AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses - Wayne C. Blackwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

sorciers
avatar

morsures : 536
inscrit(e) le : 18/01/2014
célébrité : Lily Collins
crédits : Schizophrenic

MessageSujet: Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses - Wayne C. Blackwood   Sam 6 Sep - 12:30




Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses

Cassandra F. Belnades & Wayne C. Blackwood


« Tu retournes au lycée ? Qu'est-ce qui te prend ? »

Tara est adossée au mur de ma chambre, haussant un sourcil, elle me jauge du regard.

« T'as zappé que l'on était coiffeuses ou quoi ? »

Toujours fidèle à moi-même quand elle me critique ouvertement, je l'ignore majestueusement. Quelque part, elle a raison. Mais je ne compte suivre qu'un seul cours ; celui de Wayne. Je sentais les regards des deux autres femmes de la maison sur moi. Au fond, ça m'irrite. Elles ont l'habitude que je me comporte comme Tara. Un homme me plaît et au courant de la semaine suivante, il est à moi. Seulement, j'ai raccroché depuis quelques temps déjà. Je ne sais pas pour Marie. Pour Tara par contre, elle semble persuadée que c'est à cause de Wayne. Je le lis dans ses yeux, mais ça m'est égal. Le coeur a ses raisons que la raison ignore. Mais non, ce n'est pas pour lui que je fais tout ça. Peut-être que me rendre compte que je pouvais avoir de tels sentiments a joué. Je maintiens que c'est d'abord pour moi que je l'ai fait, pour mon but, pour me sentir mieux dans ma peau. Je n'aurai pas aimé un jour me réveiller dans un lit et voir des billets posés à côté. Je me respecte assez maintenant pour comprendre qu'il y a d'autres moyens dans la vie pour réussir.

Pour faire valoir les propriétés du vaudou, il faut que je sois un minimum crédible. Courir les lits ne fait que renforcer cette image négative de notre magie. Alors que je me met du rouge à lèvres, je glisse mon regard vers le reflet de Tara, toujours aussi suspicieuse. Un soupir m'échappe et je me redresse tout en attrapant ma brosse à cheveux.

« Lâche moi tu veux ? Je suis intriguée par Wayne c'est tout... Non je... » Je lève les yeux au ciel, je déteste sentir un regard aussi insistant sur ma personne. « Wayne est mon ami... Notre ami ? Quoi qu'il en soit, je suis curieuse de savoir pourquoi un hybride enseigne la magie... » Tara ne peut s'empêcher de me couper, évidemment. « Les sciences occultes godiche... Pas de magie spécifiquement. Tu vas te balader auprès des petits moldus et apprendre ce que tu pourrais lire dans n'importe quel livre qu'un humain a pondu ? » Un sourire qui sonne faux se dessine sur mes lèvres, où se trouve le bouton off chez elle ? « Tara... Tu me fatigues... Wayne n'est pas humain, je pense avec certitude qu'il a beaucoup de choses à m'apprendre » son regard mérite à tel point que je me sens obligée de préciser. « en magie. » dis-je en détachant chaque syllabe de manière sèche.

Je m'approche de cette dernière tout en finissant de coiffer mes mèches. J'aborde un sourire en coin, presque amusé. « Viens avec moi si tu as peur que je me fasse manger par un loup... »

*
* *

Elle n'est pas venue, bien sûr. Mais ça a eu le mérite de la faire lâcher l'affaire. Retourner au lycée est étrange. Je me retiens de toucher tout ce qui bouge dans l'espoir de trouver quelqu'un qui appartient au même monde que moi. Je me pose contre le mur face à la porte du cours, un nouveau soupir m'échappe. La dernière fois que j'ai aperçu Wayne, c'était à la fête foraine et la seule chose que j'ai entendu, c'est qu'il avait éteint ses sentiments. Quelle horreur... Je n'ai aucune idée de comment cela va se passer. Le cours. Les retrouvailles. Peut-être ne m'accordera-t-il aucun regard. Je me prépare à toutes les éventualités. Mes yeux se posent sur les autres personnes dans le couloir. Certains s'arrêtent à leurs casiers. J'ai en tête l'idée d'une compétition. Même pour un cours au lycée, je veux être la première de la classe. Moi incorrigible ? Peut-être...

L'angoisse qui monte est parfaitement inutile et typiquement humain. Aussitôt je rentre dans la salle de cours. Machinalement, je me met au second rang de la classe et je sors le peu d'affaires scolaires que j'ai prises avec moi.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses - Wayne C. Blackwood   Lun 8 Sep - 17:26


Les cours s’enchaînent, et finalement, il reste là à se demander s'il a bien fait de revenir au lycée. Enseigner, c'est quelque chose de passionnant, il faut bien l'admettre. Transmettre son savoir, ce n'est pas donné à tout le monde, par ailleurs, Blackwood avait décidé de clairement changer ses pratiques. En effet, il n'avait pas de nouveau postulé pour le poste de professeur d'anglais comme il y a de cela une année, mais bien pour celui des Sciences Occultes. Un hybride à se poste ? Quelle idée n'est-ce pas ? Et pourtant, son défunt prédécesseur n'était autre qu'un simple humain, le professeur Shane. La connaissance des sciences occultes ne vient pas du fait que l'on soit sorcier ou non. Wayne en était convaincu. Si Mélinda Jackson-Adams – la proviseure – lui avait confié la responsabilité de ce cours, c'est qu'il avait pu faire valoir les nombreuses expériences que lui avait donné l'opportunité de voyager aux côtés de Klaus Mikaelson. Fréquenter un originel au point d'en être son bras-droit, c'est aussi faire la connaissance de nombreuses sorcières, ainsi, son savoir était désormais plus que conséquent en matière de surnaturel. […] La sonnerie marquait enfin l'arrêt de son cours sur les Procès de Salem. C'était une partie très complexe et il devait prendre un certain nombre d'heures dans le but de bien l'expliquer. Cela dit, à peine ses étudiants déjà sortis qu'il pensait de nouveau à autre chose. Une nouvelle – qu'il jugeait comme importante – lui était parvenue il y a de cela quelques jours. Il était au courant qu'une amie allait venir lui rendre visite au lycée. Ce n'était pas n'importe qu'elle personne, Cassandra était une jeune femme qui ne l'avait jamais réellement laissé indifférent. Avec sa dernière histoire amoureuse – un vampire – il n'avait cessé de penser à la brune, et c'est notamment pour cette raison qu'il avait décidé de mettre un terme à cette relation trop envahissante à son goût. Se mettre en couple avec ce vampire avait été une erreur, la jeune femme n'avait cessé de lui faire comprendre, bien qu'au départ, il n'avait jamais voulu voir la vérité en face. Avec le recul, il s'en rendait cruellement compte. […] Il était désormais temps de quitter la salle des professeurs pour se rendre dans sa salle de classe. Ses cours se déroulaient dans une sorte de mini amphithéâtre, une salle circulaire qui pouvait accueillir une cinquantaine de lycéens. Les lieux étaient à l'image du cours, sombre, mystérieux, mais pas forcément froid, au contraire. Un rétroprojecteur était installé au fond de l'amphi dans le but d'illustrer ses propos, tout était propre, tout était à l'image de Wayne, ordonné, soigné, distingué. Alors qu'il venait d'entrer dans sa salle, il se dirigeait vers son bureau, jugeant la masse d'élèves. '' Je vous souhaite la bienvenue dans ce nouveau cours de Sciences Occultes, aujourd'hui, nous étudierons une facette souvent méconnue de la magie, le Vaudou. '' Évidemment, des expressions septiques se dessinaient sur quelques têtes, mais il n'y faisait même pas attention, ils étaient certainement épris de préjugés. Son cœur faillit manquer un battement lorsque son regard se posait presque par magie sur une silhouette familière, celle de Cassandra. N'avaient-ils pas convenu qu'elle devait venir à la fin de son cours ? Pour une leçon particulière ? Peu importe, elle avait certainement entendu dire que son cours serait sur le vaudou, mais le vaudou blanc. Et puis quelque part – même s'il ne le montrait pas – sa présence lui faisait réellement plaisir, cela le touchait. Arborant une chemise noire, ainsi qu'un jean assortit, ses chaussures italiennes en cuir jonchaient le sol de manière souple et légère, jusqu'au rétroprojecteur du fond de classe. De là, il donnerait une heure de cours en projetant différentes reliques vaudou, ainsi que quelques copies de parchemins, et ce, tout en commentant, et en ne cessant de poser son regard sur la brune.. […] Une fois de plus, la sonnerie venait de retentir, lui laissant juste le temps de terminer sa présentation. '' Ainsi, je vous invite à me remettre au prochain cours, une dissertation dans laquelle vous mettrait en évidence les principes de la magie blanche au sein de la culture Vaudou, vous devrez aussi inclure des recherches personnelles concernant des rituels cités dans les anciennes écritures. Pour les personnes ayant quelques soucis de traduction, je me tiens bien évidemment à leur disposition.. Sur ce, bonne journée à tous. '' Après que son flot d'élèves soit sortit, il refermait la porte de l'amphi de manière volontairement bruyante. Descendant lentement les marches, il prenait la parole. '' Tu ne m'avais pas dis que tu viendrais directement assister à mon cours. Je m'attendais seulement à te voir débarquer après, pour notre leçon particulière. '' Il contournait la table à laquelle la demoiselle était assise, prenant place juste en face d'elle, en s'asseyant sur un bureau. '' Je suis heureux de te voir. Comment se portent Marie et Tara ? '' Wayne connaissait bien toute la troupe, il avait de très bonnes relations avec ces femmes, il avait énormément de respect pour elles. '' Et, je crois savoir que tu étais venue prendre quelques leçons de magie ? J'ai certainement bien fait de verrouiller la porte dans ce cas.. Je t'ai réservé quelques exercices pratiques. '' Le châtain allait mettre à contribution les pouvoirs de son amie, quoi de mieux pour apprendre qu'une phase pratique juste après un cours de théorie comme il venait d'en donner un ? '' Sans compter que nous avons beaucoup de choses à nous dire.. '' Laissait-il sous-entendre en se levant, pour aller chercher un pot de terre cuite, dans lequel se trouvait une fleur complètement fanée. Un léger sourire aux lèvres, et ne voulant pas perdre de temps, il l'apportait sur son bureau, ils seraient certainement plus à l'aise debout. '' La base de toute magie blanche reste la connexion d'un sorcier envers la nature. Ton premier exercice de magie blanche aura pour but de canaliser une petite partie de ton pouvoir pour raviver cette plante, et pourquoi pas lui rendre sa beauté d'antan ? '' Après tout, il n'avait pas précisé que cette fleur avait été une orchidée, avant de faner. D'ailleurs, ne serait-ce pas là un quelconque moyen pour lui de se rapprocher de la brune ? Les femmes apprécient les fleurs, peut-être que ce geste n'était pas si innocent, peut-être que son inconscient lui jouait des tours.

HORS RP:
 
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
avatar

morsures : 536
inscrit(e) le : 18/01/2014
célébrité : Lily Collins
crédits : Schizophrenic

MessageSujet: Re: Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses - Wayne C. Blackwood   Mer 10 Sep - 0:02




Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses

Cassandra F. Belnades & Wayne C. Blackwood


Je ne m'étais pas comportée comme la confidente idéale. Je le sais bien, mais mes sentiments m'ont rattrapés sur mon amitié. Alors qu'il était encore en couple avec une sorcière, je me rappelle vaguement avoir failli l'embrasser, pas totalement sobre, certes, mais ça n'aurait rien retiré à ma faute. Je n'ai jamais caché le fait que je ne porte pas son ex dans mon coeur. Mais alors que j'aurai pu avoir une ouverture, je l'ai perdue face à un vampire que je juge bourru et rentre dedans. Je ne mérite pas quelqu'un comme Wayne, mais cet homme là le mérite encore moins. Peu importe le fait que j'ai changé, je sais que ça n'effacera jamais mon passé. L'ami dont je me suis éprise n'est pas du genre à changer du jour au lendemain de partenaire. Quelqu'un connaissant mon passé tumultueux aux niveaux des relations avec les hommes ne pourraient qu'émettre des doutes. J'ai au moins le mérite d'être une bonne personne. C'est mal de juger ? Sûrement. Cela ne change rien aux faits, peu importe ce que j'ai pu faire de mal, au bout du compte, j'ai toujours pensé que je voulais pratiquer que de la magie blanche et redoré le blason du vaudou. Ce vampire semble sans moral ou sans but précis dans la vie. Oh, sans mal, il pourrait dire que sa vie est Wayne, mais là, je lui sauterai sûrement à la gorge. Il m'arrive d'avoir des humeurs félines.

Il n'est pas question de sentiment dans ce cours de toute façon, n'est-ce pas ? Et je suis bien plus préoccupée par le fait qu'il aurait éteint ses émotions plutôt que de savoir si ce vampire le suit toujours comme un chien. Je ne pourrai pas encaisser le fait que mon ami ne me voit plus comme telle parce qu'il a décidé que ses sentiments devaient s'éteindre.

La salle de classe a un côté chaleureux qui me rappelle la façon d'être du jeune hybride. Je dévisage sans gêne les autres personnes qui rentrent dans la pièce. Certains sont clairement là en pensant qu'il s'agit d'une matière facile, je sens d'avance que le jour des examens risquent de faire mal pour ceux-là. Étrangement, ceux qui semblent les plus sérieux pousse ma curiosité. Je suis presque intimement convaincu que dans le lot, certains doivent être comme moi. Mon regard est posé sur une jeune femme qui vient de s'asseoir près de moi alors que Wayne est rentré dans la salle sans que je n'y prenne garde. Entendre sa voix me fait un bon au coeur. Je pense être la seule étudiante à pouvoir réagir de cette façon à la voix de son professeur. L'énoncé du cour m'arracha un sourire. Les autres personnes dans la salle ne m'intéressait plus. Les cours étaient bien parti. N'importe quel autre enseignant ne ce serait pas fatigué et aurait encore sorti les poupées vaudou, les pratiquants de cette magie qui n'agissent qu'en pensant à eux. C'est réconfortant d'entendre parlé du vrai aspect de cette magie que je veux remettre en avant. Je ne peux refréner un sourire qui lui est destiné quand son regard se pose sur moi. Je ne me fais pas d'illusion, je ne suis qu'une élève parmi d'autres pendant le cours.

Alors que la cloche sonne, je regarde la classe se vider lentement. Même si je ne peux pas être totalement objective, je trouve que Wayne est un excellent professeur. Encore une chance que Tara n'ait pas voulu venir... Elle aurait tout gâché. J'ai un sourire à la fois ravi et amusé gravé sur mon visage. Ce devoir me donnait presque envie de mettre mes propres expériences sur la pratique magique que j'emploie. Bientôt, je fis volte-face au bruit de porte qui se ferme. Je ne peux m'empêcher de le regarder descendre les marches en contemplant cette élégance et ce charisme qui émane de lui. Je me pince légèrement les lèvres, bien que l'angoisse s'était envolée, ses paroles sonnent comme un double tranchant. Aurais-t-il préféré que je ne vienne qu'après ?

Mon regard parle pour moi quand il me dit qu'il est heureux de me voir. Un rire cristallin m'échappe à l'évocation du reste de ma famille.

« La reine du vaudou se porte à merveille. Tu as même sûrement passé plus de temps avec elle que moi ces derniers mois... » Je fais bien sûr référence au fait qu'il est allé en Nouvelle Orléans. Je sens moi-même une légère pointe de jalousie quand j'évoque cette ville. De nombreuses fois j'avais hésité avec Tara à faire mes valises pour rejoindre ma mère et mon ami là-bas. « Tara.... Reste Tara. » dis-je d'un ton malicieux. « Elle doit sûrement jouer avec des poupées. » c'est bien son style quand une petite amie gênante l'empêche d'atteindre l'une de ses proies. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ma soeur et moi nous complétons à merveille au niveau du vaudou. Les deux faces d'une même pièce. « Et toi alors ? Comment est-ce que tu vas ? » Je sais que mes yeux me trahissent beaucoup, ils doivent marquer une certaine inquiétude.

Un sourire mince se dessine sur mon visage lorsqu'il évoque les cours particuliers. « C'est vrai qu'il vaudrait mieux éviter de mettre aussi les sorcières en ligne de mire. Cette ville a beau être un berceau du surnaturel, les humains ne sont pas très conciliants avec nous, enfin certains... » Je me souvenais parfaitement de la discussion que j'avais eue avec Marie il y a quelques temps à ce sujet. « Je pense aussi... » dis-je doucement, ces mots m'échappent lorsqu'il évoque le fait que nous avons beaucoup à nous dire. Les secondes passent et la question s'impose d'elle-même. « Il y a quelque chose dont tu voudrais que l'on parle en particulier ? » Je laisse mes affaires, sachant que je n'en aurai pas besoin. A mon tour, je me déplace dans la pièce sur mes petites chaussures à talons. Je regarde le pot de terre avec une certaine curiosité. En écoutant les explications de Wayne, je me souviens de ce que l'on dit sur les personnes aux dons magiques qui deviennent vampires. Ils perdent ce lien avec la nature. Je remarque seulement au prime abord qu'il s'agit d'une plante bulbe.

J'échange un regard amusé avec lui, j'ai plus en tête de la faire renaître comme un phoenix. « Tu l'as vu avant qu'elle ne fane ? » Idiot comme question ? pas tant que ça. Étant sorcière, je me suis aussi intéressée aux significations des plantes. Les fleurs révèlent les sentiments et même parfois les excuses. Les violettes ne sont pas à offrir sauf pour signifier que vous avez trompé l'être aimé. Je plaisante bien sûre, je ne pense pas que Wayne ait pensé à la couleur de la fleur et à chaque signification cachée qu'elle renfermait, même pour les humains.

Ce lien avec la nature est fascinant, ce sentiment unique d'avoir l'intime conviction de faire partit d'un tout et d'avoir la responsabilité de garder l'équilibre de chaque chose. Une sorcière avait ce genre de responsabilités gravées dans ses veines. Ma main droite au-dessus du pot, je m'efforce de lui transmettre mon énergie pour qu'elle s'épanouisse de nouveau. La plante reprends alors vie, se mouvant plus rapidement que sans aide. Un sourire doux s'empare de mon visage alors que le bouton de la fleur éclos doucement. Je reconnais alors que c'est une orchidée sans pour autant connaître sa couleur.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses - Wayne C. Blackwood   Jeu 18 Sep - 6:38


Il pouvait l'entendre rire lorsqu'il évoquait la famille de la demoiselle. D'abord étonné, il se ravisait en repensant à la nature des liens qu'il y avaient entre ces trois femmes. Marie Laveau, était en quelque sorte la maman des deux plus jeunes, qui représentaient ses deux petites filles, la prunelle de ses yeux. En songeant à cela, Blackwood se disait que finalement, la gentillesse et la générosité n'étaient que deux qualités que l'on pouvait trouver seulement dans les endroits les plus défavorisés. Il pensait à cela dans le sens où il était rare de voir des gens aussi soudés que ceux travaillant dans le salon de coiffure de Marie, à Mystic Falls. Là-bas, il lui avait juste fallut se faire une seule fois pour s'en rendre compte. Inutile de préciser que désormais, il était un client plus que fidèle, faisant presque littéralement partie des meubles. '' Tu m'en vois ravie. '' lui répondait-il d'un ton aussi doux que son propre sourire. '' En effet, je dois avouer que j'ai passé beaucoup de temps en compagnie de Marie ces derniers temps. Je ne m'en plaint pas cela dit, c'est en grande partie grâce à ses maintes talents que je suis aujourd'hui responsable des Sciences Occultes pour le lycée. Je lui dois beaucoup. '' Le châtain était ainsi, bienveillant, doux, mais aussi et surtout reconnaissant envers ceux qu'il estimait. C'était ensuite avec un ton plutôt malicieux que la jeune femme lui expliquait que Tara restait fidèle à elle-même. Cela n'étonnait pas du tout l'hybride. En réalité, Tara était peut-être la seule des trois sorcières avec laquelle il avait le moins d'affinités. Soupirant un instant, il secouait quelque peu la tête de droite à gauche. '' Je crois que j'ai vraiment un problème avec ses pratiques. '' Un léger rire se faisait entendre dans la salle, le chasseur reprenait. '' Et dire que tu étais un peu comme elle auparavant.. '' Son ton était toutefois devenu un peu plus amer. C'était une partie du passé de la brune qu'il n'aimait pas du tout. Même lorsqu'il n'avait aucun sentiment pour elle, il ne cessait de lui faire la morale sur ce point. Vraiment, il avait toujours beaucoup de mal avec tout ceci. '' Pour ma part ? Eh bien, il semble que j'aille mieux, de toute évidence même. '' ajoutait-il d'un ton qu'il voulait plus chaleureux que lors de sa précédente réplique. '' Beaucoup de choses se sont bousculées, d'autres ont changé. '' Il avait volontairement laissé sous-entendre tout ceci. Il ne savait pas encore comme la sorcière l'interpréterait, mais quoiqu'il en soit, il savait qu'il pouvait se confier à elle, bien qu'il y ait encore ce passé qui les opposaient. […] La demoiselle évoquait ensuite l’attitude des humains face aux sorciers, et autres créatures du genre. '' Oui, en effet.. Même moi en tant qu'hybride je dois me méfier, faire attention. Mais de part ce nouveau job, j'essaye de rendre la vision humaine plus favorable, du moins, si c'est encore possible. '' Venait ensuite le fait qu'elle lui demandait s'il avait quelque chose à lui dire. '' Eh bien.. '' Tandis qu'il cherchait ses mots, il sentait ses joues prendre une légère teinte rosie. Finalement, derrière cette élégance et ce charisme, se cache un homme blessé et quelque peu maladroit, voire même timide. '' .. Je ne sais pas trop, je voulais simplement discuter de nous deux. Enfin quelque chose comme ça. '' Il était vrai qu'il perdait pied, à ce moment, il aurait même préféré conserver son inhumanité, au moins, lorsqu'il n'avait plus aucune émotion, il n'avait pas à se justifier de son attitude, de ses actes, voire même des paroles qu'il pouvait avoir. Et puis ce 'nous' sonnait de manière familière dans son esprit. Un sourire pincé se dessinait sur ses lèvres lorsqu'il se rendait compte qu'il venait sans doute d'en dire trop. Soupirant, et détournant le regard un instant, il se laissait emporter par la situation et préférait avouer certains détails. '' Déjà, je voulais au moins m'excuser de mon comportement à ton égard. J'ai fais des conneries récemment, je m'en veux. Je t'ai snobé de nombreuses fois, j'ai été con. J'ai fais des choix que je regrette, je me suis trop laissé emporté contre mes volontés. '' Il évoquait par cela sa relation avec ce vampire qui l'avait lâchement abandonné. Il était clair que tout ceci l'avait cruellement affecté. Mais il avait eu besoin de sentir son cœur comme de nouveau 'vivant' suite au départ précipité d'Alice Raventears – sa première petite amie. Mais désormais, il avait su reprendre sa vie d'une main de fer, il menait la danse et ne comptait pas se laisser impressionner par les obstacles que la vie disposerait allégrement sur son passage. […] Venait alors le moment où il avait proposé à la jeune femme de débuter leur leçon. Le premier exercice serait simple, il savait que la brune disposait déjà de pouvoirs considérables malgré son jeune âge. En tout cas, c'est presque avec émotion qu'il regardait la petite plante prendre forme et se mouvoir en un clin d’œil. Cassandra semblait avoir cette connexion avec la nature, mais une forte connexion, pas quelque chose de futile. Il appréciait cela, et en vérité, cela lui rappelait considérablement Alice, encore une fois, mais c'était son premier amour, la première fille qu'il avait aimé. Ainsi, il se rendait compte que pour penser à Alice alors qu'il était avec Cassandra, c'est que cette dernière ne le laissait absolument pas indifférent. Une fois l'orchidée sous sa forme finale, elle lui demandait s'il avait vu la plante avant qu'elle ne fane. Un léger sourire se greffait sur son visage, aussi bienveillant qu'amusé. '' Je l'ai vu oui, elle était installée au fond de ma classe. J'ai visiblement dû la ménager pendant un certain temps.. '' Il faisait ici référence à son voyage avec Klaus. '' Rose, c'est ainsi qu'elle était. '' Mais cette fois, elle avait cette teinte plus claire, somme toute plus agréable. Est-ce qu'il ressentait cela juste parce que c'était la brune qui venait de faire renaître cette plante ? Certainement. '' Et je ne sais pas si c'est le destin qui veut cela, mais le rose signifie quelque chose en rapport avec les sentiments non ? Ce n'est pas pour me vanter mais durant ce voyage, j'ai croisé assez de plantes tropicales pour en faire un herbier.. ! '' Ce qu'il disait était bien réel. Néanmoins, il n'allait pas s'improviser sorcier, mais il était au moins en mesure de donner quelques informations concernant certaines caractéristiques des plantes. '' Je ne sais pas comment l'interpréter, dans notre cas. '' Sur le coup, il renvoyait clairement la balle à la jolie brune. Bien qu'il se soit dévoilé assez facilement, il n'avait pas non plus l'intention de lui laisser croire tout ce qu'elle voulait. Wayne n'était pas un homme facile, il allait le démontrer. Il était un grand romantique, et peut-être qu'elle s'en rendrait compte en suivant pas à pas les perches qu'il ne cessait de lui tendre. Mais dans tous les cas, il avait besoin de prendre son temps avec elle, si quelque chose devait se passer cela dit.


HORS RP:
 
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
avatar

morsures : 536
inscrit(e) le : 18/01/2014
célébrité : Lily Collins
crédits : Schizophrenic

MessageSujet: Re: Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses - Wayne C. Blackwood   Sam 20 Sep - 3:09




Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses

Cassandra F. Belnades & Wayne C. Blackwood


Je n'ai rien à envier à personne au niveau familial. Ma famille est parfaite à mes yeux. On peut avoir des différends, mais cela ne fait qu'un charme supplémentaire à toute cette folie que l'on partage chaque jour toutes les trois. Bien sûr, je recherche toujours qui sont mes vrais parents. Mais ma mère est et restera Marie, peu importe ce que je découvrirai sur mes vrais géniteurs. Elle est la mère qui m'a choisi et que j'ai choisi en retour, et c'est bien plus fort que n'importe quel lien de sang. Mon sourire révèle toute l'affection que j'ai pour celle qui m'a pris sous son aile. Quitte à ce que les personnes les plus précieuses à mon coeur ne soient pas tout près de moi, cela avait quelque chose de rassurant de savoir qu'ils pouvaient veiller mutuellement l'un sur l'autre. Quant au sujet de Tara, je sens bien dans la voix de Wayne le reproche déguisé. J'ai un petit sourire pincé, légèrement triste, je ne le regarde pas dans les yeux. J'hésite un instant avant de répliquer, mais il est peut-être temps de casser toutes les barrières ?

« J'étais pareil sans l'être... Les poupées, ce n'est pas mon truc. » dis-je sous le ton de l'humour. « J'ai pris Tara comme un modèle, mais je ne le faisais pas pour les mêmes raisons qu'elle. Tout semble plus facile pour elle, elle obtient ce qu'elle veut facilement en se mettant avec des hommes judicieusement choisi. » Je remets mes cheveux en place, dans un geste qui évite de montrer ma nervosité. Je reprends une inspiration avant de reprendre. « Mon vrai défaut est mon ambition, mais ce n'est pas une excuse. Ce n'est pas non plus comme ça que j'arriverai à mon but... L'erreur est étrangement humaine, tu ne trouves pas ? » Mon regard emplit de sincérité croise le sien quelques secondes avant que je brise le contact visuel en jetant un regard sur le bureau. « Enfin, j'estime que je suis encore assez jeune pour pouvoir changer, évoluer et continuer d'apprendre. C'est pour cela que je suis ici aujourd'hui, non ? » j'affirme d'un air amusé, laissant plané le doute sur la vraie profondeur de cette question.

Mes yeux couleurs émeraudes plongent dans les siens comme si je cherchais à déterminer s'il allait vraiment bien, comme si son âme allait plus me répondre que les mots qui sortent de sa bouche. Un doute m'envahit malgré tout, avait-il recouvert tous ses sentiments ? Il semble presque évident que oui. Mais moi-même je serais tentée d'appuyer sur un tel bouton me concernant, je ne peux pas vraiment le lui reprocher. Seulement, la fuite n'est pas une bonne solution.

« Tu sais... Ça ne me regarde pas... Mais si tu me permets de te donner un conseil, n'abuse pas du fait que tu puisses éteindre tes sentiments. Tu le sais déjà depuis longtemps j'imagine, seulement, ce petit tour dont vous avez le secret finit par s'user. Je n'aimerais pas que tu te réveilles un jour et que tu fasses soudain face à des sentiments que tu as refoulés pendant de nombreuses années. »

Je ne serai même pas là pour l'aider ou le soutenir le jour où ça lui tombera dessus. Deux cents ans. C'est environ le moment où le bouton ne marche plus pour les êtres immortels. Je ne doute pas qu'une autre confidente aura pris ma place dans son coeur à ce moment, pendant que je reposerai sous terre. Je ressentais quand même le besoin de lui signifier que le bon choix n'était pas de mettre ses sentiments de côté, mais de s'y confronter.

Je prends une profonde inspiration, je réfléchis quand aux humains, leurs façons de réagir de tout temps. « Le problème des humains c'est qu'ils ne veulent pas pouvoir s'imaginer en dessous d'une quelconque chaîne alimentaire. Ils se font même la guerre entre eux. » relève-je avec un léger rire pour essayer de dédramatiser mes paroles. « Certains seront toujours jaloux de ne pas avoir reçu leur lettre de Poudlard. Je reste convaincue que Tara a volé la mienne. » dis-je d'un ton posé faussement sérieux avant de me mettre à rire. « Je ne les condamne pas tous, évidemment. Il n'y a rien de pire que les groupes, les foules... Ils écoutent tous une seule voix, et la voix qui crie le plus fort est rarement de bons conseils. » je hausse les épaules, pensive par rapport à la condition des vampires. « Un bon professeur peut faire beaucoup, je pense que tu as bien fait de prendre ce poste. » Encore une fois, mes yeux trahissent l'admiration que j'ai pour lui.

Le fait qu'il ait l'air mal à l'aise face à ma question me met mal à l'aise à mon tour. Ses mots me laissent sans voix, je ne m'attendais pas à cette révélation. De notre amitié ? Je crois que je n'ai pas envie de souffrir en me faisant des films. Mes lèvres s'entrouvrent un instant, comme si je comptais dire quelque chose, mais je n'ai rien en tête. Je n'ai jamais été aussi déstabiliser face à un homme. C'est nouveau et je ne sais pas encore si ce sentiment que je ressens est un mélange de peur et de bonheur. Je referme aussitôt ma bouche quand Wayne reprend la parole. Je passe une main à la racine de mes cheveux avec un léger soupir avant de bien mesurer les mots qui allaient s'échapper de mes lèvres.

« J'ai fait des conneries pendant des années et je ne présente pas d'excuses pour autant. Tu parles de ta dernière relation avec ... ce vampire ? Son prénom m'échappe. » dis-je en me mordant la lèvre. « Tu l'aimais ? Ou du moins tu pensais l'aimer. » fis-je avec un sourire presque mélancolique. « Les excuses viendraient trop tard pour mon cas, c'est aussi le tien. Je peux bien parler, donner des conseils... Je ne te dirais jamais que je t'avais prévenu. De quel droit le pourrais-je ? Je n'ai jamais essayé de construire quelque chose avec quelqu'un. Tu as le courage de donner ta confiance et de tenter ta chance, ce n'est pas donné à tout le monde. » Je hausse les épaules, avant d'attraper du bout des doigts le bord de la table. « Je n'ai jamais été une bonne conseillère pour toi au niveau de tes relations... Je n'ai jamais été très claire non plus par rapport à ... nous, justement. C'est de ma faute. Je comprends que tu aies fini par demander des conseils à d'autres. » dis-je avec un sourire bienveillant sans pour autant le regarder trop longtemps dans les yeux.

Malgré toutes les erreurs que j'ai commises, au fond mes intentions restaient pures. Je reste intimement persuadée qu'une bonne sorcière aura toujours plus de contrôle de sa magie, tout simplement parce qu'elle ne pense pas à ses intérêts personnels. Elle prend en compte tout ce qui l'entoure. Si cette fleur renaît de ses cendres, ce n'est pas pour que je puisse montrer quel tour de magie je suis capable de faire, c'est avant tout pour elle. Toute forme de vie à sa valeur et son importance, le monde est magnifique si on prend le temps de le regarder sous le bon angle.

Un rire m'échappe alors que la jeune fleur s'ouvre et se dévoile. Je me retrouvais quelque part dans cette fleur. Moi aussi j'avais été loin de Wayne pendant un temps et comme cette orchidée, plutôt que de continuer tel que j'étais, j'avais décidé de renaître de mes cendres. Cette nouvelle page me plaisait bien plus que l'ancienne. « Tu aurais pu faire une serre avec les plantes et y faire prospérer des papillons. » dis-je avec un sourire amusé. Les herbiers sont tellement nostalgiques, ils reflètent une beauté d'antan. Ils peuvent être magnifiques, mais en cet instant, j'ai seulement envie de m'accrocher au moment présent. J'évite le noeud du problème, mes sentiments, ses sentiments. J'ai l'impression de marcher en terrain inconnu. Un terrain que Wayne semble bien mieux maîtriser que moi. « Dans notre cas... » je murmure, finissant par affronter son regard. « Je la vois plus blanche que rose. » dis-je avec un sourire qui dévoile mes sentiments. « La couleur rose signifie séduire avec sensualité. » dis-je en riant. « La couleur blanche... Signifie que l'on idéalise l'être aimé... » Je me mords la lèvre, détournant le regard. Mon index et mon pouce frôle une pétale de la fleur. Le jeune professeur craquant qui me fait face, je ne le mériterais jamais. Je sais ce que j'ai dit pour le passé mais... « Ce que j'ai fait, je ne peux pas l'effacer... » Tu mérites tellement mieux que ce vampire, tellement mieux que moi. Mais ces mots restent bloqués dans ma gorge.

love.disaster


Hrpg:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses - Wayne C. Blackwood   Lun 6 Oct - 20:55


S'il n'était pas du genre à faire dans la dentelle, l'hybride avait toujours cette faculté de savoir conserver ses propres ressentis pour lui-même. Parfois – pour ne pas dire souvent – c'était compliqué. Cela dit, il avait su se forger une sorte de carapace aux fil des années, une sorte de barrière quasi imperméable, sauf peut-être pour les membres de sa famille, ainsi que ses ami(e)s proches. Cassandra était indéniablement de ceux-ci, bien qu'en ce moment, il ait pas mal de petits trucs à lui cacher – référence ici à ses sentiments. Un sourire amusé se dessinait bien rapidement sur le visage du jeune homme en écoutant les dires de la demoiselle. Les poupées ce n'était pas son truc, il l'avait bien comprit, et ce jeu de mots signifiait énormément. Ce qu'elle disait sur Tara n'était que la pure vérité, il avait pu s'en rendre facilement compte. Néanmoins, il baissait légèrement la tête, songeant qu'il n'était pas une de ces personnes judicieusement choisies par la sœur de celle qui lui faisait face à cet instant. Ce serait faux que de dire qu'il était quelqu'un d'important, il ne se sentait pas en tant que tel. Il se voulait juste lui-même, et c'était parfois bien plus difficile que de devoir se présenter comme une personne que l'on aimerait être. Sa dernière question lui inspire qu'elle pourrait sous-entendre être là afin de rendre meilleur son futur, mais il se demandait justement s'il pensait d'une manière objective ou non, et il en doutait clairement. '' Oui, certainement. '' murmurait-il sans ne rien ajouter de plus. Il devait avouer que leur conversation commençait à le rendre quelque peu mal à l'aise. […] Le début sur son inhumanité venait de prendre toute sa forme et il comprenait aussitôt qu'elle était contre. Bien qu'elle se montrait conciliante dans ses paroles, il la connaissait assez bien pour savoir qu'elle s'inquiétait pour lui. Cela le touchait, mais que pouvait-il bien répondre à tout ceci ? '' Je n'ai jamais rien refoulé. '' lançait-il sur le ton de la défense. Blackwood était un garçon susceptible, et visiblement, elle venait de toucher un point sensible avec brio. '' Je ne savais juste pas où j'en étais. Il n'y a rien de plus. J'étais perdu. '' Il était sincère, car en réalité, c'était bien le cas, il avait préféré mettre ses émotions de côté durant un moment, histoire de faire le vide et d'être capable de se recentrer sur lui-même. '' Je devais simplement faire le point. Le point sur moi, sur ma vie, sur cette éternité que j'ai déjà commencé, et sur d'autres choses plus personnelles. '' Il se confiait sans réellement s'en rendre compte. Il ne savait pas pourquoi, ni comment, mais Belnades avait cette prestance qui le faisait se sentir bien, ou du moins, en confiance, d'où ses confessions. […] Un immense sourire venait éclairer le visage de l'hybride lorsqu'il l'écoutait évoquer la lettre de Poudlard et le fait que Tara avait certainement volé la sienne. Il sent un frisson parcourir son corps suite à son compliment sur le fait qu'il avait bien fait de prendre ce poste. '' Je tenterai de faire de mon mieux pour les guider sur les chemins de la sagesse. '' ajoutait-il avec un rictus amusé. Le rictus était une mimique faciale quelque peu horrible, mais Wayne l'utilisait inconsciemment et surtout de manière à faire ressortir l'ironie de ce qu'il venait de dire. Bien qu'au fond, il le pensait réellement. '' En vérité, ce qu'il me fallait depuis toujours, c'est une place de leader. '' Il se mettait en quelque sorte à réfléchir à haute voix, mais la présence de la brune ne le gênait en rien, il avait une entière confiance en elle. '' C'est sûrement en moi, une autorité innée. '' Même trop innée s'il on en croit le reste de sa famille, mais c'était un trait de caractère qui pouvait être mignon, non ? […] Sa relation avec ce fameux vampire venait s'étaler difficilement sur le tapis de leur conversation, si bien que Blackwood se refermait presque aussitôt. Il allait lui dire ce qu'il pensait, certes, mais c'était sa façon de se protéger, sa façon de paraître hermétique à tout, et pourtant, à rien du tout vu sa sensibilité. '' Son nom m'échappe aussi vois-tu.. '' annonçait-il de prime abord en levant les yeux au ciel. '' Tu m'avais prévenu, j'ai été con de vouloir jouer avec le feu. De l'amour ? Je ne sais pas si on peut réellement parler de sentiment amoureux. Je ne sais pas, c'est difficile à dire. Je pencherais d'avantage pour un besoin affectif, j'avais besoin d'être entouré, il était le seul moyen que j'avais pu trouver sur ma route pour combler ce manque. Ce n'était pas de l'amour, juste de la connerie. '' Il regrettait cruellement cette période de sa vie, aussi courte soit-elle. '' Et je n'ai jamais rien demandé à personne. C'était ton avis que je souhaitais, pas celui des autres. Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais besoin de savoir ce que tu pensais de ce que je faisais. Même si je ne t'écoutais pas pour autant. '' Il devait bien l'admettre, il s'était conduit en parfait imbécile pour cette fois. '' En revanche, ne va pas le prendre mal, mais lorsque j'étais avec Alice, tout se passait parfaitement bien. Jusqu'au jour où elle est brutalement partie, à cause de sa tante. '' Elizabeth Lafay, il lui en voudrait pour toujours. '' Je me demande encore comment j'ai pu descendre aussi bas. '' Mais ce qui était fait appartenait désormais au passé, il savait très bien qu'il devrait avancer, mais c'était encore difficile parfois. […] Le châtain ne saurait l'expliquer mais il ressentait une sorte d'alchimie lorsqu'il était en sa compagnie. Par ailleurs, il avait cette incroyable facilité à communiquer avec elle, bien qu'il devait avouer qu'il était encore difficile d'admettre qu'il pouvait ressentir des choses pour elle, depuis pas mal de temps en vérité. '' Et tu me trouverai comment si tu me trouvais en pleine osmose avec la nature, au milieu d'un élevage de papillons ? '' lui demandait-il en ne pouvait réprimer un rire sonore. Son cœur se mettrait à rater plusieurs séries de battements au moment où elle commençait à évoquer leur relation. Leur 'nous' avait ce quelque chose d'étrangement familier, si bien qu'il se demandait s'il n'était pas en train de rêver. Il se sentait totalement ridicule à regarder – pour ne pas dire admirer – la demoiselle d'un regard complètement ébahie. '' On dirait de la poésie. '' C'était tout ce qu'il trouvait à dire sur le coup. Il se retenait de rire mais son cœur lui, martelait hardiment son torse. Ses derniers mots ne cessaient de résonner dans son esprit. '' Ce que tu as fais, tu ne peux l'effacer.. Mais laisses-moi le faire pour toi.. '' Baissant la tête un instant pour cacher les traces de sa sensibilité, il finit par relever le visage vers le sien, l'approchant peu à peu.. Jusqu'à venir l'embrasser lentement, doucement, sans forcer les choses, juste avec simplicité et romantisme. Son baiser était doux, tendre, il reflétait sa personnalité toute entière. Pour tout dire, Wayne n'était qu'un petit nounours de guimauve, dans un corps bien battit. S'éloignant juste un peu, il se mordait légèrement la lèvre inférieure, se demandant s'il ne venait pas de faire une boulette. Il pouvait sentir des larmes perler aux coins de ses yeux mais il s'en fichait, cela prouverait qu'il était sincère dans sa démarche.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
avatar

morsures : 536
inscrit(e) le : 18/01/2014
célébrité : Lily Collins
crédits : Schizophrenic

MessageSujet: Re: Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses - Wayne C. Blackwood   Dim 26 Oct - 3:05




Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses

Cassandra F. Belnades & Wayne C. Blackwood


Le destin peut parfois se montrer cruel. Certains croient au karma et d'autres non. Je vais finir par me dire qu'il existe bel et bien. J'ai mal agi. J'ai joué - sans doute trop - et je suis en train de perdre. L'amour n'est qu'un mythe, c'est ce qu'en dis Tara, pourtant j'ai la certitude qu'elle se trompe. J'aurai pu tomber amoureuse d'un homme qui ne connaissait pas mes anciens travers, j'aurai peut-être pu me faire connaître d'abord pour mes qualités et ensuite révéler mes erreurs d'antan. Il a fallu que celui que mon coeur a choisi soit l'homme parfait - évidemment, je ne suis pas très objective, mais ça ne m'empêche pas de le penser - et qui de surcroît est un ami proche de notre famille. Je suis sa confidente, celle qui est censée rester objective en toutes circonstances, pour l'aider dans toutes les situations qu'il pourrait me raconter. Je l'ai été pour la plupart des sujets, mais on ne peut pas dire que j'ai été une véritable amie concernant ses relations amoureuses. D'abord, piquée au vif, je me disais qu'il ne s'agissait que de jalousie amicale, sans doute pour me rassurer aussi quelque part. J'ai ce besoin irrépressible d'être près de lui, de pouvoir savoir ou sentir qu'à tout instant il va bien. J'ai envie qu'il m'appartienne, j'ai envie de lui appartenir. Tara me répondrait bêtement que je suis foutue, il n'y a rien de pire pour elle que de perdre le contrôle sur un homme, que ce soit lui qui tienne les rênes. Mon coeur a fait le bon choix, c'est moi qui suis sortie trop souvent du droit chemin. Je l'ai perdu d'avance sans même avoir pu essayer d'être avec lui. Ce même petit moteur qui dirige mes sentiments se resserre étroitement et douloureusement quand Wayne me rappelle mes anciens travers. Je ne pourrais jamais les effacer, pas vrai ? Bien que j'essaie maladroitement de lui dire que j'ai changé et que je ferai tout pour pouvoir, ne serait-ce qu'un instant, être digne de ce professeur qui me fait face. Je sens à sa réponse que la conversation le met mal à l'aise. Je ne prends pas le risque de continuer à parler de ça.

Les sujets gênants pour lui ou pour moi s'enchaînent. Je sens que je l'ai piqué au vif, mais je devais lui faire part de cet... incident. J'ai peur pour lui, je ne veux pas qu'il puisse un jour choisir d'éteindre qui il est, bien que j'aie en tête le fait que les sentiments sont exacerbés chez les vampires comme les hybrides. Ce n'est pas le bon choix. Ce ne le sera jamais. Je me mordille la lèvre, légèrement gênée à sa première réponse. Si j'avais eu une baguette magique, j'aurai écrit en lettre de feu « liar ». Alors que j'entrouvre les lèvres pour l'interrompre et lui répéter presque mot pour mot ce qu'il a dit à la fête, je me tais immédiatement quand il parle de son éternité. C'est comme un choc électrique qui me parcoure l'échine. Wayne est jeune, mais son temps s'est arrêté. Il est immortel et il doit commencer à composer avec ça. Qui suis-je pour lui reprocher d'avoir été tenté ? Qui ne perdrait pas la tête face à ces nouveaux enjeux ? Sorcière de mon état, je suis mortelle. Contrairement à Marie, je n'ai pas l'intention de changer de corps, celui-ci est le mien et je n'en veux pas d'autre. Mon regard se perd dans sa contemplation alors que je suis en pleine réflexion.

« Et tu as réussi à faire le point ? » m'enquiers-je doucement, comme une caresse à ses oreilles. Je laisse passer quelques secondes, m'attrapant maladroitement le bras droit de ma main gauche. Mes yeux trahissent mes sentiments, mon affection pour lui et ma sincérité. « Si tu as envie d'en parler, sache que je serai toujours là pour t'écouter et t'épauler du mieux que je peux. »

Je ne peux m'empêcher de glousser à son rictus que je trouve craquant. Il est dommage que les trois quarts des humains soient des crétins. L'obéissance peut avoir du bon par contre, l'éducation de prime abord. Wayne est brillant et a cette aura, cette façon d'être qui fait que son avis est rarement discutable. Ses élèves pourront peut-être changer la donne avant qu'il ne soit trop tard. Mes pensées sont parfois sombres concernant l'humanité, c'est surtout que je m'inquiète pour mes proches. Ma famille, Marie, Tara et évidemment Wayne, bien que je sache qu'ils sont tous les trois capables de se défendre, je ne veux prendre aucun risque. Un sourire amusé reste gravé sur mes lèvres et je n'arrive pas à changer d'expression de visage. C'est idiot, mais dans ma tête j'essaie d'imaginer qui aurait le dessus entre lui et moi si nos opinions divergeaient. J'ai mon petit caractère et je ne suis pas du genre à écouter. Ce qui est interdit a forcément quelque chose d'attirant.

« Ton poste de leader te vas bien. » dis-je les yeux pétillants de malice. « Je suis sûre que tu arriveras à maîtriser toutes les fortes têtes. » Je me surprends à balayer la pièce du regard. La salle de classe est grande, spacieuse et pourtant je me sens comme dans un petit cocon avec le seul homme qui mérite qu'on lui consacre tout notre temps. Je plisse le regard en penchant un peu ma tête sur le côté tout en le lorgnant. « Vos élèves ont intérêts à vous prêter une oreille attentive professeur. »

Je le cherche vraiment ce prénom... Comment s'appelait-il déjà ? Ai-je aussi mal digéré qu'il préfère aller avec cet homme de cro-magnon plutôt que de passer plus de temps avec moi ? Mon souffle est court malgré tout. Au moment où mister Blackwood reprends la parole, je déglutis de façon discrète. Je crains de le faire souffrir si on s'aventure sur ce sujet-là, une maladresse de plus à mettre sur l'ardoise de mes fautes. Je serre les dents. Le seul qu'il ait trouvé ? J'aurai dû faire mes bagages et les rejoindre de force à la Nouvelle-Orléans... Je hais cette ville, franchement. Je tente de me décrisper, personne ne pourrait être dupe sur mes sentiments pour le bel hybride. Je me contente de cligner plusieurs fois des yeux, il mériterait au moins de se prendre une pichenette. Pour ne pas m'écouter, il n'y a pas de soucis. C'est clair que je n'avais pas son autorité naturelle, par contre j'étais du genre à m'accrocher. Je n'aurai pas cessé une seconde de lui faire savoir à toute heure à quel point ce vampire était un boulet à traîner. Moi jalouse ? Pas du tout...

« Tu l'aimes toujours ? »

Ces mots m'échappent alors que les battements de mon coeur s'affolent, mais il est trop tard pour effacer mes mots qui sont déjà parvenus aux oreilles du beau châtain. Aussitôt je secoue la main dans l'air tout en secouant la tête.

« Excuse-moi, ça m'a échappé. Laisse tomber, fais comme si je n'avais rien dit. » Je me redresse un peu, je ressens bien un malaise sur ce coup. « C'est juste que... Non, en fait, je ne sais pas quoi dire. » L'une de mes mains se perd dans mes cheveux alors que je tente de reprendre le fil de mes pensées. « Alice est une fille bien... » Il va me falloir un défibrillateur pour relancer mon coeur, cette phrase était vraiment dure à sortir. Ça fait plus mal que je ne le pensais, reconnaître qu'une femme est bien pour l'homme que vous aimez, mais que cette femme ce n'est pas vous. « Par contre, oui, c'était une connerie pour... Bidule... » Je repasserais pour les règles de bienséance et le respect que je dois à chacun, mais Wayne a été blessé de cette dernière relation, je n'ai pas envie d'être « gentille » avec ce vampire. Je prends de longues secondes avant de réussir à dire la suite. « C'est ta vie, ton éternité, tu es le seul à pouvoir décider de ce que tu en fais. Peu importe ce que je pense. L'important c'est que tu fasses les choix qui comptent pour toi, que tu n'aies pas de regret à avoir. Tu aurais très bien pu m'écouter, ne pas être sorti avec... Mais peut-être qu'aujourd'hui tu m'en voudrais et tu t'en voudrais de ne pas avoir essayé. Les relations de couples sont complexes et ... Disons que ce n'est pas vraiment le domaine dans lequel j'excelle. » C'est le moins que je puisse reconnaître étant donné mes relations tumultueuses. Sa dernière phrase me donne des frissons et je pose immédiatement ma main sur le bras du jeune professeur dans une caresse de réconfort avant de lui sourire de façon rassurante.« Hey... Wayne Blackwood, même au plus bas tu es quelqu'un d'extraordinaire, crois-moi. Ça arrive à tout le monde d'avoir des hauts et des bas. Mais ton ex a de la chance que ce soit toi l'hybride entre toi et moi... » fis-je avec un petit sourire pour montrer que c'était de l'humour noir. Je ne suis pas du genre à tuer. Je lui aurais quand même fais une belle frayeur si j'en avais eu l'occasion.

Même Marie et Tara ne me voient pas de la même façon que Wayne. J'ai le sentiment d'être plus douce, de montrer peut-être plus ma fragilité à ses côtés. Évidemment, ma famille me connaît par coeur. Seulement, c'est différent dans le sens où je ne me cache pas face à lui, en aucune façon. Il n'a pas besoin de regarder dans le fond de mes yeux pour entre apercevoir mon âme, parce que je la lui délivre dans chacun de mes mots, dans chacun de mes gestes. Tout semble plus simple à ses côtés. Je partage son rire, tentant même de l'imaginer entouré de papillons. « Je pense que je rigolerais dans un premier temps. » Je mordille ma joue pour essayer de reprendre un minimum de sérieux. « Ce serait amusant de te voir faire la statue en attendant que les papillons se posent sur toi. »

Mes sentiments n'avaient plus aucun secret pour lui. Mais ils y en avaient-ils vraiment eus ? Dès lors que j'ai failli lui voler un baiser alors qu'il était encore en couple avec Alice, il y avait peu de chances. Finalement, j'ai toujours voulu être avec lui. Partager sa vie. Je ne le mérite pas, c'est tout. Alors que le professeur craquant évoque le fait que cela sonne comme de la poésie, j'aimerais sortir ces mots. Ces mots qui lui disent que j'ai compris que je ne le méritais pas et ce dernier idiot du village non plus. On peut toujours admirer la lune sans jamais pouvoir l'atteindre. Wayne est ma lune, mon soleil, mon indispensable : Il mérite bien plus qu'une petite sorcière qui s'est fourvoyée pendant trop d'années. Alors que mes propres mots sortent de sa bouche, je resserre mes doigts sur la table. J'ai raison, il a raison... Mais alors que je pense tout espoir vainc, une phrase vient terminer ma réflexion d'avant. Mon regard fixe le visage de l'hybride. Ai-je rêvé les derniers mots ? Muette. J'ai complètement perdu tout sens de la répartie... Du langage en fait...

Mon coeur n'a jamais autant battu de ma vie alors que le visage de Wayne se rapproche du mien. Alors que ses lèvres atteignent les miennes, je ferme les yeux. J'ai l'impression que l'on m'embrasse pour la toute première fois. Il n'y a rien de comparable entre ce que je ressens pour le beau châtain et ce qui fait dorénavant parti de mon passé. Je l'aime. Je sais que je ne pense pas cette phrase par démesure. Je n'ai pas le sentiment que c'est un simple baiser, pour moi c'est bien plus. C'est le reflet de ce nous que j'ai tant rêvé sans pouvoir me dire qu'il serait possible. Je serai prête à tout pour lui. Je frissonne encore alors que nous nous séparons. Je plonge mon regard dans le sien, j'ai cette peur qu'il s'évanouisse dans la nature, que mon réveil sonne pour me ramener à la dure réalité. Alors que je pose ma main sur sa joue avec douceur, il est toujours là. J'essaie de lire dans ses yeux s'il regrette ou non avant de reposer délicatement mes lèvres sur les siennes, presque de façon maladroite. Je tremble sous l'effet du flot de sentiments qui m'envahit. « Je t'aime... » dis-je dans un murmure à peine audible qui vient caresser ses lèvres.

love.disaster


Hrpg:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses - Wayne C. Blackwood   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un cours de sciences occultes peut prendre des formes bien diverses - Wayne C. Blackwood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que faire quand on s'emmerde sur LC FRA?
» ♣ Liste des matières et options
» Une simple rumeur peut prendre des proportions effrayantes... PV Harry P. |RP cloturé|
» L'amitié peut se montrer de bien des façons... [PV Luna]
» Callum : "On peut parvenir à de bien meilleurs résultats avec une bonne parole et un flingue."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: VERSION 1.0 :: SAISON CINQ :: RPS-