AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ohana means family. Family means no one gets left behind [PV Andy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité


MessageSujet: Ohana means family. Family means no one gets left behind [PV Andy]   Lun 18 Aoû - 17:55

Charlie ∞ Andrew
Ohana means family. Family means no one gets left behind.
Les mains flanquées au fin fond des poches, la tête recourbée dans les épaules, je traînais des pieds à en agrandir les trous dans mes semelles. C'était pas comme si acheter une nouvelle paire de chaussures résidait dans le top 50 de ma liste des priorités, mais il allait falloir que je trouve un moyen d'en piquer quelque part avant de me retrouver à plat. Personne ne m'avait vraiment laissé le temps d'emmener quoique ce soit, j'avais réussi à me débrouiller comme je pouvais pour l'instant. Mais l'argent, c'était ça le soucis. J'avais pas un rond dans ma veste, même pas de quoi appeler Owen pour lui dire qu'outre mon sens pourri de l'orientation et l'allure de SDF, j'allais bien. Oh, c'était une bonne idée ça et si ... Non Charlie, les gens normaux ne piquent pas les chaussures aux SDF, c'est mal. Reprend toi un peu. M'engageant au hasard dans la première intersection, j'étouffai un frisson. Le froid était une chose, mais qu'est-ce que j'avais faim ! Le genre d'appétit qui pouvait vous faire avaler trois fois votre poids sans que votre conscience ne vous arrête en chemin. Les crampes à gogo, la mauvaise humeur en cadeau, il fallait sérieusement que je fasse quelque chose avant de laisser mon alter ego l'estomac sur pattes prendre le dessus. Sauf que pour le coup, c'était assez délicat de frapper à la première porte pour demander un litre ou deux d'hémoglobine. Même avec la dose de "s'il vous plait" à la fin de la phrase. La politesse c’était surfait.


Exténuée et découragée, je m’affaissai de tout mon poids contre une boîte aux lettres, manquant de l’arracher de la pelouse au passage. Super, Charlie déplanteuse de piquets, ça sonnait bien comme titre de faits divers. Je devais avoir fait le tour entier des quartiers de la ville, et pourtant, mon cousin restait impossible à trouver. C’était pas comme si ça grouillait de Pritchard dans la région, non ? Avec un nom pareil, on devait facilement pouvoir se reconnaître – et puis, j’étais pas censée avoir des supers sens en plus maintenant ? Apparemment celui du GPS n’était pas inclus dans le package. Pourquoi est-ce que je n’avais pas simplement demandé au premier venu ? Vous êtes malins, c’était pas le truc le plus facile à faire quand on ne pouvait pas s’exposer au soleil. Pleurnichant ma pasdouéetitude comme la folle que j’étais, je sursautai violemment lorsque la lumière du perron m’éblouit, m’arrachant une grimace. « Vous allez bien ? » Il avait l’air sympa celui-là ; les poubelles qu’il sortait exceptées. Reniflant mes sanglots de la façon la moins sexy du monde, j’hochai négativement de la tête. Non je n’allais pas bien, et j’allais peut-être devoir lui repayer une fichue boîte aux lettres maintenant, et j’avais soif, et Owen me manquait, et ce trou dans mes chaussures me trempait les chaussettes, et ça, c’était la vraie torture. « Vous avez besoin de quelque chose ? » « Je cherche Andrew Pritchard, ça vous dit quelque chose ? » Dis oui dis oui dis oui dis oui allez dis oui. « Pritchard ? Vous avez essayé au bout de la rue ? » Ah. Non. Ça je ne l'avais pas fait. Essuyant mes yeux d'un revers de manche, je manquai de lui sauter dans les bras. Enfin. « Oh j'vous aime vous ! Au passage, est-ce que vous auriez, je sais pas moi, une poche de sang, une veine ou deux ... ? » Le type reparti aussi vite qu'il était arrivé. Non ? C'était pas comme ça que ça fonctionnait ?  « Non ? Même pas un sandwich ? » La porte me claqua à la figure, résonnant dans mes tympans. « Bravo pour l'exemple, vous pouvez vous la mettre où je pense votre hospitalité ! » En rogne, je shootai un bon coup dans la boîte aux lettres avant de reprendre mon chemin. Au bout de la rue, au bout de la rue, ... ça devait être là. Je laissai mon poing cogner contre la porte. Une, deux, trois f... le battant s'ouvrit. « Pitié, dis moi que tu t'appelles Andrew. »

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Ohana means family. Family means no one gets left behind [PV Andy]   Lun 18 Aoû - 20:10


Ohana means family. Family means no one gets left behind.


« Pitié, dis moi que tu t'appelles Andrew. » Ce n'est pas vraiment ceux à quoi je m'attendais en ouvrant la porte. Pour commencer, je suis pas du genre à avoir des fan et en plus de ça, rares sont les personnes qui m'appellent Andrew, excepté lorsqu'il s'agit de choses officielles. Pourtant, cette fille là, n'a pas vraiment la dégaine d'une femme d'affaire ou je ne sais trop quoi. Non, elle s’est plus l'étudiante Junkie qui fume dans le coin des tox au niveau du lycée. Pourtant, cette nana là, elle s'est acharnée sur ma porte d'entrée jusqu'à ce je daigne ouvrir et au son de sa voix, j'ai comme l'impression d'être le messie. Je suis certainement mauvais en ce qui concerne les introductions mais je commence certainement pas par pitié. Je remets mes lunettes en place et mes deux mains atterrissent dans mes poches. « Et tu es … ? » Je me rends compte que j'ai pas affirmer être Andrew, peut-être parce que ça sonne comme une évidence à mes yeux et que sans doute que si elle me cherche c'est qu'elle me connaît ou du moins elle a tapé mon nom sur internet. C'est marrant parce qu'il y a quelques jours, je me suis cherché sur google et on trouve tout un tas d'article sur moi et la thèse et la fac. La thèse... C'est sûrement ça qui l'a fait venir jusqu'à moi. Je plisse un peu les yeux, elle est cruellement blanche, dans un piteux état. Je me rends compte que je réfléchis trop vite et que je lui ai même pas laisse le temps de répondre que je lui lâchais déjà un « Attend » avant de laisser la porte grande ouverte et de partir en direction de la cuisine.

Lorsque je reviens vers la Junkie vampire en manque de sang qui me connaît de je ne sais pas où, je lui lance une poche de sang. Hope se fou de ma gueule avec ça mais... je suis amené à côtoyer des vampires et je veux être un bon hôte ou du moins qu'on laisse ma carotide tranquille ainsi que celle de Hope et de Nillem. « Vas-y, boit, c'est pas moi que tu vas choquer. Ni dégoûter. Je t'assure que j'ai vu pire ! » C'est con, je lui parle alors que je sais toujours pas qui elle est. Mais bon, c'est mon côté bon samaritain qui aide la veuve et l'orphelin. « Sinon, Andrew c'est moi, Andrew Pritchard. » Arf, j'aime pas m'appeler encore moins par mon prénom, je sais pas ça sonne presque faux. « Mais je préfère Andy. » Je la connais pas, c'est sûrement une folle psychopathe et elle me veut peut-être du mal, après tout la thèse n'a pas fait plaisir à tout le monde alors... Mais pour le moment elle est sur le pas de la porte et moi chez moi. C'est pas non plus comme si je l'avais invité à entrer... pas encore... « Et donc tu es... » Je me sens dans l'obligation de faire le  pré quel de ses phrases, parce que je veux qui elle est, ce qu'elle me veut, et que je suis un peu trop excité l'idée d'avoir un vampire qui vienne me voir moi et sûrement que j'aurais pas du boire du café ce soir, malgré ma prévision de bosser tard cette nuit. C'est ce que je faisais avant qu'elle ne toque, ou du moins s'acharne sur ma porte d'entrée.

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Ohana means family. Family means no one gets left behind [PV Andy]   Mar 26 Aoû - 21:09

Charlie ∞ Andrew
Ohana means family. Family means no one gets left behind.
Peut-être qu'il était mon cousin. Peut-être qu'il n'était pas mon cousin. J'en savais rien en fait, monsieur refusait de dire oui ou non. C'était pas chiant le gens comme ça ? « Et tu es … ? » Non sérieusement, tout serait plus facile si les gens disaient cash qui ils étaient. Ou s'ils portaient, j'en sais rien moi, des étiquettes. Un gros post-it collé sur le front "frère d'un tel, cousin de truc, fils de machin". Pas le petit post-it de loser de bureau, le truc jaune canard radioactif écrasé format géant. Ça serait pas intelligent ça ? Ça serait pas joli ça hein ? Non, c'est sûr ça serait carrément hideux, et bonjour les allergies sur la face mais vous captez le principe. Les mains scotchées sur les hanches, je penchai la tête sur le côté. En parlant de face - ils étaient où les traits familiaux ? Si je me penchais comme ça, et que je plissais un peu l’œil droit en oubliant que l'autre œil existait, avec un bon éclairage, je retrouvai un peu d'Owen. C'était le nez. Et un peu la structure faciale en général - le cou excepté. Le cou ? Depuis quand on reconnaissait les gens à leur cou de toute façon - imaginez le truc au commissariat ; des empreintes de cou. Ça, ça serait fun. Ce qui l'était un peu moins c'était la façon avec laquelle mon cerveau déshydraté faisait une fixette sur la nuque de mon peut-être/peut-être pas cousin. Mes mains descendirent lentement sur mon ventre, agrippant le t-shirt et la peau au passage en recherche d'un minimum de self control. Putain ça faisait mal. « Attend »

Et voilà, je lui avais fait peur maintenant ! Bravo Charlie, vraiment. T'aurais du sortir plus souvent, tes capacités à communiquer, c'était un peu rouillé ma belle. Mais j'avais. Tellement. Soif. « Vas-y, boit, c'est pas moi que tu vas choquer. Ni dégoûter. Je t'assure que j'ai vu pire ! » La poche à peine atterrie dans mes mains, j'arrachai l'embout d'un coup de dents avant d'aspirer à m'en faire mal aux lèvres. Que Dieu bénisse ce gars. Mais genre bien, pas avec un bout de carton qui colle au palet. Il méritait au moins un bon kebab céleste là. « Sinon, Andrew c'est moi, Andrew Pritchard. » Une gorgée de travers ; je manquai de tout recracher sur mon t-shirt. Andrew. C'était lui, je l'avais enfin trouvé. C'était mieux que n'importe quel twist de fin de film. « Mais je préfère Andy. » Oh s'il le voulait. Je l'appellerais n'importe comment, je m'en foutais, il était là. Owen avait raison. J'étais plus toute seule. Lançant la poche vide derrière mon épaule, je sautai limite de joie. La fatigue seule m'empêchait d'applaudir ; et peut-être aussi un zeste de fierté. Un tout, tout petit zeste de fierté. « Et donc tu es... » « Charlie ! Je suis ... Attend ça sera plus clair avec ça. » Tout fière de moi, je sortais l'arbre généalogique plié en huit dans la poche de ma veste. Bah quoi, c'était ma seule planque. J'étais partiellement et momentanément une femme-valise, on faisait avec les moyens du bord. Lui flanquant le torchon dans les mains, je le retournai trois fois avant de trouver le bon sens de lecture. D'un air sûr, je plantai mon doigt au bas de la feuille. « Deuxième nom à droite du tien, cousin ! »

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Ohana means family. Family means no one gets left behind [PV Andy]   Ven 29 Aoû - 20:34


Ohana means family. Family means no one gets left behind.


J'ai pas pour habitude qu'on me dévisage, alors forcément, ça me fait bizarre de voir ses yeux se glisser sur chaque passerelles de mon visage. Je suis d'autant plus mal à l'aise quand elle s'arrête sur ma carotide, c'est d'ailleurs ce regard insistant qui me pousse à aller lui chercher une poche de sang avant de balance que oui, Andrew, c'est bien moi, du moins je balance mon nom de famille parce que je n'ai pas le prénom le plus original du monde. Puis tant qu'à faire autant qu'elle m'appelle Andy. Son visage change alors immédiatement, je me sens un peu comme un messie, voir Dieu, je sais pas non plus ce que je lui ai fait pour qu'elle soit si ravie de me voir parce que de toute évidence, moi je ne la connais pas. Je me serais souvenue d'elle, je me souviens de tout le monde. « Et c'est pas toi qui va nettoyer après. » Jeter la poche de sang gracieusement offerte dans mon allée n'est pas très sympa, il faut le reconnaître quand même.

Ainsi donc, elle s'appelle Charlie, je trouve que c'est un drôle de prénom pour une fille, ou alors c'est un diminutif, je sais pas. Comme moi, elle peut préférer un surnom ou je sais pas quoi. Finalement elle fini en disant que ça serait plus simple après, après quoi je sais pas, mais en tout cas, elle cherche frénétiquement dans sa poche. Je vois un bout papier tout froissé qu'elle finit par me mettre dans les mains, je reconnais un arbre généalogique sans savoir à qui il appartient, elle tourne le papier trop vite pour que je puisse lire. La feuille dans le bon sens, elle tapote son doigt sur l'un des nom, mon nom affirmant par la même occasion que je suis son cousin. Je relève la tête, fronce des sourcil au passage avant d'écouter son indication, deuxième prénom à droite du moi. Je dois cligner plusieurs fois des yeux avant de réaliser que c'est bel et bien ma cousine. Mon père a du mentionner l'existence de sa famille une ou deux fois sans jamais trop s'étendre dessus. J'ouvre la porte un peu plus grand. « Tu peux rentrer si tu veux. » C'est ma cousine, je peux ma la laisser dehors dans un état comme ça. Pourtant, elle aurait très bien pu me sauter à la gorge, me vider moi et Nillem de mon sang si elle le voulait là tout de suite maintenant, mais je prends le risque, avec le peu de famille qu'il me reste, une cousine même vampire est la bienvenue. « Tu dois probablement pas savoir quand chose sur moi, mais le plus important à savoir là tout de suite maintenant, c'est que j'ai un enfant de cinq ans qui dort par loin et j'essaye de le protéger du surnaturel un maximum même si sa « mère » est une sorcière » Je mime les guillemets et je préfère la prévenir dès le début, Nillem n'a pas spécialement à être confronté à ça il est trop petit pour ça. Je me dirige dans le salon pour finalement posé mes fesses dans le canapé, indiquant au passage à Charlie qu'elle peut elle aussi s’asseoir si elle veut. « Alors cousine, qu'est-ce que t'amène ici. » Au vu dans l'état dans laquelle je l'ai trouvé, rien de bien positif.

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Ohana means family. Family means no one gets left behind [PV Andy]   Dim 28 Sep - 17:55

Charlie ∞ Andrew
Ohana means family. Family means no one gets left behind.
Sur ce coup là, je l'avouai, j'étais sacrément fière de moi. Le suspens, le drama, j'y avais tout mis, c'était magnifique. Il ne manquait plus que la petite larme au coin de la joue et on se serait crus dans Amour, Gloire et Beauté. Mais si, le genre d'épisode où Brenda avoue à Brendon que leur amour est impossible parce qu'ils ont le même père, la routine quoi. Bon, mon pauvre cousin il devait pas y comprendre grand chose à tout ça. En même temps, c'était pas tous les jours que quelqu'un de mal sapé et d'à moitié déshydraté venait frapper à votre porte en venant réclamer un droit de reconnaissance familiale et une poche de sang. Jetant un regard désolé à cette dernière, je me jurai intérieurement de la ramasser plus tard - enfin, l'idée quitta ma tête aussi vite qu'elle y était rentrée. La main fermement accrochée à l'arbre généalogique, j’attendais qu'il réagisse. N'importe quoi, un cri de terreur - ça se vaudrait en soit, j'aurai pas aimé m'avoir en cousine non plus - de la surprise, un peu de joie ? A en juger par le bout de papier, niveau famille, on était à égalité. Aussi peu dans les deux camps. « Tu peux rentrer si tu veux. » « Vraiment ? »

C'était dans ce genre de situations que j'avais finis par comprendre que je ne pourrai décemment plus sauter au cou des gens pour les remercier. Je me contentai de sourire comme une imbécile en passant le pas de la porte, non sans grimacer de devoir garder pour moi mes effusions de joie. Une véritable aiguille dans le pied ce truc. Pire. Carrément un tronc d'arbre. « Tu dois probablement pas savoir quand chose sur moi, mais le plus important à savoir là tout de suite maintenant, c'est que j'ai un enfant de cinq ans qui dort pas loin et j'essaye de le protéger du surnaturel un maximum même si sa « mère » est une sorcière. » Les guillemets dans le vide m'arrachèrent un fou rire assez incontrôlable. Allez savoir pourquoi, conséquences du contre-coup, je détestais quand Owen faisait ça. Mon Owen ... « Sa mère ? Ouuh je veux savoir ! » Il ne fallait pas me donner des gossips implicites comme ça, j'étais pire qu'un charognard. Mais dans ma tête le calcul se faisait : Sa mère - Copine d'Andy - Famille par extension. J'étais venue chercher un cousin et je me retrouvais avec deux autres en plus. Bon, par alliance, et alors. Il aurait bien pu les voler pour les rajouter au tableau que je m'en serais foutue.

Collant Andy aux baskets, je m'affaissai de tout mon poids dans le canapé. J'aurai donné père et mère pour pouvoir rester dans ce canapé toute ma vie - la chance était de mon côté apparemment, pour le père c'était déjà affaire réglée. Ce n'était qu'une question de temps pour que l'autre suive. « Alors cousine, qu'est-ce que t'amène ici. » Le sujet qui fâchait. Je me relevai un peu, soudainement comprimée au niveau des poumons. Les coups de feu, sa tête derrière le canon du fusil, la mienne devant. Owen, la fuite, tout. La faim, la soif, mes putains de baskets trouées, mes chaussettes trempées, ses cris, sa moue dégoûtée, les balles, le sang, la poudre. « Je me suis fait jetée de chez moi. A coups de fusil. Va savoir pourquoi ... » Je ponctuai cette dernière partie d'un sourire rayonnant pour qu'il comprenne l'évidence. Tout ça pour une histoire de canines. « Je connais pas le reste de la famille, alors félicitations, t'es tout ce qu'il me reste. » Je souris plus franchement cette fois-ci. Bien-sûr, j'avais encore Owen. A des kilomètres d'ici. J'avais les jetons que ma mère lui anesthésie le cerveau à coups de conneries sur mon compte. « Est-ce que tu aurais un téléphone par hasard ? J'ai besoin de passer un coup de fil à Owen. Troisième nom à droite. C'est mon gnome de petit frère. »
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Ohana means family. Family means no one gets left behind [PV Andy]   Dim 5 Oct - 14:33


Ohana means family. Family means no one gets left behind.


JÀ l'heure actuelle, il ne me reste plus grand chose de ma famille, enfin bien sûr, j'avais Hope et Nillem, mais les Pritchard ont déserté, alors, lorsque Charlie pointe son nez sans crier gare, ça fait bizarre, mais c'est un nouveau point d'accroche ? J'avais beau ne pas la connaître, je prenais le risque de la laisser entrer chez nous, peut-être que j'ai eu tord, peut-être qu'elle allait me rouler, après tout je ne sais rien d'elle, sans doute qu'un jour mon père a sans doute mentionner son prénom, ou alors son faire part de naissance à directement fini à la poubelle, avait-on seulement reçu un faire part de naissance ? Je lui mentionne rapidement l'existence de Nillem sans plus m'étendre sur le sujet alors que de toute évidence, elle aurait aimé en savoir plus à ce sujet, du moins à ma situation familiale. Je résigne à lui répondre, poussant un soupire, après tout il faut que je la mette au courant de ce qui se passe ici. « Ce n'est pas sa mère à proprement parler. Je suis pas non plus son père. C'est que ce gosse, sa mère biologique est morte, et sa mère sortait avec mon frère Sayanel, qui n'est pas le père du gosse. Il n'a jamais connu son père, mais de ce que je sais c'est une ordure, du coup, à la mort de sa mère Sayanel est revenu avec le gamin, sauf que... Il est mort lui aussi donc avec ma copine, Hope, on a en quelque sorte hérité illégalement de lui. » Illégalement, car à ma connaissance aucun texte de loi nous autorise à exercer une quelconque autorité parentale, et toutes les solutions que j'ai trouvé pour remédier cela sont toutes aussi illégales.

Je me laisse tomber dans le canapé en lui demandant ce qui peut bien la conduire ici, jusqu'à Mystic Falls, jusqu'à chez moi alors qu'elle n'en sait pas plus sur moi que j'en sais sur elle. À l'entendre, sa vie n'a rien de plus réjouissante que la mienne, à l'exception que moi j'avais Hope. Virée de chez elle, à cause d'une histoire de canine, c'est ici qu'elle a décidé de se réfugier, car elle ne connaît personne d'autre. « Mais tu ne me connais pas non plus. » Du moins pas avant qu'elle dut voir ce bout de papier avec notre arbre généalogique.

Charlie vient à me demander si j'ai un téléphone pour qu'elle appelle Owen, elle désigne une nouvelle fois un nom sur l'arbre, affirmant que Owen c'est son frère. « Sur le meuble là-bas. » Je désigne du doigt le fameux meuble avant de me reconcentrer sur l'arbre généalogique. Si elle en a un, mon père doit forcément en avoir un aussi, il faudrait peut-être que j'aille fouiller dans les cartons entassés dans la chambre de Lisbeth un de ses jours. « Tu sais qu'aujourd'hui, les vampires ne sont pas très bien vu à Mystic Falls. Je suis pas certain que ce soit l'endroit le plus sûr pour toi. » Elle avait déjà dû survivre à une mère hystérique, ce n'est pas pour être victime d'une balle perdue à cause d'une milice mal préparée. Plus aucun Pritchard mourra sous mes yeux ou pas ma faute. « Mais tu peux rester là aussi longtemps que tu le souhaites, du moment que tu ne tentes pas de nous manger. » Un jour j'appellerai Hope avant d'inviter quelqu'un sans son consentement dans notre chez nous, c'est promis. « On a une chambre d'amis, du sang au frigo, une sorcière sous la main qui pourra de faire une bague de jour. »

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ohana means family. Family means no one gets left behind [PV Andy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ohana means family. Family means no one gets left behind [PV Andy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» If It Means A Lot To You ►► 02/03/12 à 23.58
» Family First : II
» You're bringing new life to your family tree now ◮ Alistair & Andy
» Montage débile : Family Sim Bower
» Family is all. {Mael - Liora}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: VERSION 1.0 :: SAISON CINQ :: RPS-