveur. Elle était venue toquer à sa porte après s'être renseignée sur lui et avoir été certaine qu'il pourrait lui apporter l'aide dont elle avait besoin il y avait de cela quatre ans. On l'avait mise en garde lorsqu'elle avait laissé entendre que son intention était d'aller à sa rencontre. "dépravé... narcissique... porté sur la bouteille... aucune patience... manipulateur... sarcastique...  mauvaise idée." Son nom ne semblait laisser personne indifférent mais pour de biens différentes raisons. Les hommes avaient plutôt tendance à lui déconseiller sa compagnie, disant qu'il pourrait lui briser la nuque ou la vider de son sang en une fraction de secondes s'il se trouvait d'une humeur maussade. Les femmes quant à elle s'arrêtaient plutôt sur un physique des plus avantageux. Elles le décrivaient toutes comme un grand ténébreux aux yeux clairs, un sourire en coin sans pareil, un sens de l'humour charmant et une musculature alléchante que même une veste en cuir et un jean ne pouvaient dissimuler. Autant dire que les descriptions physiques et morales faites de cet homme ne l'avaient que confortée dans son idée d'aller le voir. Elle était déterminée, savait exactement ce qu'elle voulait ou du moins, c'est ce qu'elle croyait jusqu'à ce qu'elle se retrouve enfin face à celui qu'elle cherchait. On ne lui avait pas menti et le moins que l'on pouvait dire c'est qu'elle ne s'en plaignait pas le moins du monde. Ils avaient discuté un moment, elle tentant de ne pas se noyer dans son regard envoûtant et de lui expliquer qu'elles étaient ses motivations et pourquoi elle avait désespérément besoin de son aide aujourd'hui. Fête, amusement, dépravation. Son nouveau slogan avait visiblement séduit son interlocuteur puisqu'il accepta de la transformer pour qu'elle devienne comme lui un buveur de sang qui profiterait désormais de son éternité pour s'amuser. Les choses ne s’arrêtèrent pas là puisqu'ils partagèrent les mois suivants. Damon lui apprit tel un professeur tout ce qu'elle avait à savoir sur sa nouvelle condition et sur l'histoire, la hiérarchie des vampires : se nourrir avec modération, comment sortir en plein jour, se battre, se servir de ses facultés vampiriques, la trêve et le pacte entre les races afin que la cohabitation soit possible.. Il lui avait offert cette vie sur un plateau d'argent partageant avec elle ses connaissances, ses meilleures bouteilles, ses soirées mais aussi son intimité. Elle n'avait jamais été amoureuse de lui mais ne pouvait nier qu'il représentait quelque chose de particulier pour elle et que ce serait probablement toujours le cas. Ils se ressemblaient sur de nombreux points, probablement la raison de leur entente et d'une façon étonnante qu'elle ne parvenait pas à s'expliquer elle lui faisait confiance. Après tout il ne lui avait jamais rien demandé, l'avait épaulée pendant les premiers mois difficiles de son nouvel état et n'avait pas posé plus de questions que ça lorsqu'elle avait repris le chemin pour continuer ses recherches concernant son père et cette partie de son arbre généalogique. Durant ce laps de temps le Salvatore ne fut pas le seul être surnaturel qui croisa son chemin et qui ne le quitta plus jamais. Maze. Une sorcière rencontrée bien assez tôt après l'arrivée de Phoebe à Mystic Falls mais aussi la seule personne hormis Damon à qui elle avait raconté les circonstances de sa présence ici. Son passé, qui elle avait été, ce qu'elle avait fait, elle ne s'était vraiment perdue dans les détails mais Maze connaissait le principal : qu'elle avait fui une vie trop religieuse et calme pour elle, que pour ça elle avait du se faire passer pour morte et malheureusement, abandonner son frère jumeau. Et puis dans une catégorie toute différente, il y avait encore O' Mealaigh. Ce fichu, géant, barbu, baraqué et agaçant O' Mealaigh. Il faisait partie de ce qu'elle appelait "les larbins de Klaus", un vampire originel quasi indestructible tout comme ses frères et soeurs. De ce que Damon lui en avait dit, ce dernier s'était débrouillé d'une façon ou d'une autre au fil des ans pour se fabriquer une milice d'hybrides mi vampires, mi loup-garous. L'idée semblait folle mais après tout ça ne l'était pas plus que des vampires, des sorcières et autres créatures réunies à forte dose dans une ville comme celle-ci. Peut-être s'était-elle fait une image trop rapide de lui et trop fausse également mais elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il n'était qu'un abruti qui faisait ce qu'on lui ordonnait sans chercher le pourquoi du comment. Il ne manquait pas de confiance en lui ni-même de répondant et au final, elle en était bien heureuse même si cela lui coûtait beaucoup trop de l'admettre. Relations bonnes comme mauvaises, elle avait trouvé dans cette ville et avec ces gens une nouvelle stabilité, une nouvelle vie qui lui plaisait. Pour autant elle continuait toujours ses recherches et s'absentait parfois pour de courtes ou longues périodes selon ce qu'exigeait la situation dans des villes voisines afin de comprendre ses origines. C'était d'ailleurs toujours le cas jusqu'à il y a six mois de ça, lorsqu'elle avait reçu un appel inattendu de son créateur. Damon, toujours à Mystic Falls, lui annonçait une nouvelle qui lui avait glacé le sang : un garçon dans un bar, grand, brun, assez fin et muni d'une photo avait importuné les clients et le gérant pour savoir s'ils avaient vu une fille. Elle. La seule différence étant qu'il l'avait nommée Kendra. Ni une ni deux elle avait mis ses recherches en pause et était revenue dans la ville où tout semblait possible. Ce besoin de le voir, d'examiner son visage, ce à quoi il ressemblait après quatre ans. Son frère. Elle ne savait pas encore comment les retrouvailles allaient se dérouler et si elle oserait de suite faire face au regard de son double mais une chose était certaine elle en aurait le coeur net bien assez tôt.  





Dernière édition par Phoebe Morgenstern le Sam 19 Mar - 16:42, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 14:40

Ce choix de scéna Bienvenue ici, j'ai super hâte de lire ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

humain
avatar

morsures : 321
inscrit(e) le : 02/03/2016
célébrité : Dylan O'Brien
crédits : bigbadwolf & tumblr (inconnu)

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 14:41

MA SOEUR D'AMOUR ENCORE merci de tenter le scénario et ton simple profil suffit à me dire que tu vas gèrer la fougère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

vampires
avatar

morsures : 19337
inscrit(e) le : 13/01/2013
célébrité : Ian Somerhalder
crédits : Tag

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 15:12

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE Officiellement !!!

Je l'ai déjà dit mais à mon âge j'ai le droit de radoter xDD: Excelleeeeeent choix de scéna xDD

Pis j'ai hâte de jouer notre lien aussi mdrr

Bonne chance pour ta fichette petite rouquine






Salvatore Brothers:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tag-gallery.e-monsite.com/

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 19:18

    Merci à tous les trois
    Ezeckiel on verra si ce sera encore ta soeur d'amour quand ils se recroiseront j'espère que ma fiche te plaira tout autant
    Damon Merci encore, hâte partagée
Revenir en haut Aller en bas

originels
avatar

morsures : 10659
inscrit(e) le : 24/07/2012
célébrité : daniel gillies
crédits : tag

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 19:54

Bienvenue parmi nous *-* j'approuve totalement le choix !


On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. ♡ fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 20:46

Comme j'adore ma belle Holland !

Bon courage pour ta fiche, j'espère avoir droit à un lien de ouf avec toi
Revenir en haut Aller en bas

hybrides
avatar

morsures : 337
inscrit(e) le : 08/08/2015
célébrité : Phoebe Tonkin
crédits : Tag

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 20:51

Bienvenue !

Gosh ton prénom me perturbe x)


ALWAYS AND FOREVER
I live in the now. If I feel something, I act. If I want something, I take it. I won’t choose the dead over the living.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 23:36

    Elijah, merci beaucoup et j'approuve le tien encore plus parce que Elijah et ses costumes..
    Promethée, hoechlin merci et je te mets un lien bien au chaud
    Hayley, Damon m'a dit la même chose plus tôt dans l'après-midi merci
Revenir en haut Aller en bas

vampires
avatar

morsures : 100
inscrit(e) le : 02/03/2016
célébrité : Leah Pipes
crédits : Tag

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Jeu 10 Mar - 23:59

Excellent choix de scéna ! Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Ven 11 Mar - 0:09

    Merci beaucoup à toi
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Ven 11 Mar - 6:53

Excellent choix de scénario
Bienvenue à toi


et puis Holland
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Ven 11 Mar - 9:04


    Merci, je te retourne le compliment avec Shelley  
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Ven 11 Mar - 23:41

Excellent choix de scénario ma belle
Et bienvenue par ici, en espérant pouvoir lire bientôt ta petite fiche
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Sam 12 Mar - 16:37

    Merci
Revenir en haut Aller en bas

humain
avatar

morsures : 321
inscrit(e) le : 02/03/2016
célébrité : Dylan O'Brien
crédits : bigbadwolf & tumblr (inconnu)

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Sam 12 Mar - 23:41

Pas touche à ma sister




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Sam 12 Mar - 23:55

    Oui faites gaffe, j'ai un garde du corps qui envoie du lourd
Revenir en haut Aller en bas

vampires
avatar

morsures : 19337
inscrit(e) le : 13/01/2013
célébrité : Ian Somerhalder
crédits : Tag

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Sam 12 Mar - 23:59

ptdr ptdr ptdr ptdr ptdr

pardon je repars






Salvatore Brothers:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tag-gallery.e-monsite.com/

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Dim 13 Mar - 0:03

    Damon je vais te frapper avec ta bouteille de bourbon si tu te moque encore de mon frère
Revenir en haut Aller en bas

vampires
avatar

morsures : 19337
inscrit(e) le : 13/01/2013
célébrité : Ian Somerhalder
crédits : Tag

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Dim 13 Mar - 0:20

Mais il aime bien

Voilà y'a bien que ma bouteille qui m'est fidèle






Salvatore Brothers:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tag-gallery.e-monsite.com/

humain
avatar

morsures : 321
inscrit(e) le : 02/03/2016
célébrité : Dylan O'Brien
crédits : bigbadwolf & tumblr (inconnu)

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Dim 13 Mar - 0:29

tu m'aimes trop espèce de méchant Puis ils sont adorables, tu peux pas faire mieux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Dim 13 Mar - 0:35

    J'avoue, Damon a un faible pour les Morgenstern
Revenir en haut Aller en bas

humain
avatar

morsures : 321
inscrit(e) le : 02/03/2016
célébrité : Dylan O'Brien
crédits : bigbadwolf & tumblr (inconnu)

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Dim 13 Mar - 0:38

Il est accro à nous, il transforme la soeur et après il emmerde le frère heureusement qu'il est pas moche sinon il serait impossible à supporter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

vampires
avatar

morsures : 19337
inscrit(e) le : 13/01/2013
célébrité : Ian Somerhalder
crédits : Tag

MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   Dim 13 Mar - 1:01

ptdr c'est vous qui avez un faible pour moi c'est vous deux qui êtes venu à moi ptdr






Salvatore Brothers:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tag-gallery.e-monsite.com/


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: phoebe + more than just survival, this is my revival   

Revenir en haut Aller en bas
 
phoebe + more than just survival, this is my revival
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» (F/LIBRE) PHOEBE TONKIN
» Phoebe Tonkin - avatars 200*320 pixels
» They won't notice it ▬ PHOEBE TONKIN ☞ TRISH VAN DER WOOD
» Phoebe Forrester
» Survival game #1 — Kpop Boybands Edition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: VERSION 3.0 :: SAISON UNE :: PRÉSENTATIONS-