AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All the roads we have to walk are winding

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité


MessageSujet: All the roads we have to walk are winding   Sam 16 Nov - 20:50

And all the lights that lead you here are blinding
feat Andrew & Niels
Niels posa la dernière bouteille sur la table de la cuisine dans un bruit sourd. Elles étaient sagement alignées et attendaient leur destin, mais le chasseur attendait qu'Andrew rentre à la maison pour le faire, comme pour signer un jalon dans sa rémission, comme pour montrer sa bonne foi et sa volonté. Il aurait sûrement dû faire ça des années auparavant, avant de se retrouver enfermé jusqu'au cou dans sa situation, mais il fallait croire qu'il avait besoin d'un déclic. Le départ de Sayanel, entre autres, avait beaucoup aidé cette décision. Il n'avait plus qu'un fils à la maison et il ne voulait pas continuer à le décevoir comme il l'avait fait tant d'années, alors lorsqu'il était rentré du poste ce soir, il avait entrepris de regrouper toutes les bouteilles d'alcool disposées dans la maison. Le palmarès était conséquent et les boissons diversifiées, il aurait pu avoir honte mais ce n'était pas le cas. Lorsqu'on se fait ramasser par ses enfants, ivre mort, à plusieurs reprises, aligner une dizaine de bouteilles à moitié entamées sur une table n'était plus si terrible au fond. Une fois son agencement terminé, il regarda l'heure : Andy allait arriver d'une minute à l'autre, alors il s'appuya contre le plan de travail et sortit son téléphone pour patienter. Peu de temps après, il entendit le son familier des clefs dans la serrure et se redressa, le sourire aux lèvres. Il était en fait vraiment impatient de tourner la page, alors il ne laissa que peu de secondes à son cadet pour arriver et poser ses affaires qu'il alla à sa rencontre dans l'entrée. "Salut Andy, tu vas bien ?" A peine eut-il finit sa phrase qu'il l'entraînait déjà dans la cuisine, évitant qu'il aille se cloîtrer dans la chambre avec un nouveau livre qu'il ne laisserait que pour manger.

Le shérif réalisait que c'était sûrement une des premières soirées où il se retrouverait vraiment avec son fils depuis le départ de Say pour l'Angleterre et de Beth pour la Nouvelle Orléans. Depuis, il passait en coup de vent entre les heures sup' au poste, principalement pour dormir et repartir quasiment aussitôt. Il ne gagnait pas la palme de père de l'année mais il voulait changer ça, il ne voulait pas rester le père dont on a un peu honte et qu'on évite de présenter à ses amis. "On a un truc à faire ensemble, si tu veux bien." Niels n'en dit pas plus, préférant garder l'effet de surprise. Une fois dans la cuisine, il décida de montrer l'exemple et attrapa la première bouteille de la rangée, dont il jeta le bouchon dans la poubelle. Il s'approcha de l'évier et commença à verser le contenu dedans, tout en se tournant vers son fils. "J'arrête, pour de bon. Tu m'aides à vider ça ?" Il aurait pu les donner aux voisins, les sortir à un pot de départ au commissariat, mais honnêtement il avait envie de toutes les vider, une par une, dans cet évier. Il craignait un peu la réaction d'Andy - est ce qu'il allait le prendre pour un fou de faire ça devant lui ? - mais sur le moment, ça avait semblé être une bonne idée.


- moriarten


Dernière édition par Niels L. Pritchard le Mar 21 Jan - 1:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Dim 17 Nov - 16:25



And all the lights that lead you here are blinding
Depuis qu'il avait vu Hope, ce mardi soir à la librairie, Andrew avait finit par se convaincre de retourner à la fac.Il était parti du journal claquant la porte à son boss un peu trop attaché aux chemises bien repassées. Après avoir passé la journée dans la bibliothèque à bosser sur son début de thèse, il avait fini par être jeté dehors puisque cette dernière allait fermer incessamment sous peu. Aucun projet prévu pour cette soirée, il décide donc de rentrer chez lui, mains dans les poches et visage à moitié couvert par sa grosse écharpe en laine. Lorsqu'il arrive enfin dans sa rue, il est surpris que les lumières soient allumées, ce qui indique donc la présence de son père chez lui. Say se trouvant toujours en Angleterre et Lisbeth à la Nouvelle Orléans. Ses derniers temps, Andy avait plutôt esquivé son père et les heures que Niels Pritchard faisait au commissariat n'arrangeaient en rien la relation père/ fils.

-Papa ?

La porte d'entrée se referme derrière lui et la chaleur de la maison vient s'entourer autour de lui, réchauffant alors chaque membres engourdies. Andrew a à peine le temps de retirer son manteau et son écharpe que son père débarque dans l'entrée lui demandant s'il va bien. Simple hochement de tête en guise de réponse, Andy s'apprêtait à monter dans sa chambre quand son père vient attraper son bras, le tirant jusque dans la cuisine affirmant qu'ils avaient quelque chose à faire ensemble. Le plus jeune Pritchard n'a que très peu de temps pour penser aux différentes possibilités, pourtant son cerveau fuse et lui délivre un tas de choses dont il préférait se passer, un peu comme cette discussion sur la sexualité, dont tout les enfants écopent un jour ou l'autre. Toutefois, Andrew n'avait pas pensé à ça : toutes ses bouteilles parfaitement alignées sur le plan de travail. Il n'aurais jamais pensé que sa maison pouvait abriter autant d'alcool. Il n'ignorait pas le problème de son père, plus d'une fois lui et Sayanel ont tout fait pour le ramener sain et sauf chez eux. Niels saisit une bouteille et vide son contenu dans l'évier, finissant par conclure que cette fois c'était bel et bien terminé. Andy s'était contenté de rester dans l'encadrement de la porte pendant toute cette scène, profondément toucher par ce que son père venait de faire. Facile, ça ne l'avait jamais été, chacun avait surmonté son deuil comme ils pouvaient, si Lisbeth était devenue sage, que Say le rebelle, Andy était resté égale à lui même, mais son père... lui... avait préféré s'enfermer dans un alcoolisme sans que les enfants Pritchard purent faire quelque chose. Retirant son dos de l'encadrement, Andy s'approche lentement de son père avant de poser une main compatissante sur son dos.

-Bien sûr que je vais t'aider.

Sa voix tremble légèrement, mais ce n'était pas le moment de craquer, Andy n'était pas du genre à craquer. Il saisit la bouteille la plus proche de lui et la vide à son tour dans l'évier. Bien que ne buvant pas une goutte d'alcool, ce geste lui fait un bien fou.

-Ça fait longtemps que ça aurait du être fait !


FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Mer 27 Nov - 16:26

And all the lights that lead you here are blinding
feat Andrew & Niels
La bonne idée aurait été de gérer le deuil de manière moins barbare dès le départ. Bien qu'étant le plus jeune, c'était sans doute Andrew qui avait le mieux appréhendé la situation. Même s'il refusait de se l'admettre à cause d'une fierté mal placée, le chasseur ne supportait pas la faiblesse dont il avait fait preuve. Les circonstances étaient atténuantes, oui, mais n'excusaient pas le fait d'avoir concrètement laissé tomber ses enfants pour s'enfermer dans une bulle éloignée de la réalité. Aujourd'hui, c'était ni un début, ni une fin, juste un retour à la normale, un bon coup de pied au cul et une reprise en main. Mieux valait tard que jamais, avait-il pensé amèrement. S'il s'était rapproché de Sayanel, il sentait que le lien avec Andy s'était effiloché, rien d'irréparable - il l'espérait - mais il ne fallait pas qu'il tarde trop et commencer par se soigner semblait être un bon départ. Il fut soulagé de sentir le soutien de son cadet, certes il ne s'attendait pas à ce qu'il tourne les talons mais il avait envisagé d'agir seul dans son coin et devait admettre qu'il était agréable de ne pas la jouer solitaire sur ce coup. Il perçut le trouble dans la voix d'Andrew mais lui était reconnaissant d'agir normalement, il n'était pas vraiment friand des discours larmoyants plein d'émotions, n'étant pas vraiment doué pour exprimer quoi que ce soit d'un tant soit peu personnel.

Le Pritchard ne put s'empêcher de déceler un reproche et se raidir un peu. Il était conscient que ce n'était pas l'intention, lui rappeler qu'il aurait pu (et dû) réagir depuis un moment mais cela faisait écho aux critiques qu'il ressassait régulièrement. "Il était grand temps que ça change, oui." Il eut un bref sourire, continuant à vider mécaniquement le contenu des bouteilles dans l'évier. Niels était confiant, l'euphorie liée au moment aidant. L'idée de tapisser les tuyaux d'alcool plutôt que son foie était à vrai dire vivifiante et encourageante, et même si se purger définitivement ne serait pas chose aisée - il ne se voilait pas la face et savait bien qu'il allait galérer - il avait au moins véritablement l'envie de s'en sortir. Observant son fils du coin de l’œil, il se rendit compte qu'il donnerait tout pour se racheter, si cela devait passer par travailler moins et être plus présent ça ne lui posait pas de problème. Perdre en quelques sortes Say et Beth l'avait énormément inquiété et il n'était pas prêt à lâcher son dernier de si tôt, il regrettait simplement de ne pas avoir agi avant. "Retour à la vie étudiante, alors ?" Commencer par réinstaller des liens père/fils corrects en montrant plus d'intérêt pour la vie d'Andy semblait un bon début. Non pas qu'il ne s'y intéressait pas auparavant, évidemment, mais il avait tendance à le laisser faire sa vie un peu comme il le souhaitait, sans poser de questions. Il avait décidé de reprendre ses études et Niels se surprenait presque en étant réellement curieux de savoir ses projets ; autrefois il aurait certainement focalisé son attention sur la présence ou non de créatures dans l'entourage d'Andrew, mais il comptait changer ça. C'était peut-être maladroit, mais il fallait bien débuter quelque part. Il aurait pu être moins subtil et lui demander ce qu'il se tramait avec Hope, qu'il connaissait assez vaguement, mais c'était sûrement le meilleur moyen de le faire partir en courant et à vrai dire.. il faisait ce qu'il voulait, et mieux valait Hope qu'une vampire centenaire.


- moriarten


Dernière édition par Niels L. Pritchard le Mar 21 Jan - 1:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Mar 10 Déc - 19:36



And all the lights that lead you here are blinding
Si Niels Pritchard ne décrocherait certainement pas la médaille du meilleur père de l'année, Andrew lui n'aurait pas celle du meilleur fils. Il avait tenté, du mieux qu'il avait pu, l'alcoolisme de son père tout en surmontant le décès de sa mère et au lieu de se montrer toujours très plaisant et accueillant – même s'il était de loin celui qui s'en sortait le mieux- Andy avait préféré se renfermer dans la littérature fantastique et gothique, voyant l'inévitable lui pendre au nez, mais il avait réagi trop tard. Bien sûr, il n'avait jamais voulu la dislocation de sa famille et si les conflits Lisbeth et Sayanel étaient des choses qu'il gérait à merveille, le cas Niels était beaucoup plus compliqué, et le cadet de la famille Pritchard ne répondait présent qu'en cas de forces majeures, de personne qu'on appelle en cas d'urgence.
Il n'avait pas manqué de faire remarquer à son père que vider les bouteilles d'alcool aurait du être fait bien avant, mais que pouvait-il dire d'autre ? Il n'allait quand même pas lui reprocher ça, alors il se contente de vider une seconde bouteille, regardant le liquide s'infiltrer dans la plomberie de l'évier. Le patriarche Pritchard acquiesce continuant lui aussi à vider les bouteilles d'un geste propre, régulier, comme une machine bien huilée. Finalement, il reprend la parole, questionnant son fils sur le fait qu'il retourne à la fac. En effet, Andrew avait décidé de quitter le journal, ne se plaisant plus tant que ça dans ce métier de journaliste ou apprenti journaliste qu'il pensait être fait pour lui. Cette question le gêne un peu, il avait pris sa décision seul, un peu sur un coup de tête et avait mis son père sous le fait accompli. Hope avait été la première au courant grâce à un heureux hasard, lors de cette fameuse soirée. D'ailleurs, le sujet Hope n'était pas aussi un sujet évident à traiter.

-C'est plus par facilité que je retourne à la fac. On pourra bénéficier de bourse et moi d'aide pour ma thèse. Avec ce qui s'est passé, malgré ce qu'ils sont les vampires se doivent d'avoir un statut moins précaire.

Une thèse sur le vampirisme, faits et preuves à l'appui. Andrew réussirait sans doute à récolter quelque témoignage. À l'instar des héros romantiques, il s'est inculqué cette tâche -même s'il n'avait jamais cherché à être sur le devant de la scène-. Bien sûr, il y avait toujours cette pointe d'amertume quand il s'agit d'eux à cause du meurtre de sa mère, mais une mauvaise expérience ne suffit pas à prouver le diabolisme d'une race.

-Cette histoire de tatouage, de procès, de banque de sang. C'est comme l'épuration des juifs par les nazis, on se prétend grande nation, sauveur ou je ne sais quoi, on arrive même pas à protéger nos minorités. En plus la fac c'est fait une joie d'accepter mon dossier et mon projet.

En même temps, avec un tel dossier scolaire, Andrew Pritchard faisait sans aucun doute partie de l'élite de Mystic Falls, la fac s'attribuerait une partie de son mérite mais qu'importe, l'heure n'était pas à penser à son propre avenir. Il ne reste plus qu'une bouteille et il est le premier à la saisir, toutefois, il la tend à son père.

-À toi l'honneur !

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Dim 15 Déc - 19:55

And all the lights that lead you here are blinding
feat Andrew & Niels
Pour être honnête, Niels n'avait jamais entretenu de liens particulièrement positifs avec les journalistes et le monde des médias. Professionnellement, ils avaient tendance à se mêler bien trop des affaires des flics au goût du shérif, ils s'étaient fait un malsain plaisir de relater chaque drame de cette ville - des atrocités qu'ils nommaient "faits divers", comme si le meurtre d'un être humain n'était pas grand chose de plus important que la fête du village - et personnellement ils étaient juste bien trop indiscrets. Alors il était amené à les côtoyer, à répondre à leurs questions parfois, il faisait son job mais rien de plus. Autant dire que le fait qu'Andy s'éloigne de cette branche ne risquait pas de lui déplaire, qui plus est en savoir trop sur Mystic Falls était potentiellement risqué. Il n'avait pas non plus eu de bons échos sur le patron du journal, un sceptique borné aux dernières nouvelles. L'idée de la thèse sur le vampirisme était à vrai dire pertinente. Depuis leur révélation, les informations plus ou moins vraies pullulaient dans les livres comme sur Internet, alors avoir une vraie source documentée et objective n'était pas du luxe. Car il savait que, malgré le passé, Andrew n'entretenait pas une rancœur aigüe contre le genre vampirique, encore une chose sur lequel son fils l'avait dépassé. Le chasseur souffla du nez en entendant les paroles de son cadet. Les comparer aux juifs, les minorités, il avait l'impression qu'on les posait en victimes, que dans l'histoire les chasseurs avaient le mauvais rôle. C'est d'ailleurs ce qu'il s'était passé il y a peu de temps, des lois pour les empêcher d'exercer, des associations pro-vampires, du grand n'importe quoi aux yeux de Niels. Aussi orgueilleux que cela puisse paraître, ils étaient ceux qui avaient raison pour le coup ; grande nation probablement pas, mais sauveurs, il fallait l'admettre. Chaque vampire éliminé était de potentielles victimes en moins, c'était juste mathématique. Les "végétariens" et ceux qui respectaient la loi sur la banque de sang se comptaient sur les doigts de la main. "Est-ce que tu es en train de me comparer à un nazi ?" Il secoua légèrement la tête avec un sourire en coin avant de continuer. "Je peux t'assurer que je n'ai rien de comparable. Je suis certain que ta thèse sera objective comme il le faut mais.. n'oublie pas ce qu'ils sont, les vampires." Des créatures revenues d'entre les morts pour se nourrir de sang et disposer d'une force surhumaine. Il n'allait pas partager cette opinion à Andy cependant, il était là pour l'encourager, pas pour l'enterrer. Évidemment l'université était intéressée par le projet, Andy avait toujours été un excellent élève et ce n'était pas vraiment le genre de pub dont ils pouvaient se passer. La ville avait en soit été médiatisée depuis quelques temps - au grand dam de Niels - mais tout s'était étouffé assez rapidement. Les commerces et l'université n'avaient pas bénéficié de l'explosion de la fréquentation qu'ils avaient espérés et ce n'était pas plus mal. Il attrapa le dernière bouteille que lui tendait Andy et la vida tout aussi mécaniquement. Inutile de s'épancher des heures sur la symbolique du geste, se dit-il alors que le whisky tapissait l'évier. Il allait même faire des économies, parfait. Le Pritchard la reposa un peu sèchement, vide, sur la table, à vrai dire il se sentait soulagé et un peu moins pathétique. Il se dirigea vers le frigo et en sortit deux canettes de Coca, dont une qu'il donna à Andrew. Il l'observa du coin de l'oeil, s'humecta les lèvres et tourna le regard vers la fenêtre. "Ok, alors, j'ai autre chose à te dire. Je ne sais pas vraiment ce que tu vas en penser, ce n'est pas facile mais ta mère est partie depuis 6 ans maintenant et.. j'ai retrouvé quelqu'un." Il savait son fils tolérant, il se doutait qu'il serait juste content pour lui mais c'était tout de même le genre de nouvelles difficiles à aborder. Même si la situation avec Mélinda était actuellement compliquée, il ne pouvait nier qu'il ressentait définitivement quelque chose pour cette femme et qu'il ne se passait pas "rien".


- moriarten


Dernière édition par Niels L. Pritchard le Mar 21 Jan - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Dim 15 Déc - 21:56



And all the lights that lead you here are blinding
Andrew était sans doute allait un peu fort en comparant les chasseurs à des nazis en sachant pertinemment que sa famille fait partie des anti vampire. Malgré la mort de sa mère il n'arrivait pas à vouer une haine envers cette race. Ils n'étaient pas tous méchants et des erreurs ont en fait tous. Certes l'un deux avait tuer sa mère, mais si sa mère avait été assassiné par un humain, est-ce que pour autant sa famille se serait mise à chasser l'Homme ? Certainement pas. « J'ai pas dis ça, je dis juste que le côté sanguinaire de certains n'est pas une excuse pour brimer les autres mêmes s'ils sont minoritaires. Je trouve pas ça normal qu'on brime des gens sous prétexte qu'une majorité fou la merde. Ce n'est pas juste. » Si Andy le pouvait il sauverait très certainement la veuve et l'orphelin. La généralité ne lui allait pas et pour avoir fait partie des gens à part il ne tolérait pas les jugements. Pour cela qu'il n'avait jamais pris par aux chasses de son père, tant qu'il lui laissait vivre sa vie il fermait les yeux sur quelque chose qu'il n'approuvait pas et pour tout dire ça marchait plutôt bien. « Certains ne choisissent pas d'être vampire et refuser la transformation... C'est faire preuve de courage, courage que beaucoup d'humain n'ont pas, moi le premier. » Niels finit par vider l'ultime bouteille, du Whisky à en juger par l'étiquette, la bouteille en verre émet un bruit sourd lorsqu'elle vient heurter la table, voilà, c'est terminé. Inconsciemment, Andrew pousse un soupire de soulagement comme si tout ce mal était derrière eux une bonne fois pour toute. Il se retourne, appuie son dos contre le meuble et lance un regard intrigué à son père lorsqu'il vient à lui dire qu'il a quelque chose d'important à lui annoncer, une chose peu évidente à annoncer. Avant tout il vient à dire que cela fait maintenant six ans que sa mère et morte, puis après un silence qui semble beaucoup trop long au jeune Pritchard, Niels vient annoncer qu'il a trouvé une nouvelle femme. Andy reste étonnamment muet, laisse sa mâchoire doucement s’entrouvrir, les mots lui manquent. Cela faisait bel et bien six ans, le calcule est rapide, mais jamais Andrew n'avait pu penser que son père remplacerait sa mère un jour. Six ans, vingt ans ou même cinquante, il croit bien qu'il ne sera jamais près à attendre une chose pareille. « Aah... » Rien d'autre ne vient pour l'instant, pourtant il sait que c'est à son tour de parler que très certainement son père attend une réponse un peu plus construite et expressive que ça. Doit-il se réjouir ou non ? Et s'il ne l'aime pas ? Et si elle ne l'aime pas ? « Donc, tu fais une croix sur le passé ? » Ce n’est pas très sympathique comme réponse, sans doute qu'il aurait du trouver mieux, peut-être qu'il aurait du encaisser comme d'habitude, mais non. Andrew ne veut pas voir une autre femme que sa mère sortir de la chambre de son père, il ne veut la voir traîner dans les vêtements de son père, ni même qu'elle tente de jouer le rôle d'une mère, puisque de toute évidence elle ne sera jamais sa mère. Silencieux et la tête basse, il vient à mettre ses mains dans ses poches avant de dire plus fort qu'il ne le pensait « Beh moi aussi j'ai quelqu'un ! » Voilà s'était dit, plus sous le coup de l'énervement qu'autre chose, il aurait de loin préférer l'annoncer dans une autre circonstance.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Lun 16 Déc - 3:57

And all the lights that lead you here are blinding
feat Andrew & Niels
Bon, son fils ne le considérait pas comme un nazi, c'était plutôt un point positif. Après tout Niels n'avait jamais imposé son mode de vie, au contraire, il avait avec Sayanel essayé pendant plusieurs années de cacher la vérité à Lisbeth et Andrew de peur qu'ils souhaitent rejoindre la lutte, avec un succès modéré. Andy était probablement aussi tolérant que les trois autres Pritchard réunis, c'était tout à son honneur. Il en fallait bien un de raisonnable après tout. En soit, Niels était conscient que ses arguments tenaient la route, que toute cette histoire de chasse avait d'abord été une simple et primitive envie de vengeance mais il ne pouvait pas se résoudre à changer d'avis. A cohabiter en paix, considérer les vampires au même titre que les humains. Alors les hommes étaient aussi des sales cons, c'était indéniable, il avait croisé assez d'ordures pour ne pas le nier ; mais ce n'était pas autant ancré dans leur nature. Il n'en démordrait pas, la seule chose qu'il pouvait faire était respecter l'avis d'Andrew. "On a toujours privilégié les sanguinaires, avec ton frère. Je sais bien qu'ils ne sont pas tous des psychopathes, c'est dommage que les pacifistes soient aussi rares cependant." Il ressentait le besoin de se justifier, bien qu'il sache pertinemment que c'était un dialogue de sourd. Il savait également que se faire transformer était sûrement la pire chose pouvant lui arriver mais qu'il n'aurait clairement pas le courage de se laisser mourir. Ce n'était pas quelque chose qu'il était prêt à admettre néanmoins alors il laissa la réplique sans réponse. Alors qu'il avait décidé d'aborder le sujet le plus difficile, Niels avait imaginé pas mal de scénarios, de celui se déroulant le mieux au pire. Il s'était finalement attendu à un étonnement, de nombreuses questions, mais certainement pas un décrochement de la mâchoire et un "Aah..." aussi peu explicite. Dès cet instant il sut qu'il avait fait une connerie et qu'il aurait mieux fait de faire comme d'habitude : garder sa vie pour lui, ne pas chercher à mêler quiconque d'autre aux détails personnels qui le concernaient seulement. Le chasseur avait pensé faire le bon choix et il s'insultait mentalement à l'instant même. Son problème n'était pas l'absence de communication, c'était juste une maladresse ou une inexpérience, il n'avait pas encore tranché.

Les mots suivants eurent le mérite de le faire réagir. Une croix sur le passé. Ce fut son tour d'ouvrir la bouche sans qu'aucun mot n'en sorte et de la refermer quelques secondes après, il aurait pu attendre ce genre de réactions de Lisbeth mais définitivement pas de son cadet. Et ça le blessait de sa part, s'il avait pu prendre ses clefs et partir il l'aurait fait sur le champ ; mais visiblement Andrew avait besoin d'avoir une réponse, il se sentait sûrement trahi et c'était compréhensible. Une croix sur le passé. Les mots résonnaient encore et encore tandis qu'il cherchait une manière de répondre avec diplomatie. La moindre parcelle de sourire s'était évaporée et son regard s'était assombri, il resta campé à sa place, les yeux obstinément fixés vers le mur en face. "C'est ce que tu penses, que je fais une croix sur le passé ? C'est ce que je souhaitais, tu crois ?" Il secoua légèrement la tête comme si ça pouvait l'aider à encaisser mais le succès était limité. Niels fit un effort pour effacer la froideur dans sa voix, se rappelant une nouvelle fois que le but n'était pas d'envenimer la relation. Il se pinça l'arête du nez avant de se tourner vers Andy. "N'imagine même pas que j'aurais pas préféré être à sa place dans cette voiture." Cela faisait six ans, oui, mais la question ne s'était pour autant jamais posée, encore aujourd'hui. La vérité était qu'il aurait donné sa vie pour elle et qu'elle était la femme avec qui il avait fait trois enfants, alors il acceptait relativement mal la critique, en effet. Pour autant, il estimait que s'enfermer dans un deuil sans fin n'était pas la meilleure manière de finir ses jours, il avait réussi à apporter un peu plus de bonheur à sa vie et ne comptait pas s'en passer. "Je ne ferai jamais une croix sur le passé mais j'essaye d'avancer, je ne suis pas en train de remplacer ta mère." Niels soupira, le sang battant encore aux tempes à cause de l'énervement soudain, si bien qu'il ne tilta pas tout de suite quand Andy lâcha à son tour la nouvelle. "Comment ça, t'as quelqu'un ?" Andrew montrait tellement peu d'intérêt en la gente féminine que le shérif avait presque oublié qu'il pouvait toujours ramener une fille à la maison. "Elle est bien ?" demanda t-il avec un peu moins d'amertume et après un léger silence. Il était à peu près sûr qu'Andy ne s'intéresserait pas à une écervelée, mais après tout il avait également été à peu près sûr qu'il comprendrait que son père ne souhaite pas finir sa vie seul, alors il pouvait bien s'attendre à tout.


- moriarten


Dernière édition par Niels L. Pritchard le Mar 21 Jan - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Lun 16 Déc - 18:12



And all the lights that lead you here are blinding
Bien sûr, Andy avait lâché ça sans réfléchir, en même temps accepter que son père remplace d'une quelconque façon sa mère est difficile à admettre. Ce n'était pourtant pas son genre de réagir de façon impulsive, de dire des choses vexantes, il était plutôt du genre compréhensif envers et contre tout. À croire que lorsqu'il s'agissait de la vie sentimentale de son père, c'est une tout autre histoire. Alors quand Niels vient à le reprendre en bon père, affirmant qu'il aurait préféré être à la place de sa femme dans la voiture. « J'aurais préféré qu'il n'y ait personne dans cette voiture. » Que ce soit son père ou sa mère, Andy ne voulait perdre aucun de ses parents encore moins dans ce genre de situation qui n'avait rien de naturel. Puis pour le reste il était silencieux, mains dans les poches, regard rivé sur le sol, il lâche la présence de Hope dans sa vie un peu comme une bombe en plein milieu de la cuisine. Le shérif ne semble pas comprendre immédiatement puisque c'est une question idiote qu'il vient de poser. Andrew ne pouvait pas être plus claire que ça et en guise de réponse hausse simplement les épaules. Finalement, Niels vient à lui demander si elle est bien. Que pouvait-il bien répondre à cela ? Le visage toujours baissé il vient à s'humidifier rapidement les lèvres avant de daigner répondre.  « Mais ça ne change rien au fait, que toi tu es quelqu'un. » Quelqu'un... Sur le coup, Andy ne voulait même pas prendre la peine de la connaître, plutôt possessif lorsqu'il s'agit de sa famille, voir une femme qu'il ne connaît pas débarquer dans sa vie n'avait rien de bon à ses yeux. « Si tu ne remplaces pas maman, tu fais quoi lorsque tu la ramèneras à la maison, qu'elle dormira dans son lit, qu'elle mangera à sa place ? » 22 ans, et Andrew n'arrivait pas à se faire à l'idée que son père puisse se trouver une nouvelle femme. « Vous avez pas divorcé... Elle est morte, et sans ça cette discussion n'aurait jamais eu lieu ! » Être dur ne lui ressemblait pas, mais suffisamment de choses avaient décider de changer dans sa vie pour qu'il puisse tout supporter sans aucune condition. Il ne voulait pas d'elle chez lui. Il est furieux, pas tellement après son père, mais plutôt au fait que la gente masculine soit faible face aux femmes, que pour avancer il faut se trouver une autre personne pour combler se trou. Il repense au fait que son père l'ait précédemment questionner au sujet de Hope. « Tu me demandes sincèrement si elle est bien ? Elle est certainement pas parfaite, mais j'ai jamais voulu la perfection et puis ses qualités sont plus que suffisantes. Ses défauts sont presque les miens. » Andrew aurait pu énoncer une liste de choses incalculables qu'il aimait chez Hope, mais les effluves de sentiments n'avaient jamais été son fort, d'autant plus que l'existence d'une belle-mère est une pilule difficile à avaler pour le cadet Pritchard.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Lun 16 Déc - 19:19

And all the lights that lead you here are blinding
feat Andrew & Niels
Personne dans cette voiture, ça aurait bien entendu été l'idéal. Pas de vie brisée, pas d'enfants qui s'échappent aux coins du globe, pas d'alcoolisme, et sûrement pas la discussion qu'ils étaient en train d'avoir. Il fallait croire que ça aurait été trop facile, puisqu'il en fut autrement. Toujours était-il qu'il avait à force compris que ressasser le passé était tout sauf bénéfique. Chacun restant à sa place, les regards vissés soit sur le mur, soit sur le sol, le chasseur se demanda ce qu'il avait foiré pour en arriver là. Déjà que rien ne se déroulait comme prévu, en plus Andy annonçait qu'il avait une copine - Andy, qui entretenait une relation privilégiée avec ses bouquins depuis qu'il savait lire, celui qui était aussi intéressé par les filles qu'une tasse - alors forcément Niels n'avait pas trouvé grand chose de pertinent à dire. Il ne laissa pas son père s'en sortir facilement et relança le sujet, le ton toujours teinté de reproche et d'une agressivité qu'il ne connaissait pas. C'était difficile à imaginer mais il avait peut-être surestimé son fils, pensant sa réaction plus encourageante que cassante. Tout allait de travers, en fait, il ne savait plus si c'était le choc, la déception ou l'énervement qui prenait le pas. "J'ai quelqu'un et je suis bien avec, c'est si dur à accepter ?" Niels était à peu près sûr qu'Andrew ne voulait pas entendre ça - qu'il était bien - et c'est pour ça qu'il mit une emphase sur le mot. C'était inutile, sûrement cruel, mais avec ce qu'il venait de prendre il estimait avoir le droit de sortir un peu son cadet de sa zone de confort à son tour. Encore une fois, la critique eut du mal à passer. "Je ne te ramène pas une nouvelle mère. Mais peut-être que je ferais mieux de rester seul jusqu'à la fin de mes jours, vivre dans le passé et dans les souvenirs c'est tellement bon pour moi." Il fit un signe de tête vers les bouteilles vides. "Regarde où ça m'a mené." Les muscles de sa mâchoire se contractèrent alors que l'incompréhension le gagnait cette fois. Valait mieux être "alcoolique et seul" ou "sobre et accompagné" aux yeux d'Andrew, c'était la grande question. Leurs paroles étaient dures, chacun d'entre eux, il en était conscient et s'en mordrait les doigts plus tard mais définitivement pas tout de suite. D'ailleurs, il resta silencieux une nouvelle fois. Il était juste incapable de trouver une réponse, évidemment si elle était encore en vie ils n'auraient pas cette discussion, il ne fallait pas être un génie pour le comprendre. Puis il se demanda si Andy ne le prenait pas pour un débile, il n'avait pourtant jamais été particulièrement insolent mais pour le coup Niels n'était pas friand du tout du ton adopté. "C'est pas ce que je veux dire. Je me demande si elle te rend vraiment heureux, parce que tu sais, ça aurait peut-être pu t'aider à comprendre un peu ce que je ressens au lieu de réagir comme ça." l'intonation était glacial et les mots pas plus chaleureux mais le shérif n'était pas désolé. C'était encore plus incompréhensible. Andy avait le droit de trouver quelqu'un et en être heureux, mais lui non. Alors l'idée d'être un meilleur père et se rabibocher avec son fils semblait assez lointaine, il était à peu près sûr que cette discussion laisserait des séquelles aux deux Pritchard mais il fallait passer par là, il n'y avait pas de moyen d'y échapper, ni d'y couper court. Si l'abcès devait être crevé, autant qu'il le soit tout de suite.


- moriarten


Dernière édition par Niels L. Pritchard le Mar 21 Jan - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Lun 16 Déc - 21:04



And all the lights that lead you here are blinding
Qu'il est quelqu'un, bien sûr que c'était dur à accepter, enfin à encaisser, il ne voulait pas imaginer une autre personne que sa mère dans le lit de son père. Alors oui, il avait dit des choses amères, des choses qu'il aurait certainement jamais dit dans une autre circonstance. Andy se fait sermonner, son père désigne les bouteilles en verres qui ont pris place sur la table lui montrant alors où la solitude l'avait mené. Andy secoue la tête négativement, se servir de ça c'était trop facile. « On a tous encaissé comme on a pu. Lis s'est assagi, Say c'est assombri, toi tu as épousé l'alcool. Et moi ? Moi, j'ai rien fait de tout ça. Ce n'est pas une excuse recevable. » Si eux avait le droit de craquer, pourquoi Andrew n'en avait pas le droit, pourquoi ne pouvait-il pas refuser la présence d'une belle-mère dans sa vie déjà assez chamboulée comme ça. « Si vivre sans femme c'est difficile, vivre sans mère l'est tout autant. » Il avait souffert, oh oui, il avait souffert, pourtant, il avait tenté de se montrer fort, de raccrocher les wagons mais en vain. Alors lui reprocher de ne pas accepter une nouvelle femme s'était trop, vraiment trop. Alors, lorsqu'il évoque ce qu'est Hope pour lui, il se détend un peu, jusqu'à ce que son père reprenne la parole expliquant que si elle le rendait heureux, alors il pourrait comprendre ce qu'il ressent avec cette inconnue. C'est comme une claque en plein visage, il relève la tête, la secoue négativement. « C'est tellement deux choses différentes... » Hope était ce qu'elle était, il n'arrivait pas vraiment à mettre de mot sur leur relation et ne préférait pas dire qu'elle était sa copine, la femme de sa vie ou tout autre truc. Il était bien avec elle, partageait une relation exclusive. S'il était heureux ? Sans doute, du moins il l'espérait, il était vraiment bien en sa compagnie, alors si le bonheur c'est ça alors Andrew est heureux. Son père avait le droit lui aussi au bonheur, juste qu'il n'allait pas accueillir cette femme qui ne sort d'on ne sait où comme si elle était le dernier messie. « Me dit pas que c'est pour elle que tu arrêtes de boire. » Pourtant plus la conversation avancée plus c'était ce qu'il pensait. Ça fait 6 ans qu'il se bat pour qu'il arrête, six longues années durant lesquelles il avait mis son propre bonheur entre parenthèse pour tous les porter à bout de bras. « Si elle te rend heureux tant mieux. Je me plains pas de ça. Je me plains même pas. Je pensais juste que tu pouvais comprendre que ça peut être dur à encaisser pour moi ! Te voir avec une autre femme c'est accepter le fait que maman ne passera jamais plus le pas de la porte la maison, qu'elle sera pas là à Noël, pour les anniversaires et pour toutes ses choses importantes auxquelles elle aurait du assister ! Sans ça, cette femme n'aurait jamais mis un pied dans notre vie, tu ne l'aurais même pas regardé ! » Andrew n'était pas du genre à hausser la voix, encore moins contre son père mais il ne comprenait pas, il ne voulait pas comprendre. Il chassa rapidement une larme qui avait coulé le long de sa joue.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Lun 23 Déc - 1:59

And all the lights that lead you here are blinding
feat Andrew & Niels
Niels s'humecta les lèvres, il savait qu'il n'était pas juste et honnêtement ça le rendait dingue, surtout quand il savait qu'Andy avait raison. Ils avaient tous géré différemment et c'était sa faute s'il avait merdé, uniquement sa faute. Ils avaient pourtant essayé de faire quelque chose, sans succès, il avait beau se blâmer autant qu'il le voulait il ne pouvait plus changer le passé. C'était le monde à l'envers en fait, c'était son rôle de patriarche d'être le ciment tenant la famille en place et il s'était planté. Andy avait gardé la tête sur les épaules et avait essayé de recoller les morceaux. Alors oui, il n'était pas juste, bien que sur le moment il n'ait pas envie de revenir sur ses paroles - un problème de fierté probablement -. Il n'avait pas la moindre idée de ce que perdre un parent pouvait être, il avait eu un frère décédé il y a une dizaine d'années mais ce n'était rien de comparable à perdre un père ou une mère. Le regard toujours rivé sur le mur en face, Niels croisa les bras et garda le silence. Il haussa néanmoins un sourcil alors qu'Andy disait que les choses étaient différentes. Sur la forme, oui, mais le fond était en fait plutôt comparable. Ils étaient seuls et avaient trouvé une femme qui les rendait plus heureux. C'était peut-être là le grand drame des hommes, ne pas se sentir complet tant qu'on a pas retrouvé quelqu'un. Ou bien c'était juste son cas. Toujours est-il qu'il avait réussi à se sentir mieux, même si la relation était encore à un stade peu avancé il avait senti les effets. Euphorisants. Il avait craint les paroles d'Andrew, il savait que les deux nouvelles annoncées la même soirée prêtaient à confusion - niveau timing, il avait été plus judicieux - et cette fois il se décolla du meuble sur lequel il était appuyé. "Ce n'est pas pour elle non. Sayanel est parti sur un autre continent, Lisbeth en Nouvelle Orléans, j'ai besoin que tu restes ici. Je veux pas que tu te dises qu'au fond, tu serais peut-être mieux loin de Myst.. loin de moi, en fait." Il était froid mais sincère. Le reconnaître était déjà un grand pas pour lui, mais il culpabilisait pour le départ de Say et Beth, évidemment. Il avait été incapable de les garder en sécurité ici, l'idée qu'Andy puisse suivre le même chemin était insupportable mais alors qu'il ne cessait de la rapatrier au fond de son esprit, elle revenait encore et encore, inlassablement. Surtout après une soirée comme celle-ci, il n'allait clairement pas dormir, trop inquiet d'entendre une valise se fermer ou une porte se claquer. Amener le sujet sur le tapis avait clairement été la confession de trop, en soit il n'avait pas prévu de procéder à des présentations officielles ou quoi que ce soit de ce goût là, surtout alors qu'il n'était pas encore certain de la nature de la relation. Elle tenait a priori à lui, il tenait clairement à elle, mais c'était encore compliqué. Peut-être qu'il aurait dû attendre, commencer par tout régler correctement avant de lancer une telle annonce. Niels ne quitta pas Andrew du regard alors qu'il se lançait dans un speech, du genre bruyant. En temps normal, le chasseur aurait clairement repris son fils, il avait peut-être vingt-deux ans mais ce n'était pas une raison pour faire une crise d'ado tardive. Il voulait rester énervé mais le sentiment le quittait, les paroles de son cadet avaient une nouvelle fois touché là où ça faisait mal. La franchise et la vérité qui transpiraient de ses mots étaient blessantes, il sentit son cœur se serrer alors qu'il passait une main sur ses yeux avant de finir sa course dans ses cheveux. Il resta silencieux quelques secondes avant de prendre la parole. Sa voix le trahissait, alors qu'il aurait aimé élever le ton pour éviter de reconnaître ses torts, elle paraissait fatiguée et basse. "J'ai été con. Je sais que c'est dur pour toi, je ne veux pas t'imposer la présence de quiconque et je ne le ferai pas." il soupira, avec l'impression d'avoir pris dix ans en vingt minutes. "Je sais que c'est pas juste, vraiment, je comprends." Sa voix se brisa et il dût tousser pour retrouver son timbre habituel. "Je peux pas changer ça. J'aimerais que ce soit comme avant, qu'elle soit là à tes anniversaire, mais je peux rien y faire. Et là, je ne sais pas quoi te dire et je suis désolé et j'espère que tu peux me pardonner." Niels détourna une nouvelle fois le regard. La colère était passée pour laisser place à un grand vide et honnêtement il n'avait aucune idée de comment gérer ça. Il avait tendance à oublier qu'Andrew était encore un gamin - dans le bon sens du terme - et avait fait l'erreur de ne pas le traiter tel quel. Comme un père traiterait son fils, à vrai dire. Mais il n'était plus à démontrer que ses aptitudes paternelles étaient pathétiques, en toute objectivité. Les mots avaient été durs des deux côtés mais c'était peut-être ce dont ils avaient besoin, une confrontation pour faire ressortir tous les non-dits et les problèmes refoulés. Il y avait certainement des solutions plus pacifistes mais c'était peut-être le tempérament des Pritchard, quand ils étaient lancés ils allaient simplement trop loin, quitte à regretter après.


- moriarten


Dernière édition par Niels L. Pritchard le Mar 21 Jan - 1:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Dim 19 Jan - 12:20



And all the lights that lead you here are blinding
Malgré le départ de son frère et de sa sœur, Andrew préférait se dire qu'ils étaient partis comme tout le monde, un beau jour il faut bien prendre son envole. Sans doute que la situation familiale n'avait rien aidé, elle avait simplement accéléré le processus. À 22 ans, il restait le plus jeune, son meilleur ami était bien parti à l'âge de 20 ans de chez lui. Andy ne préfère pas répondre pour la simple et unique raison qu'il ne savait pas quoi dire. Il aurait très bien pu nier toute responsabilité de son père dans l'absence de Say et Lis, mais la discution avait déjà pris un autre tournant. Les bras fermement croisé sur son torse, il reste silencieux, jusqu'à ce qu'un cassure dans la voix de son père se fasse entendre lorsqu'il vient de dire que ce n'était pas juste. Oui, ce n'était pas juste, un décès n'est jamais juste encore moins lorsqu'il ne s'agit pas d'un accident. Un simple vampire assoiffé, au fond, tout au fond de lui, Andy espérait que la purge l'avait rattrapé, qu'il avait fini en brochette sous le soleil pour les crimes qu'il avait commis. Il n'osait même pas pensé au fait que ce vampire avait pu ressentir du remord après avoir tué sa mère. C'était horrible à dire, mais Andrew en oubliait toute sa compassion quand il venait à penser à la mort de sa mère, peut-être qu'il en avait marre d'être toujours le gentil dans l'histoire, peut-être qu'il fallait qu'il ait cette haine cachée en lui pour le tueur de sa mère. Finalement il décroise ses bras et vient à se décoller du mur, sa voix devenant légèrement apaisé après les dernière parole de son père. « Te pardonner ? Mais de quoi ? Ce n'est pas de notre faute. De toute façon, on aurait rien pu faire. Si... si on avait été avec elle, on y serait tous passés. Je doute que ce soit une meilleure fin. » Le surnaturel était rentré dans leur vie après cet événement du moins pour Sayanel et son père, il l'avait su après, par hasard, une rencontre qui l'avait bouleversé, mais c'est une tout autre histoire. « Puis quand à cette... femme. Je suis pas prêt, définitivement pas encore prêt. Je peux pas, c'est inconcevable, inimaginable. Je sais que j'aurais pu me préparer et cette éventualité  que ça aurait pu arriver bien avant, que 5 ans c'est déjà une longue période sans femme, mais... Je peux juste pas me mettre dans ma tête que tu es trouvé quelqu'un d'autre que maman. » Il baisse la tête, la tension est insoutenable, il a trop chaud dans son tee shirt et son col lui donne l'impression de l'étouffer. Il secoue la tête négativement puis reprend. « Je peux retenir des suites de chiffre, j'ai une mémoire phénoménale quand il s'agit des dates, je peuxécrire une thèse sur les vampire, accepter que mon meilleur ami est dans ce monde surnaturel, mon QI sort du commun, je peux me souvenir de statistiques inutiles. Mais... comprendre que t'ai une autre femme dans ta vie, mon cerveau fait un blocage total... C'est tellement... idiot. À quoi ça sert d'être intelligent si je peux même accepter un fait banal ? »

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Mar 21 Jan - 1:24

And all the lights that lead you here are blinding
feat Andrew & Niels
Niels avait eu beau retourner la situation dans tous les sens, il ne pouvait pas sentir qu'il avait eu un rôle majeur dans le départ de Say et Beth. L'idée était très claire dans son esprit, ils avaient découvert le pot aux roses : leur paternel avait beau se donner bonne conscience, il était un poison, à petites doses, mais un poison. Peut-être qu'il les avait même entraîné vers le bas. A l'instant, la théorie semblait moins précise que lorsqu'il y avait réfléchi toute une nuit, l'esprit embué par l'alcool, mais même sobre il s'y accrochait. C'était un des grands désavantages de son état, toutes les idées noires auxquelles il était tant attaché ivre ne partaient pas en même temps que le taux d'alcoolémie. Elles restaient dans un coin, mélangées à la honte et saupoudrées de dégoût de soi, un cocktail savoureux. Peut-être que se voiler la face était dans la description du job "être un bon Pritchard". Pour le coup, paranoïa ou non, il n'allait pas se plaindre qu'Andy n'ait rien ajouté ; cela signifiait éventuellement qu'il n'était pas d'accord. Après tout, en soit, ni Beth ni Say ne lui avaient tourné volontairement le dos, il leur avait failli mais la réciproque n'était pas vraie. Le chasseur nota avec un certain soulagement qu'Andy semblait au moins légèrement apaisé par ses paroles. Un bref sourire apparut sur ses lèvres sans néanmoins atteindre ses yeux ; il n'était pas désolé pour ce qu'il s'était passé ce fameux soir il y a 5 ans (enfin, si, il l'était, mais ce n'était pas ce dont il parlait tout de suite) mais bien pour celui-ci, ce soir-même. "Non, je suis désolé pour ce soir. Pour ces..." il jeta un coup d'oeil à l'horloge "quinze, vingt dernières minutes ? Où j'ai été aveugle. Et égoïste, entre autres." Aveugle de ne pas voir la détresse d'un gamin de 22 ans, égoïste d'avoir trouvé ça scandaleux. Niels était réceptif et tentait réellement de se mettre à la place d'Andy. A défaut de savoir parler, il savait au moins écouter et il mettait ses talents à rude épreuve. Le fait que son fils se confie avec franchise et sans acidité était réellement important aux yeux du Pritchard, car ça lui permettait d'au moins commencer à comprendre ce qu'il pouvait ressentir. Plongé dans la contemplation du mur, il pesait les mots qu'il venait d'entendre, sans réactions excessives. Forcément, il aurait préféré que cela se déroule sans accroc, contrairement aux apparences il aimait les situations simples et préférait éviter les conflits. En même temps il ne savait pas trop ce à quoi il s'était attendu, à ce qu'Andy saute de joie et demande à rencontrer Mélinda tout de suite maintenant ? Tu fais un sacré shérif, Pritchard, pensa t-il avec un paquet de dérision. L'idée de réunir un semblant de famille avait été réconfortante et c'était sûrement pour ça qu'il avait imaginé seulement les scénarios positifs, où cela se finissait bien. En soit, 5 ans sans femme ne lui avaient pas semblé si terrible, c'était 5 ans sans sa femme qui étaient durs à avaler. Les sourcils légèrement froncés, il cherchait en vain une réponse utile. Il pourrait lui dire de prendre son temps pour se faire à l'idée, mais si en 5 ans cela ne lui avait jamais effleuré l'esprit, le mettre au pied du mur avait sûrement avorté toute méthode douce de ce côté. Puis le temps n'avait pas réellement montré son prétendu pouvoir jusqu'ici, "ça passera avec le temps" ? Conneries. La douleur ne disparaît pas avec le temps, on lui fait juste de la place. Cependant, il voulait réellement que cela fonctionne, alors il tenta une proposition, presque timidement. "Disons que je te laisse toutes les cartes en main sur ce coup. On va à ton rythme, je t'impose pas sa présence, je ne t'en parlerai pas sauf si tu poses une question. Comme ça, tu décides de comment tu veux appréhender.. ça. Tu prends le temps qu'il faut, peut-être que comme ça ça te paraîtra moins imposé et plus simple ?" Bien sûr, il comptait sur le fait qu'Andy change d'avis et que sa curiosité prenne le pas sur sa réticence, car honnêtement il ne voulait pas choisir. Niels lui laissa le temps de considérer la proposition, juste avant qu'il ne reprenne la parole. Le shérif esquissa un sourire en l'écoutant, son fils se savait intelligent et il tenait clairement ça d'Evy. Non pas que le père soit stupide, il était bon dans ses domaines de prédilection et uniquement ceux-là, c'était tout. Toutefois, avoir l'esprit moins logique et moins mathématique avait son avantage. "Parce que c'est pas un fait banal. A l'échelle mondiale, ok, mais à notre échelle c'est un raz-de-marée, ça bouleverse mes habitudes et donc les tiennes. C'est pas des chiffres ou des statistiques, c'est des trucs humains pas très rationnels et encore moins logiques, tu auras beau chercher un sens il n'y aura rien. C'est sûrement pour ça que ça bloque, car c'est tellement insensé que tu peux pas vraiment y croire" Il soupira, il aurait aimé avoir la réponse au problème mais n'avait en fait rien de concret. Insensé, c'était le mot. La situation entière était "fucked up" et cela n'allait probablement pas changer.


- moriarten
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Ven 24 Jan - 18:32



And all the lights that lead you here are blinding
Son père ne s'excusait pas pour l'accident mais pour le dernier quart d'heure qu'ils venaient de passer. C'est sûr qu'Andrew ne s'attendait pas à ça lorsqu'il était rentré chez lui, il ne s'attendait pas à voir son père vidait les bouteilles d'alcool, lui annoncer la présence d'une femme et de par se fait faire cracher le morceau pour Hope. Chose qu'il n'était pas non plus prêt à faire. Quoi qu'il en soit, il reste silencieux, ainsi, s'il n'avait pas envie de parler de cette dite femme, qu'il pouvait prendre tout son temps s'il en avait envie. Pourtant, Andy n'est pas le genre de garçon égoïste, bien au contraire combien de fois s'était-il sacrifié pour les autres ? Passer dans l'ombre pour leur profit. Malgré tout, il s'en veut de sa réaction un peu extrême, sans doute qu'il n'était pas encore prêt à accepter tous ces changements dans sa vie, Andy se confortait souvent dans ce qu'il avait sans vouloir changer sa situation. Le simple fait d'un infime bouleversement pouvait le perturber. Il lui en fallait pas beaucoup certes et sans doute que se conforter dans son domaine d’acquis n'était pas la meilleure chose à faire. Finalement, ses pensées reviennent à Hope, son père avait seulement demandé s'il était heureux avec elle et rien d'autre, ni son nom, ni comment il l'avait connu, encore moins qui elle était. « Et... Tu trouves pas ça bizarre que j'ai quelqu'un, moi ? » Oui lui, le coureur de jupon, le séducteur et tous les autres attributs masculins de ce genre c'était son grand frère qui en avait hérité, pas lui. D'ailleurs ça ne l'avait jamais vraiment dérangé, vu la source de distraction qu'elles apportaient à Say, dans son cas Andy aurait pu se détourner des études, ranger ses livres et ses manies bizarres. Il se décolle de son mur pour s’approcher du plan de travail pour,s'y installer prenant garde à ne pas se cogner contre le meuble haut juste aussi dessus de sa tête. « Tu l'acceptes ou pas ? Je veux dire je suis ton dernier fils, j'ai 22 ans. Ça te fait pas peur de te dire que ça pourrait être la bonne, LA fille et que je pourrais partir ? » Il ne posait pas la question parce qu'il comptait lâcher son père, si la question lui était adressée, Andy se demandait si lui aussi était prêt ou potentiellement prêt à faire ce saut dans le vide. Il ne pensait pas aux filles, pas depuis Hope, et depuis Hope il pensait seulement et uniquement à Hope, impossible pour lui de savoir si c'était normal ou non puisque totalement novice en matière d'amour. « Papa, t'as su comment que maman c'était celle avec qui tu voulais te marier et avoir trois gosses peu normaux ? »

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Ven 24 Jan - 21:12

And all the lights that lead you here are blinding
feat Andrew & Niels
Finalement, Niels s'en était pas si mal sorti. Le silence de son cadet équivalait sûrement à un refus mais en même temps.. inutile de précipiter les choses. Après tout Andrew n'avait pas fait de crise d'ado, le fait que son père ait retrouvé quelqu'un était sûrement un bon déclencheur. Il était mal placé pour juger n'ayant jamais connu ce semblant de situation alors il n'avait pas d'autre choix que d'accepter ça, pour le moment. Il y avait eu clairement assez de dramas pour plusieurs années, pour un allergique aux discussions comme Niels c'était déjà de trop. Au moins, tout avait été dit, l'abcès était crevé et les révélations avaient été, si ce n'est nombreuses, importantes. Ce n'était pas tous les jours qu'on partageait ses pensées, chez les Pritchard. Pour le coup, il avait mis de côté dans son esprit l'annonce d'Andy, qui avait délaissé les livres pour une fille. Le shérif avait été franchement trop pris par le reste de la conversation pour se focaliser là dessus, mais puisque son fils pointait le fait du doigt... En effet, c'était étrange. Il avait été habitué à voir les filles défiler pour Sayanel - à son grand damn il avait vu l'inverse pour Lisbeth - mais il est vrai qu'Andrew avait toujours été très discret sur ce côté. Calmé et souhaitant passer à un sujet moins explosif, Niels eut un sourire en coin devant la question. "Bizarre, non, il fallait bien que ça arrive à un moment ou un autre j'imagine." A 22 ans ce n'était pas encore dramatique, mais 2-3 ans de plus et il aurait sûrement commencé à s'inquiéter un peu. "Mais à vrai dire je ne m'y attendais pas exactement." Forcément quand on passait moins d'un quart de la journée à la maison, en savoir sur la vie de sa famille était bien plus compliqué. Toujours appuyé sur le plan de travail, il porta les mains à sa ceinture alors qu'Andrew lui demandait s'il l'acceptait. "Hum, oui. Je suis content que tu aies trouvé une fille avec qui tu sois bien, ça je l'accepte c'est clair. Après.." il chercha ses mots un instant. En général, il était plutôt diplomate, et clairement il ne voulait pas raviver la dispute de tout à l'heure. "à un moment tu auras forcément envie de t'installer avec - si ça n'arrive pas c'est pas vraiment normal en fait - j'espère juste que ça sera pas tout de suite non plus." Une question lui brûlait les lèvres et la réponse influencerait énormément son opinion de la jeune femme en question, alors il tenta : "j'aurais encore plus de facilités à l'accepter si tu me disais qu'elle n'était pas une vampire ou une louve, pour être honnête." Il aurait été plutôt malvenu de critiquer la présence d'une sorcière alors il passa volontairement sous silence cette catégorie. Niels eut un bref sourire à la question, s'il s'était attendu à entendre ça un jour de la part d'Andy... Mine de rien ce n'était pas si évident de répondre. "J'avais envie d'être avec elle et personne d'autre. C'est comme s'il y avait aucune autre femme, c'est comme ça que j'ai compris que je voulais passer le reste de ma vie avec." Il essayait d'être pertinent sans en faire trop - il avait cette fâcheuse tendance à ne plus se taire si jamais on le lançait sur Evy - mais il ne pouvait pas faire moins niais pour le coup. "Mais tu sais, quand j'avais 22 ans j'avais déjà Sayanel et Lisbeth, j'ai un peu d'avance sur toi !" Non pas qu'il aurait aimé qu'Andrew fasse de même, il était bien trop jeune pour être grand-père ! Même si, encore une fois, c'était sûrement une des choses qui allait arriver un jour, peut-être plus tôt qu'il ne le pensait après tout. Mine de rien, il commençait à être curieux sur l'identité de cette fille.


- moriarten
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Dim 26 Jan - 20:36



And all the lights that lead you here are blinding
Andrew n'avait jamais prêté attention aux femmes, la simple idée de se savoir amoureux aurait eu pour don de le rendre malade. Pourtant Hope avait débarqué par hasard comme ça,  sans préavis. Il n'avait rien demandé à personne, s'était contenté de l'inviter à manger chez lui et de la recevoir dignement, les choses avaient plus ou moins déparées après leur retour de sous la pluie. Niels affirme que ce qui lui arrive devait bel et bien arrivé un jour, mais qu'il ne s'y attendait certainement pas. Andrew ne peut que pouffer dans son coin quand son père lui dit une telle chose, non ce n'était pas lui le loveur de la famille et ça il le savait parfaitement. Le fait que son père accepte Hope restait important, même si lui n'acceptait la relation qu'il pouvait avoir avec une femme autre que sa mère. Au fond de lui, Andy sait qu'il fera l'effort, qu'elle ne peut pas être si terrible que ça après tout puisque son père semble bien avec, simplement, il n'est définitivement pas prêt à la voir. Du temps, il demandait juste du temps. Son père évoque le fait qu'il puisse partir de la maison pour elle et qu'un jour peut-être... Oh non, ça aussi Andy n'est pas encore prêt à l'imaginer c'était trop tôt, trop tout est trop. Il s'apprête à répliquer quelque chose mais son père demande plus ou moins de façon détourner si elle appartient au monde surnaturelle ou non. « Eh bien... Vraiment, j'aurais aimé te ramener une fille normale, mais c'est une sorcière. Elle est clean, elle est pas dans les délires de puissance et tout. Elle a juste ça en elle, de part sa mère je crois... » Sa relation était trop récente avec Hope pour qu'il ne l'assaille de question sur sa vie privée, encore plus au sujet de sa mère morte dans l'incendie qui lui avait coûté la vue pendant des années. Cependant, Andrew s'inquiète des sentiments qu'il peut avoir pour la jeune femme, c'est nouveau et ne sait définitivement pas quoi faire avec ces nouvelles sensations. Alors c'est presque naturellement qu'il évoque la relation que son père avait avec sa mère, Evy. Andrew aimerait parler d'elle plus souvent, mais le sujet reste quand même délicat, c'est comme rouvrir une plaie et c'est souvent bien trop violent à son goût. En y repensant, c'est vrai qu'à son âge son père avait déjà deux de ses enfants, Andy arrivant l'année d'après. « Il n'y avait pas d'autres femmes, juste maman ? Ça m'aide pas tu sais, il y a jamais eu d'autre femme avant elle tout court. Les autres ça comptait pas. Je suis sûre que Say les payait pour qu'elles s'intéressent à moi. » Ses plus belles histoires d'amour, Andrew les trouvait dans les livres et les filles, les vraies celles composées de chair et d'os n'avaient pour ainsi dire rien en commun. « Tu sais... Je pensais pas sortir avec elle, c'est juste arrivé. Elle est pas comme les autres, je dis pas ça juste parce que je suis avec, elle a grain de folie. Déjà pour choisir un Pritchard homme ou femme, il faut avoir une sacré case en moins ! »

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Mer 29 Jan - 19:41

And all the lights that lead you here are blinding
feat Andrew & Niels
Le ton était bien plus léger et il fut encore plus rassuré de voir qu'ils s'autorisaient même à plaisanter. Alors qu'il avait cru que cela se finirait en claquements de porte et en emballages de valises - mais Niels avait un rapport au conflit plutôt exagéré parfois - la situation s'était, du moins en apparence, apaisée. Il fronce d'abord légèrement les sourcils lorsqu'il comprend qu'elle n'est pas une simple humaine puis esquisse un léger sourire en coin en apprenant qu'elle est une sorcière. Pour ne pas raviver l'engueulade, il se passe de commentaires, de toute manière il n'a pas vraiment envie de critiquer ça. C'était même presque plus rassurant que s'il avait trouvé une chasseuse, il était plutôt bien placé pour savoir que cela entraînait des dangers conséquents pour l'entourage, que l'on le veuille ou non. Alors une sorcière, qui plus est pas "dans les délires de puissances" selon les mots d'Andrew, c'est un compromis qu'il est définitivement prêt à accepter - en même temps, encore une fois, ça serait mal placé de se plaindre sur le fait qu'Andy ait une copine alors qu'il avait critiqué son intolérance à son sujet le soir même -. "J'imagine que ça va t'étonner de ton nazi-chasseur de père, mais ça me dérange pas." En soit Niels n'avait jamais été particulièrement haineux envers les divers sorciers, peut-être car ils étaient moins.. animaux que les autres créatures. Cela ne l'empêcha pas de tourner un peu la tête pour cacher son sourire, être subtilement comparé à un SS tout à l'heure ne l'avait pas traumatisé plus que ça. Il se passe la main sur la nuque alors que son cadet fait de nouveau part de ses questions. Honnêtement, il a du mal à trouver des réponses satisfaisantes, il n'est plus à démontrer que les discussions tout comme les relations ne sont pas exactement son point fort. "Avant, tu veux dire ? Avant ta mère il y en a eu mais c'était pas comparable. A vrai dire je me faisais larguer car je m'intéressais pas assez à elles, en général." Tout comme Andy, il n'avait jamais été le copain que toutes les filles voulaient garder, puis il avait changé d'attitude alors qu'il avait trouvé la personne bien pour lui - quelque chose comme ça -. Comme Say le faisait avec Andrew, le meilleur ami de Niels à l'époque essayait toujours de le caser avec les connaissances qu'il avait, mais il avait fini par perdre espoir et abandonner l'idée lorsque chacun tentative échouait lamentablement. D'ailleurs il ne put s'empêcher de faire le parallèle entre le ressenti de son fils et le sien, ça leur était tombé dessus sans qu'ils ne comprennent bien pourquoi. Il laissa échapper un petit rire à sa dernière remarque, il ne pouvait pas le contredire, tous les Pritchard étaient loin d'être des exemples d'un esprit sain et attentionné. "Je préfère me dire que c'est un signe de bon goût, bien meilleur pour l'égo !" Il croisa les bras contre son torse, repensant à ce qu'Andrew venait de dire. "De ce que tu m'en as dit elle a l'air très sympa. Tu vas me dire qui est cette mystérieuse et incroyable copine ou je vais devoir prendre mon mal en patience ?" En parler sans savoir son identité était en soi un peu frustrant, alors il voulait lever le voile sur le mystère. C'était en même temps la première fois qu'ils abordaient un sujet de ce type alors il lui avait laissé le choix, s'il préférait ne pas en parler Niels n'irait certainement pas fouiller de son côté pour savoir. Mais, il pouvait l'admettre, il avait envie de savoir qui était la jeune femme - visiblement atteinte d'une folie douce - qui avait jeté son dévolu sur son fils cadet.


- moriarten
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Mar 11 Fév - 17:13



And all the lights that lead you here are blinding
À la remarque de son père qui se qualifie lui même de chasseur néo nazi par rapport à ce qu'il avait dit plutôt dans la conversation, le fait doucement sourire. Il s'était sans aucun doute montré un peu extrême mais les mouvements de haine sont si vite créé qu'il ne pouvait qu'avoir peur de ce que cette purge aux vampires pouvaient bel et bien donner au final. Quoi qu'il en soit, cela ne semblait pas déranger le père Pritchard que son fils côtoie une sorcière et cela ne pouvait être que rassurant aux yeux du cadet. Il écoute d'une oreille attentive ce que son père lui dit concernant ses relations avant sa mère, que les autres filles n'étaient tout simplement pas comparable, et que bien souvent il se faisait lâcher pour le peu d'intérêt qu'il leur portait. « Dans le fond, on est pas si différent tous les deux. » C'est vrai, Andrew ne s'était jamais senti particulièrement proche de son père, il s'estimait différent de lui, plus porté sur l'intellectuel que sur les muscles. Il n'était certainement pas le fils rêvait non plus, un peu trop rêveur et intenable. Finalement, leur vie sentimentale semble plus proche de ce qu'on ne peut imaginer.
Signe de bon goût ? Non, Andy continue de se dire qu'il faut être fou pour choisir de façon délibérée un Pritchard. Leurs normes n'étaient pas spécialement celles des autres et leur blocage sentimental refusait de s'estomper avec le temps. Sauf si vous aimez les discussions gênantes et les délires bizarres et les moments de blancs, les Pritchrd sont pour vous ! Andy reste silencieux alors que toutes ces pensées lui passent par la tête et lorsque son père vient à lui demander qui est cette jeune femme qui fait chavirer le cœur de son dernier fils, Andrew frotte ses mains contre son jean, laisse planer quelques secondes de silence avant de se racler la gorge et de finalement cracher le morceau. « J'avais pas prévu d'en parler, je comptais même pas te le dire aujourd'hui, ni même dans la semaine. J'aurais préféré te dire ça dans d'autres circonstances et pas uniquement pour répondre au fait que tu ais toi-même quelqu'un. Mais bon, comme je pense être aller trop loin pour me rétracter... Elle s'appelle Hope, son père est un chasseur fanatique, sa mère est morte dans un incendie, elle avait huit ans. » Il s'arrête là, laissant le temps à son père de digérer les informations et même de réagir s'il le fallait. « Tu la connais, elle était amie avec Lis quand elles étaient gamines. J'ai repris contact avec elle parce qu'elle bosse à la librairie et va savoir pourquoi je me suis porté volontaire pour lui faire rattraper son enfance gâcher par son père et son handicape. Oui parce que l'incendie l'a rendu aveugle, le même incendie qui a tué sa mère. Et un jour, je l'ai ramené à la maison parce que... beh le sol de la réserve de la libraire est pas confortable. Pour ça qu'il y avait du chinois dans le frigo la dernière fois, parce que du coup elle a mangé à la maison. Bref, on a regardé un film on a joué au Twister et j'ai fait mon super chocolat chaud. Bref ça du être aphrodisiaque ou je sais pas quoi. Puis elle a dormi à la maison aussi. De toute façon tu n'étais pas là. » Son récit est confus, n'a pas d’ordre chronologique et pour sûr Andy parle trop vite, enfin... Du Andrew Pritchard tout craché.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Mar 18 Fév - 23:19

And all the lights that lead you here are blinding
feat Andrew & Niels
Eventuellement, si Niels avait ouvert les yeux plus tôt et s'était rappelé qu'il n'avait pas un mais bien deux fils, ils auraient pu réaliser plus tôt qu'il n'y avait pas tant de différence que ça entre leur parcours sentimental et leurs caractères en général. En tout cas, du caractère du Niels de l'époque, blindé de rêves de justice, qui aurait sûrement voulu défendre la cause des vampires si leur existence avait été révélée 20 ans plus tôt et avant qu'ils attaquent Evy, forcément. Le temps - et le destin ou quelque chose de ce genre - avait cependant fait des ravages et il avait préféré projeter son reflet bien abimé sur son aîné, qui s'était prêté au jeu de la chasse et de l'extrêmisme avec une aisance déconcertante. Il devait l'admettre, Sayanel était une sorte de version plus jeune de la personne qu'il était désormais, tandis qu'Andy était plutôt une de celui qu'il avait été avant que tout ne foire. Dans l'absolu, le chasseur aurait préféré être un modèle plus stable, faire réellement office de figure paternelle pour ses enfants mais la réalité en était tout autrement, à ses yeux en tout cas. Il acquiesca machinalement à la remarque d'Andrew, si ce n'était pas forcément d'une évidence absolue, il avait raison, ils n'étaient pas si différents. Dommage qu'ils aient eu besoin de s'envoyer quelques horreurs à la tête avant de s'en rendre compte. Niels secoua imperceptiblement la tête, ce qui était fait était bel et bien fait et ressasser était inutile, alors il refoula l'idée dans un coin de son esprit. Puisque le sujet semblait apaiser les tensions, le Pritchard avait jugé bon de tenter de satisfaire sa curiosité, puis il devait avouer que voir son fils parler avec tant d'enthousiasme d'une fille était assez rare pour être remarquable. Forcément, sa révélation faisait écho à la sienne, alors les circonstances n'étaient probablement pas celles qu'il avait imaginé - si Andrew avait pensé une seconde à révéler l'existence de Hope à son père de toute manière - mais le fait était là, alors autant s'en accomoder. C'était pas un mal que les vérités aient éclaté de toute manière. Le prénom lui évoque d'ailleurs quelque chose, il met quelques secondes avant de remettre un visage dessus. Enfin, le visage d'une gamine d'une dizaine d'années à tout casser. "Je m'en souviens oui, ça fait des années que j'ai pas entendu parler d'elle quand j'y repense." Pour être honnête il l'avait un peu oubliée, il se souvenait qu'elle était inséparable de Beth pendant quelques temps et qu'elles avaient soudainement cessé de se voir, mais il n'avait pas cherché plus loin à l'époque. Le fait que son père soit chasseur expliquait probablement des choses. Il refait un signe de tête pour encourager Andy à continuer, ce qu'il fait sans attendre. Niels a vraiment besoin de toute sa concentration pour tout remettre dans l'ordre, il a vu des jeunes complètement ivres raconter au poste de police ce qu'ils avaient fait de leur soirée plus clairement que ça ! Ceci expliquant notamment la présence des restes dans le frigo, à vrai dire la présence de deux tasses dans l'évier l'avait sur le moment interpelé mais il n'avait clairement pas imaginé.. ça. Aphrodisiaque. Le Pritchard détourna légèrement la tête pour cacher un sourire en coin, il avait pas attendu tant de détails en fait. "Bon, avec tout ce que tu m'as dit, je suis obligé de l'apprécier je crois !" Puis dans son souvenir elle était une môme gentille, à moins que la crise d'ado ait fait des ravages... Mais non, Andy n'était pas du style à craquer pour la chieuse superficielle du coin. "Enfin si t'es bien avec elle c'est l'essentiel, peut-être que je vais me retrouver grand-père plus vite que prévu !" Il laissa échapper un rire franc, forcément il ne pensait pas ce qu'il venait de dire - et se sentirait très con s'il se retrouvait papy à 45 ans, clairement - mais l'occasion de mettre un peu à mal Andrew était trop tentante. "Quand tu auras envie de me la présenter, n'hésite pas. J'ai hâte de voir qui se cache derrière Hope, la fille qui a sorti mon fils de ses bouquins." Un sourire en coin planant sur ses lèvres, le shérif se décolla du plan de travail sur lequel il était appuyé et ouvrit le frigo - récemment délesté de quelques bouteilles - pour en sortir un soda tout con, le genre de choses qu'il ne buvait qu'avec du whisky auparavant en fait. Mais s'il fallait bouleverser les habitudes, autant commencer maintenant !


- moriarten
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   Sam 22 Fév - 20:36



And all the lights that lead you here are blinding
Devenir grand-père ? La simple évocation de se fait refroidi tout de suite Andy, un enfant ce n'était vraiment pas pour Hope et lui, pas pour le moment. Il était déjà lui même trop enfant dans sa tête pour pouvoir imaginer devoir en élever un et même si son père avait lâcher un rire dans la cuisine, Andrew ne prit pas le temps de l'écouter, bien trop occuper à penser l'état de sa vie s'il venait à avoir un mini lui. Les idées se bousculent, s’entremêlent sans qu'il ne puisse y faire quoi que ce soit jusqu'à ce que son père reprenne la parole lui expliquant que quand il en aurait envie il pourrait lui présenter Hope. « Ok, il faut surtout que je vois ça avec elle en faite. » Après tout, son père aurait très bien pu la rencontrer le soir où elle était restée chez eux, mais un concours de circonstance à fait qu'ils se sont loupés. Andy n'était pas vraiment mal à l'aise avec cette idée, Hope était destinée à passer plus de temps chez lui et par conséquent chez son père, il était normal qu'il veuille la rencontrer officiellement. « Puis tu sais, ce n'est pas parce que j'ai quelqu'un que je lis moins, elle est tout aussi mordue de livre que moi ! » Dit comme ça... ça ne rend pas justice à leur activité favorite. En y songeant un peu plus, Andy s'imaginait sur un rocking-chair en pleine lecture, Hope faisant de même. Ça sonne bizarre : vieux avant l'âge.
Son père avait fini par sortir un soda du frigo, Andy avait beau y penser, le soda n'était pas la boisson qu'il avait vu le plus souvent être bu par son père. Arrêter l'alcool est une chose, s'attaquer au soda des Pritchard, avec une diminution considérable en caféine afin de ne pas empêcher Andrew de dormir la nuit en est une autre. Frottant une énième fois ses mains de sur son jean, Andy descend du meuble sur lequel il s'était perché depuis plusieurs minutes déjà. « Bon, si ça te dérange pas je vais aller dans ma chambre maintenant. En tout cas, je suis content d'avoir pu discuter. » Assénant une tape amical sur l'épaule gauche de son père, Andrew tourne les talons et part en direction de sa chambre. « Bonne nuit p'pa ! »


FIN DU RP


FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: All the roads we have to walk are winding   

Revenir en haut Aller en bas
 
All the roads we have to walk are winding
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» All the roads we have to walk are winding
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» Walk like an Egyptian [qui veut]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: VERSION 1.0 :: SAISON TROIS :: rps-