AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fucking nightmares □ Jenna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité


MessageSujet: Fucking nightmares □ Jenna   Lun 22 Déc - 19:08





Fucking nightmares

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.





C'était un battement de cœur qui s'entendait, qui sonnait à vive allure. La demoiselle jouait les dures, mais plus elle courait, plus elle ressentait les fêlures dans sa petite armure. Elle désirait s'évader, alors elle l'avait fait. Il était probablement tôt, la fraicheur de l'hiver lui glaçait le corps. Elle se remémorait sa mort, sa voix incapable de hurler, incapable de supplier de venir l'aider. Norah pensait être passée au-dessus de cela, mais elle se trompait sur ce point-là. Ses nuits étaient hantées par des souvenirs, et la saison ne faisait qu'accentuer son envie de retourner se cacher dans sa tombe bien aimée. Elle s'était réveillée en hurlant, et sur le moment, elle n'hésita pas un instant. S'extirpant de son lit, pour se retrouver par terre, en sueur en proie à toutes ses peurs. Elle ne comprenait pas, pourquoi soudainement, elle était au cœur de tous ces tourments. Norah avait perdu la foi, en cette vie et les derniers évènements ne faisaient que l'enfoncer dans son idée que cette vie allait s'achever par sa propre mort. Elle avait peut-être tort, mais elle faisait des efforts pour y croire fort. La demoiselle n'en pouvait plus de ces incertitudes. Elle n'osait même plus sortir le soir de peur se retrouver à devoir affronter un nouvel effet secondaire des derniers évènements.

Elle enfila un jogging, attacha ses cheveux blonds en queue de cheval, avant d'enfiler des chaussures, et alors qu'elle voulait quitter son appartement, elle se glissa dans un sweet à capuche. Par crainte, et elle détestait cette sensation de faiblesse. Elle claqua la porte, et une fois de plus, avec la crainte de ne plus jamais revenir et de partir, s'en savoir pourquoi ni comment. La demoiselle s’élança dans un jogging dans le froid, le soleil montrait enfin ses premiers rayons. Elle tourna dans la ville, longtemps, constamment en fuyant pour éviter de se faire regarder. Norah tenait trop à son image, et plutôt crever que de sortir et de se faire ficher comme la fille mal habillée. Ce n'était que du sport, mais elle détestait cette sensation. Il était si facile de juger, après tout, la blonde passait le temps à jauger ceux qui osaient essayer de lui parler lorsqu'elle était belle à regarder. Finalement, enfin, la demoiselle arrivant à un tournant d'un trottoir et elle se stoppa incessamment. Elle observa le sol, sans pouvoir bouger ni même s'exprimer autrement qu'avec des respirations lentes. C'était ici. C'était ici, que le corps de la demoiselle fut retrouvée le lendemain matin. « Merde. »

Elle détourna le regard, et pas un chat dans le coin. Enfin si, un chat dans un coin qui semblait la regarder. La demoiselle soupira. Elle évitait cet endroit, comme si c'était la peste. Elle avança, lentement, toujours cacher sous sa capuche comme si cela allait l'aider à aller mieux. Elle était sur l'endroit même où son cadavre fut retrouvé, couché et enveloppé sous un drap de neige que tout le monde avait remarqué. Une neige ensanglantée qu'il était difficile de louper. Elle retira finalement sa capuche en observant ses pieds, baissant le visage. Elle pouvait voir les rayons du soleil sur son visage, mais elle ne semblait plus rien ressentir. Pourquoi ? Pourquoi tout semblait si fade depuis son retour ? Elle resta là, plaquant ses deux mains sur son ventre alors qu'elle sentait son visage se décomposer sous les larmes. Elle voudrait s'écrouler et à cet instant, elle n'hésita pas. Se laissant tomber à genoux sur le sol, toujours une main plaquée sur son ventre alors que l'autre tentait désespérément de saisir le sol, mais celui-ci était froid et rien de plus. Le pire restait à venir, lorsque sa main, lentement, sembla l'abandonner. Désespérée, elle fut, désespérée elle est, et désespérée elle resterait.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   Mer 24 Déc - 15:05

Quelle idée avait eu Lexi de me faire prendre un chien. Elle avait dit que cela allait m’occuper. Pour le coup, oui cela m’occupait puisque j’étais tôt le matin entrain de le sortir, il était bien trop tôt à mon gout. Mais ce petit chien ne m’avait laissé aucune chance. C’est que c’est têtu ces petits cons. En parlant de Lexi, je n’arrivais plus à la contacter et je ne comprenais pas. J’avais besoin de lui parler. J’avais besoin de ma meilleure amie pour comprendre ce qui avait pu se passer plusieurs jours plutôt alors que j’étais entrain de me disputer avec Alaric. C’était avant que je sache qu’Elena avait retrouvé son humanité. Après ma dispute, alors que je bouillonnais intérieurement, j’avais vu à travers ma main qui avait commencé à disparaître peu à peu. Je n’avais pas compris ce phénomène. J’avais appelé Rose qui avait réussi à me calmer mais cela restait un mystère. Quoi qu’il en soit je n’avais plus de nouvelle de Lexi et je m’inquiétais. Car lorsque j’avais observé le phénomène sur ma main, j’avais eu la sensation de disparaître, littéralement. Ce n’était pas normal et absolument lié à l’état de fantôme. Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que c’était également lié à des émotions, de trop forte émotion. La question restait de savoir si cela pouvait réellement nous faire disparaître, de manière définitive. Et pour cela, je n’en avais strictement aucune idée.

Enfin bref, je me sentais aujourd’hui soulagée de savoir qu’Elena était redevenue elle-même. J’en devais une à Damon, c’était grâce à lui et j’en avais parfaitement conscience. J’étais vraiment heureuse d’avoir reçu ce coup de téléphone. Dans la conjoncture actuelle, je n’aurais pas pu tenir si elle n’avait pas retrouvé son humanité. Cependant, mes problèmes n’étaient pas réglés. Alaric m’en voulait toujours autant d’avoir rompu nos fiançailles bien qu’il arrivait à comprendre et Lexi avait comme disparu, ce qui était loin d’être normal. Mon chien en laisse, je le laissais me guider où il voulait. Pour la peine je m’étais emmitouflée dans une grosse parka que j’avais mis par dessus mon pyjama. Me demandez pas d’être sexy si tôt. Au détour d’une rue, je vis une personne au sol. Elle était comme à genoux. J’eu un froncement de sourcil et je pris la décision de m’approcher. Cette personne avait peut être besoin d’aide et ce n’était pas mon genre de détourner le regard. Arrivant à sa hauteur, je me baissais en avant. Pendant que mon chien commençait à aboyer et à tirer en direction d’un chat au regard hautain assis sur une poubelle. « Tout va bien ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   Jeu 25 Déc - 11:44





Fucking nightmares

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.





Cette sensation dévorante de n'être rien. C'était à cela que pourrait se résumer Norah si le monde aimait les archétypes. Et malheureusement, le monde aimait les archétypes. La demoiselle le savait et elle devait vivre avec, constamment en sachant qu'elle ne serait plus jamais autre chose. Pour les autres, elle restait la fille Blackwood pour ceux qui connaissaient son nom, pour les autres elle n'était que la belle demoiselle qui aimait mettre en avant ses formes et qui avait un goût prononcé pour les vêtements dépassant un budget dit classique. La demoiselle était architecte et pouvait donc clairement se permettre des petits plaisirs coupables, mais en aucun cas elle n'était une gamine pourrie gâtée. La chasseuse avait profité d'une éducation plutôt luxueuse, mais rien de trop prononcé qui aurait fait d'elle une sale gosse capricieuse. Tout le monde disait qu'elle était une gamine énervante, mais en aucun cas elle était ingrate ou du moins pas envers sa famille. Enfin là n'était pas question de savoir si cette gamine était énervante ou pas, puisqu'il n'était question de rien aujourd'hui. Celle de savoir si elle méritait ce qu'il lui arrivait aujourd'hui n'en était pas une, puisqu'elle connaissait la réponse : oui. Norah avait joué avec les deux mondes, et ce dernier n'était en aucun cas le sien. Elle finirait par en payer le prix.

Ce prix se payait aujourd'hui et cela depuis quelques temps déjà. La demoiselle pouvait ressentir toute une douleur d'une rare intensité psychologique, comme si durant des mois ses émotions furent éteintes et inébranlables, mais que désormais elle en payait le prix. Le pire était à venu quand une fois se fit entendre dans son dos. Une voix féminine, mais Norah s'en foutait de savoir qui se trouvait derrière elle. La blonde voyait sa main, ainsi que le reste de son bras se volatiliser comme par magie alors qu'elle le plaquait contre son ventre pour le cacher de la vue de l'étrangère... qui n'en n'était pas une. Norah releva la tête sans pour autant la diriger vers celle qui venait poliment lui demander comment elle allait.  « Pourquoi ? J'ai l'air d'aller mal ? » La blonde pouffa alors d'un air hautain alors qu'elle passa sa main encore visible sur son visage pour essayer rapidement ses larmes et finalement détourner le visage vers l'inconnue. Une révélation frappa alors Norah, qui se retrouvait face à quelqu'un qu'elle connaissait, et qu'elle ne détestait pas nécessairement... pour une fois. Affichant un visage confus et perplexe en ouvrant légèrement la bouche.  « Docteur Sommers ! » Elle détourna alors, honteuse, en se relevant lentement en glissant la manche de sa main invisible dans la poche de sa veste alors que sa seconde main passa sur sa queue de cheval pour faire face à cette femme.  « Je pensais que c'était quelqu'un... enfin pas vous... enfin voilà ce n'était pas intentionnel de vous envoyez chier.   » S'excuser était difficile pour elle... depuis toujours.




love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   Ven 2 Jan - 10:26

Je savais que mon entrée en matière était idiote, j’en avais parfaitement conscience. Une personne effondrée sur le sol allait forcément mal. Mais face à l’évidence, je ressentais toujours le besoin d’avoir une confirmation. Je n’aimais pas l’idée de me tromper et puis, ma question sonnait également comme une demande d’autorisation de venir l’aider. J’observais la jeune femme et c’est lorsqu’elle redressa son visage que je la reconnu. Il s’agissait de Norah. Elle avait été ma patiente, une fois. Une seule et unique fois mais elle m’avait marqué. J’avais fais mes petites recherches comme sur chaque nouveau patient et j’avais fais la découverte étrange de sa mort. J’avais compris à ce moment là qu’elle était un fantôme, qu'elle était comme moi. Elle avait connu le traumatisme de la mort. Je ne lui avais pas pour autant avoué. Il fallait que ce genre de confession vienne directement d’elle. Je ne voulais pas qu’elle se sente agressée.

Ce n’est qu’après qu’elle posa son regard sur moi. Je lui offris un visage bien veillant lui faisant comprendre que ce n’était pas ce genre de rejet qui allait me faire prendre la fuite. Elle sembla surprise de me voir comme cela me semblait encore étranger d’être appelé docteur. Elle se redressa et essaya de s’excuser ce qui me décrocha un sourire tendre. « Ne vous inquiétez pas. Je ne vous en veux pas. Cela m’aurait même paru étrange si vous aviez accepté mon aide. » Norah n’était pas le genre à accepter l’assistanat. Non, elle semblait toujours vouloir prouver qu’elle savait se débrouiller. Par soucis d’indépendance ou par réelle habitude, je ne le savais pas vraiment. Je n’en connaissais pas encore assez sur la jeune femme. Je remarquais cependant une légère angoisse dans le regard de la jeune femme, léger mais présent.

« Vous êtes certaines que je ne peux pas vous venir en aide ? » Je ne souhaitais pas la laisser dans cette situation. Je ne pouvais pas la laisser dans cette situation alors qu’elle semblait aller mal. Si par malheurs, cette angoisse devenait trop importante, elle pouvait se voir disparaître, si cela n’avait pas déjà commencé. Si d’ordinaire, j’étais du genre à penser qu’il fallait faire face à nos angoisses, l’état actuel très particulier des fantômes me disait qu’il ne fallait surtout pas adopter cette technique.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   Dim 4 Jan - 12:25





Fucking nightmares

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.





N'était-elle pas pathétique ? À chialer sur le sol, comme si elle était trop éméchée pour se relever et affronter. Sa vie, elle l'avait choisie. Norah se détestait encore plus de cela : c'était son choix, cette vie-là. Cette vie, qui n'en était pourtant pas une. Un corps, marchant et souffrant, mais une âme dénuée de toute sensation, d'émotions et de compassion. Un corps vide, qui ne se reflétait dans rien, corps parfait pour un cœur meurtrit qui ne battait plus, mais qui ne cessait d'être la source d'une souffrance stridente. Norah Blackwood n'avait jamais été assez mature pour réaliser qu'en revenant chez les vivants, elle ne ferait qu'un seul pas dedans. Norah n'était qu'un bout d'elle-même, un puzzle dont il manquait la pièce centrale et qui était condamné d'avancer. La blonde était cette gamine perdue dans le noir, qui devait retrouver son chemin, mais au bout se trouvait le croquemitaine. La gamine était perdue dans un labyrinthe, mais au bout de ses pas se trouvait le néant. La demoiselle ne voulait plus de tout cela, mais c'était son choix, alors elle continuerait d'être là, parce qu'il était trop tard pour revenir en arrière et se cacher derrière ses erreurs. Le malheur ne commet pas d'erreur, lui, il s'en nourrit.

Non seulement, elle était pathétique pour elle-même, mais la blonde inspirait la pitié. Se trouver face à une inconnue aurait été fort déplaisant, mais se retrouver face à son ancienne psychologue était énervant. C'était une humiliation, mais Norah commençait à s'y faire. La demoiselle avait tenté la psychologie, mais son secret était bien trop important et elle ne pouvait pas mettre sa nature en danger simplement pour se sentir mieux. Jenna Sommers n'était en rien une personne mauvaise, mais Norah avait non seulement un orgueil démesuré, mais en plus elle détestait qu'on lui fasse la morale. La psychologue affichait son visage doux, celui que celle qui était apte à écouter, alors que Norah continuait d'avoir cette tête confuse et ce désir d'envoyer chier le monde et de brûler tout ce qui se trouvait sur sa route. « Étrange est le mot du jour. » Dit-elle d'un ton blasé, mais qui reflétait la réalité.


La demoiselle tenta de retrouver un visage confiant, mais elle n'y arrivait pas. Norah se contenta d'un rire forcé qui n'avait rien de naturel, mais il fallait bien faire bonne figure pour ne pas passer pour la première conne venue. « Non, sincèrement ce n'est pas la peine. Vous savez, une fille comme moi pleure quand elle perd son rouge à lèvres, donc rien de dramatique. » C'était terrible de se faire passer pour la première cruche venue, mais se faire passer pour une chasseuse forte n'était pas dans ses options du jour. Son visage ne devait pas lui rendre hommage, ou peut-être, elle n'en savait rien et ne pouvait pas le vérifier. « Je crois que plutôt que de laisser un silence, je vais dire des banalités. » Souriant, encore une fois. Cela sonnait faux, même elle, elle ne comprenait pas pourquoi elle disait ça. « Il est vachement tôt. Pourquoi êtes-vous déjà dehors ? » Baissant finalement le regard : le chien.



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   Dim 22 Fév - 21:28

La jeune femme semblait tenace. Elle était têtue et cela ne m’étonnait pas d’elle. Elle voulait faire face seule. Cependant, je n’étais pas prête à la laisser faire. La situation connue par les fantômes est bien trop périlleuse pour que je la laisse affronter ses démons, seule. Je ne savais même pas encore ce qui était arrivée à Lexi. Je me sentais toujours désemparée face à l’absence de réponse de la jeune femme. Je me sentais désemparée de ne pas pouvoir l’aider correctement. Elle semblait vouloir refuser mon aide, essayant de détourner la conversation. Je voulais qu’elle soit la première à se confier sur sa nature de fantôme et les traumatismes qui pouvaient en découler.

« Je préfère que mon chien se soulage dans le caniveau que sur mon tapis de salon. » J’eu un léger rire avant de reprendre mon sérieux. « Vous savez, cela va faire plusieurs années, mais je suis toujours aussi incapable de revenir sur le lieu de ma mort. » Je regardais la jeune femme droit dans les yeux. Je savais que je venais de lui jeter gentiment une belle bombe en pleine figure. Cependant, si cela pouvait lui permettre de se confier un peu, de se soulager, cela ne pouvait être que positif. Je savais que la jeune femme était loin d’être idiote, je n’avais pas besoin d’expliciter plus pour qu’elle comprenne ma nature.

« En cette période, je ne pense pas qu’il soit bon de tout garder pour soit. » Là encore, je faisais référence à cet étrange symptôme connu par les fantômes que la jeune femme avait sans aucun doute du expérimenter. Je baissais légèrement le regard et j’eu un soupire. « Je ne veux vous forcer en rien. Mais je m’inquiète pour vous, vraiment. » C’était la pure vérité. J’avais beau ne connaître la jeune femme que très peu, ne l’avoir qu’une seule fois en séance, cela ne m’empêchait pas de la considérer comme ma patiente et m’inquiéter pour elle.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   Mar 24 Fév - 20:42





Fucking nightmares

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.





La guerrière avait un petit caractère de vipère, il fallait tout simplement s'y faire. La blonde ne voulait pas la moindre once de compassion de la part de la psy, simplement de l'indifférence. Norah savait parfaitement le sentiment qu'elle devait dégager et elle n'espérait inspirer de la grâce ou même de la sensualité dans l'état actuel des choses. La demoiselle voulait dire à la psy de dégager et d'aller un autre débile profond en manque d'affection, mais son amour pour sa propre image et sa réputation l'empêchait d'agir de la sorte. La demoiselle n'était pas douée pour parler avec les autres, elle aimait avoir une certaine force lorsqu'elle avait une relation et cela qu'importe la nature de cette dernière. Norah n'avait pas le moindre contrôle sur cette relation et cela parce qu'elle ne pouvait pas contrôler quelqu'un qui voulait l'aider. Jenna était quelqu'un de fondamentalement aimant, cela se sentait lorsqu'elle se présentait et à sa manière de sourire. Elle avait le profil de la parfaite petite mère de famille et le fait de la voir se promener avec son chien ne faisait que renforcer cette idée dans la tête de la chasseuse. Norah devrait ressembler à cela elle aussi, mais elle était encore une gamine aux yeux de tous, une petite pimbêche que tout le monde imaginait boire. Norah se vendait comme cela, et c'était sans doute pour cette raison que la phrase choque de la femme qui lui faisait face sembla être une bombe malgré la touche d'humour. Elle venait d'évoquer le statut de fantôme et cela de manière brusque.

Norah resta alors silencieuse, non pas par envie, mais parce que pas un seul son ne semblait sortir de sa bouche. Jenna continua alors à s'exprimer et cela ne faisait que donner l'envie à la chasseuse de la frapper et de partir en courant comme une gamine de dix ans. Elle esquissa alors finalement un sourire faux lorsque la femme daigna lui montrer de l’intérêt. La blonde avait un sale caractère et elle le savait, alors il était difficile de dialoguer avec elle. « Merci, mais je n'ai pas besoin que quelqu'un s'inquiète pour moi. » La demoiselle hésita à lui tourner le dos, mais elle voulait en savoir plus. Elle voulait comprendre. « Comment vous pouvez savoir ça ? Ou tout simplement le croire ? » C'était clair, cash et probablement la question la plus honnête de Norah depuis des lustres. Et la chasseuse, se remémora à nouveau cette mort atroce.



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   Mer 4 Mar - 21:35

J’observais la jeune femme qui semblait connaître une lutte interne. Je la sentais bouillonner en elle. Il faut dire que la jeune femme ne s’en cache pas réellement. Cependant, elle se trompait bien si elle pensait que cela pouvait me faire prendre la fuite, c’était bien mal me connaître que de croire que j’avais peur de ce genre de comportement, surtout depuis que je ne pouvais définitivement plus mourir (quoi que la situation actuellement pouvait m'en faire douter). Devenir fantôme m’avait en quelque sorte rendu un peu tête brulée je devais l’avouer et je n’avais pas peur de m’attaquer à plus fort que moi. C’était sans doute une erreur, mais le débat n’était pas là. « Vous savez bien que c’est faux. » C’était une certitude, tout le monde voulait que quelqu’un s’inquiète pour lui même si on ne voulait pas le reconnaître. Car sans cela, on est insignifiant et il n’y a rien de pire qu’une personne se sentant invisible, dont la disparition ne changerait rien pour personne.

Malgré une colère interne évidente, elle semblait tout de même tiquer sur mes paroles. Même si j’avais sans doute mal joué, j’avais tout de même réussi à l’intriguer par mes propos. Avait-elle déjà eu des répercutions de la condition de fantôme ? je commençais à me poser la question car dans le cas contraire, elle n’aurait pas spécialement relever mes dernières paroles. « Vous savez avant de faire une analyse, je dois établir des constats. Il y a quelques jours, je me disputais avec mon ex-compagnon. La colère en moi était si forte que cela eu des répercutions sur mon corps. Dans le même temps, ma meilleure amie, vivant des moments plus que difficile dans sa vie a comme disparu de la surface de la terre. » L’utilisation du terme « disparu » était tout à fait volontaire et rappelait cette éclaircissement si je peux dire d’une de mes membres et sans aucun doute je savais que la jeune femme comprendrais.

« Mon constat est que je ne sais pas le pourquoi du comment, mais une trop forte émotion, tout du moins négative, conduit à un affaiblissement spectaculaire de notre corps jusqu’à nous rayer de la carte. » Je le regardais dans les yeux, je n’avais pas envie de lui donner des idées. Mais je tenais à la mettre en garde. Il n’y avait rien de normal dans ce qu’il se passait. « Néanmoins, condition spéciale ou non de notre état, il reste qu’il n’est pas bon pour le mental de ruminer ses démons de son passé. Il faut prendre de sa fierté et accepter de se faire aider. » Je me doutais bien que c’était chose impossible pour la jeune femme, du moins actuellement. Peut être qu’avec le temps, elle arriverait à accepter. « Enfin, si vous avez envie d’avancer. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   Jeu 5 Mar - 20:28





Fucking nightmares

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.





Une blessure dans le dos, et son corps s'écroula alors sur le sol recouvert de neige. Le froid vint alors se glisser sous les vêtements de la blonde, comme un mal qui viendrait se faufiler sournoisement. La demoiselle se souvenait de cette mort, cette sensation dévorante de sombrer dans la mort, de sombrer dans la détresse et l'ivresse d'une nouvelle vie, une vie dans la mort. Norah avait souffert, agonisante et sans la possibilité de s'échapper et sa dernière pensée fut pour sa famille. La chasseuse ne fut jamais très fan des relations humaines et se lier ne fut jamais son objectif de vie, elle se contentait de sourire avec la plus grande hypocrisie et en se contentant de se faire joli pour le plus grand plaisir de sa famille. Voilà la seule chose qui avait manqué à la chasseuse : sa famille. Ce concept pourtant bafoué depuis des générations dans de nombreuses familles, mais cela fut pourtant toujours une source d'inspiration pour la blonde. La famille était toujours là, dans les pires et les mauvais moments. Norah ne pourrait jamais oublier la sensation destructrice qui avait dévoré son cœur lors de sa mort : chaque membre de sa famille lui manquerait. Probablement pas la meilleure gosse du monde, mais elle avait toujours fait de son mieux pour tout le monde. Norah ne comptait que sur les liens du sang, les autres étaient de passage, et Jenna ne faisait pas exception à la règle.  Et donc, de voir une psychologue lui dire qu'elle disait de la merde, ne faisait en aucun cas sourire la blonde.  « Rien n'est plus vrai qu'une conviction, aussi futile cette dernière est-elle.  » Remarque des plus véridiques dans le cas de la chasseuse, elle ne se vantait pas d'avoir raison de manière universelle, mais elle se contentait de suivre sa morale et elle se foutait royalement du reste.


Jenna était aussi un fantôme et elle avait souffert des mêmes syndromes que Norah. Incroyable, et difficile à croire, mais seul un fantôme pouvait en parler aussi bien. La chasseuse écouta l'histoire de la femme sans la couper, par respect, et tout simplement parce qu'elle cherchait une réponse sans pour autant l'envoyer dans le mur. Norah était colérique et extrêmement impulsive. Elle resta pourtant neutre, ne voulant pas laisser paraître une seule émotion – plutôt facile pour une fille morte – et voulant continuer de dégager ce regard hautain et supérieur. Norah adorait se sentir supérieure aux gens et cela fut toujours ainsi, c'était plus fort qu'elle et elle le savait. La blonde resta silencieuse, écoutant les constats et les explications de manière silencieuse et respectueuse. Norah n'était pas non plus une garce, mais elle manquait tout simplement de grâce. Cela aurait plus rester une conversation cordiale, mais visiblement, mademoiselle Sommer voulait réellement s'incruster dans la vie de la blonde comme si ce n'était qu'une gamine de dix ans. Soufflant alors en passant une main dans ses cheveux pour venir resserrer sa queue de cheval.  « Vous voulez quoi ? Que je vienne pleurer sur mon triste sort de fantôme ? Car après tout, autant dire le mot de manière claire : fantôme.  » Norah était une ancienne sorcière, alors se voir comme un fantôme fut toujours difficile à encaisser, mais bon il était trop tard pour retourner en arrière. « Nous sommes mortes, ou du moins, je suppose que vous l'êtes. Normalement, les morts doivent le rester alors très clairement, ce n'est rien d'autre qu'une punition de la part de la nature. Je ne devrais pas être là, je le sais, et peut-être que la magie possède des limites. » Elle croyait en l'équilibre, elle croyait en la magie.



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   Ven 6 Mar - 15:55

Je restais stoïque face à la jeune femme. J’étais déterminée à lui prouver que la solitude n’était pas une fatalité, qu’avec un peu d’ouverture, il était possible de s’entourer de personne fiable. Mais la jeune femme ne semblait pas être prête à cela. Elle était agressive face à moi. Mais j’avais déjà été face à pire. Et mon opinion était que cette conversation lui était dérangeante. Pourquoi ? sans doute la peur. Elle semblait vouloir se flageller toute seule et je trouvais cette situation assez triste. Je prenais cependant la décision d’arrêter de la pousser. Il n’y avait aucun résultat, c’était tout simplement inutile, voir une perte de temps.

Je me sentais désolé pour la jeune femme de la voir aussi briser. Ce genre d’agressivité n’était qu’une résultante d’une vie difficile. Il suffisait de prendre l’exemple de Damon. Il était la preuve qu’une vie difficile pouvait rendre monstrueux mais qu’avec un peu d’effort il était possible de changer. « Oui, la magie à ses limites, vous avez raison. » Mais pour ma part, je considérais que c’était la magie elle-même qui nous avait offert cette chance de revenir. « Lorsque la brèche a été réouverte, pourquoi avez-vous traversé ? Si vous êtes tellement persuadée que votre place est dans le monde des morts, pourquoi avez vous choisi de rejoindre le monde des vivants ? » La jeune femme manquait de cohérence à mon gout.

« J’ai été très peu de temps dans le monde surnaturelle avant ma mort. Quand je suis revenue j’ai pris cela comme une chance, j’ai appris à découvrir le monde surnaturel, la magie. Et si j’ai bien appris une chose, c’est qu’elle ne fait rien par hasard, qu’elle ne fait rien sans que cela soit de son contrôle. Je prend ces épisodes comme des mises en garde. De ne pas prendre trop confiance face à ce qui peut s’apparenter une réelle immortalité. Je ne crois pas que notre présence déséquilibre quoi que ce soit. Si la magie avait voulue apporter un correctif je ne crois pas qu’elle aurait attendu aussi longtemps. » Il était évident que nous n’avions pas du toute la même vision mais je ne comptais pas me laisser faire.

« Alors choisissez de vous morfondre, restez bloquer dans votre haine, votre peur ou ne je sais quoi, restez malheureuse puisque c’est ce que vous semblez vouloir être. Cependant, vous pouvez choisir d’arrêter de vous victimiser, d’avancer et de continuer ce que vous vouliez faire en étant en vie, choisir de nouveaux objectifs, faire ce qui vous semble juste. Ce jour là, je serais là pour vous venir en aide, pour ne pas être seul dans cette évolution. Vous avez mon téléphone. » J’étais plus énervée que je le pensais de toute évidence mais si elle voulait aucune langue de bois, voilà qui était fait. Sur ces mots, je tirais mon chien pour lui signaler que nous reprenions notre chemin. Je contournais la jeune femme et je repris le chemin de ma promenade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   Ven 13 Mar - 21:42





Fucking nightmares

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.





Norah était au fond, du trou, de sa vie et de sa mort. Elle avait joué avec la mort, et il fut naturel pour elle de jouer avec son destin en défiant la mort. La magie fut partie intégrante de son enfance, de son adolescence et toute sa vie de femme avait le cœur battant et le sang circulant dans ses veines. Norah aurait dû se contenir, rester chez les morts et continuer de vivre sa vie de l'autre côté. La brèche fut une tentation, une tentation vicieuse à laquelle la blonde fut incapable de résister. Sa famille souffrait, et elle fut incapable de supporter la vision des siens dans la souffrance. Norah pensait qu'elle survivrait à ce changement, qu'elle en ressortirait plus forte et que la peur de la mort ne serait plus un problème. Elle se trompa, s'égara encore plus en réalisant que même ses passions du passé retombaient comme un cerf-volant. La chasseuse ne ressentait plus rien en vidant le sang des vampires, simplement de la colère, et plus aucune sensation de satisfaction pour une cause juste. La gamine ne ressentait plus ce plaisir de protéger la population, cette sensation délicate de protéger les faibles et les innocents. Norah ne ressentait plus rien de tout cela, elle n'était que chagrin et peine. La blonde se cachait derrière un masque de saloperie, envoyant chier le monde entier simplement pour ressentir du plaisir et éviter de sombrer dans la dépression et pour ne pas se sentir misérable. Cela fut pourtant sa seule émotion lorsqu'elle laissa la psychologue parler : elle se sentit misérable. Vulnérable par-dessus le marché.

La psychologue décida enfin de vivement l'ouvrir, oubliant le baratin et venant finalement enfin s'exprimer ouvertement sans se cacher derrière l'image du médecin. Norah l'écouta silencieuse, bêtement, elle ne décida même pas d'ouvrir sa putain de grande gueule. La blonde la regarda alors se retourner, les reproches tombaient à plat, mais finalement, cette fois était intéressante. Norah avait toujours attachée cette femme à l'image d'une demoiselle fade et pas très intéressante qui passait son temps à conseiller les gens pour oublier ses propres problèmes. Finalement, Jenna Sommers n'était pas qu'un vulgaire psychologue, loin de là. Norah esquissa alors un sourire, croisant les bras en secouant la tête positivement. « Finalement, elle est pas si conne que ça. » Norah se contenta de repartir loin de cet endroit qu'elle détestait, loin du lieu de sa propre mort, loin du passé et loin des larmes écoulées. Elle courrait, mais elle continuait de fuir par dessus-tout. Elle reverrait cette femme.



love.disaster


THE END


ps: c'était une fin nulle désolé !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Fucking nightmares □ Jenna   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fucking nightmares □ Jenna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joyeux anniversaire, Jenna. {Défi, solo.}
» Une nouvelle Sangrave ou comment ne pas stresser (PV Shinzô et Jenna)
» JENNA ✱ she's a diamond in the sky.
» Retour à la vie...dans tous les sens du terme ft. Jenna
» (f) jenna-louise coleman - i may be a twin but i'm one of a kind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: VERSION 1.0 :: SAISON CINQ :: RPS-