AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 klamille - " words as weapons "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Anonymous
Invité


klamille - " words as weapons " Empty
MessageSujet: klamille - " words as weapons "   klamille - " words as weapons " EmptyJeu 9 Jan - 22:24


Lorsque je suis arrivé à Mystic Falls, la clémence ne faisait pas partie de mes plans. Hayley était ma priorité, ou du moins, si on peut dire... j'avais également un deal avec Marie à faire valoir et, jusqu'à preuve du contraire, il me semble qu'elle a tenu sa part du marché. Elle a bel et bien gardé le corps de mon frère en sécurité, le temps que je m'occupe de retrouver la mère de mon enfant. Je l'avais peut-être dagué mais, j'avais mes raisons. Des raisons valables - pour une fois. Ceux qui me connaissent savent plus ou moins que je tiens à ma famille, peu importe comment je le leur exprime ; la dague est simplement pour moi un moyen comme un autre de les garder près de moi, même lorsqu'ils me déçoivent ou commencent à me fatiguer. Kol, lui, avait dépassé les bornes en dévoilant l'existence des vampires et méritait amplement sa punition. Un mois dans un cercueil n'est rien dans le fil d'une éternité après tout ! Seulement voilà, comment aurai-je pu deviner que mon frère lui-même était derrière la disparition de la mère de mon fils ? Moi, qui pensais à un coup monté venant des sorcières... je ne suis bien fait avoir.

Dans un élan de colère, j'ai voulu tuer tous les alliés de mon petit frère lorsque Elijah est intervenu. Encore et toujours Elijah. On peut dire qu'il a le chic pour arriver au bon endroit au bon moment lui... mais sans lui, Hayley serait surement morte à l'heure qu'il est. Mon impulsivité est parfois dévastatrice et, je dois avouer que Elijah m'a sauvé la mise plus d'une fois. J'ai arrêté de compter le nombre de fois où il m'a sorti du pétrin où je m'étais fourré mais, n'est-ce pas là le rôle du grand frère ? Il ne fait que suivre les lois de la nature, celles qui tiennent compte des liens fraternels qui nous unissent mais, si seulement c'était aussi simple... Je déteste devoir me rendre à l'évidence d'une chose : il m'est indispensable, tout comme le reste de ma famille.  Ors, de toute évidence, Hayley fait partie de la famille. Elle porte mon enfant et, Elijah est arrivé à temps pour calmer ma colère et m'empêcher de faire une erreur. Tuer les alliés de Kol ne m'aurait avancé en rien puisque, morts, ils n'auraient pas pu me dire où elle était cachée en échange du corps de mon frère. Une "vie" pour "une vie" - plutôt deux mais, peu importe...

Nous sommes tous de retour. Enfin presque. Elijah a décidé de rester à Mystic Falls pour Elena mais, Hayley et moi sommes rentrés au bercail. Trop de choses se passent à la Nouvelle Orléans pour que je reste les bras croisés en attendant que mon frère ai fini de roucouler avec son double adoré. Une faiblesse, voilà ce qu'elle représente. Les sorcière mortes se sont déjà servis de leur idylle pour essayer de nous atteindre mais, il semblerait que derrière ses airs de grand sage, Elijah ai du mal à comprendre que l'amour n'est pas une chose faite pour nous. Ce n'est pas faute d'avoir essayé de lui faire comprendre pourtant... Céleste... Katherine. Même les coups de coeur de ma soeur finissent parfois en paté mais, mes frères et soeur continuent de vouloir y croire, à tord et à travers. Même Kol semble s'être trouvé une femme qui l'aime... Qu'est-ce qu'ils ont tous, hein ?! Ce sont-ils donné le mot pour me prouver que je suis le seul Mikaelson maudit de ce côté là ? Faut croire, mais faut croire aussi que j'y suis le seul fautif. Caroline, Hayley... je les ai toutes poussés à me fuir ou à me haïr - et je le fais encore une fois encore, avec Camille.

A travers l'une des fenêtre du bar, cela doit faire dix minutes que je la regarde. Je sais qu'elle est venu à la maison, qu'elle a parlé à Hayley mais, cette dernière n'a pas voulu m'en dire d'avantage - et une multitude des questions me hante l'esprit depuis deux jours. De quoi ont-elles pu parler ? De moi, je suppose. Connaissant Hayley, elle a du immiscer le doute dans l'esprit de l'humaine, se faire un coeur joie de la rendre folle de curiosité. Et si elle lui avait tout dévoilé, à propos du bébé, les vampires, des hybrides ? Rien que d'y penser, j'ai envie de lui tordre le cou... mais un passant me rentre dedans avant de rentrer dans le bar - ce qui me pousse à sortir de mes idées noires. J'en profite pour bouger et rentrer dans l'établissement à mon tour. Camille est occupée avec les derniers clients de sa journée, ce qui m'arrange grandement. Je balaye la pièce du regard et, pour une fois, je ne vais pas m’asseoir près au comptoir mais plutôt au fond de la salle. J'attendrais qu'elle ai fini pour aller vers elle...

Une demi heure plus tard, le type qui m'a basculé plus tôt en est à son cinquième bourbon. Je veux bien comprendre que ce soit la spécialité de la maison mais, il y a des limites ; ne pas se montrer trop entreprenant envers la barmain en est une, du moins selon moi. Lorsqu'il se lève pour prendre le bras de Camille violemment, je décide qu'il est temps d'arrêter les frais. Quitte à passer pour le gros chevalier servant de service, je m'avance et pousse l'homme éméché avant de l’emmener dehors - sans même un regard pour Cami. Je n'ai pas envie qu'elle me remercie, je ne fais pas ça pour ça. D'ailleurs, pourquoi je le fais ? ...surement parce que j'estime être le seul à pouvoir gaspiller de son temps, et que voir un autre lui tourner autour me pic à vif - même si je ne veut pas me l'avouer. Il est hors de question pour moi de faire une chose pareille ; cela reviendrai à tomber aussi bas que mon frère avec Elena et Kol avec Anastasia. Non, jamais je ne donnerai à mes ennemis les outils pour m'atteindre en plein coeur. Jamais... mais dit-on pas qu'il ne faut jamais dire jamais ? Passons... Je reste dehors un moment, après avoir contraint l'homme entreprenant à se jeter sous les roues d'une voiture avant le lever du soleil. Extrême ? Peut-être mais, pas pour moi. Ce n'est que lorsque j'entends Camille éteindre les lumières de l'établissement que je me glisse à l'intérieur de nouveau, sans un bruit. Je ne lui ai pas parlé depuis mon retour à la Nouvelle Orléans et, si sa présence mystérieuse chez moi n'était pas d'actualité, je ne serai surement pas aussi stressé... Avant qu'elle n'ouvre la porte pour s'en aller, j'allume la lumière du bar pour qu'elle me remarque enfin. Je me tient derrière, à l'endroit même où elle se tenait lorsque l'homme lui a pris le bras. Je me sers un verre comme si j'étais chez moi, prenant tout mon temps comme si chaque seconde m'aidait à trouver le courage pour lui parler. " Je pensais t'avoir dit d'éviter les ennuis durant mon absence. Je ne suis pas fière de toi... " dis-je en contournant le bar pour venir lui faire face, deux verres à la main. " Ne fais pas cette tête là, je te paierai plus tard. " Ou pas... Une de mes mains lui tend un verre pendant que je porte l'autre à mes lèvres. J'essaye tant bien que mal de cacher mon angoisse, cette espèce de boule au ventre qui m'oblige à me demander ce qu'il s'est passé chez moi en mon absence.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


klamille - " words as weapons " Empty
MessageSujet: Re: klamille - " words as weapons "   klamille - " words as weapons " EmptyVen 10 Jan - 22:29


" words as weapons "