AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 my little baby has grown up - elizabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Anonymous
Invité


my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth EmptyMer 25 Juin - 16:45




MY LITTLE BABY HAS GROWN UP



Peut être fallait-il y voir un signe du destin. Un prospectus avait atterri devant ma boutique, m'annonçant un vernissage à la galerie d'art de Mystic Falls. Comme la chantilly sur le gâteau, la directrice faisait l'honneur d'y être présente et y ferait même un petit discours. A priori, il n'y avait là rien de bien fabuleux sauf pour un amateur d'art. En y regardant de plus près le nom de cette femme m'interpella. Mon vieil esprit fatigué fixait longuement ce nom sans vraiment réagir. Il me fallut de longues minutes pour me rappeler qu'Elizabeth Amalia Lafay était Marie-Anne Lecarde, ma Marie, ma petite fille ! J'avais besoin de m'assoir tant mon coeur palpitait à cause de ce morceau de papier. Je tapotais sur mon bureau et attrapait mon verre contenant une boisson à base de plantes que j'avais préparé dans l'après midi. Il était peut être temps que j'aille à sa rencontre pourtant, malgré les années, j'étais toujours effrayée par cette idée. Un noeud se formait dans ma gorge et plus je pensais à mon enfant, plus ce noeud grandissait. J'avais besoin d'être forte et de mettre de côté mon chagrin. Rencontrer Elizabeth ne serait pas une chose facile. Elle me reconnaitrait sans doute tout de suite étant donné que mon corps n'avait pas changer depuis ma mort. Je n'avais pas subi le vieillissement que la vie inflige même depuis mon retour dans ce monde, cela fait déjà trois ans...

Mon choix se porta sur une robe sobre et élégante, noire avec un décolleté en v. Le genre de robe qui ne me quittait plus, qui convenait dans n'importe quelle circonstance et qui allait de paire avec des escarpins de la même couleur. Mes cheveux étaient soigneusement bouclés, mes ongles vernis d'un rose poudré. Je me parfumais au musc blanc, une odeur qui m'avait toujours séduite. Enfin, je sortais de chez moi munie d'une large paire de lunette solaire opaque. Il fallait mieux que je me fasse discrète.  

Un taxi me déposa devant l'entrée de la galerie. Une entrée chic, à l'image d'Elizabeth, évidement. J'avançais d'un pas sûr, bien qu'à l'intérieur, j'étais terrifiée. Je me cramponnais à ma pochette en cuir, la mine crispé. Heureusement mes lunettes cachaient mon regard, transformant mon angoisse en une sorte d'orgueil.

Un serveur s'approcha pour me servir le champagne que j'attrapais sans dire un mot. Je fis le tour du hall d'entrée, lentement, comme si chaque détail était important. Le discours devait se faire dans la salle de réception, ça n'allait plus tarder, tout n'était qu'une question de minutes.

La salle de réception se gonfla de monde, comme si cet évènement était un must have à ne pas manquer. Je restais dans le fond, ma coupe de champagne pleine. J'étais incapable d'avaler quoique ce soit et bien que ce moment semblait être un véritable plaisir pour tous, il était pour moi un vrai moment de torture. Elizabeth entra dans la salle, radieuse. Elle me semblait être devenue une femme forte et son aura dégageait énormément. Cette femme inspirait et ça se voyait. Doucement, je pris une inspiration, cherchant à calmer mes palpitations, m'apprêtant à l'écouter. D'habitude, j'étais invisible aux yeux de tous et je restais derrière Elizabeth, la suivant comme un ombre dès que l'occasion se présenter. Pourtant, rien que cette fois, j'étais faite de chair, visible aux yeux de tous. L'émotion me submergea et quelques larmes s'échappèrent en silence.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
Freya Mikaelson

morsures : 4896
inscrit(e) le : 03/01/2013
célébrité : riley voelkel
crédits : shiya, neon demon & tumblr

my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: Re: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth EmptyMer 25 Juin - 17:40

... ... ...
Elizabeth & Milah




baby has grown up
Respirer lentement, c'était la meilleure chose que j''avais à faire actuellement. J'attachais autour de mon cou un pendentif, une simple chaîne en or surmontant un saphir, puis j’arrangeais mes cheveux parfaitement bouclés tout autour de mes épaules pour les laisser cascader dans mon dos nu. La robe venait de chez Liddell, bien que cette femme était fort dévergondée à mon goût, elle avait le mérite de vendre des choses vraiment magnifiques comme cette robe blanche à dos nu. Un parfum signé Versace sur le cou, et je m'approchais de la porte pour rejoindre le reste de la Galerie et sortir de mon bureau, afin de présenter un tableau qui allait occuper un mur de mon établissement durant quelques semaines avant de repartir d'où il vient, en Espagne. Ce n'était pas la première fois que je faisais ce genre de choses, je n'avais pas à être stresser pour je ne sais trop quel pressentiment donc autant prendre mon courage à demain et avancer. C'était aujourd'hui l'une des rares journées où je n'avais pas à m'occuper de je ne sais quel sortilège donc autant mener à bien mon métier.
Je saluais quelques personnes influentes dans la ville. Je regrettais que Mélinda ne puisse pas assister à ce vernissage mais elle avait ses priorités. Je faisais donc le tour des invités d'honneur, leur demandant comment ils allaient en les invitant à prendre une flûte de champagne ou a grignoter quelque chose sur le buffet froid.
Une fois les salutations rapidement faites, je me dirigeais déjà vers la salle de réception, tout ce beau monde me suivant en bavardant de tout et de rien où en restant émerveillé devant la beauté des lieux. Quand j'avais racheté cet établissement, il s'agissait d'une résidence avec plusieurs appartements. Les travaux avaient duré très longtemps mais le résultat était parfait à mon goût : la Galerie ressemblait à un palais de justice de dehors, avec ses colonnes et ses marches longues. L'intérieur était large et spacieux avec un sol en damier noir et blanc et un plafond terminant en clé de voûte. J'avais fais tomber les étages, ce qui élevait maintenant la plafond à la hauteur de celui d'une cathédrale. D'ailleurs, les fenêtres sur les deux longueurs évoquaient clairement des vitraux, rendant les lieux davantage lumineux et spacieux. Bref, j'étais très fière de ce que j'avais fais de cet endroit.
J'arrivais vite devant le fameux tableau qui était d'une nature imposante : il mesurait deux mètres cinquante de hauteur sur cinq mètres de longueur. J'attendais que tout les regard convergent vers moi, un sourire pincé aux lèvres avec mes mains jointes devant moi.
-Merci à vous tous d'être présent cet après-midi. Donc, ce mois ci la Galerie de Mystic Falls a la chance de recevoir pour une durée de un mois un tableau provenant du musée de la Reina Sofia, à Madrid en Espagne. L'artiste du tableau est inconnu mais le style est assez représentatif de la Guerre, d'Otto Dix. La tableau représenta la figure mythique de la sorcière telle qu'elle était vus au commencement. A droite, un groupe de vieilles femmes à la silhouette voûtée et aux visages déformés par la laideur. Plus à gauche nous avons l'opposé, trois jeunes femmes, dévêtues, prenant de l'espace avec des mouvement gracieux de danse. Et puis au centre, élevé en position de contrôle dans les nuages, un hommes à la tête de bouc, représentation typique du Diable. Cette œuvre désigne clairement une nuit de sabbat où les sorcières profanent des incantations en invoquant Satan ou en tentant les bonnes âmes de la chrétienté sur un chemin obscur.
Comme c'est ironique. Pour ma part, je n'ai jamais eu à vendre mon âme à Satan pour recevoir mes pouvoirs. Quoi qu'il en soit j'ai continué mon discours durant plusieurs longues minutes, faisant parfois quelques pauses pour répéter que les flash étaient interdits. A la fin, je répondais aux questions de certains artistes ou de simples amateurs en écoutant attentivement leurs paroles, essayant de faire abstraction de ce gêne qui m'entourait et se resserrait autour de moi comme un étau...

© .JENAA



Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anonymous
Invité


my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: Re: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth EmptyMer 25 Juin - 19:23




MY LITTLE BABY HAS GROWN UP



La surprise de découvrir quel tableau avait été mis à l'honneur me fut très désagréable. Otto Dix. Je n'aimais pas cet artiste, tout comme son goût prononcé pour la violence, la guerre et la mort. Des thèmes qui avaient peut être un certain romantisme pour un peintre mais pas pour une femme morte sous les coups de son mari. La figure du diable, entourée de sorcière. Je trouvais cela de très mauvais goût et j'étais en colère contre Elizabeth. L'amusait-elle de dévoiler une histoire si triste de la sorcière ? Bien qu'elle avait succombé à l'apprentissage de l'expression, il était inacceptable qu'elle se la joue mauvaise sorcière et tout les clichés qui l'accompagnaient. Elle devait trouver la situation certainement très ironique et il y avait sans aucun doute quelques clins d'oeil cachés aux autres espèces qui n'étaient pas humaines. Un ami vampire dans la salle qu'elle voulait impressionner ? Malgré sa haine envers eux ? Je ne comprenais pas les intentions d'Elizabeth.

L'heure était venue aux questions et comme des abeilles autour d'un pot de miel, tous s'avancèrent vers la directrice fasciné et curieux, la mitraillant de questions dans un brouhaha agaçant. D'une main de maitre, tel un chef d'orchestre, Elizabeth sélectionnait les questions les plus intéressantes, chassant  les plus dérangeantes ou indésirables.

Je n'avais pas envie de m'exposer et ce n'était pas vraiment le genre de la maison. L'agacement ou l'immaturité de ma fille par le choix de ce tableau. N'avait-elle jamais su que sa mère était une fière partisane de la magie blanche ? Peut être pas. Nos souvenirs me paraissaient aussi précis qu'ils pouvaient être incertains. Le temps avait fait de moi une vieille femme fatiguée qui chercher la rédemption auprès de sa fille.

- Avez-vous choisi ce tableau pour illustrer notre situation actuelle ? Le diable représenterait les vampires et les sorcières, des victimes ? A moins que vous croyez à l'existence des sorcières, ce monde nous semble tellement fou aujourd'hui, tout semble possible !

Je lâchais un rire hypocrite. J'étais en colère, tellement que ma voix sèche et ferme avait imposé le silence dans la salle. J'enlevais mes lunettes, pour pouvoir regarder mon enfant dans les yeux et affronter son regard. Durant un instant, j'en oubliais mes craintes et angoisses. Je tenais tête à ma fille, elle avait besoin d'être recadrée et même si elle ne voulait certainement pas de moi dans sa vie, je n'en oubliais pas mon rôle, pas une seule fois, ni même dans la mort.

- Enfin ! C'est une simple théorie, l'art sert à tout maintenant.

Je posais ma flûte de champagne sur la table qui m'était la plus proche et remis mes lunettes. J'avais envie de tourner les talons et de m'éclipser comme j'avais pris l'habitude en tant qu'esprit errant. Parfois, j'en oubliais même qu'on me voyait, que je ne pouvais pas "blaguer" à tout bout de champ ni même manifester mes opinions de façon si franche.

Mais je n'avais pas envie d'une confrontation publique, bien qu'il y avait là quelque chose de plus facile que de me retrouver seule avec Elizabeth. Nous pourrions très bien régler nos comptes devant tout le monde mais il était inutile de s'afficher comme des commères mal élevées.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
Freya Mikaelson

morsures : 4896
inscrit(e) le : 03/01/2013
célébrité : riley voelkel
crédits : shiya, neon demon & tumblr

my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: Re: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth EmptyMer 25 Juin - 23:20

... ... ...
Elizabeth & Milah




baby has grown up
Je continuais de répondre aux questions de la presse concernant ce que j'avais fais de cet endroit. Il n'y avait pas d'autres Galeries aux alentours, et la mienne n'était pas un vulgaire dis mètre carrés dans lequel se battait en duel trois tableaux identiques depuis trois années. Je répondais donc avec le sourire aux questions des journalistes, puis aux autres invités qui parfois me demandaient conseil à propos de l'art abstrait, de la nature morte, des portraits ou des paysages... J'avais fais des études dans l'art, études certes rapides mais qui m'avaient permit d'être une très bonne critique d'art à l'heure d'aujourd'hui. Il m'arrivait de peindre et de dessiner mais rarement, je m'intéressais plus à l’interprétation à la volonté qu'à mis l'artiste sur toile pour matérialiser ses pensées. Ce tableau là n'est qu'une énième représentation des sorcières telles qu'elles furent découvertes avec les contes et les légendes, rien de bien glorieux. Néanmoins, dans certaines œuvres un hommes dotés de cornes dansant autour de femmes peut soit représenter le Diable, comme dans cette situation, soit le Dieu Cornu comme dans la religion Wicca qui prône le culte de la Nature. Voilà une vision qui se rapproche déjà plus de ce que nous sorcières sommes réellement. Mais quand on y réfléchissait, la vision du Diable peut, peut être, être une vision de la Magie Noire et de l'Expression, qui puisent leurs sources dans des racines aussi profondes que noires.
J'allais répondre à une nouvelle question lorsqu'une voix arriva à s'élever au dessus du brouhaha de la salle. Une vois forte et pourtant si limpide, presque cristalline. Dans un premier temps j'ai crus à une simple coïncidence. Mais en cherchant du regard mon interlocutrice, j'ai cru que mon cœur allait réellement rater un battement. Comment ais-je pu croire à un hasard ? La voix d'une mère serait-elle si facile à oublier ? Non bien sûre que non. J'ai eu le temps d'oublier des choses au cours de mon siècle de vie, mais jamais je n'avais oublié à quoi ressemblait ma matriarche, ni même ses manies ou sa façon de se déplacer avec délicatesse et raffinement. Elle était là, au fond de la salle en pouffant, les cheveux bouclés à la perfection et la taille cintrée dans une robe noire. J'avais l'impression d'observer mon propre reflet. Le changement physique que j'avais opéré sur moi m'avait vieilli et me faisait d'avantage ressemblait à la femme que j'avais à quelques mètres devants moi. Je me rappelais de ce moment où j'étais rentré du cabaret. J'avais croisé le regard apeuré de ma mère durant une infime seconde qui parut durer une éternité et pourtant elle n'avait même pas eu le temps de prononcer mon nom. Elle reçut un coup au visage, et s'écroula, la tête heurtant le coin d'une table. Je reprenais mes esprit, prise au dépourvu alors qu'elle ôtait ses lunettes de soleil. Était-ce donc si facile pour elle d'agir devant sa fille ? Trois ans. Trois années qu'elle aurait pu venir à mon devant. Trois années que la brèche fut ouverte et elle attend seulement ce jour là ?
Je prenais une inspiration pour faire face à ce fantôme du passé, c'était le cas de le dire. Je m'avançais donc, faisant résonner mes talons au sol qui s'entendait très bien au vu du clame plat. Joignant les mains, je m'efforçais de paraître naturelle et de sourire à cette femme qui pouvait être ma sœur au vu de son physique.
-Oui, c'est juste de l'art, et le tableau représente aussi les vieilles sorcières telles qu'elles apparaissent dans Macbeth ou comme des beautés fatales qui séduisent les Hommes à l'exemple de Circé. Et navrée, je ne crois pas en l'existence des sorcières autant que je ne crois aux fantômes et autres créatures chimériques. Nous avons déjà les vampires, ne nous encombrons pas de créatures de sombres passés voulez vous.
J’étouffais à mon tour un rire avant de reprendre rapidement mon sérieux, les lèvres pincées.
-Mais si vous voulez parler d'art et de théorie vous pouvez me retrouver à la fin de la journée, je serais ravis d'en discuter avec vous, dommage que vous ne soyez pas venue plus tôt. 

© .JENAA



Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anonymous
Invité


my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: Re: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth EmptyMar 1 Juil - 14:52




MY LITTLE BABY HAS GROWN UP



Une réponse commerciale, un ton et une attitude neutre. Elizabeth se montrait imperturbable. Le temps l'avait forgée et même si l'espoir avait pu la traverser sur le fait que j'aurais pu revenir auprès d'elle, il était certainement trop tard. Trois ans. J'avais eu la possibilité de retrouver mon enfant mais je n'en avais pas eu la force. Il était beaucoup plus simple de regarder une personne derrière un voile que d'y être confrontée. Je n'avais certainement pas d'excuses, j'attendais juste le bon moment, un moment où sa haine envers les vampires et sa pratique de l'expression l'aveuglerait moins. Qui sait, cette petite était capable de me renvoyer de là où je venais. Il y avait une part d'elle même qui m'était inconnue et qui était capable de m'effrayer.

Face à son indifférence, mon coeur se serra. Qu'attendais-je ? Nous étions face à une présentation en public, bien sûr, elle n'allait pas m'accueillir la bouche en coeur. Encore moins quand sa défunte mère se fait passer pour un visiteur. Pourtant, ses derniers mots sonnèrent comme un reproche remplit de rancune : Ne nous encombrons pas de créatures de sombres. J'inspirais lentement et me contenta d'hocher la tête en souriant. Mes deux mains se posèrent l'une sur l'autre, croisées sur mon ventre, toujours la pochette bien maintenue à la main du dessous. Je l'écoutais silencieuse, sa voix avait quelque chose de mélodieux. L'espoir était peut être encore là puisqu'une invitation à la rejoindre en fin de journée ressentie dans la salle. Je devais contenir ma joie, tout comme ma peur. Je ne savais pas à quoi m'attendre, ni même ce qu'elle attendait de moi. N'étais-je plus qu'une simple étrangère à ses yeux ou étais-je encore une mère pour qui elle avait encore un peu d'attachement dans un coin de son coeur ?

Les questions continuèrent de s'enchaîner jusqu'à ce que la foule s'essouffle. La salle commençaient à se vider doucement. Marie était près d'une table, s'hydratant après ces longues discutions. Elle n'en avait pas fini, il lui en restait une, une discussion. Elle pouvait s'annoncer très longue mais aussi très courte. Mon désir se portait sur la première option mais je n'étais pas en position de choisir. Lentement, je m'avançais vers Marie. Mes talons claquaient au sol, bien que ma démarche était moins sûre qu'à mon arrivée.

- C'est amusant que tu te sois tournée vers l'art. Tu as toujours eu du goût pour les choses excentriques...

Je ne la regardais pas directement, elle était encore occupée à remplir quelques documents et mes yeux fixèrent ses mains signer frénétiquement le papier. Difficile de trouver comment lancer notre première discussion après tant d'années. Je n'étais pas venue vers elle durant tout ce temps et je n'avais pas eu la sensation qu'elle avait essayer non plus de me contacter ici ou ailleurs. Nous étions têtues et bornées. Elle devait être persuadée que je l'avais abandonné et que je ne l'avais jamais aimé comme une mère devait aimer son enfant. Attendait-elle durant tout ce temps que je fasse le premier pas ?

- ... et bien que ce tableau sois excentrique, il sonne comme une blague de mauvais goût.

Mon regard quitta les mains de la directrice pour se poser sur le tableau. Dérangeant. Vraiment, je ne l'aimais pas du tout. J'aimais la peinture italienne avec ces Michel-Ange, Titien et Véronèse. Je faisais partie de ces gens qui aimaient la peinture académique à la peinture moderne. Reproduire avec finesse la réalité tout en la lissant pour qu'elle renvoie une sorte de beauté parfaite, j'aimais ce genre d'élégance.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
Freya Mikaelson

morsures : 4896
inscrit(e) le : 03/01/2013
célébrité : riley voelkel
crédits : shiya, neon demon & tumblr

my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: Re: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth EmptyJeu 3 Juil - 0:49

... ... ...
Elizabeth & Milah




baby has grown up
J'étais fière, terriblement fière de moi. Au fond de moi, j'avais toujours su que ce moment viendrait. En apparence, la première chose qui venait quand je pensais à ma mère c'était qu'elle avait trouvé la paix et qu'elle n'avait pas eu le temps de franchir le voile. Mais au fond je savais que j'allais la revoir tôt ou tard, pas dans ma mort, mais dans tout les cas je savais que ce moment viendrait. J'avais réussi à faire face à ma mère sans trop défaillir, relâchant dans mes mots énormément de sous entendu. Je ne devais pas faiblir, pas maintenant devant toute une assemblée. A ce moment là je la détestais, je la détestais qu'elle ai pointé le bout de son nez si tard et dans cette situation là. J'étais prise au dépourvu avec un effet de surprise plus qu'amer.
J'avais réussi à remettre nos explications à plus tard avec cette femme qui aurait pu être ma sœur ou ma cousine. Je m'étais ensuite contentée de répondre le plus clair possible aux questions avec un maximum de précision sans vouloir trop détourner ma tête de peur de revoir ma mère, tapis dans l'ombre à m'observer.

Je ne saurais dire si le reste du vernissage passa extrêmement vite, ou extrêmement lentement. Dans tout les cas, quand il ne resta plus personne dans la Galerie, j'étais prise d'un stress sans bornes. Je me suis automatiquement dirigée vers une table, sans tenir compte de ma mère. Je préférais la laisser s'entraîner dans l'art d'aller à l'avant des gens. Je devais faire quelque chose pour ma calmer et surtout cacher mon stress. Je me servis rapidement un verre d'eau que je terminais d'une traite avant de signer d'une main maladroite certains papiers tandis que ma mère observait le même tableau en aiguisant son sens de la critique, ce qui aurait presque pu me faire rire. A la place je frappais la table de ma main droite en reposant mon stylo, la tête toujours baissée.
-Si tu veux mon avis, dans cette salle, la blague de mauvais est loin d'être ce tableau.
Maintenant, elle allait être tester. Je voulais voir jusqu'où je pouvais aller sans qu'elle ne se brusque et quitte les lieux. Et je voulais également mesurer à quel point je pouvais avoir besoin de ma mère après plus d'un siècle d'existence. Me dirigeant vers mon bureau, je me penche vers un meuble pour en sortir une bouteille de vodka. Sans rejoindre ma mère dans le reste de la galerie, j'attendais qu'elle vienne dans mon bureau qui reflétait qui j'étais ; une femme froide, organisée avec un goût pour tout ce qui est sobre et élégant. Une odeur d'encens flottait dans l'air et des bougies de couleurs posées un peu partout contrastaient avec le noir et le blanc qui régnaient dans ce bureau. Ouvrit la bouteille d'alcool, je ne pris même pas la peine me prendre un verre et bu à la bouteille avant de me frotter les lèvres. J'allais avoir besoin de quelque chose de beaucoup plus fort qu'un verre d'eau plate si je voulais tenir le coup dans cette discussion. J'avais hâte d'entendre les explications de ma mère concernant le temps qu'elle avait mis avant de reprendre contact avec moi. Le siège en face de moi était libre, c'était à elle de voir quand est ce qu'elle désirait venir, et contrairement à elle je n'avais pas tout mon temps. J'espérais au moins qu'elle ne mette pas trois années de plus à décider de s'installer.  

© .JENAA



Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anonymous
Invité


my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: Re: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth EmptyJeu 3 Juil - 8:18




MY LITTLE BABY HAS GROWN UP



La Galerie s'était vidée et elle me laissant la nette sensation qu'elle avait emportée avec elle, l'amabilité de ma fille. A force d'en donner trop à un public qui l'observait sous toutes les coutures, elle devait certainement relâcher la pression. Après tout, une mère pour son enfant, lui servait aussi bien de soutien que de défouloir, tout dépendait des circonstances. Ce soir, ma fête avait sonné. Je sentais l'air s'électrifier mais je devais garder la tête froide. Cette épreuve s'annonçait être l'une des plus difficile que j'ai rencontré jusqu'à maintenant.

Ma première tentative d'approche, ou plutôt la seconde après m'être exposée aux yeux du public, était de lancer quelques mots sur ce tableau désagréable. Une pierre deux coups, je cherchais aussi à réanimer des souvenirs communs comme les goûts excentriques de ma fille qui ne m'avait pas semblé changer depuis mon vivant. En réalité, ma technique était bien mauvaise puisque chaque mot que s'énonçait devenait une arme qu'elle retournait contre moi. A cette allure, notre discussion ne durerait pas longtemps. Aussitôt, elle s'éclipsa dans son bureau me laissant seule dans cette grande et silencieuse salle. Un silence qui me pesa sur le coeur mais je restais là, tête baissée, le regard vide, cherchant à reprendre mes esprits. Je voyais Marie comme un feu, un feu dansant. Capable d'être forte et imposante, de laisser échapper quelques étincelles ou d'être impassiblement calme. Un tempérament plein d'imprévus qui ne cessait de me surprendre. A l'inverse de ma fille, j'avais un tempérament beaucoup plus proche de l'eau : calme et paisible qui ne cherche pas le conflit. Mais l'eau, était-elle vraiment capable d'éteindre un feu ?

Décidée à affronter ce qui m'attendait, j'avançais jusqu'au bureau de ma fille. Bouteille d'alcool à la bouche dans cette pièce froide mais élégante, elle attendait que je prenne place sur le siège libre, tel un patient qui va voir son médecin. Je regardais le siège avec une sorte de mépris, puisque j'étais bien plus qu'une simple patiente qui prendrait un simple rendez vous. La situation devenait quelque peu burlesque. Ma fille se comportait comme une adolescente cherchant à provoquer l'autorité de ses parents et ce bureau n'avait rien d'intimes pour nos retrouvailles. J'avais plutôt l'horrible sensation de passer par le purgatoire.

Avec grâce, j'ouvris ma pochette en cuir, pour en ressortir un petit paquet soigneusement emballée. Je le déposais sur le bureau de ma fille, l'air sévère.

- Je travaille actuellement en tant qu'antiquaire. Mon travail est de retrouver des objets perdus et de leur donner une seconde chance. J'ai pensé que ça t'intéresserait.

Ce paquet contenait des souvenirs d'enfance de Marie. Des objets qu'elle aimait et dont autrefois, elle ne pouvait se séparer. J'avais réussi à en retrouver quelques uns et ça m'avait pris beaucoup de temps et d'efforts. En aimant aussi fort des objets, on leur donner de l'importance et ça les rendait parfois magique. Les humains appellés ça des portes bonheurs, d'autres des grigris. Dans la vie d'une sorcière, il était très important.

- Si tu n'en veux pas, ne les jette pas, je préfère les garder.

Ce paquet avait beaucoup de valeur à mes yeux et je m'attendais à ce que ma fille les jette à terre, les réduisant en poussière, ce qui me briserait le coeur. Je ne voulais pas faire disparaître ces preuves de notre passé. Une valeur sentimentale que je n'avais pas connu durant tout mon séjour de l'autre côté. Tout était immatériel et il n'y avait rien pour se raccrocher à part quelques âmes en peine sur qui s'appuyer, comme mon amie Tatia.

- Marie, il est temps de crever l'abcès et ça ne sert à rien de tourner autour du pot. Nous nous devons des explications et... Pose cette bouteille. Tu n'es vraiment pas élégante comme ça et tu veux bien plus que cette bouteille d'alcool !
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
Freya Mikaelson

morsures : 4896
inscrit(e) le : 03/01/2013
célébrité : riley voelkel
crédits : shiya, neon demon & tumblr

my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: Re: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth EmptyJeu 10 Juil - 19:11

... ... ...
Elizabeth & Milah




baby has grown up
Enfin, elle apparut dans l'encadrement de la porte dans sa robe noire qui contrastait avec la blancheur des lieux. Elle offrait une vision pour le moins mystique, c'était une beauté froide et on aurait presque dit qu'elle irradiait comme si la noirceur de ses vêtements pouvait briller. Je la laisse s'asseoir devant moi en l'observant, sans dire quoi que ce soit. Elle s'attendait peut à être à ce que je commence ? Que l'on ferait cinquante-cinquante ? Elle est venue à moi c'est donc à moi de faire un nouveau pas ? Oh non... Elle est loin d'être arrivée à cinquante selon moi.
Délicatement, elle ressortit d'une pochette en cuir un paquet noué dans du ruban. L'expression du visage interloquée, j'attendais des explications. Une fois les révélations faîtes à propos de la surprise, je baissais à nouveau les yeux, m’emparant du paquet pour tirer sur le ruban et ensuite relever le couvercle de cette boite sans relever les mots de ma mère. La première chose que je remarqua fut un peigne, propre qui avait été lavé et brillait à nouveau. Je ne m'y attendais pas, mais pour le coup je du creuser dans ma mémoire pour m'en rappeler : il était à ma mère, elle le gardait dans sa boîte à bijoux et enfant j'avais pour habitude d'enfiler ses bagues et essayer ses colliers quand elle avait le dos tournée, et ce peigne je l'avais discrètement récupéré pour me brosser les cheveux, matin et soir en le rangeant là où ma mère n'aurait pu le retrouver. Ensuite, il y avait une photo jaunie par le temps, il y avait une inscription écrite dessus maintenant impossible à déchiffrer. Le cliché montrait une plage de Nice, là où ma mère avait grandit dans le Sud de la France. J'avais toujours voulu y aller et je m'y étais rendu de nombreuses fois par les années, mais pas de la façon dont une petite fille de onze ans le voulait. Le troisième objet eu au moins le mérite de me faire sourire. Une petite bougie d'anniversaire que mon arrière grand-mère, ma grand-mère, ma mère et moi même avions soufflées à nos quatorze ans. Je trouvais la tradition assez stupide à cet âge là mais après tant d'années je comprenais enfin l'importance des traditions chez les sorcières. Mes quatorze ans n'avait pas été l'anniversaire rêvé, j'avais même espéré que ma mère l’oubli. Mais le soir même elle était rentrée dans ma chambre, avec un gâteau qu'elle avait préparé et cette seule et unique bougie scintillante. Si j'avais souris c'est parce que mes quatorze ans me rappelait une période sombre mais à la fois apaisante : c'était à ce moment là que j'avais découvert le Vintage. Parfois, au lieu d'être la proie de certains élèves je déambulais en ville et j'avais découvert un univers à part où je me sentais bien. Soulevant la fameuse bougie entre mes doigts, je la reposais devant ma mère.
-Tu peux la garder, je ne perpétrais pas la tradition.
Et pour cause, je n'avais pas d'hommes dans ma vie, je n'en voulais pas. L'amour était une faiblesse, je l'avais bien compris, c'était en quelque sorte devenu ma philosophie. En cent-quatre ans d'existence, aucun homme n'a dicté ma conduite. Mortel ou immortel, Klaus avait eu le mérite de presque me tuer mais en aucun cas je ne me suis plié devant lui, pas même devant Elijah lorsqu'il m'a menacé dans son combat contre les Sorcières Mortes. Néanmoins je savais que j'aurais une descendance, ne serai-ce qu'avec Alice qui est repartit en France, il vaut mieux pour elle puisque dorénavant Mystic Falls et ses alentours sont devenus de dangereux terrains pour les créatures.

La remarque de ma mère me fit pencher la tête et serrer les dents, je savais clairement quoi dire, j'avais la parfaite réplique pour la faire souffrir « Depuis quand tu agis comme ma mère ? ». Néanmoins je ne préférais rien dire en l'observant d'un regard neutre et glacial. Ce que je lui reprochais, c'était bien d'être revenu vers moi maintenant alors qu'elle aurait pu revenir plus tôt durant ces trois années, à des moments plus cruciales que maintenant : lorsque je me suis retrouvée sans personne après les Sorcières Mortes Disparues, lorsque j'ai manqué de me tuer avec l'Expression, comment ma mère aurait pu avoir la certitude que j'aurais survécus ?! Je repoussa la bouteille devant moi après une dernière gorgée, la rebouchant.
-Tu aurais mieux fais de rester morte.
Mes mots sonnaient de façon sanglante et c'était le but, j'attendis quelques instants avant de poursuivre pour aller au bout de ma pensée.
-Regarde toi mère... Un fantôme. Plus immortelle encore qu'un vampire. Quand le monde aura disparu tu seras encore là. Et moi, je suis toujours mortelle, je vieillis et quand je vais mourir... Rien ne me ramènera comme toi maintenant. Et la conséquence : nous serons séparées, encore et il n'y aura plus d'autres fin heureuse possible. Alors tu aurais du rester morte, dans l'Autre Côté, ou continuer de rester dans mon ombre jusqu'à ce que je meurs pour ne pas que je me rende compte de l'affreuse vérité, de l'horrible verdict.
© .JENAA



Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anonymous
Invité


my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: Re: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth EmptyMer 13 Aoû - 11:41




MY LITTLE BABY HAS GROWN UP



Ma chère et tendre enfant, celle que j'avais tant chéri et nourri n'était plus qu'un lointain souvenir. Je n'arrivais pas à croire que cette femme pouvait être ma douce Marie Alice; bien qu'elle avait toujours eu son petit caractère. Aujourd'hui, j'étais face à une femme, le genre de femme puissante, capable de diriger tout un pays. Oh bien sûr que oui, elle en était capable... et ce rôle lui irait avec tant d'élégance, une femme stricte et intransigeante. Malgré cette façade de dame de fer, le temps et les épreuves semblaient l'avoir beaucoup affectée et elle était pleine de rancune. Pourquoi ? Etait-ce vraiment un mal d'avoir attendu le bon moment pour la retrouver ? Elle avait vécu tant de choses, elle m'avait semblé si fragile et tellement inaccessible, j'avais pensé que la retrouver durant cette période aurait été une tragique erreur.

- Pèse tes mots ma chère fille !

Lâchais-je avec sévérité. Ses petits propos ingrats n'étaient pas adapté à la situation. Tant de reproches, mais était-elle capable d'avancer ? Tout ces sentiments négatifs ne pouvaient que la faire basculer. La provocation était une arme tranchante dont le revers cachait sans aucun doute un mal être. Ma fille était malheureuse et j'étais arrivée là, comme un cadeau que l'on pouvait frapper et jeter avec caprice. Certes, j'étais peut être troublée par nos retrouvailles, mais en aucun cas cet enfant me manquera de respect. J'ai toujours gardé un oeil sur elle, qu'elle le veuille ou non. Je ne l'ai jamais abandonné mais les mondes dans lesquels nous vivions nous empêchaient de communiquer physiquement.

- Tes propos sur ma condition de fantôme ne m'affecte pas Marie-Alice ! J'ai fait mon deuil de ma vie d'humaine depuis plus de cent ans. Je préfère largement être ainsi que de vivre dans un cadavre à tuer par fantaisie des personnes n'ayant rien demandé. Sache ma fille que même si ta mère n'est qu'une âme errante, tu es toi même en train de d'infliger une bien pire sentence.

Je regardais son visage et leva ma main avec une infinie douceur, pour toucher dans un effleurement ses cheveux flamboyants. Tout avait changé, il n'y avait plus rien comme avant. J'étais attristée de la voir dans un tel état. L'espoir que j'avais en venant, semblait se dissoudre au fil du défilement des secondes.

- Où es ma belle enfant ? Son nom, son physique, ses croyances ? Bafouiez à ce point ta vie et ton histoire pour devenir un être fabriquée de toute pièce. Si ta grand mère te voyait, elle serait furieuse...

Mon enfant était d'une incroyable beauté, mais je ne comprenais pas son engouement à vouloir changer, se vieillir. J'admirais tant sa beauté. Elle devait forcément éprouver du dégoût face à sa famille et à ses traditions, pour preuve, elle me rendit avec un sorte de fierté mal placé, le paquet que je lui avais offert.

- Si je suis revenue, c'est parce qu'il me semblait qu'il était important de réapparaitre maintenant. Tu te fourres dans tant de situations improbables, tu as besoin d'un équilibre, d'un repère ! Je sais que tu ne veux pas de moi, mais sache que dans cette famille, ton entêtement, tu le tiens de ta mère.

J'étais ferme, bien que j'étais consciente de me retrouver en plein combat de coqs. De toute évidence, ce moment était un passage obligée, j'espérais juste de tout coeur, que la situation terminerait par se démêler.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
Freya Mikaelson

morsures : 4896
inscrit(e) le : 03/01/2013
célébrité : riley voelkel
crédits : shiya, neon demon & tumblr

my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: Re: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth EmptyMar 16 Sep - 18:47

... ... ...
Elizabeth & Milah




baby has grown up
Peser mes mots. C'est ce que je m’efforçais de faire. Je pesai mes mots mais aussi mes actes depuis peu. J'avais fais beaucoup trop d'erreur, à commencer par le sang qui a coulé entre mes doigts, je ne peux plus m'en défaire, c'est ancré sur moi comme un tatouage. Maintenant la mort n'est qu'une option et non pas une solution à mon avis, je ne pourrais tuer que par nécessité. Et mes mots, sans doute mon arme favorite que ce soit en matière de sortilège tout comme dans le domaine des répliques puissantes qui coupaient mon interlocuteur dans son élan, par sarcasme ou par force. Et en l’occurrence, ma mère ne semblait pas avoir pesé l'impact qu'avait eu son passage entre le monde des vivants et celui des morts: elle est maintenant immortelle et sera toujours présente lorsque les vampires auront disparue de la surface de la Terre, Originaux compris. C'est dire. Quand je viendrais à mourir je prendrais ma place dans le monde des esprits tandis que ma mère sera bloquée ici, sans pouvoir me voir, m'entendre ou me toucher. C'est pour cette raison que je portais devant elle le masque que je revête devant mes ennemis : impassible, impénétrable et tranchant. Je ne pouvais pas me permettre de renouer contact avec ma mère alors que je peux mourir d'un instant à l'autre. Un vampire qui arrive dans sa vitesse surnaturelle, une fraction de seconde, une nuque brisée. Le tour est joué.
Lorsqu'elle commença son discours sur sa nouvelle condition de fantôme en tentant de me remettre à ma place, je ne pus m'empêcher de croire que la femme en face de moi était tout simplement égoïste. Mais je connaissais encore ma mère, je gardais des vestiges du passé dans ma mémoire qui me permettaient de dire que ma génitrice était l'une des personnes les plus fidèles qu'ils soit. Mais pourtant je ne pus m'empêcher d'afficher un sourire mesquin à la fin de ses paroles.
-Nous verrons bien qui se verra une pire sentence lorsque je rejoindrais l'autre monde et que toi, tu auras perdue ta fille une seconde fois.
Peut être devrais je parler dans ce sens, elle ne semblait pas comprendre sur le coup le manque d'une mère chez une jeune fille. Autant tenter le manque d'un enfant chez une mère.

Je la laissa caresser des mèches en m'efforçant de rester calme. Pour moi, j'étais celle que j'avais toujours dû être. Autrefois je menais une vie de débauche et d'avarice. Maintenant je suis prête à aider mon prochain si ce dernier en vaux la peine. Quand elle évoqua ma grand-mère, je ne pus imaginer l'horreur dont ma vie serait le théâtre : je n'avais jamais vus cette femme mais d'après les dires de ma mère, elle était quelqu'un à fort caractère qui ne lâchait jamais prise au point que sa détermination puisse devenir négative à l'image d'une tumeur. Néanmoins je ne pouvais pas rester de marbre éternellement face à Milah. Je finis par soupirer longuement en baissant ma garde, observant les papiers sur mon bureau.
-Tu préfère que je refasse le tour du monde pour échapper à mes ennemis ? Que je redevienne impuissante pour faire face à un vampire de trois-cent ans ? Que je rythme ma vie entre jeux de hasard, alcool, drogue et sexe ? Navrée maman... Je préfère ma vie actuelle. J'ai trouvé mon équilibre et je n'ai jamais vus de façon aussi clair de toute ma vie. La vie d'excès que je menais avant Mystic Falls laisse dans ma bouche un goût âcre et acide.
Maman. Le mot était sortit tout seul sans que je m'en rende compte.

Lorsqu'elle remit sur le tapis mon manque de stabilité, ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Je me releva, me mordant la langue pour éviter de hausser la tête.
-J'aime ma vie ! Je n'ai peut être pas de mari qui m'aime, d'enfants ou autre, mais j'ai sus m'entourer de personnes de valeurs ! J'ai un but dans ma vie ! Si tu m'as toujours suivit tu devrais savoir que je suis devenue la cible numéro une d'une des Originaux, que j'ai subit le courroux de la Reine du Vaudou et que j'ai été capable de fendre le voile dans le but de ramener un être du passé à la vie ! Combien de sorcières sont capables de tels exploits ? Dit moi !
Je posa une main sur mon visage en me calmant, réfléchissant quelques secondes.
-Et mon repère, tu sais qu'est ce que c'est ? C'est le soir où je t'ai vus mourir. Ton retour cause bien plus de turbulences ma vie qu'autre chose.
Pour le moment, mais je m'efforçais de le dire. J'essayais de garder une certaine distance entre elle et moi pour le moment.
Je finis par me rasseoir en faisant craquer mes doigts.
-Tu n'as pas l'air de comprendre... Je n'ai peut être pas la vie que toutes femmes rêve d'avoir, mais elle me plaît. La sorcellerie, l'intrépidité, ce danger omniprésent, cette adrénaline ! Je sais pour qui et quoi je me bats ! Pour la jeune Carter que j'ai décidé de prendre sous mon aile de près et de loin, pour Alex Liam dont j'ai failli à mon devoir avec lui une fois, je l'ai ramené à la vie pour me rattraper. Pour Mélinda, qui est comme une sœur pour moi malgré notre passé. Pour l'espoir chez les vampires, j'ai vus la lumière chez l'un d'entre eux... Toute ma vie est fondée maintenant sur le dénouement d'une ancienne ère pleine de terreur et d’oppression. Et que tu le veuilles ou non je poursuivrais mon chemin pour me laisser emporter par l'espoir maman. J'ai mon propre but et mon passé est devenu mon équilibre en me rappelant que je ne peu plus faillir.

© .JENAA



Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


my little baby has grown up - elizabeth Empty
MessageSujet: Re: my little baby has grown up - elizabeth   my little baby has grown up - elizabeth Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
my little baby has grown up - elizabeth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» Baby Doc departure details remain murky
» Baby ! Show me what you got ! ft Mathew [+18 ans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: VERSION 1.0 :: SAISON QUATRE :: rps-