AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jilaniels : things that have never ever been said.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité


MessageSujet: Jilaniels : things that have never ever been said.   Lun 6 Avr - 13:53

Because they both need some closure.

« Jilano, puis Niels. »

Ils étaient à l'opposé l'un de l'autre. Il y avait là l'homme juste qui prenait les mauvaises décisions, et l'homme mauvais qui pensait prendre les justes.

Jilano finit par fuir Mystic Falls lorsqu'il se rendit compte qu'il était en train d'y perdre sa raison, son humanité, ces choses qui l'empêchaient de devenir le monstre qu'il avait toujours failli devenir. C'est avec un air détaché qu'il racontait les quelques années passées dans cette ville, qu'il prenait parfois les créatures qu'il avait rencontré là-bas en tant qu'exemples dans ces cours, qu'il pensait parfois à ce qu'il avait vécu et ce qu'il avait fait. Il crut longtemps que ses crimes, les tortures et les exécutions, allaient se faire oublier et qu'il allait pouvoir continuer sa vie avec Eanna comme il l'entendait. Il pensa qu'à New-York, personne n'allait s'intéresser au sort de quelques vampires à des centaines de kilomètres d'ici, que personne même ne connaissait cet endroit. Il arrêta la chasse pour se faire oublier, il reprit son poste de professeur en paléontologie à l'université de Yale. Il commença même à vivre paisiblement, jamais rongé par la culpabilité ou le remord.
Puis finalement la justice le rattrapa. Il apprit qu'un flic, ici à New-York, enquêtait depuis quelques temps sur les disparitions inexpliquées de vampires, les tortures, les meurtres, avait découvert l'existence de l'Augustine et Jilano était accablé par les preuves de son implication. Cela ne suffit pas à l'envoyer derrière les barreaux mais le Ramsay et sa fille durent quitter une nouvelle fois New-York, ils partirent en France.

Et le flic en question était du genre acharné. On ne savait pas grand chose de Niels Pritchard, hormis qu'il avait été shérif à Mystic Falls et que cette ville avait autant pourri sa vie qu'elle l'avait sauvé. Ancien chasseur, après avoir perdu son fils aîné il se lança désespérément à la recherche de sa fille : avec succès, car il la retrouva en train de vivre sa vie au Mexique. Il lui apprit le décès de son frère et réussit à la convaincre de revenir vivre avec lui à New-York. Il parlait rarement de lui, mais dans un tiroir, sous son arme de service se trouvait un fin carnet avec quelques photographies : celle d'un jeune homme portant un enfant en bas-âge ("Sayanel et Nillem, février 2016", pouvait-on lire griffonné au dos), celle d'une femme ("Mélinda, janvier 2016"), celle d'un couple ("Andy et Hope, décembre 2015"), celle d'un homme tenant un fusil de précision ("Chris, mars 2013"), et bien d'autres. On pouvait supposer sans prendre de risques qu'il pensait régulièrement à eux, avec nostalgie, tendresse, mélancolie, selon les périodes. Il continuait toujours d'observer du coin de l'oeil ce qu'il se passait à Mystic Falls, pourtant incapable d'y remettre les pieds.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jilaniels : things that have never ever been said.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» Le Patronat Haitien aux Travailleurs “C’est à Prendre ou à Laisser”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: VERSION 1.0 :: SAISON CINQ :: RPS-