AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 The family, that's priceless

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

sorciers
Jillian Hale

morsures : 7519
inscrit(e) le : 20/07/2013
célébrité : jennifer lawrence
crédits : tumblr & bazzart & BLASPHEMY

The family, that's priceless Empty
MessageSujet: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptySam 22 Fév - 22:13

« The family, that's priceless  »
Hold on,What’s the rush, What’s the rush We’re, not done away Cause I don’t need to change this, Atmosphere we’ve made if you can stay one more hour, Can you stay one more hour ? You know I’m gonna find a way to let you have your way with me You know I’m gonna find a time to catch your hand and make you stay Hold on, I’ll be here when it’s All done you know Cause what’s the point in chasing If I cant enjoy your face and We cant be wrong tonight, Can we be wrong tonight ?



 



18H53. J'avais fait de mon mieux pour me préparer mentalement à cette soirée, j'avais fait de mon mieux pour ne pas paniquer et toute la journée cela fut le cas et cela jusqu'au moment fatidique ou j'ai frôlée de renverser mon plateau de toaste par terre et qu'au moment d'enfiler ma première robe j'ai cru que je serais incapable de rentrer dedans. Ce soir je recevais le père d'Andy, ma mère et évidemment Andrew. Son père voulait faire ma connaissance et je voulais également rencontrer son père, j'adorais passer du temps avec sa fille lorsque j'étais gamine et avant mon accident, peut-être qu'il gardait encore des souvenirs de moi ? Moi ce n'est absolument pas le cas, j'ai besoin d'entendre une voix ou de toucher quelqu'un pour retrouver des souvenirs. Dans mes souvenirs le père d'Andy est gentil, je ne sais pas trop comment agir. Andrew m'a clairement dit que son père était un chasseur et malheureusement je ne porte pas les chasseurs dans mon cœur, je ne fais jamais de généralités, j'espère simplement que le sujet ne viendra pas sur la table... Ce sujet fait partie des sujets sensibles pour moi, malheureusement cela est difficile à éviter étant donné le climat actuel dans cette foutue ville.

Le repas serait simple. Je voulais à l'origine faire des verrines, malheureusement j'ai royalement ratée un plat pourtant « simple ». Je n'avais pas réussi à doser mes épices et le rendu final était catastrophique et je refuse que le père d'Andrew pense que je désire le voir finir à l’hôpital suite à un empoisonnement à la verrine... Donc finalement j'ai eu la bonne idée d'improviser des toasts, cela est simple, rapide et efficace ! Généralement cela plaît à tout le monde et cela permet de varier les plaisirs. En plat – la partie du repas que je déteste le plus préparer – j'ai choisi de faire des pâtes bolognaise. Je n'aime pas en faire trop et cela ne me colle franchement pas, moi préparer un plat comme une gentille mère de famille ? Faut pas déconner. Je voulais donner une bonne impression et non pas une fausse impression. Je voulais que le père d'Andy m'accepte comme je suis et non pas comme la belle-fille parfaite. En dessert je mentirais en disant que cela fut difficile puisque le fondant au chocolat de ce soir sort directement de la pâtisserie. Je ne sais pas cuisiner les desserts et je refuse de massacrer du chocolat. Voilà, le repas serait plutôt simple, je ne veux pas d'un repas superficiel, je refuse qu'il me prenne pour une autre. Même au niveau de la décoration de table j'avais simplement installé une nappe plutôt simple pour ne pas tomber dans le conventionnel... J'ai fait du rangement, j'ai nettoyé et la maison est parfaitement propre. Rien ne traîne dans cette foutue baraque. Voilà, la table est installé avec des couverts que j'ai sortie des cartons hier, ils étaient à mon père. J'installe un plat au milieu de la table. Pour ce qui est des boissons moi je ne bois pas d'alcool donc moi je n'allais certainement pas en acheter pour ce soir, je pouvais fournir de nombreuses boissons, mais certainement pas ça... Donc libre à eux d'en apporter, moi certainement pas.

J'ignore qu'elle heure il est exactement, je suis dans ma salle de bain. Je me suis alors glissée dans cette robe marron, pas très longue sans pour autant être courte. Elle me met en valeur cela est plutôt évident, je suis passée dans une boutique hier et cette robe fut comme une révélation. Je la trouvais belle et la seule robe que j'ai est celle de mon bal de fin d'année du lycée... Bal de fin d'année ou mon père m'avait finalement interdit d'aller, malgré qu'un ami accepte de m'accompagner, je sais juste que la robe est rouge, elle est au fond d'un carton avec d'autres affaires... Qu'importe. Cette robe est plus couleur chocolat que marron, je ne sais pas trop. Pour la première fois je mettais une robe et je me sentais plutôt bien. J'avais hésité à mettre un jeans et un t-shirt puis je me suis dit qu'un effort ne pouvait pas faire de mal. Je me regarde dans la glace, robe, collant et même un collier.  « Andy va pas me reconnaître mon dieu.  » J'ai dû mal à me reconnaître moi-même en fait. Je lève la tête ensuite pour regarder mon visage et mes cheveux, incroyable mais vrai : je suis coiffée et maquillée. Pour une fois j'avais parfaitement coiffée mes cheveux, il n'est pas question de faire un chignon ou une queue de cheval à l'arrache pour accueillir son père. Je veux donner une image positive de moi. La coiffure reste simple, je refuse de passer pour une fille hautaine et fière d'elle. Le maquillage est présent sans pour autant dénaturer mon visage, mes taches de rousseurs et autres petites marques sont visibles et puisque mes bras sont visibles de haut en bas cela ne fait que les exposer encore plus. Seul mon visage est maquillé, zéro fond de teint puisque cela se verrait clairement donc se sont principalement mes yeux qui sont exposés. Je ne supporte pas le vernis  donc j'en mets rarement. J'entends sonner. Je sors alors de ma salle de bain, sans m'en rendre compte je ne porte pas de chaussures et j'ai simplement mes collants. J'arrive devant la porte et je l'ouvre alors... Que le dîner commence !





made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptySam 22 Fév - 23:36



The family, that's priceless
Si on avait dit à Andrew qu'il allait devoir affronter son premier repas de famille gênant aussitôt dans sa relation avec Hope, il ne l'aurait certainement pas cru. Cela faisait quoi trois mois, quatre au maximum. Lorsque Maxwell avait du affronter les Carter cela faisait déjà plus d'un an qu'il était avec June. Alors, oui, Andy pensait pouvoir respirer un peu plus, d'autant plus que l'existence de la mère de Hope ne lui avait été révélé il y a peu. C'est donc pour cette raison que Andrew Pritchard s'était retrouvé à essayer plusieurs tenues plus homme qu'adolescent, un jean, un tee shirt blanc, un blazer noir. Son choix s'était porté sur ça, c'était là dedans qu'il se sentait le plus à l'aise bien qu'il cru un instant étouffer avec cette double couche de vêtements. Il avait aussi tenté de se coiffer, mais rien de bien concluant, le gel refusait de lui obéir, alors il se contenta de les ébouriffer avec un peu d'eau. Andy voulait faire bonne impression, la meilleure qu'il puisse et le simple fait de ne pas réussir à contrôler ses cheveux lui faisait perdre tout le peu de confiance qu'il avait en lui. « Je ressemble à un pingouin. » Il lâche un profond soupire tout en regardant une énième fois son reflet devant le miroir de sa porte de penderie. Il resta planté là, un instant, les mains dans ses poches regrettant ses tee shirt à l'effigie de ses super-héros préférés. Il aurait pu mettre une chemise et son tee shirt superman, après tout puisqu'il avait prévu de porter ses lunettes, il aurait pu faire une magnifique copie de superman. Un second soupire vient à franchir la barrière de ses lèvres avant qu'il ne daigne bouger de devant son reflet. Andrew descend les escaliers, s'empare de la première paire de chaussure un peu neutre qu'il trouve. Il n'allait quand même pas porter des chaussures cirés, aux bouts pointus, les chaussures qu'il ne peut pas supporter, il n'en a qu'une paire et on lui avait plus ou moins forcer la main pour qu'il se décide de les acheter, c'était pour un mariage si sa mémoire est bonne.

Il est assit sur la première marche de l'escalier en train de nouer ses lacets lorsqu'il se décide à prêter attention au monde qui l'entoure, soit noter qu'il n'a pas encore vu son père. « Papa ! T'es prêt ?! On va être en retard ! » En retard ? Non pas vraiment ils ont encore une bonne demie heure devant eux, en sachant que Hope n'habite pas à plus de dix minutes en voiture de chez eux... Finalement, Andy aperçoit son père le rejoignant dans l'entrée. « Alors ? Ça va ? Je fais pas trop déguisé ? » Dire qu'à la base il n'est pas du genre à porter attention à sa tenue, surtout lorsqu'il voit Hope sachant il a cette sale manie de finir torse nu pour une raison quelconque. Au moins, si on venait à lui renverser quelque chose dessus ce soir, il aurait un bonne raison pour retirer ce tee-shirt qu'il trouve trop serrés au niveau du cou. Il attrape rapidement les clefs de la voiture avant d’emboîter le pas à son père pour sortir de la maison.. « Je conduis ! Au faite, tu leur a pris quoi à Hope et sa mère ? » […]

Il se gare dans l'allée, jette un rapide coup d’œil à l'heure, près d'un quart d'heure d'avance. « Bon... Je crois qu'on est parti un peu tôt. Mais bon, mieux vaut être en avance que en retard hein ? » On se rassure comme on peut. Il sort de la voiture, portant une des deux orchidées que son père avait acheté pour l'occasion et s'approche de la porte d'entrée, prend une profonde inspiration « C’est vraiment gênant, j'ai pas le souvenir que Lis et Say ont du endurer ça... » À peine sa phrase s'achève qu'il appuie sur la sonnette. Les quelques secondes qu'il doit attendre aux côtés de son père lui semblent être une véritable éternité. Enfin lorsque la porte s'ouvre, c'est sur une Hope métamorphosée. Il sent ses yeux s'écarquiller, son cœur louper un battement et sa bouche s'entrouvrir un peu plus que d'habitude. Il reste un instant planté là, légèrement béat, puis secoue sa tête rapidement pour remettre ses idées en place « Tu es magnifique... » Déglutissement difficile puis il reprend, parlant un peu trop vite. « Et je te présente, ou représente mon père. Comme tu connais Lisbeth. Et on a acheté des orchidées, une pour toi et une pour ta mère... C'est jolie est peu allergène, ça m'évitera d'éternuer toute la soirée hein... »


FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyDim 23 Fév - 3:53

Family is not an important thing. It's everything.
Tout ceci était bien en dela de la zone de confort de Niels. D'un côté il savait que c'était juste un moment gênant à passer, de l'autre c'était peut-être un peu tôt. Il allait donc (re)rencontrer sa belle-fille mais également sa mère, et mine de rien ce soir chacun allait certainement se sentir un peu observé. Non pas que son désir initial ait été de juger les Liddell, à vrai dire il avait juste voulu en savoir plus sur la copine de son fils - c'est ce que les pères faisaient non ? - mais tout prenait une tournure très.. formelle. Or, c'était loin d'être un secret, le chasseur n'était pas vraiment à l'aise dans tout ce qui incluait sociabilité et discussions, et il avait en plus légué cette réserve à Andrew. L'objectif de la soirée était de faire assez bonne impression à Hope pour qu'elle ne refuse pas catégoriquement de remettre les pieds chez les Pritchard, ainsi qu'à sa mère pour qu'elle ne se demande pas dans quel environnement de fou son beau-fils avait-il bien pu grandir. A partir du moment où la soirée avait été labellisée "dîner avec les belles-familles respectives" tout semblait prendre bien plus d'importance, alors Niels se força à se poser trente secondes : il n'y avait pas de raison que ça se passe mal, déjà, ensuite les Liddell n'allaient pas le manger. Il était assez grand pour survivre à un repas de famille, tout de même. Ramené à la réalité par la voix d'Andrew, il se leva du bord du lit sur lequel il était assis depuis un moment. "J'arrive, deux minutes !" il avait répondu depuis l'étage - on ne connaissait pas le principe de "se déplacer pour répondre à une question" ici - et rejoint son cadet dans l'entrée, passant d'abord par le salon pour récupérer les deux orchidées à offrir aux Liddell's ladies. Observant rapidement de haut en bas puis de bas en haut Andy, il hochait la tête d'un air approbateur. "Nickel, pas trop simple mais pas trop recherché, ça le fait." Jetant un coup d’œil à sa propre tenue, un jean, une chemise bleu nuit et une veste (même pas en cuir), il se dit qu'ils étaient plutôt raccords sans l'avoir cherché, mais de toute façon s'il annonçait qu'il allait se changer Andrew allait sûrement le tuer sur place. Une fois sortis, Niels lui montrait les deux orchidées choisies un peu plus tôt dans la soirée. "Orchidées. C'est joli et je trouvais rien d'original.. ça fait trop cliché tu crois ?" Il hésita une seconde et haussa les épaules, elles lui plaisaient bien ces fleurs après tout, tant pis si c'était vu et revu.

Niels sentait bien que plus ils s'approchaient, plus l'idée de faire marche arrière était tentante, mais aucun des Pritchard ne se plaignit pendant le trajet. Il acquiesçait encore à la remarque d'Andy, pour une première fois arriver en retard aurait pour le coup pu être mal vu. Le chasseur afficha un sourire. "Si ça peut te rassurer, Say est passé par là lui aussi. Mais il était plus jeune et j'ai pas rencontré la famille de sa copine, donc un point pour toi." Et, surtout, Evy était là et était bien plus douée que lui pour les relations en général. Là, il était seul et c'était bien le problème, il allait devoir sortir de sa réserve habituelle, au moins le temps d'une soirée. Dans l'idéal, il réalisait qu'il aurait préféré être accompagné de Mélinda, mais il souhaitait surtout éviter l'incident diplomatique avec Andrew, de toute manière elle n'aurait peut-être pas voulu venir, et heureusement ses pensées furent stoppées par l'ouverture de la porte de l'appartement. Enfin le Pritchard put mettre un visage sur le prénom de Hope, et s'il avait quelques souvenirs de quand elle était môme et venait voir Beth, il aurait été bien incapable de la reconnaître si on ne lui avait pas dit. Il ne confirma pas l'affirmation d'Andrew, bien qu'il n'en pensait pas moins - elle était une très belle jeune femme et il fut presque soulagé de ne pas voir un pot de peinture débouler. Elle semblait naturelle en tout cas et c'était déjà un point non négligeable. "Eh bien.. ravi de refaire ta connaissance, Hope." Alors qu'elle les invitait à entrer, le shérif fut pris d'un doute. Il devait lui serrer la main, lui faire la bise, rien faire ? Il se maudit intérieurement de prêter tant d'attention à des détails insignifiants avant de décider arbitrairement de griller directement les étapes "on se serre la main et on se vouvoie". En passant la porte, Niels dût se pencher un peu pour faire la bise à Hope, et si elle trouvait ça trop familier, il espérait qu'elle ne lui en tienne pas rigueur mais après tout elle n'était pas totalement une inconnue. "J'en profite pour préciser.. tu peux m’appeler Niels et me tutoyer si tu veux bien, je préfèrerais." Son sourire se voulait rassurant, clairement il ne voulait pas instaurer de distance ou quoi que ce soit, être vouvoyé et appelé "monsieur" l'aurait limite mis mal à l'aise. Bon, la première étape était passée ; il chercha le regard de son fils pour savoir ce qu'il avait pensé de sa - courte - prestation. Il s'en était pas trop mal sorti pour le moment, à son goût.



- moriarten


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyDim 23 Fév - 16:33


Le rendez-vous était chez prévu chez sa fille aux alentours de dix-neuf heures. C'était une soirée importante que la blonde tenait à ne pas manquer. En effet, Hope lui avait confié qu'elle avait quelqu'un, sous entendu qu'elle avait un copain et l'idée semblait être venue de faire rencontrer les membres de la belle famille. A ce que Regina avait comprit, le père de Andrew – elle avait apprit qu'il se nommait ainsi – était le shérif de la ville. Elle avait cru comprendre qu'il serait seul lui aussi ce soir, ce qui retirait une part de la pression que pouvait ressentir la sorcière. Il se serait moyennement amusée à s'imaginer en face d'une belle famille parfaitement composée. Elle était assez mitigée, elle se rendait compte que ce serait aussi la première fois qu'elle mettrait les pieds chez sa fille. C'était un point qu'elle ne négligeait pas. [...] Toujours avec son habituelle décapotable noire, la sorcière roulait jusqu'à l'appartement de sa fille. Une fois sur le pas de la porte, elle hésitait à toquer pendant un instant. Elle avait revêtu une robe d'un rouge éclatant. Du vernis à ongles noir ornait parfaitement ses mains, elle en posait d'ailleurs une silencieusement contre la porte, déposant à la suite sa tête contre cette dernière. Il n'y avait que cette porte qui la séparait de tout le monde. Elle pouvait entendre des conversations, elle n'y prêtait pas réellement attention pour l'instant. Elle se demandait simplement ce qu'elle faisait ici. Aurait-elle vraiment sa place ? Est-ce qu'ils allaient former une vraie famille, une sorte de famille recomposée ? Quelque part, elle devait avouer qu'elle avait peur de tout ceci. De tout recommencer, de tout détruire. C'était assez étrange, puisque en comparaison elle était heureuse, heureuse et épanouie de retrouver sa fille, de connaître de nouvelles personnes qui seraient certainement sympathiques. Elle sentait sa main se crisper sur la bouteille de champagne qu'elle tenait dans sa main libre. Elle avalait difficilement sa salive, relevant la tête, reprenant contenance. Elle cherchait minutieusement dans son sac à main noir. Elle ne savait pas ce qu'elle cherchait, c'était comme une sorte de réflexe, quand elle se sentait mal à l'aise. Elle fixait la porte d'entrée un instant, puis se tenter à toquer deux coups. Sa fille venait ouvrir quelques secondes plus tard, un grand sourire se dessinait sur les lèvres de Regina. “ Dix-neuf heures précises. Une fois de plus je suis synchro. ” disait-elle pour faire référence à leur deuxième entrevue au Mystic Grill. Elle venait faire la bise à sa fille puis entrait. “ J'ai apporté ceci. ” ajoutait-elle en lui confiant la bouteille de champagne encore fraiche qu'elle avait apporté en guise de cadeau global, ne sachant pas vraiment quoi offrir pour cette première rencontre avec tout le monde. La blonde affichait une mine ravie qui était plus que sincère. Elle se tournait alors vers les deux hommes présents, leur adressant ce même sourire ravi. Elle s'avançait vers le plus jeune des deux. “ Regina Liddell. Enchantée de vous rencontrer. ” Elle lui faisait alors la bise. Puis elle se dirigeait vers le père du jeune homme, lui accordant les mêmes salutations. “ Monsieur Pritchard, enchantée de faire votre connaissance. ” Elle se reculait alors légèrement, faisant face à tout le monde, gardant son sac à main précieusement contre elle. Elle se sentait mieux désormais.
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
Jillian Hale

morsures : 7519
inscrit(e) le : 20/07/2013
célébrité : jennifer lawrence
crédits : tumblr & bazzart & BLASPHEMY

The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyDim 23 Fév - 17:34

« The family, that's priceless  »
Hold on,What’s the rush, What’s the rush We’re, not done away Cause I don’t need to change this, Atmosphere we’ve made if you can stay one more hour, Can you stay one more hour ? You know I’m gonna find a way to let you have your way with me You know I’m gonna find a time to catch your hand and make you stay Hold on, I’ll be here when it’s All done you know Cause what’s the point in chasing If I cant enjoy your face and We cant be wrong tonight, Can we be wrong tonight ?



 



J'ouvre la porte, souriante et même si je dois bien avouer que cette soirée est stressante je suis calme lorsque je vois le visage d'Andy. Cela me calme directement instinctivement, le voir là devant moi me fait du bien et même si d'habitude je lui aurais sautée dessus pour un câlin, je me retiens cette fois, parce que je risque de détruire ma seule et parce-que son père se tient à ses côtés. Je dois dire qu'il est différent des photos que j'ai eu l'occasion de voir chez Andy... Il semble surpris en me voyant, je savais que la robe ferait un drôle d'effet et peut-être tout le reste, ce n'est pas tellement dans mes habitudes, au début je pense qu'il me trouve différente et pas moi-même, cela serait envisageable et je pourrais le comprendre. Lui est classe et pourtant toujours lui-même, je me réjouis de ne pas tomber dans trop de formalités... Puis finalement Andy prend la parole pour me dire que je suis magnifique, soulagement je ne ressemble pas à une petite pimbêche. Je souris, gênée ou presque.   « Ho merci... Je te retourne le compliment. » En effet il n'était pas comme d'habitude et même si je sais que généralement nos soirées se terminent avec moi avec son t-shirt, et lui torse nu... Cela change de nos habitudes je dois dire, cela me rassure en tout cas de le voir et lorsqu'il me présente son père enfin qu'il me représente... Il ne me laisse même pas le temps de réagir et me présente directement les orchidées qu'ils ont apportés, il me fait aussi un cours de sciences par la même occasion... Cela me fait rigoler d'ailleurs, en effet il n'était pas utile de présenter ça de cette manière. Je n'ai même pas le temps de réagir et simplement de sourire que son père reprends la parole directement, je crois que je vais rougir, ce n'est pourtant pas dans ma nature, faut dire c'est rare qu'on me dise que je suis magnifique. Il semble ravi de faire ma connaissance, cela est également mon cas...  Et la bonne humeur qui pèse me soulage « Ho merci pour les orchidées et moi de même, mais rentrer on va parler à l'intérieur. » Je ne sais absolument pas quoi faire, je ne supporte pas de dire « vous » et mes petites mains ne sont pas habituées aux poignées de mains !

Andy passe le premier la porte, j'avais envie de me blottir contre lui sauf que non lorsqu'il s'approche de moi pour l'embrasser j'affiche un grand sourire.  Ma tête se partage entre « très élégant » et très « sexy ». Je préfère ne rien dire et lever les sourcils lorsqu'il passe, Andy connaît mon petit chez moi je n'ai même plus besoin de lui indiquer où se trouve où. Lorsque c'est le tour de Niels de passer le seuil de ma porte, il se baisse pour me faire la bise. Lorsque je referme la porte il me dit que je peux le tutoyer... Je respire soudainement mieux, en effet je ne supporte pas de dire « monsieur » et je trouve que cela sonne faux lorsque j'utilise ce mot... J'affiche un petit rassurée.  « D'accord, c'est plutôt une bonne chose puisque je préfère tutoyer les gens donc pas de souci avec ça.  » Je lui indique alors la sortie de ce pauvre petit couloir, ce n'est même pas un couloir, simplement un petit carré qui sert d'entrée. Je me dirige vers cette grande pièce à vivre, l’avantage c'est que ma cuisine, mon salon et ma salle à manger sont dans une seule et même pièce ce qui me permet de toujours garder un œil sur ce qui se passe.  « Si jamais vous voulez déposer vos vestes ou autres, vous pouvez les mettre sur mon canapé sans problème. » Je souris alors et soudainement je me rends compte que j'aurais mieux fait de mettre des chaussures à mes pieds et pas rester en collant, mais bon. Je ne sais pas quoi dire et je prends alors l'orchidée qui est pour moi. J'adore les fleurs et les odeurs, donc cela ne pouvait que me faire plaisir, il en faut peu de toute manière.  « Encore merci d'être là ce soir. Cela me fait vraiment plaisir d'enfin te rencontrer Niels. » Oui, il à dit que je pouvais et j'intègre vite... Je pensais continuer sauf que soudainement j'entends ma sonnette.  « Je reviens, bouger pas. » Cette remarque est stupide et à peine je me retourne pour me diriger vers ma porte je me rends compte que cette remarque est stupide et inutile.

J'ouvre alors la porte et je vois alors ma mère rayonnante. Elle me dit alors qu'elle est parfaitement synchro, une fois de plus. Cette remarque me fait sourire, j'espère sincèrement que ma mère est heureuse d'être là aujourd'hui, je ne voulais surtout pas forcer la main de cette dernière. Elle est habillée d'une superbe robe rouge, cela change du noir, je dois dire que je m'attendais à une robe noire et bien la surprise est agréable.   « En effet, pile à l'heure une fois encore ! » Je crois que jamais dans ma vie j'avais envisagée cette situation, ma mère venant rencontrer mon petit ami, elle me fait alors la bise, pour une fois je ne me sens pas trop petite... Elle me tends alors une bouteille de champagne, je suis nulle en alcool et je dois dire que je suis incapable de dire s'il s'agit d'une grande bouteille... Je suppose que c'est le cas en connaissant ma mère, mais je peux difficilement juger à la simple allure de la bouteille.  « Il fallait pas tu es un amour. » Je laisse ma mère passer devant moi, elle semble plutôt sûre d'elle et cela me fait du bien, j'espère que le repas ne va pas tomber dans la morosité et le plat... J'arrive derrière elle et au moment où elle dit bonjour à Andy je guette le regard de ma mère pour voir si elle allait faire une drôle de tête ou même faire un commentaire et pour mon plus grand plaisir elle ne dit rien. Ma mère avait refait surface dans ma vie depuis seulement quelques mois, pourtant son avis compte pour moi, il va de soit que même si elle détestait Andy je resterais avec lui et de toute manière je sais que , pour moi, elle ferait un effort... Je laisse les garçons offrir l'orchidée, je déteste parler pour les autres.  « Si jamais tu veux mettre tes affaires sur le canapé tu peux.  » Levant alors la bouteille de champagne. « Je vais mettre ça au frais. » Je ne bois pas et je ne compte pas priver les autres de boire, sauf que j'imagine le prix de la bouteille et autant qu'il reste frais. Ma cuisine est ouverte donc de toute manière je ne pars pas loin et j'ai toujours une petite vue sur mes invitées. Pour le moment le repas commence bien et j'espère qu'il va continuer dans cette voie, l'ambiance est plutôt zen et pour le moment tout le monde semble vouloir que ça se passe bien. Moi la première, pour le bien de mon couple et pour éviter de retrouver chasser à chaque fois que je mets les pieds chez les Pritchard. L'avis de Niels aura un impact direct sur moi puisqu'Andy est encore chez lui et cela est différent pour ma mère. Si elle n'aime pas mon copain cela me ferait du mal, cela est certain.





made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyMar 25 Fév - 21:28



The family, that's priceless
Parce que Andy est du genre socialement dérangé et ne possédant que trop peu de confiance en lui, la présence de son père était plus que bienfaitrice, même lorsqu'il lui annonce que effectivement c'est le premier à avoir le droit à son repas de famille gênant. Il aurait aimé rajouté quelque chose mais Hope vient alors à leur ouvrir la porte, après l'avoir complimenté et rougir légèrement quand elle lui retourne ce qu'il vient de dire, il lui offre les fleurs, présente son père, bref, il mélange tout sans vraiment s'en rendre compte, cela ne risquait pas vraiment à préjudice du moment que la mère ne Hope n'est pas encore présente, disons qu'il faut un certain entraînement pour parvenir à suivre les conversations farfelues du jeune Pritchard, qui aussi dépitant cela puisse paraître, Andy trouve ses sujets normaux et lui permettre de faire taire un instant son cerveau.

Il pense à tout ça quand il se retrouve au beau milieu du salon, lésait du poids de l'orchidée qu'il portait plus tôt. Écoutant d'une oreille attentive les quelques échanges entre la sorcière et son père, lorsqu'elle s’éclipse, il ne peut s'empêcher de tourner son visage vers son père, cherchant un potentiel premier avis sur son visage, mais Andy est rapidement rattrapé par ce bruit provenant de la porte d'entrée. Hope n'a même pas encore ouvert la porte que le ventre du Pritchard vient à se nouer. Presque instantanément, Andy vient a récupérer les fleurs que son père tenait jusqu'à lors. Il serait incapable d'expliquer son geste, peut-être que ne rien avoir dans les mais le gênait, peut-être que le mieux était d'offrir les orchidées quitte à laisser un peu son père sur le carreau. Finalement, la fameuse-pas-si-morte-que-ça mère de Hope débarque à son tour dans le salon vêtu d'une magnifique robe rouge, Andy ne peut s'empêcher de la scruter entièrement du regard, cherchant les points communs physique qu'elle pouvait avoir avec sa fille. Elle s'approche de lui, lui faisant la bise affirmant être ravi de le rencontrer, il reste planté là un peu comme un con tandis qu'elle s'approche de son père pour le saluer, Andy en aurait presque oublié les fleurs. Lorsque Regina est plus disponible, il s'avance vers elle lui tendant l'orchidée. « Également enchanté de faire votre connaissance. » Il se serait bien risqué à faire une blague, disant qu'il ne pensait ne jamais la rencontrer, puisque de toute évidence elle était censé être morte, mais il se ravise, se contentant de tendre la fleur. « On vous a acheté des fleurs, c'est très peu allergène en plus... Comme ça même si vous êtes allergique au pollen, vous ne risquez pas grand chose. » Il avait sorti exactement la même chose à Hope 5 minutes auparavant. Parfois, il s'en voulait de savoir tant de choses inutiles, sincèrement qui ça intéresse de savoir qu'une orchidée ne vous offrira pas une réaction allergique en plus d'être une magnifique plante. Passablement silencieux, Andy vient à passer une main dans ses cheveux avant de reprendre. « Votre robe est très jolie... Le rouge vous va bien au teint ! Enfin vous êtes aussi jolie... Telle mère telle fille hein. Non pas que je doutais de votre beauté avant de vous rencontrer. Enfin bref... »


FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptySam 1 Mar - 0:22

Family is not an important thing. It's everything.
Tout le monde était un peu sur les nerfs, c'était évident, pas vraiment étonnant. Le principe de la première impression était d'être tenace, alors l'idée pour Niels était de ne pas effrayer les Liddell, ce qui semblait au moins pour le moment réussi puisque Hope les avait invité à entrer et s'était même adaptée très vite au tutoiement. Il finit par emboîter le pas d'Andrew qui connaissait clairement le chemin, jetant au passage un coup d'oeil à la pièce dans laquelle ils allaient a priori passer la soirée : c'était grand et lumineux, le salon, la cuisine et la salle à manger étaient ici-même, ce qui éviterait les longs moments silencieux si Hope s'absentait dans la cuisine. Suivant son conseil, il se débarassa de la veste qu'il portait et la posa sur l'accoudoir du canapé, souriant alors qu'elle lui disait que ça lui faisait plaisir de le rencontrer. "Merci à toi de nous avoir invité, oui. J'espère qu'Andrew ne t'a pas trop raconté d'horreurs sur moi." C'était plus fort que lui, il avait toujours aimé taquiner ses enfants, même si ça les faisait râler. En même temps ça voulait dire qu'il se sentait plus à l'aise, ce qui était bon signe. De ce qu'il en voyait jusqu'à maintenant, il semblait que Hope serait une belle-fille ni chiante ni agaçante, le genre de touche de fraîcheur qui savait faire sourire par sa présence. En tout cas c'est ainsi qu'il l'avait imaginée et pour l'instant rien ne semblait le contredire. Quelques secondes plus tard, c'était au tour de Regina de faire son entrée, alors qu'Andrew avait subitement décidé de s'occuper d'offrir l'orchidée, peut-être trop stressé à l'idée de ne savoir quoi faire de ses mains. Presque par réflexe il essaya de trouver des ressemblances entre la mère et la fille, déformation professionnelle sans doute, sans savoir qu'au même instant Andrew faisait exactement la même chose. Il lui rendit son sourire alors qu'elle s'était approchée pour saluer les Pritchard. "Le plaisir est partagé, Regina - si on peut passer aux prénoms, ça sera moins formel ?" Étrangement le chasseur ne se voyait pas donner du "Madame Liddell" toute la soirée, ça aurait été incroyablement redondant. Encore une fois, il espérait qu'elle ne tienne pas rigueur de son "audace", mais puisqu'ils allaient très sûrement être amenés à se cotôyer à plusieurs reprises.. Autant passer directement les premières minutes. Il laissa Andrew offrir la fleur, baissant légèrement la tête pour cacher son sourire alors que son cadet répétait les mêmes détails à propos de l'orchidée et s'empêtrer dans les compliments. Honnêtement, il n'était pas mécontent d'avoir été déchargé de la partie "cadeau", s'il avait su le choisir il aurait été incapable de le donner sans avoir l'air.. bizarre. Peut-être même qu'il aurait parlé de l'allergénicité de l'orchidée, car au fond si son fils ne savait pas trop agir en société il tenait très certainement ça de son père. Être shérif ne lui avait clairement pas appris à avoir la classe en toutes circonstances, malheureusement. En tout cas, il espérait vraiment que la soirée se déroule sans accroc, sinon il en entendrait parler pendant des mois. Pendant ce temps, il ne pouvait pas s'empêcher de se répéter le nom Liddell, persuadé de l'avoir entendu quelque part avant la grande discussion d'avec Andrew. Peut-être dans un journal, ou à la radio, enfin pour le moment ça ne lui revenait pas alors il cessa de se torturer.



- moriarten
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptySam 8 Mar - 13:42


Regina n'avait pas attendu bien longtemps à la porte de l'appartement de sa fille. À vrai dire, cela ne l'étonnait pas du tout de Hope. Durant leur dernier rendez-vous, les deux femmes avaient apprit l'une de l'autre. Désormais, elles n'étaient plus de parfaites inconnues, elles étaient certainement plus liées que l'on ne peut bien le penser. D'ailleurs, la blonde avait souri lorsque sa fille confirmait – comme à leur deuxième entrevue – le fait qu'elle était pile à l'heure. Sur ce, la sorcière lui avait donné une bouteille de champagne. Elle avait effectivement préféré un présent global, quelque chose qui pourrait faire plaisir à tout le monde. Elle avait aussi choisi cet alcool dans le sens où elle pensait qu'il était tout particulièrement adapté pour ce genre d'événements. Sans oublier qu'elle avait un réel faible pour cette boisson pétillante. Contre une coupe de champagne, on pouvait facilement l'acheter. “ Bien sûr que si, qu'il le fallait ! ” Lançait-elle en faisait référence à ce que Hope lui avait dit précédemment. Elle était donc entrée dans l'appartement et elle s'était surprise à ne pas contempler la décoration. C'était assez étonnant venant d'elle, qui attachait autant d'importance à toute forme de beauté. [...] Alors que sa fille lui avait expliqué qu'elle pourrait se débarrasser de ses affaires sur le canapé et qu'elle allait mettre la bouteille au frais, Regina était allé vers les Pritchard. Au début, elle devait s'avouer plutôt tendue de cette rencontre. Sa fille ne lui avait que très peu parlé de son copain, d'autant plus qu'elle ne savait pas grand chose sur le père, mis à part qu'il était le shérif de la ville. En même temps, c'était une information essentielle quand on emménage dans une ville des États-Unis. [...] Elle s'était premièrement adressée à Andrew, et il lui donnait une orchidée – le cadeau – et Regina la prenait entre du bout de ses doigts aux ongles vernis noirs, la portant ainsi jusqu'à son nez afin de pouvoir humer son parfum. Elle haussait un sourcil à ce qu'il lui disait, ne comprenant pas vraiment ce que cela venait faire ici – le fait que la fleur soit peu allergène – puis elle se mettait à rire, conservant un sourire à ce qu'il lui disait par la suite. Ses compliments l'avait touché, sans aucun doute. “ Eh bien, merci beaucoup jeune homme. Ma fille a bon goût ! ” Rétorquait-elle d'une voix assez forte pour que sa fille puisse l'entendre de part la cuisine. Il semblait être un petit gentleman, du moins, pour le peu qu'il venait de dire. Elle devait avouer qu'au début, elle avait eu peur, juste à cause de ce qu'il avait dit sur l'orchidée, mais au final, elle ne se laissait plus influencer par cela. Par la suite, elle était venue vers Niels, qui lui expliquait que le plaisir de la rencontrer était partagé. Elle souriait, haussant un sourcil lorsqu'il demandait à passer aux prénoms, pour que le tout soit mon formel. “ Effectivement, on peut aussi faire cela.. Je ne vois aucun inconvénient à ça. ” Elle allait donc déposer son sac à main sur le canapé que mini Liddell lui avait signifié un peu plus tôt, lorsqu'elle était arrivée. Elle se sentait mieux désormais, mieux depuis qu'elle s'était présentée aux Pritchard. Elle retournait donc vers eux, un sourire aux lèvres, croisant les bras sur sa poitrine. Elle avait entendu pas mal de choses sur le shérif de la ville, ce serait une occasion d'en savoir plus sur lui, ainsi que sur son gendre désormais. C'était tellement.. Étrange de se dire qu'elle était embarquée dans ce genre de choses, alors même qu'elle avait énormément souffert niveau familial, de part son ex mari – aujourd'hui défunt. “ Donc Niels, vous êtes le shérif de cette ville, n'est-ce pas ? Quoique, ne devrais-je pas vous tutoyer ? C'est ce que l'usage des prénoms sous-entendait certainement ? Eh bien, qu'elle lourde tâche, tu as ici. Cette ville est assez étrange sous maints aspects, mais j'ai su m'habituer. ” Elle ne le montrait certes pas, mais une certaine méfiance était volontairement venue s'installer chez la sorcière. Il était shérif, elle avait tué son ex-mari, autant gardé quelques distances avec cet homme, aussi gentil puisse t-il être. Elle voulait aussi justement le mettre quelque peu mal à l'aise de part la formulation de sa réplique. Elle s'attendait à le faire perdre pied, du moins, d'une certaine façon. Cela permettrait ainsi peut-être le fait qu'il ne soit pas prochainement trop curieux à son sujet. Elle se tournait ensuite vers Andrew, un léger sourire aux lèvres. “ Hope est vraiment ravissante ce soir. Il est rare que nous soyons à la même hauteur, elle et moi. ” Elle faisait ici référence aux talons hauts. Une pointe d'humour dans tout ceci ne ferait aucun mal.
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
Jillian Hale

morsures : 7519
inscrit(e) le : 20/07/2013
célébrité : jennifer lawrence
crédits : tumblr & bazzart & BLASPHEMY

The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptySam 8 Mar - 19:18

« The family, that's priceless  »
Hold on,What’s the rush, What’s the rush We’re, not done away Cause I don’t need to change this, Atmosphere we’ve made if you can stay one more hour, Can you stay one more hour ? You know I’m gonna find a way to let you have your way with me You know I’m gonna find a time to catch your hand and make you stay Hold on, I’ll be here when it’s All done you know Cause what’s the point in chasing If I cant enjoy your face and We cant be wrong tonight, Can we be wrong tonight ?



 


Je rigole à la question, enfin non, à la remarque de Niels lorsqu'il est question de ce que je sais sur lui... Ce que je savais de lui ? Je savais qu'il était shérif, qu'il était en couple avec quelqu'un et qu'Andy l'avait mal vécu et que c'était la seule raison que Niels était au courant de mon existence et pour finir, je sais qu'il est chasseur. J'ignore encore beaucoup de cet homme et il représente encore de nombreux mystère, il ne semble pas méchant, je dois dire que j'ai dû mal à croire qu'il chasse... En tout cas il semble apprécier l'humour, bonne nouvelle parce-que j'aurais été incapable de me garder de rire ou même de taquiner. Andy le sait, enfin entre lui et moi cela est devenu habituel.  « Ho non il à rien dit de bien méchant. J'espère qu'il à rien dit de terrible sur moi non plus... » Je souris alors en regardant Andy, je me doutais que cela marchant dans les deux sens. Je ne pouvais pas savoir ou même deviner ce que le shérif savait sur ma petite personne et cela ne changerait rien. Il pouvait très bien m'avoir présentée comme la folle qui l’entraîne dans la réserve de la librairie que de toute façon, j'agirais de la même manière. Le but de cette soirée et que tout le monde se sente bien et je voulais surtout – évidemment – qu'Andy se sente bien. Je voulais qu'il puisse avec tout le monde comme il était avec tout le monde. Je n'ai même pas réellement le temps de continuer ma phrase que je me dirige vers la porte pour ouvrir.


Je n'avais jamais eu l'habitude de recevoir des cadeaux ou des « présents ». Mon père n'était pas très fan de ces principes de bases et puis il était rare que j'organise un repas dans ce style chez moi. Faut dire Andrew était mon premier copain et de toute manière je n'aime pas les repas comme ça, cela fait tellement protocolaire, c'est comme les bals ou les conneries du genre. Je pense que je ne serais pas à mon aise dans des événements comme ces derniers. Je me sentirais cruche, déjà que là j'ai l'impression d'être sortie du dernier magazine pour photoshop. Pourtant j'ai abusé de rien, j'ai simplement cette impression qui ne quitte pas ma tête. En tout cas tout le monde est là et ma porte est enfin close, elle ne va se rouvrir que lorsqu'il faudra faire partir tout le monde et cela me soulage. Pour le moment la soirée démarre de manière simple et l'ambiance n'est pas mortuaire tel un cimetière. Cela serait vraiment donné une mauvaise image de moi de laisser mes invités s'ennuyer, voir carrément se faire chier d'ailleurs. Sauf que ce n'était pas comme avec Andy, je ne pouvais pas sortir danser sous la pluie ou bouffer de la chantilly n'importe où. Je devais simplement faire en sorte qu'un froid ne s'installe pas et éviter les sujets sensibles. Il y en avait évidemment et je savais lesquels, ma mère le savait et elle et moi allons faire notre possible pour ne surtout pas tomber dans le mélodramatique. Je souris simplement lorsque ma mère me dit que si, il fallait. Je suis contente, les gens qui disent ne pas aimer les cadeaux sont des hypocrites, disons simplement que j'ai pas tellement l'habitude d'avoir des cadeaux. Enfin de toute manière, je ne bois pas donc le problème ne se pose pas réellement dans mon cas.


Heureusement pour moi – pour nous et pour la santé mentale des gens présents – ma cuisine est ouverte et je peux suivre parfaitement la conversation qu'importe l'endroit où je me trouve. Cela m'arrange, je veux être certaine d'être là en cas de problème ou de conflit puis aussi éviter de passer toute ma soirée dans la cuisine. Ma mère se dirige d'abord vers Andy, alors que j'arrive dans ma cuisine j'entends Andy bafouiller et présenter la fleur comme étant une plante très peu allergène. J'attends la réaction de ma mère avec impatience alors que je glisse la bouteille au frais. Elle rit ! Elle rit sincèrement ! Ouf, je suis soudainement soulagée et je me dis que je vais passer la vie dans mon frigo si j'appréhende toutes les réactions de ma mère, je vais finir avec des glaçons entre mes seins, cela serait vraiment pas sexy du tout. Je rigole alors lorsqu'elle dit que j'ai bon goût. Alors, étant parfaitement sans complexe je ne vais pas rester sans rien dire.   « Je sais ! » Andy m'apportait énormément et il avait des défauts, ses défauts font de lui une personne humaine et c'est ce dont j'ai besoin. Puis ses défauts vont plutôt bien avec les miens, je partage le dicton « qui se ressemble s'assemble ».  Enfin même si à la base j'avais pas prévu de sortir avec lui, c'est drôle quand j'y repense. Finalement elle en vient à discuter avec Niels. Ma mère s'intéresse à Niels en premier, pourquoi ? Au début je ne comprends pas tellement pourquoi et lorsqu'elle évoque le fait qu'il est shérif je me pose encore plus de questions, je ne vois pas tellement ce qu'elle essaye de faire. Niels n'était pas là en tant que shérif, mais soit. Après tout si nos parents pouvaient devenir amis cela serait toujours agréable.  

Alors que je sors mes toast du frigo et que je commence à retirer le film plastique qui l'enveloppe j'entends ma mère de nouveau parler de moi. Je lève la tête alors en direction de cette dernière qui s'adresse à Andy, elle dit que je suis ravissante. Elle veut entendre Andy confirmer que je suis belle ? Peut-être ? Puis elle fait un petit commentaire sur ma taille. J'ignore pourquoi le sujet de ma taille passionne toujours. Cela me fait légèrement rire toute seule dans mon coin lorsque je repense à deux ou trois trucs avec Andy, en effet à chaque fois que je me sentais grande cela se retournait contre moi et généralement, je finis dans le canapé. Je dis ça comme ça... Je tourne alors l’œil en direction de ma mère. « Je suis toujours ravissante voyons ! Pour une fois je suis juste ravissante avec une robe et il y a un complot contre ma taille dans mon entourage ! Je vais finir par complexer ! » C'était de l'humour. Enfin j'essayais de toujours rester dans la bonne humeur et de ne pas laisser Andy devoir dire que je suis jolie juste pour me faire plaisir, je n'avais jamais des compliments comme ça, lorsque tu es aveugle, personne ne va venir te voir et te dire que tu es belle. Donc j'avais pas besoin de mots pour savoir ça. Je ne voulais pas voler la parole à Andy, surtout pas ! Je voulais juste être certaine qu'il ne réponde pas de force. Si ce soir j'avais une robe c'était uniquement pour la forme et ainsi que tout le reste d'ailleurs, sinon je serais probablement beaucoup moins sexy.

« Installez-vous, ne rester pas debout j'arrive dans deux minutes. Juste le temps de faire un truc présentable.   » J'affiche alors un grand sourire sur les lèvres, en effet je dois bien l'avouer : je ne sais pas comment nous allons nous installer. Je suppose que nous allons nous mettre à côté de nos parents respectifs ? Je n'en sais rien et au pire, on va faire au feeling, je m'en sors plutôt bien lorsqu'il est question de feeling.





made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyVen 14 Mar - 19:18



The family, that's priceless
Maintenant qu'il s'était débarrassé de la fleur des formalités, Andrew ne savait que faire de ses deux mains, regrettant alors le fait qu'il ne puisse pas les cacher dans son pantalon, ses poches étant trop étroites pour qu'il puisse agir de la sorte. Il sent ses joues se chauffaient un peu lorsque Regina évoque le fait que sa fille ait un bon goût et cette sensation s'accentue lorsque Hope vient à approuver. C'est une drôle de situation, il ne pense pas être un véritable bon parti, enfin... Il se trouvait plus de défauts que de qualités et parfois encore il se demandait comment Hope pouvait tolérer ses tocs, son hyperactivité, son débit de parole et bien évidemment sa gêne non dissimulé face aux foules. Il n'écoute que d'une oreille lointaine la conversation que son père avait entretenu avec la mère de Hope, il en aurait presque oublié qu'elle était responsable de la mort du père de Hope et que son père lui, était le shérif. La discussion aurait pu le mettre encore plus mal à l'aise mais occuper ses mains semblent être sa plus grande priorité sur le coup. L'hyperactivité... Impossible pour lui de se tenir tranquille cinq minutes, encore moins lorsqu'il s'agit d'une situation que le met mal à l'aise, Andrew a alors tendance à se concentrer sur des détails inutiles, là à l’occurrence se sont ses mains. Mais il reporte vite à son attention aux personnes présentes, surtout en voyant le sourire de Regina et la voix de Hope résonner plus loin. Un complot sur sa taille ? Sa beauté ? Une robe ? Andy tente de remettre les derniers mots dans l'ordre, jetant un regard à son père en guise de soutient moral et aussi étrangement que cela puisse paraître il trouve une soudaine occupation pour sa main droite : la passer nerveusement dans sa tignasse. « Bah... c'est que... Hope n'a pas besoin d'être en robe pour être jolie. » Après tout ce n'était que la vérité, il n'était pas habitué à la voir ainsi, impossible pour lui de dire s'il la préférait ainsi ou comme elle est d'habitude. En y réfléchissant bien il aimait les deux. Il s'abstient tout commentaire sur la taille de Liddell sous peine de finir dans l'un des pire clichée : homme grand // femme petite. C'est sûr cela pouvait avoir un certain avantage mais réellement, en cas de danger... Hope aurait plus vite faire de lancer un sort plutôt que Andy tente de se souvenir de ses rudiments de self défense. Avant qu'il n'ait le temps de redire une quelconque phrase, Hope invite les Pritchard et sa mère à s'installer. Andrew fixe la table un instant, avant de daigner décoller ses pieds du sol pour s’asseoir. Il est presque content de pouvoir enfin poser ses fesses sur une chaise, sous une table, caché par une nappe, plus besoin de contrôler ses tics nerveux, il se contentera d'agiter les pieds sous la table pour évacuer toute pression. Enfin, une fois n’est pas coutume, Andrew se lance dans un début de conversation en évitant de parler de tous faits scientifiques ridicules qu'il connaît. « Et heum... Sinon, vous faites quoi dans la vie ? » Il s'en veut de taper aussi bas dans la banalité, tellement pas son genre de s'inquiéter de formalités, mais pour une fois il pouvait faire exception. Une fois de plus son regard se porte vers son père à la recherche d'une quelconque information bien que sa mère fut tellement plus doué que lui au sujet du relationnel. « En tout, cas, je ne comprendrais jamais comment mon père fait pour pouvoir gérer toutes les affaires de cette ville ! »


FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyDim 16 Mar - 23:50

Family is not an important thing. It's everything.
Niels n'avait pas cillé en voyant la bouteille de champagne offerte par Regina, mais sa décision était déjà irrévocable : il n'en toucherait pas une goutte ce soir, il savait très bien qu'il était incapable de s'arrêter à une coupe - c'est pour ça qu'il avait tout viré de la maison - et il n'y avait pas moyen qu'il déçoive son fils pour cette soirée qui lui était spéciale. C'était toutefois une source de stress supplémentaire dont il se serait bien passé, déjà qu'il n'était pas réellement à l'aise ici. Enfin, pour l'instant, le plus mal à l'aise semblait Andrew, alors que Regina affirmait que Hope avait bon goût, ce que cette dernière se fit un plaisir de confirmer. Il observa du coin de l'oeil son fils, et soudain sa place de "père du nouveau copain" lui paraissait moins terrible. Les orchidées avaient eu leur succès, c'était déjà un bon point. L'autre aspect rassurant était que Regina avait accepté sans problème d'éviter les vouvoiements toute la soirée, il n'avait jamais été vraiment friand des formalités, s'il savait les tolérer dans un milieu professionnel c'était moins naturel dans un environnement privé. Il y avait toujours cette impression que le nom de famille de ses hôtes lui était familier et il était à peu près certain que cela ne datait pas de l'époque où Hope fréquentait Lisbeth. Commencer à les questionner sur leur vie risquait de fort ressembler à un interrogatoire néanmoins et Andy n'apprécierait très probablement pas le geste, alors il contint sa curiosité. D'ailleurs, Regina lui posa quelques questions sur son travail. Quelque chose - il n'aurait pas vraiment su dire quoi précisément - dans la formulation le dérangeait un peu, mais il s'efforça de rester le plus neutre possible. "C'est.. Je suis le shérif, c'est ça. Je suis bien entouré au poste ce n'est pas si dur que ça en a l'air. Mais c'est certain que nous n'avons rien à envier à New-York, niveau étrangetés." C'était un euphémisme. Si les grandes villes avaient leur lot de meurtres sordides, la ville de Virginie regorgeait tellement de créatures que le tout était plutôt comparable en somme. Heureusement que son adjointe et ses salariés étaient efficaces, sans être modeste il savait très bien que seul il n'arriverait à rien. Au moins, ils contraient les clichés des flics gras et gavés aux donuts.. Le chasseur n'est pas mécontent que l'attention revienne vers Hope, il sourit légèrement en assistant à la visible complicité liant la mère et la fille. Son enthousiasme avait le mérite d'être contagieux et, en croisant le regard d'Andrew qui semblait un peu dépassé, il acquiesçait légèrement comme pour l'inciter à confirmer les dires de Regina, les compliments étaient toujours gratuits et agréables. Hope les invitait à s'assoir, alors il suivit l'exemple de son cadet. En soit, il aurait aimé lui proposer son aide pour la cuisine, mais il était tellement mauvais dans cette discipline qu'il serait capable de faire rater un plat en voulant simplement y rajouter du sel. Il prit place à côté d'Andrew, laissant les deux sièges d'en face vacants. Pour le coup, il avait joué à l'instinct, n'ayant pas la moindre idée de l'endroit où il était censé s'assoir dans ce genre de situations. Son cadet ne lui laissait pas le temps de trouver une idée brillante pour le sortir de son amorce si banale - mais efficace -, puisqu'il surenchérit sur son poste. Niels ne put s'empêcher de sourire, il avait toujours eu cette impression que son métier était une des rares choses qu'il faisait et qui pouvait rendre fier Andrew. "Ah, ne me flatte pas autant ! Je suis loin d'être Batman, c'est juste.. pas mal de travail. Rien d'exceptionnel" Son job, c'était entre autres ce qui le faisait tenir, alors autant dire qu'il ne comptait pas les heures supplémentaires. Peut-être qu'il était maso mais il aimait ça, bosser, qui plus est étant de nature assez modeste il n'allait sûrement pas profiter de l'opportunité pour se lancer des fleurs. C'était une question de devoir, de conscience professionnelle, rien qui ne pouvait le rendre particulièrement admirable.



- moriarten
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyMar 18 Mar - 20:35


A peine Regina avait complimenté son gendre que sa fille prenait directement la parole pour confirmer les dires de sa mère. Un sourire venait s'installer sur le visage de la blonde. Elle se reconnaissait bien en elle sur ce coup. Après tout, elle avait elle-même très souvent un coup d'avance dans les discussions. Ce soir, Hope avait reprit cet aspect de sa mère. Cette dernière trouvait cela si comique qu'elle venait même à en rajouter une couche. “ Par pitié, Hope, ne fait pas passer pour vrai ce dicton qui dit 'telle mère, telle fille' ! Comment ces deux hommes vont-ils prendre le fait que chez les Liddell, nous écoutons aux portes !? ” Ce n'était évidemment pas le cas, il s'agissait simplement d'une certaine forme d'ironie. Elle trouvait cela drôle d'imaginer les Pritchard se dire que les deux femmes ici présentes avaient cette manie d'écouter derrière les portes.. Après tout, Hope venait en quelque sorte de le faire ! Un nouveau rire sortait de la bouche de la directrice marketing lorsque sa fille venait à dire qu'il y avait un complot autour de sa taille et qu'elle allait finir par complexer. Mine de rien, elle devait avouer qu'elle accrochait très facilement à l'humour de mini Liddell. Elle était fière de sa fille, et elle n'hésitait pas à le montrer. […] Ce n'est qu'une fois à table que Regina venait à remarquer que Andrew avait piqué un fard, ses joues étant légèrement rosies cette fois. Elle émit un léger rire lorsque le jeune homme lui demandait ce qu'elle faisait dans la vie. Elle lâchait un soupire amusé, baissant la tête quelque secondes, avant de la relever, la penchant légèrement sur le côté gauche. “ Eh bien, je suis directrice marketing chez Versace. ” Inutile d'en dire plus, il était clair que l'on pouvait percevoir aisément la fierté qu'elle avait dans cette profession. Ce n'était pas de tout repos, évidemment, pourtant, elle s'était vraiment battue pour obtenir cette place. “ J'ai énormément travaillé pour obtenir cette place. Sans vouloir me vanter.. ” Non, sur le coup, elle était très sincère. Elle ne se vantait pas, elle appréciait juste le fait que ce qu'elle possédait aujourd'hui soit le vrai fruit de son travail. Elle regardait à tour de rôle Niels, puis revenait vers Andrew. Elle reprenait le dessus dans la discussion, c'était ainsi qu'elle aimait discuter. “ Et de ton côté ? Des études ? Un emploi peut-être ? ” demandait-elle avec intérêt. Il était clair que l'on pouvait lire une attention particulière dans le regard de la sorcière. Elle voulait en savoir plus sur les Pritchard. Après tout, ils seraient des personnes qu'elle sera amenée à recroiser dans quelques temps. […] Regina jetait un coup d’œil vers la cuisine. Sa fille n'était pas encore revenue, elle espérait sincèrement qu'elle parvienne à dresser quelque chose de correct, comme elle l'avait dit avant de partir. C'était une soirée importante pour tout le monde et il était primordial que tout se passe bien. La blonde se montrait souriante, elle appréciait le début de ce repas. D'ailleurs, elle haussait un sourcil, amusée, lorsqu'elle écoutait Andrew dire qu'il ne savait pas comment son père s'y prenait pour gérer toutes les histoires de Mystic Falls. Niels confirmait en expliquant que la ville regorgeait de phénomènes aussi improbables qu'à New-York. Ce n'était pas faux, elle-même venait de cette ville. Elle acquiesçait donc d'un signe de tête. Néanmoins, elle se disait qu'il serait sûrement bon de dévier le sujet du surnaturel et de la place de shérif le plus loin possible du reste des couverts présents sur cette table.. Elle ne souhaitait pas que la mort de Forbes soit un sujet abordé, d'autant plus qu'elle connaissait très bien Kol Mikaelson, mais aussi les histoires de créatures. Elle-même sorcière, elle voulait se montrer prudente. “ Effectivement.. Rien d'exceptionnel. ” se contentait-elle de lancer. “ Je suis moi-même originaire de New-York.. Mon cher Niels – si je peux me permettre – il y a des tas de choses que vous avez manqué dans votre vie si vous dîtes des choses comme cela.. ” Oui, éloigner les sujets étant susceptibles de fâcher, noyer le poisson, rien de mieux à faire. D'autant plus qu'il y avait tellement d'ombre autour de Regina qu'il était préférable de garder certains passages de sa vie dans l'ignorance. Moins ils en savaient, mieux ce serait. Que ce soient les Pritchard, ou quelqu'un d'autre d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
Jillian Hale

morsures : 7519
inscrit(e) le : 20/07/2013
célébrité : jennifer lawrence
crédits : tumblr & bazzart & BLASPHEMY

The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyMar 18 Mar - 21:29

« The family, that's priceless  »
Hold on,What’s the rush, What’s the rush We’re, not done away Cause I don’t need to change this, Atmosphere we’ve made if you can stay one more hour, Can you stay one more hour ? You know I’m gonna find a way to let you have your way with me You know I’m gonna find a time to catch your hand and make you stay Hold on, I’ll be here when it’s All done you know Cause what’s the point in chasing If I cant enjoy your face and We cant be wrong tonight, Can we be wrong tonight ?



 


Je ressemble à ma mère ? Peut-être... Comment juger ? Je connais mon petit-ami depuis plus longtemps qu'elle alors je vais sérieusement avoir du mal à trouver des points communs avec ma mère, pourtant je sais que je lui ressemblance. Au niveau du physique évidemment, lorsque je suis blonde cela est plutôt évident et puis l'une comme l'autre nous avons un visage qui affiche de nombreuses expressions. Je rigole alors à sa remarque, en effet elle comme moi n'étions pas un cliché, cela était impossible puisque notre relation était trop hors-norme pour ça. Je lève les yeux au ciel avec un petit sourire en coin, je suis chez moi de toute manière, j'écoute si je veux... Et je ne me prive pas pour le faire d'ailleurs.  Ensuite j'entends Andy... Je n'ai pas besoin d'avoir une robe pour être belle ? Je me sens rougir du coup dans un élan de courage, je ne dit rien. Je trouvais cela chou et cela me mettait en plus mal à l'aise, en effet la robe était neuve et j'avais fait un effort, je suis presque certaine que j'ai passé plus de temps à me demander si je ne ressemblais pas à un dindon plutôt que ce que j'allais servir à mes invités, cela n'était pas une fierté, mais pour faire bonne impression il faut savoir payer le prix. J'étais incapable de savoir. J'écoute attentivement la conversation, je suis parfaitement capable de gérer deux choses à la fois. J'ai toujours été habituée à avoir les yeux clos, donc préparer des toasts n'avait rien de sorcier. Je me dis d'ailleurs après réflexion que des sandwich - enfin des minis – cela aurait été tellement plus mignon et à mon image... Mais il est trop tard maintenant pour penser à ça

Le sujet est simple, il ne tourne pas dans le dramatique et il est normal ! Mon dieu je ne demandais que cela, je voulais passer une soirée normal. Et cela l'était parfaitement, ma mère évoquait son travail et elle en était heureuse. Elle pouvait, Andy et Niels ne connaissent pas tout son passé et moi non plus. Néanmoins j'en sais assez pour savoir qu'elle méritait ce qu'elle avait et que lui retirer cela serait de l'hypocrisie, elle pouvait se vanter, je n'allais certainement pas lui reprocher. Certes cela n'était pas forcément nécessaire, mais au moins ma mère ne cachait pas sa personnalité et elle se montrait naturellement et moi je ne voulais que ça : du vrai et du concret. Cela me faisait du bien d'avoir une soirée normale, je ne demandais rien de plus. Évidemment la question retombe sur Andy, j'espère qu'elle ne va rien dire... L'idée de la thèse est déjà un sujet délicat, je refuse qu'Andy se sente mal à cause de ça, surtout que j'approuve totalement son projet et son objectif.

Lorsqu'il est question de New-York, de Niels et de ma mère j'ai peur. Je n'aime pas parler du passé avec ma mère, nous craignons toutes les deux le même sujet et ni elle, ni moi ne voulons l'aborder, il est trop dur et lourd... Je ne voulais pas en parler en fait, j'ignore si ma mère approuvait ma décision... Je suis probablement extrêmement égoïste sur ce sujet là et bornée en plus de cela. Il est mort, ni plus ni moins. Rien que d'y penser je ne supporte pas ça, les cauchemars et les angoisses ont disparus avec le retour de ma mère, inutile de continuer de parler du sujet... Je sais que le sujet du surnaturel est vaste et que nous mentons tous clairement, le surnaturel existe et certains sont pour, d'autres sont contre... Le débat est sans fin et je refuse qu'un sujet comme celui-là gâche mon repas de famille.

Je termine enfin ma présentation, je suis plutôt fière de moi, j'ai passée du temps là dessus et pour une première fois j'aime me dire qu'il y a pire. Je ramène alors mon plateau en marchant si possible sans tomber, tout le monde est installé, il ne reste que moi et cela me fait plaisir de ne pas devoir choisir ma place d'ailleurs. Je ne savais pas du tout comment positionner mes invités ce soir... J'arrive grand sourire.« Donc, je m'excuse d'avance, je devais faire des verrines, mais il s'avère que les dosages des épices et moi ce n'est pas mon fort et c'était vraiment monstrueux. » Je souris alors en posant le plateau au centre de la table, je n'étais pas miss parfaite, j'essayais d'avoir une tenue parfaite pourtant j'étais incapable de me tenir parfaitement droite avec mes talons, je pourrais presque passer pour une alcoolique. « Dans l'urgence j'ai donc fait des toasts donc de droite à gauche : toast au saumon fumé, toasts au foie gras, toasts au thon et pour finir au fromage. Je suis vraiment désolée, j'avais pas prévue de faire ça et je suis plus du genre à commander qu'à cuisiner. » Je ne réagis qu'à la fin comme quoi ma phrase était un peu conne, en effet il était inutile de souligner que j'étais une piètre cuisinière. Je préfère ne pas regarder le visage de mes invités. « Vous voulez boire quelques choses de particulier ? Je vais sortir ton champagne, mais c'est le seul alcool que j'ai chez moi... Du coup vous voulez quelques choses de particulier ? » Je ne buvais pas d'alcool, je ne le cachais pas puis cela est pratique, je possède de nombreuses boissons sans alcool ! Je pointe évidemment ma mère lorsque j'évoque le champagne, je me doute qu'elle va en boire, je n'ose même pas imaginer le prix de la bouteille... Une fois cela fait je pourrais tranquillement m'asseoir et participer à la conversation, cela est inévitable... Je ne pouvais pas éviter toute la soirée de parler de moi.




made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyVen 4 Avr - 20:00



The family, that's priceless
Andrew était encore un petit garçon, fier de pouvoir dire que son père était le shériff, que malgré tout il avait réussi à élever trois enfants d'un âge relativement proche lors de la phase difficile de l’adolescence. Aucun d'eux s'en étaient échappés indemne, mais ce n'était pas grave. Alors que Hope rejoint la table, la conversation s'axe désormais sur la carrière de Regina, une affaire de mode, un projet qu'elle avait mené à bout, de quoi être fière. Andy n'y connaît que trop peu de chose dans le domaine de la mode pour pouvoir parler plus sur ce sujet, alors il se contente d’acquiescer positivement la tête avant de cesser tout mouvement quand Regina lui demande à son tour ce qu'il fait dans la vie. Machinalement Andrew se racle la gorge avant de répondre. « J'ai travaillé plusieurs mois comme assistant-journaliste, puis je me suis rendu compte que ça ne me plaisait pas réellement. Je me suis donc redirigé vers les études et heum... J'étudie les sciences humaines et mon dossier scolaire m'a permis d'acquérir une bourse pour financer les recherches de ma thèse... Thèse sur le vampirisme. » Ses deux mains sur ses cuisses, il vient à les frotter comme pour faire sortir toute cette monté de stress. Parler de lui n'était pas son sujet de prédilection, il n'aimait pas se vendre, encore moins devoir expliquer ce qu'il fait, mais pour une fois il se fait violence pour affronter cette situation qui de toute évidence le met plus que mal à l'aise. « Depuis la mise à nu des vampire, trop de conneries circulent à leur sujet et je me suis mis cette idée folle en tête de figer en quelque sorte leur statut. Une thèse a beaucoup plus de crédit qu'un simple livre écrit d'un inconnu. C'était ma condition pour retourner en fac. » Voilà, il en avait fini avec son cursus. Il ne rendait pas vraiment compte qu'à seulement 22 ans, il avait eu la chance de posséder une certaine expérience et sans doute un ambition insoupçonnée, non Andy ne dirait pas de lui qu'il est ambitieux. La discussion avait repris sur New York, Regina ayant elle aussi vécu dans la ville. Andrew n'avait pas eu cette chance, il ne faut que peut de temps ensuite pour que Hope présente le début du dîner s'excusant pour quelque chose qu'il ne comprend pas. Il ne doutait pas de ses talents de cuisinière, et quand bien même l'alimentation que les Pritchard avait n'est rien d'extraordinaire, Andy serait même persuadé qu'il connaît mieux les tarifs des plats à emporter que les boutons du four. Finalement, la seule chose qu'il comprend vraiment entre ses histoires de vérines c'est quand Hope mentionne la boisson et alors le champagne que sa mère avait ramené pour l'occasion. Il tourne timidement son visage vers son père. De l'alcool. Ce n'était pas vraiment le bon moment pour parler du récent sevrage de son père d'un autre côté Andy ne se voyait pas refuser afin de ne pas mettre Regina mal à l'aise, après tout, elle ne pouvait pas savoir. Une moue gênée sur le visage le jeune Pritchard vient à reprendre la parole en tentant de ne blesser aucun parti. « On ne boit pas vraiment d'alcool et comme je prends le volant pour rentrer, je ne pense pas que ce soit une bonne idée. » Sa voix est légèrement fausse, un peu plus aiguë qu'à l'ordinaire et profondément mal à l'aise. Cependant il parvient quand même à aligner d'autres mots pour se tirer de cette impasse. « En plus, papa, tu ne peux pas boire, imagine on t'appelle au poste ? » Question rhétorique, il se trouve ridicule. Son père s'en serait parfaitement sorti il n'en doute pas, mais cette volonté de le protéger de toutes tentations reste plus forte pour Andy.


FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyDim 13 Avr - 19:46

Family is not an important thing. It's everything.
Même sans être très doué pour juger les gens sur les apparences, Niels aurait su dire que Regina gagnait correctement sa vie et était de ces personnes travailleuses. Pour le coup ils s'étaient trouvés un point commun, le shérif avait également un goût à peine dissimulé pour son travail et même s'il ne tirait pas spécialement de fierté de sa position en elle-même, faire partie de cette branche des forces de l'ordre était un honneur pour lequel il s'était battu mais aussi, entre autres, quelque chose pour lequel il vivait, alors il comprenait très bien ce que Regina entendait par ses paroles. Elle s'était par la suite intéressée aux études d'Andrew qui en avait profité pour exposer légèrement son avis sur les vampires, une opinion que Niels ne partageait clairement pas du tout mais il s'abstient bien de le montrer, tant que la discussion restait aussi neutre aux sujets des créatures il n'y avait pas de raison que cela tourne mal. Puis pour le coup il était très sûrement le plus intolérant à cette table, il était bien conscient que son avis tranché était vu comme extrémiste mais il n'était pas pour autant un redneck de base incapable de rester civilisé. Il observait néanmoins avec intérêt la réaction de Regina sur le sujet de la thèse, cherchant sûrement un quelconque signe d'approbation - il espérait réellement qu'elle apprécie Andrew, tout ça avait l'air de compter sincèrement pour lui -. La remarque de Regina le prit un peu au dépourvu et il eut du mal à comprendre ce qu'elle sous-entendait alors une nouvelle fois il essaya de faire preuve de retenue dans ses propos, rebondissant sur le fait que la Liddell soit originaire de New-York - nouveau point commun, comme quoi il allait de surprise en surprise -. "Ca fait bien longtemps que je ne suis pas allé à New-York, bientôt vingt-cinq ans.. Je ne suis plus vraiment le mieux placé pour en parler, j'en conviens !" Toute sa jeunesse il avait cru passer sa vie dans la ville qui ne dort jamais, encore aujourd'hui il était bien plus citadin qu'il ne pouvait l'admettre et retourner fouler les rues de son enfance lui ferait énormément plaisir.

Hope les rejoignait alors avec un plateau expliquant sa tentative avortée de faire des verrines. Niels ne put cacher son sourire, il avait tellement été familier des échecs gustatifs qu'il avait fini par apprendre le numéro de la pizzeria et du chinois du coin plutôt que de continuer les expériences quasi chimiques. "Ca a l'air très bon Hope, avec Andrew on n'est pas vraiment des adeptes de grande gastronomie de toute façon." Le plus simple le meilleur, c'était un précepte qu'ils avaient suivi pendant des années alors qu'aucun cordon bleu ne semblait se manifester chez les Pritchard. Forcément il ne sous-entendait pas que la préparation de Hope était mauvaise, juste qu'il n'y avait pas besoin de chercher un grand raffinement ou une présentation exceptionnelle et ce genre de détails que l'on trouve dans les restaurants hors de prix. Peut-être le genre de restaurants auxquels Regina était habituée, il n'en savait trop rien, toujours est-il que ce n'était pas sa tasse de thé. Alors que Hope évoquait le champagne, Niels croisait le regard inquiet d'Andrew. Aborder son alcoolisme en cours de rémission n'était sûrement pas le genre de choses qu'il souhaitait être mis sur le tapis, alors il essaya d'appuyer les paroles de son fils sans pour autant se trahir. "La voix de la sagesse.. Si tu veux une coupe je reprendrai la voiture, mais en effet je vais passer mon tour, merci quand même. De l'eau ça m'ira très bien." Offrant un sourire mi-rassurant mi-désolé - la bouteille avait dû lui coûter une fortune - aux Liddell, Niels croisa de nouveau le regard d'Andrew. Il espérait avoir réussi à noyer un peu le poisson, la dernière chose qu'il souhaitait était faire honte à son cadet en révélant à sa belle-famille son addiction qu'il avait toujours essayé de dissimuler au mieux. Peut-être qu'aux yeux des Liddell la situation ferait croire qu'Andrew était mal à l'aise à l'idée de boire devant un père un peu trop strict, ou quoique ce soit déviant de la piste de l'alcoolisme.



- moriarten
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyMer 16 Avr - 15:37


Hope revenait vers la table, déposant un plateau de toast. L’œil avisé de sa mère regardait toutes les gourmandises avec une certaine appréhension. Elle ne connaissait pas du tout la façon de cuisiner de sa fille, mais elle fut clairement agréablement surprise du fait qu’elle ait pu rebondir sur ses erreurs face aux verrines. Elle écoutait attentivement ce qu’elle disait, ajoutant qu’elle avait eu un réel problème avec les épices. Cela fit sourire Regina. Saumon fumé, foie gras, thon, puis fromage. Avant qu’elle ne puisse reprendre la parole, Hope assurait qu’elle allait sortir son champagne du frais, ce qui fit sourire de nouveau la blonde. Visiblement, sa fille ne jugeait pas les goûts extravagants de sa mère, d’ailleurs, les convives non plus. C’était franchement quelque chose qu’elle appréciait. Elle n’avait pas voulu passer pour une espèce de bourgeoise qui se prend pour plus haut que tout le monde. Au contraire, elle n’était pas comme cela, pas du tout même. […] Venait ensuite la réponse du copain de sa fille. Ce premier lui expliquait cette fois qu’il avait travaillé plusieurs mois en tant qu’assistant d’un journaliste. Mais que ceci ne lui avait pas plu et qu’il s’était donc remit aux études, et plus particulièrement dans une thèse sur le vampirisme. Regina en venait à hausser un sourcil, se montrant intéressée. Ce n’était pas en effet un sujet commun et d’ailleurs, c’est certainement ce qui la séduisait tant dans cette idée-là. Le châtain semblait nerveux, c’est pourquoi Liddell l’incitait à poursuivre en hochant la tête, un léger sourire aux lèvres. “ Eh bien ! Voilà un projet ambitieux ! L’ambition est une qualité que j’apprécie beaucoup. Donc comme projet professionnel.. Chercheur ? C’est une bonne situation, j’imagine. ” Ajoutait-elle avec un sourire sincère. La directrice marketing de Versace admirait et respectait énormément les personnes qui se donnaient du mal pour ce qu’ils souhaitaient faire dans la vie. Et c’était apparemment le cas de son.. Gendre ? Apparemment oui. […] Niels, de son côté, revenait sur le sujet de New-York. La sorcière pouffait légèrement lorsqu’il répliquait qu’il n’était pas allé à New-York depuis environ 25 ans. Ce n’était pas une moquerie, il avait simplement réussit à la faire rire. Peu à peu, la blonde pouvait sentir la glace fondre, elle se sentait à l’aise parmi sa.. Nouvelle famille. Encore un concept dur à admettre, mais c’était le cas, elle en était heureuse. […] La bouteille de champagne sur la table, venait un moment palpable. Ils ne souhaitaient pas prendre de champagne ? Soit.. Regina était quelque peu déçue, elle qui aimait énormément cet alcool de fête. C’était bien son alcool préféré en fait. Pour chaque occasion important, pour chaque réussite de son entreprise de mode, elle sortait une multitude de coupes ainsi qu’une bouteille de ce breuvage couleur or. Pour apaiser la situation, elle se contentait de reprendre la parole. “ Ne vous en faîtes pas, je peux très bien comprendre. Je n’habite pas très loin, une chance. ” Et sur ce, elle se mettait à ouvrir la bouteille de champagne, jusqu’à ce que je bouchon n’explose dans sa main dans un bruit sonore caractéristique. Reposant le bouchon sur la table, elle remplissait sa propre coupe. “ Vous êtes vraiment certains de ne pas en vouloir ? Autant vous dire qu’il est divin.. ” Sans même le goûter, elle le savait déjà, puisqu’il s’agissait d’une de ses marques favorites. “ Mais.. Sans vouloir vous offenser, est-ce qu’il y a un problème ? Vous semblez tendus.. Est-ce que je me trompe ? ” Il était clair qu’elle ne se sentait pas de poursuivre ainsi. L’évocation du champagne avait eu un réel retentissement sur l’ambiance. Elle se souvenait à quelle vitesse les Pritchard avaient réagi. Cela dit, elle reportait finalement son attention vers sa fille, lui adressant un regard complice. “ Tu sais, je suis vraiment fière de toi. Tu as su réunir une famille autour d’une table, chose qui n’est pas toujours simple à faire. ” Et c’était bien la vérité, quoique l’on puisse dire ou penser. Jetant ensuite un regard vers sa coupe de champagne, elle se décidait à lancer avec humour. “ Il faudra se décider envers quoi trinquer.. Je propose cette nouvelle famille que nous avons tous ? ” Après tout pourquoi pas ?
Revenir en haut Aller en bas

sorciers
Jillian Hale

morsures : 7519
inscrit(e) le : 20/07/2013
célébrité : jennifer lawrence
crédits : tumblr & bazzart & BLASPHEMY

The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyMer 16 Avr - 17:47

« The family, that's priceless  »
Hold on,What’s the rush, What’s the rush We’re, not done away Cause I don’t need to change this, Atmosphere we’ve made if you can stay one more hour, Can you stay one more hour ? You know I’m gonna find a way to let you have your way with me You know I’m gonna find a time to catch your hand and make you stay Hold on, I’ll be here when it’s All done you know Cause what’s the point in chasing If I cant enjoy your face and We cant be wrong tonight, Can we be wrong tonight ?



 


J'avais l'impression de faire un exposé et que mon avenir allait se jouer sur la simple présentation d'une entrée. C'était étrange comme sensation, je n'allais pas être juger en fonction de la nourriture chez moi, au pire je serais considéré comme une mauvaise hôte. Au pire cela n'est pas totalement faux ? Je n'ai jamais accueilli personne chez moi de manière « officielle » et il faut bien une première fois, malheureusement, cette soirée n'est pas juste une soirée avec des amies. Heureusement, Niels me rassure et me dit qu'il n'est pas un grand fan de gastronomie et qu'Andrew non plus... Pour Andrew je savais déjà je dois bien l'avouer, cela me rassure néanmoins de savoir que son père est comme lui... Si le repas pouvait continuer dans cette optique cela me rassurerait... Je me sentais à l'aise, cela voulait dire que le repas conviendrait à tout le monde ici présent, faut pas déconner, j'allais pas cuisiner du homard alors que je sais même pas la tronche de cette bestiole là... Donc à la remarque de Niels, je souris, soulager.

Andrew parle de lui, je dois dire que je préfère ça. De manière assez égoïste – voir très – je préférais que mon copain parle de lui plutôt que de parler de moi avec son père ou même avec ma propre mère. Je suis certaine qu'elle découvrirait des choses en même temps que Niels et cela serait bizarre. Enfin dans le fond, je connais ma mère depuis seulement quelques mois et je ne suis pas du genre à étaler ma vie en mode « bla bla bla ». Je préfère dire les choses quand elles viennent et heureusement pour moi, cela n'arrive pas souvent ! J'aimais bien lorsque qu'Andy parlait de son projet, j'aimais son idée et au moins cela sortait de l'ordinaire. J'ignore la véritable position de ma mère vis à vis des vampires et je me doute que cela n'est pas facile de parler d'un sujet comme celui-là à table. Je m'attendais à un regard surpris ou peut-être une expression faciale qui se désagrégerais  au fur et à mesure qu'Andy s'exprimerait.... Finalement elle semble réellement porter de l’intérêt à un projet comme celui-ci. La question qui vient manque de me faire m'étouffer – façon de parler – et je dois dire que j'attendais de nombreuses autres remarques... La question du statut social... Franchement je crois que je m'attendais à pire, même si cette question me met légèrement mal à l'aise je préfère ne rien dire et laisser Andrew répondre. L'argent ne fait pas le bonheur ? Faux. Je ne suis pas une idéaliste au point de croire que l'argent pousse dans des arbres comme dans les sims ! Je me fiche juste du statut social de la personne qui est en face de moi, c'est tout...

L'alcool. Je n'en n'étais pas fan. J'ai probablement dû boire une seule fois après mon opération et que je dois dire que cette sensation m'avait insupportée. J'étais incapable de réellement me contrôler et lorsqu'on vient de récupérer la vue, cela est plutôt ironique de ne pas être maître de son corps. Lorsque je reviens finalement avec la bouteille, je n'y toucherais pas et je préfère largement me mettre à l'eau. Je dois bien avouer que je me sens moins tâche lorsque je dépose la bouteille de champagne plutôt que celle pleine d'eau. Je m'installe finalement à mon tour, je pose enfin mon cul sur une chaise. Cherchant désespérément quelques chose à regarder sans pour autant le fixer et passer pour une psychopathe. Ma mère me confirme en me disant que ce vin est divin et je veux bien la croire, je crois qu'elle à dû mettre un tas de fric dans cette bouteille... Je regarde ma mère lorsqu'elle pose sa question sur l'ambiance. Tout le monde appréhende, sauf elle. Même-moi j'appréhende alors que d'habitude je suis d'un calme à toute épreuve...  Je décide de lancer sur l'humour plutôt que de laisser croire que cette question est réellement sérieuse. « Pour ma part je suis tendu à cause la robe que je porte, je sais pas comment tu fais pour porter des trucs comme ça aussi souvent.  » J'affiche un grand sourire. La robe m'avait angoissé, réellement. La simple idée de ressembler à une pouffiasse dégénérée me nouait la gorge, heureusement pour moi ce n'était pas le cas.  

Soudain le sujet revient sur moi alors que je pensais continuer à diriger la conversation vers les garçons. Finalement ma mère s'adresse à moi. Sa remarque me touche sincèrement. D'une certaine manière, elle se trompait. En effet, j'avais des réunions avec la famille Liddell, elle n'était juste pas là et moi j'étais aveugle. Je ne considère pas cela comme des réunions de famille. Dans le fond ce n'était que des gens réunis autours d'une table en train de parler et toujours se prendre pour des êtres supérieurs à dieu. C'était drôle au début – pathétiquement drôle – et au final, cela est devenu lassant et redondant. Néanmoins, elle a raison. Ni elle, ni moi n'avions eu droit à une véritable famille avant ce soir. C'était terrible, je détestais parler de l'avenir, penser à l'avenir et le mot famille m'y forçait néanmoins. Je n'avais pas envie de dire que nous n'en n'étions pas une, cela serait mentir et je l'espère et j'y crois au fond de moi que nous en sommes une. C'est terrible comme mon esprit semble vouloir s'enfuir et abandonner mon corps. Je ne sais pas quoi répondre, je vais probablement dire un truc stupide qui n'aura rien à voir avec la conversation. Je sais pas...« En effet, c'est pas toujours facile à faire et c'est mieux de le faire avec des gens sympas.  » Elle comprendrait mes allusions, Andrew aussi probablement. J'affichais un sourire timide cette fois, je n'avais pas l'habitude d'être félicitée par ma propre mère... Cela semble pourtant tellement anodin pour tout le monde.

J'aime son idée de trinquer. Sauf que, j'ai aucune idée de ce que cela signifie vraiment en fait. Sérieusement, quand j'étais gosse la famille se réunissait, trinquait pour mon anniversaire et moi je tirais une gueule de mort vivante car j'étais aveugle et que je détestais toutes ces personnes... « J'aime beaucoup ta proposition. Juste qu'on m'explique le principe de trinquer, au risque de passer pour une débile profonde. » Soulagement, c'est officiel, je ne suis plus stressé par cette soirée.





made by pandora.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anonymous
Invité


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless EmptyVen 18 Avr - 15:44



The family, that's priceless
« Eh bien ! Voilà un projet ambitieux ! L’ambition est une qualité que j’apprécie beaucoup. Donc comme projet professionnel.. Chercheur ? C’est une bonne situation, j’imagine. » Andrew sent son corps entier se raidir, ce n'est pas parce que Regina semble emballer par la thèse mais parce qu'elle le qualifie d'ambitieux et l'interroge plus particulièrement sur le statut que cela lui incombe. Le question le gêne, même si ça ne devrait pas. Il n'y a pas de honte à ce qu'il fait, cependant, il ne se trouve pas être un sujet intéressant alors parler de lui... pourtant ne pas répondre serait impoli. Il se frotte les mains contre les cuisses pour se donner du courage et se décide à répondre. « Disons que pour l'instant, ça me suffit. Je fais quelque chose qui me plaît et c'est tout ce qui m’intéresse. L'université me finance pour la thèse plus parce que ça leur fait de pub que parce qu'ils portent un réel intérêt à mon travail. » Triste à dire, mais pure vérité, il n'allait pas se plaindre de la somme qu'il recevait mais du peu de crédibilité qu'on apportait à son projet. Il a l'impression de s'en être plus ou moins bien sorti, tant mieux, il n'aurais pas aimé s'étendre plus dans la discussion.

Enfin, c'est ce qu'il pensait avant de voir la bouteille atterrir sur la table, son ventre s'était instantanément noué, il était intervenu pour sauver son père de cette mauvaise passe. Ce dernier avait affirmé que si Andy désirait boire, il n'y avait pas de soucis, le problème reste que lui n'en a pas envie. Plus destructeur que porteur de bonheur, Andrew avait diabolisé l'alcool très jeune, en plus de ça il ne le supportait que trop mal, il n'a cas se souvenir de la dernière fois qu'il a bu en compagnie de Quinn quand il était plus jeune pour qu'il n'ait pas envie de retenter l'expérience. « Mais.. Sans vouloir vous offenser, est-ce qu’il y a un problème ? Vous semblez tendus.. Est-ce que je me trompe ? » Regina a remarqué la mal aise qui était tombé sur la pièce comme un mauvais soufflet, un nouveau poids s'abat sur le jeune Pritchard sans qu'il ne puisse dire quoi que ce soit pour se sortir de ce mauvais pétrin. Les regard presque vide il fixe les vérines, espérant secrètement que son absence partielle passe inaperçu. Il ne pouvait pas se résigner à couler son père pour expliquer le pourquoi du comment, pas maintenant, pas comme ça, chaque famille à ses secrets, les Liddell devaient être bien placé pour le savoir. C'est pourtant le voix de Hope qui résonne dans la pièce et le fait sortir de son gouffre, « Pour ma part je suis tendu à cause la robe que je porte, je sais pas comment tu fais pour porter des trucs comme ça aussi souvent. » Il réprime un soupire de soulagement et  gratifie Hope d'un sourire, elle ne doit pas savoir de quoi elle l'a sauvé à l'instant précis, elle avait sûrement agit sans savoir, mais il lui était reconnaissant malgré tout. Les voix s'enchaînent, Regina qui veut porter un toast à cette nouvelle famille, Hope qui approuve mais ne sait pas trop en quoi cela consiste. « C'est une coutume qui vient de l'antiquité, on boit en faveur de quelque chose pour que cela dur. C'est une sorte de bénédiction. C'est mal vu de refuser de trinquer, ça met à l'écart la personne. Au Moyen-Âge... » Il s'arrête subitement en se rendant compte qu'il était en train de faire un exposer sur le fait de trinquer. «  Bref, tu frappes dans le verre de chacun pour le faire tinter et tu bois ensuite. » Il sait aussi qu'il faut d'après la coutume populaire regarder la personne dans les yeux, ne pas croiser les bras et qu'il faut boire quand tout le monde à fini mais à quoi bon le mentionner ? Alors, Andy se contente donc de trinquer avec son verre d'eau.


FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


The family, that's priceless Empty
MessageSujet: Re: The family, that's priceless   The family, that's priceless Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
The family, that's priceless
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The family, that's priceless
» Family First : II
» (F/FAMILY) Kristina Romanova - dear sister tell me how to lie
» cornélya y.-o. de maupou ღ family matters
» Harley Quinn : Death of the Family

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: VERSION 1.0 :: SAISON TROIS :: rps-