AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
 

 Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

sorciers
Freya Mikaelson

morsures : 4896
inscrit(e) le : 03/01/2013
célébrité : riley voelkel
crédits : shiya, neon demon & tumblr

Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit Empty
MessageSujet: Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit   Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit EmptyMer 2 Avr - 14:16



Into the deep
ft. Melinda


Une plainte, un long cri déchira l'air. C'est ce qui me réveilla. J'étais en sueur, comme si j'étais fiévreuse. Je bougea à peine et les ressort de sous le matelas grincèrent, la pièce était plongée dans les ténèbres, hormis un raie de lumière qui s'échappait de la fenêtre au dessus de mon lit, munie de barreaux et à peine assez grand pour y passer la tête. Je me releva, doucement en me massant la tête, faisant le vide pour me remémorer les anciens événements et essayer de comprendre comment je suis arrivée là. Mais rien, le trou noir complet, je me souviens juste de discuter avec Mélinda, chez moi, avant de sombrer totalement dans les ténèbres. Je relève la tête lorsque la porte de ce qui ressemble plus à une cellule qu'à une chambre s’entrebâille. Hésitante, je pose les pieds sur le sol en me relevant, me dirigeant vers la porte pour attraper la poignets et me retrouver dans un long couloir, démuni de lumière. Plusieurs portes, à distances égales se trouvent sur les deux côtés du couloirs, de façon parallèle l'une à l'autre. Chaque portes sont fermées. Il m'est impossible de voir jusqu'où va ce couloir, la noirceur engouffrant les lieux. Je préfère me diriger vers la droite, où j'aperçois déjà une porte. Mes pas résonnent malgré l'effort que je fais pour ne pas faire de bruit et quand j'arrive devant la porte, et que je pousse les deux battant, je me rend compte qu'ils sont fermés à clés. Je recul, tendant la main en écartant mes doigts pour essayer de déverrouiller la porte. Rien. Fronçant les sourcils, je me concentre d'avantage. Toujours rien. Je sens mon cœur battre à une vitesse effarante, j'angoisse. Jusqu'à maintenant je n'ai compté que sur ma magie pour me défendre... Quand j’entends un sifflement, je me retourne vivement, fouettant l'air de mes cheveux en scrutant l'obscurité face à moi. Il y a bel et bien quelqu'un dans se couloir.
-Qui est là.
Ma voix ne laisse pas le ton pour interpréter une interrogation, c'est plus un ordre. Un timbre plus sévère en moins.
-Montrez vous.
Cette fois ci, ma voix n'a plus rien d’intimidante. Pourtant des pas se font entendre. J'arrive alors à distinguer des jambes qui s'avancent, un corps musclé, un visage triangulaire et une masse de cheveux blonds cascadant dans la nuque du jeune homme... Impossible. C'est impossible. Mon cœur manque un battement tandis que mon estomac se noue.
-Alexandre ?
Le sourire narquois sur le visage de ce dernier semble me narguer. Je recule, jusqu'à ce que mon dos soit totalement bloqué contre la porte fermée, alors que mon défunt neveu s'avance.
-Tu es mort, tu ne peux pas être là.
Pourtant le ton que j'employais trahissait mon propre doute. Il relève la tête, toujours souriant avec vice.
-Je sais que je suis mort. Je suis mort par ta faute. C'est toi qui a posé des indices sur mon chemin pour emmener Melinda à Salem, avec moi. Tu savais qu'elle serait beaucoup trop intelligente pour tomber dans ta piège. Tu savais que moi, je tomberais dans le panneau facilement et tu savais, encore, que Melinda m'écouterait...
Il se rapprocha, encore pour être à quelques centimètres de moi. Je m'agrippais au mur en évitant son regard. Lentement, comme un serpent, il pencha sa tête pour me murmurer à l'oreille.
-Mais je me demande si il y a une chose que tu sais : combien de temps passe tu qu'elle te fera encore confiance après ce que tu m'as fais ?
A cet instant j'essayais de me dégager de l'emprise qu'il avait sur moi, mais il me retint par le bras, fermement en rigolant.
-Est ce qu'un fantôme peut faire ça ?
Sans rien ajouter, il me jeter violemment au sol. Recroquevillée, je regarda autour de moi, il avait disparue. En me relevant difficilement, me rendant compte que la douleur de l'impact contre le mur était bien réelle, je me jetais de toute mes forces sur la porte qui s'ouvrit aisément, comme si elle n'était pas bloqué. La nouvelle pièce était différente du couloir, beaucoup trop même pour être réelle. On irait un bloc opératoire, nimbé de lumière qui m'obligea à placer ma main en visière, le choc entre les ténèbres du couloir et la lumière pourtant si froide des lieux était radical. Quand mes yeux s'habituèrent aux lieux, je distingua plusieurs brancards comportant des scalpels, des couteaux et d'autres objets tranchants, recouvert de sang. Je m'empressais alors me pousser un lit d'hôpital contre la porte, comme pour empêcher quelqu'un de me suivre. Je reculais sans dévisager la porte, plaçant une mèche derrière mon oreille me heurtant contre quelqu'un. Je sursauta, me retournant, un cri silencieux s'échappa de ma gorge alors que mes jambes avaient du mal à me retenir. Les larmes semblèrent figer dans mes yeux, il faut dire que j'avais appris il y a bien longtemps à ne plus pleurer les défunts. Mais là... Je me tenais devant Alex Blackwood. Mon premier réflexe fut de me rapprocher pour l'enlacer, mais à mesure que je m'approchais, il leva le bras pour mettre une distance entre lui et moi, je ne comprenais pas vraiment son geste.
-Je ne vais pas te faire cette faveur. Tu m'a abandonné, sans tenir à cœur ton rôle de gardienne, je ne pense pas que tu mérites un peut d'affection de ma part : parce que tu n'a pas sus me protéger, je suis mort maintenant.
J'aurais voulu répliquer, mais une autre voix s'éleva, celle d'Alexandre. Il était adossé au mur, derrière Alex et s'apprêtait à nous rejoindre d'une démarche assuré et décontracté.
-Tôt ou tard elle t'aurais tué, c'est ce qu'elle fait toujours. Mentir, et tuer, encore et encore, pas vrai tata ?
Je n'arrivais pas à m'exprimer, j'avais du mal à respirer et il y avait tellement de choses à dire que de simples mots étaient beaucoup trop simples pour pouvoir interpréter ce que je voulais dire. Finalement je me retourna pour dégager rapidement la table qui bloquait la porte que j'avais mis plus tôt. Mais encore une fois, la sortie était bloquée. Je tenais fermement la poignet, m'acharnant dessus avant de me laisser glisser, une larme fendant mon visage à mesure que les deux défunts continuait, inlassablement d'amplifier tout mes tords.
-Assez !
La voix féminine qui venait de s'élever était teinté d'une autorité certaine ainsi que d'un soupçon de sérénité. Quand je me retourna, d'une façon misérable à même le sol. Je distingua la chevelure frisée et blonde, encadrant un visage rond que je connaissais bien. Ruth se tenait entre les deux garçons, m'observant d'un regard attendri. Elle se pencha vers moi, mon premier geste fut de me recroqueviller, mais le ton doux et apaisant de la sorcière fantôme sembla calmer ma respiration saccadée.
-Tu a fais tellement de mauvaises chose Elizabeth...
En silence, le regard voilé par les larmes, je me contente de hocher la tête sous le regard inquisiteur de mon amie.
-Tu t'es mise de mèche avec celle qui a causé ma perte. La perte de toutes tes sœurs. Et tu a maudit ton propre sang. Tu as fais tellement de mauvaises choses... Aimerais tu t'en défaire ? Te faire pardonner ?
Une lumière d'espoir s'alluma dans mon regard, me faisant redresser la tête. Pourtant j'étais encore trop faible. J'acquiesce d'un geste de la tête en me mordant les lèvres. En silence, la sorcière sortit de sa veste un couteau ensanglanté, qu'elle nettoya sur sa robe. Elle me tendit le manche, doucement en refermant mes doigts dessus. A ce moment là, je trouvais enfin la force de parler face aux trois esprits.
-Est ce que je vais souffrir ?

made by lizzou – icons & gif by tumblr



Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.


Dernière édition par Elizabeth A. Lafay le Mer 2 Avr - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anonymous
Invité


Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit Empty
MessageSujet: Re: Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit   Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit EmptyMer 2 Avr - 14:43



Into the deep
ft. Melinda


-Oui, tu vas souffrir parce que tu dois te faire pardonner de tes actes.
Je m'exprimais d'une voix lente, murmurant au dessus de la tête de la sorcière. J'étais penchée sur le matelas à même le sol avec mes doigts sur les tempes de mon ennemie. Attendant quelques secondes, j'ai enfin rouvert les yeux en me redressant, mettant fin à l'échange psychique entre elle et moi. L'intrusion mentale était quelque chose que je n'avais jamais fais jusqu'à maintenant, et que je ne serais pas prête à reproduire. Ce n'était définitivement pas mon domaine de prédilection et me demandait beaucoup trop d'énergie. Les menaces de Jackson continuaient de parcourir mon esprits alors que je regardais par la fenêtre barricadé la venue d'une quelconque silhouette. Rien. Je ne passerais pas bien longtemps inaperçue dans les ténèbres avec la lumières des innombrables bougies qui illuminaient la pièce. Je devais faire vite, très vite avant que l'autre sorcière n'arrive. Si je n'avais pas le temps de terminer le rituel, elle mettrait la main sur Lafay et la sauverait. Mes chances de m'en sortir sans les pouvoirs de la rousse seront alors très maigre. Je me positionnais face à un bureau qui tombait en morceau. Ici, je détachais lentement mon collier de coquillage de mon cou pour le laisser tomber dans le mortier contenant mon sang. C'était le collier qui m'avait servi à maintenir la cécité de Lafay pendant tout se temps. J'attrapais mon pilon pour broyer en miettes les coquillage dans mon sang, une mèche de la directe de la Galerie d'Art se mélangeant au fond. Certes, détruire le talisman rendra la vue à la sorcière, mais il fait office d'un puissant catalyseur pour mener à bien ce rituel. Et puis, si je réussis, elle n'aura plus besoin de profiter de la vue, ni même de ses autres sens puisque j'en finirais enfin avec elle.

Enfermer l’esprit de cette garce dans un lieu crée de toute pièce, et y implanter des formes physiques de ses pires craintes était éprouvant pour moi, mais je devais continuer, je devais absolument mettre la main sur les pouvoirs de Lafay avant que Melinda n'arrive. Face à elle, je ne serais rien. Mon téléphone vibra. Je reposa les ustensiles pour attraper le mobile, le nom de Tara s'affichant à l'écran. Elle m'avertit qu'elle avait vus une voiture se diriger à l'extérieur de la ville pour s'arrêter à l'orée de la forêt qui précédait l'entrepôt. Elle me fit aussi part de ses craintes et me hurla au téléphone de revenir au salon de coiffure, tout de suite. Je me contenta de raccroche, respirant calmement en observant le corps de la sorcières inanimée, qui brillait à la lumière des flammes. Rapidement, j’attrapai le mortier pour plonger mes doigts dans la substance macabre, traçant ensuite deux symboles sur les joues pâles et froides d'Elizabeth, murmurant doucement les dernières incantations. Elle avait de la volonté, beaucoup de volonté et son esprit résistait. Pas étonnant, autant de puissance devait avoir fait endurer en elle une volonté de fer. Mais j'étais tout aussi déterminée, je voulais le pouvoir. Finalement, je me sentis prises de vertiges. Je m'appuyais au mur, me massant le crâne après m'être frotter les doigts sur ma veste en cuir. Ce n'était pas une surcharge de pouvoir... Non. C'était une alerte, l’alarme des sceaux que j'avais placé autour de l'entrepôt pour m'avertir si quelqu'un rentrait. Elle était ici.

Heureusement, l'entrepôt était grand, il lui faudrait un peut de temps pour me trouver. Mais je devais me rendre à l'évidence ; je n'allais pas terminer le rituel. Jurant en me retenant de crier, je me dirigeais vers la porte de sortie, m'arrêtant avant de quitter la pièce. J’observai par dessus mon épaules plusieurs chandelles, et dans la seconde qui suivit, une traînée de flamme sépara la pièce en deux. Dans peut de temps l'établissement sera réduit en cendres. Maintenant, je devais absolument échapper à Melinda...

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit Empty
MessageSujet: Re: Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit   Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit EmptyMer 9 Avr - 12:34


Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit 140408114751240106Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit 140408114844150017
Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit Tumblr_n103fymjPc1qm11ozo2_r4_250Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit Tumblr_n103fymjPc1qm11ozo7_r1_250


I've been waiting to do that.. All day! Let's start our witch fight..!


Le message de Jackson-Adams avait été très clair. Elle serait là, ce soir, à l’entrepôt de Mystic Falls, aux alentours de minuit pour récupérer son amie Lafay, quoiqu’il arrive. Autant dire que les choses avaient cruellement bougé entre les deux femmes. Autrefois pires ennemies, elles étaient désormais des amies proches et fidèles l’une à l’autre. La brune savait très bien qu’elle pouvait compter sur son amie, et elle avait un certain problème à évoquer le passé qu’elle avait entretenu avec elle – la mort d’Alexandre. […] C’était vêtue d’un long manteau noir ainsi que de bottes à talons aiguilles assorties que la sorcière quittait le manoir Jackson. Alors qu’elle montait dans sa Mercedes noire, la brune se regardait une dernière fois dans le rétroviseur. Elle savait que ce n’était ni le premier, ni le dernier face à face entre sorcières qu’elle aurait à faire. Durant son siècle de vie, elle avait déjà eu affaire à des sorciers, cependant, jamais de sorciers vaudous. Ce serait donc une toute première, mais elle attendait justement ce moment avec une grande appréhension. Elle ne sous estimait pas la magie de Marie Laveau. Cette femme devait être en possession d’un grand pouvoir si elle était capable de rendre Elizabeth Lafay impuissante. Mélinda réajustait le col de son manteau, ainsi que son foulard et enfilait une paire de gants en cuir. Elle sortait un rouge à lèvres couleur sang qu’elle impliquait minutieusement sur ses lèvres. Serrant la mâchoire, la sorcière mettait le contact de la voiture. Elle ne pouvait pas prétendre ne pas être effrayée. Ce n’était pas une mauvaise peur, du moins, un certain stress était bien présent chez elle. La proviseure connaissait quelques trucs sur le vaudou, mais rien de bien poussé. Sur le coup, elle se reprochait d’avoir échoué dans ce domaine de la magie, dans le sens où elle l’avait toujours méprisé, voire rejeté pour une certaine inutilité. C’était donc cela qui pourrait pécher en sa défaveur ce soir. Elle se doutait aussi que Marie n’avait pas seulement des grigris ainsi que de vulgaires poupées de tissus, mais qu’elle avait certainement des pouvoirs tels que la télékinésie ou bien un certain contrôle des éléments. C’était presque certain d’ailleurs. Tous les sorciers qui se respectent possèdent ce genre de capacités. Et Marie ne semblait pas née de la dernière pluie.. La sorcière pouvait sentir chaque battement de son cœur. Cette fois, elle démarrait bel et bien sa voiture et se dirigeait vers l’autre bout de la ville, roulant plutôt rapidement histoire de gagner du temps. Le temps était un concept crucial dans une confrontation entre sorciers. Mélinda l’avait appris très rapidement, savoir gagner du temps, ne jamais bluffer, mettre ses menaces à exécution, rester ingénieuse et vive d’esprit, ne surtout pas laisser la peur prendre le dessus, mais par-dessus tout, contrôler et utiliser la colère et la rage qui bouillonnent en soi. Ces stratégies-là, elle les connaissait par cœur. […] Elle garait sa voiture à la lisière de la forêt de Mystic Falls histoire de ne pas se faire repérer – cela dit, elle ne savait pas qu’elle était observée de loin. Après une bonne dizaine de minutes de marche d’un pas rapide, elle arrivait enfin au hangar de la ville. C’était un énorme entrepôt, visiblement très vaste. La brune se demandait comment elle allait pouvoir faire pour localiser Elizabeth, ainsi que Marie. Un sort de localisation aurait pu être de mise, mais la sorcière s’était préparée pour un affrontement, et non pas une partie de cache-cache. Une fois aux portes de l’entrepôt, elle entrait, refermant les portes derrière elle tout en s’assurant que personne ne la suivait. Il lui était impossible de capter Lafay par la pensée. D’habitude, les sorciers ont cette capacité mais là, elle en était tout bonnement incapable. Elle se doutait que sa meilleure amie ne devait pas être en état correct. Elle en venait même à penser qu’elle était très certainement dans les vapes, ou quelque chose du genre. […] Marchant depuis quelques minutes déjà, la sorcière fut étonnée et plus qu’énervée lorsqu’elle sentait une odeur de fumée. Elle n’avait repéré aucun feu, mais elle se doutait que quelque chose de pas net était en train de se profiler. L’ex chercheuse en Chimie sortait de sa poche un petit tube de sel, quelque chose qu’elle possédait toujours sur elle et qu’elle remplissait scrupuleusement dès qu’elle n’en avait plus. Elle traçait ainsi un grand cercle de sel, d’un diamètre égal à au moins cinq mètres. Elle murmurait une incantation histoire de fixer ce sel au sol, d’incruster chaque grains dans le sol de béton du hangar, s’assurant ainsi que rien ni personne ne pourrait effacer son œuvre. Une fois cela fait au centre de ce lieu, la sorcière lançait un regard vers la porte principale qu’elle verrouillait d’un enchantement. Certes, ce ne serait pas aussi efficace qu’une protection de sang, mais elle n’avait actuellement pas le temps de s’attarder ici, d’autant plus que l’odeur de fumée se faisait plus présente et que ce qu’elle avait mis en place suffirait à maintenir Marie dans ce lieu. En parlant de Marie, Mélinda se dirigeait désormais dans le sens des flammes. Il n’y a pas de fumée sans feu, et un incendie possède toujours une source.. Bonne déduction de la part de la proviseure puisqu’elle découvrait enfin une grande salle dans laquelle se trouvait un certain nombre de bougies, ainsi qu’une ligne de flammes au centre de la pièce volumineuse. Son regard s’attardait sur des dessins qui avaient été fait sur les joues de Lafay. Elle fronçait cette fois un sourcil, trouvant cela vraiment dégueulasse. Il s’agissait de sang, elle le savait très bien. Alors que les flammes progressaient dangereusement vers son amie, la brune remarquait une cuve à eau. C’était quelque chose de très typique dans ce genre d’endroit. Marie aurait dû réfléchir à deux fois en faisant l’erreur de venir au rendez-vous de Mélinda. D’ailleurs, Marie n’était plus présente dans cette pièce, certainement à chercher une sortie.. […] La brune dirigeait sa main droite vers la cuve à eau qu’elle faisait exploser avec violence dans le but de faire gicler l’abondante quantité d’eau qu’elle contenait dans les airs – ce genre de cuve peut contenir jusqu’à mille litres d’eau. Sans plus attendre, elle enchainait avec sa main gauche histoire de solidifier la masse d’eau afin de la déplacer plus facilement et surtout de la maintenir dans les airs. Cela dit, aussi puissante soit-elle, la force physique possède elle des limites, et la sorcière fut contrainte de lâcher la lourde masse liquide sur les flammes, libérant ainsi le passage vers Lafay. Mélinda s’avançait vers elle d’un pas précipité, vérifiant son pouls. Elle était visiblement évanouie. “ Je suis là. Tout va bien se passer, je vais te sortir d’ici. ” Murmurait-elle pour se rassurer plus elle-même que Lafay. Elle prenait la main de son amie, concentrait sa magie pour lui en transmettre un peu histoire qu’elle revienne un minimum à ses esprits. “ Lèves-toi, je vais t’aider, nous n’avons que peu de temps. ” Lafay était certes réanimée, mais elle ne pourrait pas marcher très rapidement. Elle aidait donc son amie, priant pour qu’elles rejoignent Laveau rapidement, du moins, qu’elles la retrouve vite. […] Une dizaine de minutes plus tard, alors que Lafay était encore à moitié dans les vapes, allongée au sol, Mélinda avait retrouvé Marie, lui ayant barré la route. “ Qui aurait pu croire un seul instant que la grande Marie Laveau tentait de s’enfuir.. Saches que tu es peut-être plus âgée que moi, que tu pratiques une magie qui m’est quasi inconnue, mais je suis certainement bien plus tenace que n’importe qu’elle de tes victimes. ” Elle regardait Lafay et eu un certain sourire en voyant qu’elle reposait dans le cercle de sel qu’elle avait tracé, ainsi en sécurité. “ Astucieuse cette idée de pentacle de sel, qu’en dis-tu ? Mais j’ai peut-être quelque chose de plus intéressant pour toi.. ” Elle levait la main vers un baril d’essence un peu plus loin de Marie et le faisait exploser afin que le liquide inflammable se répande généreusement sur le sol. La sorcière effectuait cette fois un mouvement circulaire de la main droite, faisant apparaître des flammes. Un sourire mauvais, un regard noir qui en disait long, Mélinda dirigeait les flammes qu’elle avait générées vers leur cible, à savoir la marre d’essence non loin de Laveau. “ Tu es piégée, mais j’aimerais savoir simplement ce que Lafay a bien pu te faire pour que tu lui en veuilles autant.. ? ” Les flammes se propageaient à une vitesse alarmante, mais Mélinda n’avait pas peur, elle avait son cercle de sel si besoin.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit Empty
MessageSujet: Re: Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit   Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit EmptySam 12 Avr - 11:19



Into the deep
ft. Melinda


Aux alentours de 1919, l'entrepôt en ruine où je me trouvais maintenant était connu sous le nom de l'hôpital sainte Anne. Il avait recueilli de nombreuses personnes souffrant d'une grippe dangereuse et tenace. Quand le personnel a vu que la maladie gagnait du terrain dans une bonne partie de la région et même au de là, ils ont décidé de fermer l'établissement en évacuant les membres encore en bonne santé (ou du moins qui en avaient l'air), tandis qu'ils ont brûlés le reste de l’établissement, avec les cadavres et les malades beaucoup trop faibles pour s'échapper. Pas besoin d'être une sorcière expérimentée pour sentir la peine, la rage, la haine, la tristesse des esprits des défunts. Ça formait une énorme masse, répugnante et néfaste. On aurait dit que les murs suintaient de toutes ces émotions. Je venais de quitter une chambre de l'aile est de l'entrepôt, déclencher un feu n'était peut être pas le meilleur moyen de me sortir de là : les flammes allaient sans doutes réveiller la rage des esprits. Et je savais que dans ma culture le respect des morts étaient primordiales, j'avais agis en totale impulsivité, sans réfléchir. Que les déités me pardonnent.
J'avais emprunté le quartier du personnel, discret qui faisait à l'époque office de raccourci entre les couloirs des chambres et le rez de chaussé. Inutile d'essayer le vieille ascenseur : usé par le temps et quand bien même trop bruyant. Je devais faire preuve de discrétion. J'avais donc emprunté les escaliers, traversant la chapelle en ruine et les cuisines pour arriver à l'entrée principale. Je me dirigeais déjà vers la grande porte d'entrée en serrant la poignet et tirant dessus. Rien. La porte était bloquée. Je recommençais, toujours rien. C'est comme ci quelque chose bloquait la porte, mais de mon côté. Je lâchais un juron en comprenant qu'il devait s'agir d'un tour de Melinda. Cette fois ci, j'étais vraiment dans la merde. Je me mis à réfléchir rapidement en me rappelant que l’hôpital bénéficiait d'une sortie de secours, aménagée dans les sous sol. C'était un long couloir qui passait sous terre et qui menait à la sortie de la ville, sous le point Wickery. C'était là ma seule chance de survivre. Mais au moment où je me retournais pour continuer ma course, je me retrouvais nez à nez face au proviseure du lycée... Le corps de la rousse étendu derrière elle, dans un cercle de sel nettement visible à présent. Je fronçais les sourcils en écoutant les paroles de la brune.
Quelques instant plus tard, quand je la vois déclencher un nouveau feu au sein du bâtiment, je me retiens d'afficher un sourire mauvais en me mordant la langue. Néanmoins je m'étais éloignée comme pour empêcher l'essence de tâcher ma robe, sans grand succès. Je reportais mon attention vers la sorcière pour répondre à son interrogation.
-N'est ce pas évident ?
Je serrais les dents en faisant quelques pas en avant en penchant en avant la tête vers la sauveuse à mon ennemie.
-Elle est née.
A ce moment là je relève vivement la main droite, faisant bouger mes doigts dans le vide pour faire léviter au fond de la salle une chaise en bois dans les air. Et comme si je tenais un fouet invisible entre mes main, je resserrais mes doigts sur ma paume pour ramener d'un geste l'objet à toute vitesse dans le dos de celle qui se tenait en face de moi. Pile au moment où l'objet fit tomber la sorcière, je me reculais pour éviter que tout son corps tombe sur moi. Elle n'était pas inconsciente, mais devais avoir sentir le coup passer. C'était là ma chance, mais je n'avais pas encore terminée. Retirant une aiguille de ma ceinture en cuir pour piquer mon index, faisant perler le sang sur ce dernier. Me dirigeant vers le corps de la rousse, en sécurité des flammes, je place mon doigt au dessus de la ligne de sel, incrustée dans le sol. Cette femme était définitivement plus intelligente que la plupart des autres sorcières que j'avais eu l'occasion de rencontrer. Avec l'aide de mon pouce et de mon majeur, je presse sur mon index pour faire couler mon sang sur une petite partie du cercle. De temps à autre je regardais derrière moi, regardant avec craintes les flammes gagner du terrain. Mais rapidement mon sang avait entaché une infime partie du signe de protection de Jackson, infime certes mais suffisant pour briser la boucle de protection. Cette fois ci je devais me dépêcher. Jetant un dernier regard à la brune qui se relevait, je disparaissait déjà dans l'ombre pour gagner la partie administrative où se trouvait l'escalier menant au sous sol, où j'allais pouvoir quitter l'entrepôt.
-Oui, ton idée de pentacle est très ingénieux. Mais l'idée des flammes l'est un peut moins. Les esprit des lui semblent avoir quelque chose contre cet élément !
J'avais déjà attisé la rage des esprit en mettant le feu à la chambre où se trouvait Lafay, un second feu par Melinda allait certainement être la goutte d'eau qui allait faire déborder le vase, quel ironie. Un cercle brisé, des esprits mécontent et un feu qui gagne du terrain. Jackson allait sûrement réussir à faire disparaître les flammes. Mais les fantômes et le corps inanimé de Lafay me laissait largement le temps de m'enfuir sans avoir la brune à mes trousses...

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit Empty
MessageSujet: Re: Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit   Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit EmptyJeu 24 Avr - 17:18


Le fait que Mélinda ait déclenché un nouvel incendie avait fait reculé la Mambo. Cela avait fait sourire la sorcière et elle ne cachait pas son amusement face à cette réaction. Elle avait souhaité connaître les raisons pour lesquelles elle s'en prenait à Lafay, et pour seule réponse, elle avait obtenue le fait qu'elle était née. Sur le coup, la brune n'avait strictement rien comprit. Elle se disait que cette sorcière vaudou était complètement folle, ou bien éprise d'un de ses démons ou autre divinité. C'est à ce moment qu'un object percuta violemment Jackson-Adams qui tombait à terre sous le choc. Elle devait avouer qu'elle n'avait pas vu le coup venir. Laveau avait de l'expérience, c'était indéniable, il faudrait donc la jouer fine. Comme elle aurait pu s'en douter, Marie prenait une nouvelle fois la fuite.. Mais avant cela, la proviseure s'était rendue compte que quelque chose clochait puisqu'elle sentait toujours la présence de son ennemie dans l'entrepôt principal. Cette garce avait réussi à briser la protection de Mélinda en utilisant son sang. Encore une fois bien joué, la brune jouait ainsi au fair-play. Elle avait aussi mentionné le fait qu'il y ait des esprit dans cet endroit qui était encore inconnu à la jeune femme. Celle-ci se relevait, mais la Mambo avait déjà prit la fuite. […] Les flammes gagnaient du terrain, les nerfs de Jackson se faisaient de plus en plus durs à gérer au fur et à mesure que le temps s'écoulait. Cherchant autour d'elle, elle trouvait un écriteau placardé contre un mur. Elle se dirigeait instinctivement vers celui-ci, le lisant rapidement. Ainsi, elle et Elizabeth se trouvaient dans un ancien hôpital qui avait été détruit par les flammes. Elle comprenait où avait voulu en venir l'autre sorcière. Bien qu'elle porte des talons aiguilles, la brune se mettait à courir vers le corps toujours inerte de la rousse. C'est à ce moment qu'un vent glacial se fit sentir autour d'elles. Les deux femmes étaient peut-être désormais seules dans l'hôpital désaffecté ? Un vent violent s'abattait sur l'entrepôt où elles se trouvaient, si bien que les cheveux de la brune se mettait à flotter dans les airs autour d'elle, tout comme les pans de son long manteau noir. Regardant autour d'elle, se mettant à tourner sur elle-même, levant le visage, elle s'exclamait. “ Je sais ce que vous êtes. Vous êtes les esprits des anciens malades brûlés dans l'incendie de cet hôpital ! Mais vous ne pouvez rien contre moi ! Vous n'avez aucune influence sur mes pouvoirs ! L'Expression m'a permit de me détacher de l'influence des esprits ! Vos efforts sont vains ! ” La brune avait hurlé ces paroles autour d'elle, comme si les esprits étaient présents en chaire et en os. Elle savait bien qu'ils étaient là puisque cette tempête n'aurait pas pu se produire dans le cas contraire. La violence du vent commençait à décaler le corps et Lafay alors que les flammes progressaient toujours plus rapidement. Les deux femmes étaient maintenant encerclées. Fermant les yeux un instant, joignant fermement ses deux mains devant sa poitrine, Jackson-Adams concentrait sa puissance et la laissait exploser lorsqu'elle lâchait prise, écartant ses bras de son corps avec violence. Une onde de choc – dont l'origine était Mélinda – se propageait autour d'elle, brisant le vent et repoussant les flammes, jusqu'à les éteindre complètement. Sentant alors une douleur dans sa cuisse gauche, la sorcière se rendait compte qu'elle avait été blessée par la chaise que lui avait balancé Laveau. […] La brune avait aidé Lafay à se relever. L'énergie qu'elle lui avait transmise tout à l'heure allait suffire à ce qu'elle marche à peu près correctement. Aidant Lafay à marcher, la proviseure tentait de localiser Marie grâce à la télépathie. Poursuivant sa marche, elle voyait la Mambo marcher à vive allure dans un long couloir. Visiblement, elles n'étaient plus très loin l'une de l'autre. Dans un couloir, la sorcière découvrait une salle vide, ne comportant qu'une table et des chaises. D'un mouvement de la main, elle brisait deux pieds de chaises et les prenait pour les garder dans sa main libre. Elle relevait ensuite Lafay, poursuivant son ennemie. […] Marie était là, au fond d'un couloir. Il y avait une issue de secours. Laissant Elizabeth un instant, Mélinda plaquait avec violence la Mambo contre le mur en face d'elle. Ne lui laissant pas le temps de répliquer, elle se saisissait du pied de chaise et grâce à sa magie, l'enfonçait dans la jambe de Laveau. Jackson-Adams approchait alors son visage de celui de son ennemie, la regardant de ses yeux noirs. “ Laisses-moi juste te dire que la souffrance que tu peux endurer actuellement n'est rien comparée à ce que j'aurais pu te faire subir si mon amie n'avait pas besoin de soins rapidement. ” La brune retirait le pied de chaise de la jambe droite de Marie, pour saisir son bras gauche et lui ouvrir la peau à l'aide des rognures de bois brisé. La scène était sanguinaire, écœurante, mais elle ne s'en souciait guère. Tout ceci allait servir d'avertissement. Mélinda lâchait alors sa prise sur la vaudou, la catapultant dans le mur opposé. Maintenant, elles devaient sortir d'ici rapidement. Jackson commençait à perdre beaucoup de sang à cause de son ouverture à la jambe. Marie n'avait pas raté son coup, elle devait se soigner le plus tôt possible, ainsi que prendre soin de son amie. Mais au final, Mélinda se disait qu'elle avait suffisamment fait souffrir Marie ce soir, une certaine forme de donnant-donnant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit Empty
MessageSujet: Re: Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit   Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Into the deep + Entrepôt abandonné - minuit
» Jakar gentil Shih-tzu abandonné à 14 ans ! (54)
» Discution avec une Menthe (PV. Nuage de Minuit et Petite Menthe)
» Minuit, l'heure du crime || Luigi
» Deep ocean (feat Clay)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: VERSION 1.0 :: SAISON QUATRE :: rps-