AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Hot summer night and perfume of blood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Anonymous
Invité


Hot summer night and perfume of blood Empty
MessageSujet: Hot summer night and perfume of blood   Hot summer night and perfume of blood EmptyLun 12 Aoû - 23:18

... ... ...
Candice & Scarlett




∞ Hot summer night and perfume of blood
Fait chier. Je vais être à la ramasse. J'allais devoir m'arrêter à une station service mais j'avais pas vraiment le temps pour m'arrêter et perdre du temps à faire le plein. Mais bon, valait mieux que je perde cinq minutes et repartir de plus belle avant de tomber en rade sur les grandes routes.
Ouvrant les quatre vitres afin de laisser l'air circuler, j'arrêtais la musique qui commençait à faire palpiter ma tête. Tenant le volant fermement, j'attendais d’apercevoir les lumières d'une station service au loin. Ça faisait je ne sais plus combien de temps que je roulais et pourtant je ne me sentais pas fatigué. Je me trouvais dans l'Ohio, à Columbus plus précisément où je m'étais occupé d'une meute de loups affamés, mon t shirt taché de sang traînait encore à l'arrière d'ailleurs. J'étais descend du prenant la route vers Lancaster et Logan avant avant de traverser la frontière pour la Virginie Occidentale ! Plusieurs heures à carburer au pepsi zéro et au sandwich au poulet sans s'arrêter, ne profitant que très peut du climat chaud et lourd des nuits. La vie de chasseuse n'était pas de tout repos, je vous laisse imaginer la vie d'une chasseuse quand celle ci appartient à la famille Carter. Chercher, trouver, tuer, massacrer et cacher. C'était là les règles principal, du moins les miennes. Les autres avaient, un code je sais plus trop quoi, pour vous dire à quel point je m'en balance. Non, pour moi si je croise un vampire aussi innocent paraît il, il est à tuer. Je vais passer pour un monstre mais, je me souviens quand mon père a épargner cette jeune vampire centenaire, qui n'en paraissait pas plus de 11 ans. Il l'a épargné, je pense qu'il a craqué pour sa figure de gamine, mais si ça ne tenait qu'à moi j'aurais enfoncer un pieu dans son cœur. Et si je choc certains, voyez le comme un dernier cadeau : la libération. Même si pour moi, ce n'est pas question de liberté mais bien d'intérêt. La mort de chaque vampires, tous sans exception.
Clignant des yeux, j'aperçus au loin les néons d'une boutique et de ces stations services. Ralentissant je me mis sur le côté pour mettre mon 4x4 noir dans l'axe des pompes à essence avant de descendre. Le climat était lourd, et supportable. Un jean noir et un simple t shirt, un peut trop serré sans doute, mais je m'en fichais, je préférais ça à celui tâché de sang.
Il n'y avait pas grand monde, même personne. J'entendais vaguement les voitures roulaient sur l'autoroute un peut plus loin et les lumières des phares passer à toute vitesse. Depuis la découverte du surnaturelle, je suppose que les gens sortent moins le soir. Mais moi je n'ai pas vraiment peur, je suis une chasseuse, je possède à mon doigts une chevalière de résurrection, mon poignard de combat dans une de mes rangers et le coffre de mon véhicule est remplit de pieux, de balles en argents ou de bois, de balles normales trempé dans de la verveine, de l'aconit, des sachets d'herbes, des bombes... Un véritable attirail. En prenant le pistolet pour faire le plein de mon 4x4, je regardais autour de moi. La lumière de l'entête de la boutique clignotait, de manière défectueuse, il n'y avait pas grand monde voir personne à l'intérieur.
Terminant de faire le plein, je m'appuya contre la portière. J'avais déjà perdu quelques minutes, un peut plus ne seraient pas non plus fatales. Et puis j'avais plus de chewing gum à la menthe. Je dirigeant vers la boutique, je poussa la porte en faisant tinter la sonnerie. Je me dirigea au frigos, où j’attrapai un pack de bières et plusieurs paquets de chewing gum à la chlorofil. Me dirigeant à la caisse, je déposa le tout, attendant que quelqu'un arrive. Personne. Je tapota sur la sonnette, prévenant ma présence et en élevant ma voix. Toujours personne. Là je perdais vraiment mon temps. Je m'éleva sur le comptoir, essayant de voir à travers la porte entrouverte réservé au personnel, ne voyant rien, je décidai de me faufiler derrière le comptoir. Poussant la porte réservé au personnel, je baissa les yeux, regardant ce qui se trouvait sous mes yeux sans rien dire, j'étais suffisamment habitué au taches de sang qui s'éparpillaient et aux membres sans contrôles. Me pencha sur le corps, portant mes doigts à sa gorge. Son corps avait perdu sa chaleur même si il n'était pas totalement froid. Mais ça n''allait pas tarder. Il était morts, des traces de crocs dans le cou. Je sortis lentement mon poignard de ma chaussure en me relevant sans bruit, regardant autour de moi avant de sortir de l'arrière de la boutique. Je n'allais pas faire long feu avec un ridicule poignard. Sautant par dessus le comptoir je me dirigea vers la sortit, posant ma main sur la poignée en tirant la porte. J'émis alors un rire amusé : la porte était fermé.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


Hot summer night and perfume of blood Empty
MessageSujet: Re: Hot summer night and perfume of blood   Hot summer night and perfume of blood EmptyMar 13 Aoû - 16:26


hot summer night and perfume of blood
ft. scarlett m. carter, station service

Direction Mystic Falls. Il fait nuit, et je veux d'abord m'assurer que la ville est, disons.. tranquille. Si je me rends là-bas, c'est avant tout pour retrouver mon cher Stefan Salvatore. Après notre petite dispute, et à cause de ma jalousie plus que poussée, je ne lui ai pas parlé pendant plusieurs mois, et je m'en veux terriblement. Au fond de moi, je ne peux m'empêcher d'avoir certains sentiments pour lui, même si je ne souhaite pas les avouer. Je déteste la sensation que provoquent les sentiments. Ils vous obligent à faire des choses débiles, ils vous mettent souvent dans le plus beau des pétrins.. Tant de choses détestables avec une simple sensation. Pourtant, on ne peut rien contre eux. Bref, je devrais pas m'étaler sur ce sujet là. Je passe une vitesse, puis me rends compte que l'essence de ma voiture est bientôt à zéro. Génial, il manquait plus que ça. Enfin, en même temps, cela fait déjà plus de cinq heures que je roule sans avoir fais le plein. C'était inévitable, car je n'ai quand même pas un réservoir aussi gros que ma voiture - qui, au passage, n'est pas énorme non plus. Je vois un panneau sur le bord de la route, qui indique une aire de repos munie d'une station essence. Parfait. Et en pleine nuit, peu de risques qu'il y'ait du monde, comme ça je serais tranquille.

Clignotant à droite, puis je me dirige vers la station essence. Le moteur commence à ralentir, jusqu'à ce que je m'arrête devant la pompe à essence. Une fois le réservoir plein, je repars.. puis je fais demi-tour. J'ai oublié de payer. Je me gare derrière la station, dans un coin très sombre, où personne ne verra ma splendide voiture - qui n'est autre qu'un vieux cargo qui va pas tarder à cracher tous ses boulons. Je me dirige d'un pas assuré vers la boutique, car en pleine nuit, la cabine n'est pas ouverte, puis je pousse la porte. Le mec me dévisage, un sourire pervers accroché à la tronche. Super. A une heure aussi tardive, un vieux vicieux me reluque bizarrement. Je sors quelques billets, et le gars semble immédiatement intéressé. Il regarde dehors - surement pour chercher ma voiture - et semble dubitatif. Puis, il me regarde de haut en bas et son air pervers s'intensifie. Oula, il y'a malentendu là. Comme il voit pas ma voiture, et que je suis une jeune blonde en plein milieu de la nuit, avec de l'argent, il s'imagine des trucs bizarres. Je soupire, puis il s'approche de moi à toute vitesse pour plaquer ses mains un peu n'importe où sur mon corps. Réflexe, je lui mets une baffe. Sauf que dans la folie de l'instant, j'ai oublié ma force, et il valdingue contre le mur. Du sang coule de sa tempe. Ma respiration et mon pouls s'accélèrent, je me sens mal. Très mal. Cela fait au moins un siècle que je n'ai pas touché au sang humain, et c'est pas le moment de replonger. Jamais je n'ai été confrontée à une situation pareille. Jamais. Le sang coule de plus en plus. Il sent bon.. « Non Candice, retiens toi et respire.. » Mes jambes semblent prendre le contrôle, et avancent toutes seules vers l'homme. Puis, mes genoux se plient sans que je ne le souhaite réellement. Un regard inquiet, et je plante mes crocs dans la jugulaire de l'inconnu. Le sang coule dans ma gorge, me faisant oublier mes appréhensions et mes craintes. L'élixir est tellement bon que je ne peux me résoudre à arrêter. Puis, un bruit m'oblige à me relever, d'un bond. Une portière. Des pas semblent s'approcher, quelqu'un arrive.  « Non non non non, merde..  » Affolée par ce que je viens de faire, je cherche les clefs de la boutique à peu près partout. Puis, je les vois pendues au mur derrière le comptoir. Ouf. Je m'en empare, mais la porte s'ouvre. Trop-tard. Je me cache rapidement dans un coin sombre de la pièce, puis je vois la jeune femme se diriger vers l'arrière de la boutique. Sans réfléchir, je ferme la porte à clef. La pire des choses à faire. J'aurais simplement dû m'enfuir, au lieu de m'enfermer avec quelqu'un. Quelle cruche ! Voyant la porte arrière se rouvrir, je ne peux m'enfuir, je n'a plus le temps. Je retourne me cacher, et vois la jeune femme essayer d'ouvrir la porte. Elle rit. Mauvais signe, car cela veut dire qu'elle n'a pas si peur que ça. Elle est armée. Je serre des dents, puis je fais quelques pas, en me raclant la gorge. Je me poste derrière elle, prête à éviter une quelconque attaque.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


Hot summer night and perfume of blood Empty
MessageSujet: Re: Hot summer night and perfume of blood   Hot summer night and perfume of blood EmptyVen 16 Aoû - 0:29

... ... ...
Candice & Scarlett




∞ Hot summer night and perfume of blood
Ça pouvait paraître intelligent au début, actuellement c'était très drôle, et dans... trois, deux un... Maintenant c'était stupide de la part du vampire présent sur les lui. Ceux qui avaient conservé un minimum de leur matière grise se débarrassent des preuves, surtout maintenant que les vampires sont découvert aux yeux de tous. Ils allaient avoir de sérieux problèmes, si les humains se levaient contre eux ils seraient fortement désavantagés : le bruit concernant l'effet de la verveine, des invitations avanceraient comme une traînée de poudre. Sans compter si certaines sorcières s'y mettaient, là c'est la guerre mondiale de 2015.
Entendant des pas, je reste d'abord dos à la personne avant de me retourner, menton bien haut pour montrer que je n'avais pas peur, sans aucun expression terrorisé qu'on les humains devant un vampire. Surtout quand ce dernier a la bouche et le cou dégoulinant de sang. Moi je penche légèrement la tête.
-Il t'en restes un peut.
Jolie euphémisme, tout son menton était écarlate, les prunelles étaient encore un peut sombres même si les veines ressortant quand un vampire ressent le sang avaient disparues.
-Alors, tu comptes me donner ces clés et me laisser sortir ? Oh attends.
Je me dirige normalement vers la caisse en attrapant ce que j'avais pioché plus tôt. Retournant vers la sortie.
-C'est bon y vas pas me demander de payer de toute manière. Tu me laisses partir ? J'ai encore de la route à faire.
Je la dévisage quelques instants avant d’émettre un petit rire.
-D'accord c'était pas drôle. Je reprend un air sérieux. Tu comptes me vider une artère aussi ? Ou alors je peut te taillader. La verveine qu'il a ingurgité vas sûrement bientôt faire effet sur toi et je pourrais faire joujou avec toi.
Bluff, total. Mais je n'avais pas d'autres options, je ne pouvais pas la comprendre avec un simple poignard de combat. Apparemment elle semble surprise, peut être. Il n'en fallait pas plus. D'un geste rapide je jette les packs de bière par la porte afin de briser le verre et donner un violent coup de pied pour dégager l'issue. Simple poussée d'adrénaline comme j'ai tellement l'habitude d'en avoir. Je fonce vers ma voiture, étonné que cette vampire ne retombe pas sur moi. Au pire je ressusciterais, je porte toujours ma chevalière protectrice. Arrivant au niveau de mon 4x4 j'ouvre le coffre en vitesse pour y jeter mon poignard et attraper un pieu en bois ainsi qu'un pistolet chargé de balles trempés dans la verveine, j'espérais qu'elles étaient toujours aussi efficace. Me retournant, serrant la mâchoire je retourna vers la boutique, brisant certains morceau de verre sur mon passage. L'alarme sonnait, peut être que l’ouïe de la créature serait déstabilisé, j'avais un avantage qui sait. Pointant mon arme à balle lentement en cherchant cette masse de cheveux blonds, je tenais fermement dans mon autre main le pieu aiguisé. Elle avait peut être compris qu'elle n'avait pas affaire à une humaine lambda mais à une chasseuse.
-Toc toc... commençais je.
Je patientais quelques instants, toujours sur mes arrières en restant attentive au moindre mouvement, guettant ma proie.
-Qui est là ? Continuais je.
Je marchais en regardant chaque rayons, attendant de la voir accroupie pour me sauter à la jugulaire, prête à lui tirer une balle dans le crâne.
-Jeanne... Répondis je.
Personne. Patiente, je restais attentive et prête à tirer sur la gâchette où à donner un violent coup avec mon bras gauche pour lui enfoncer le morceau de bois.
-Jeanne comment ? Interrogeais je à voix haute.
Je sentais les moindre palpitations de mon cœur, elle devait les entendre aussi. Elle avait encore l'âge de jouer à cache cache ?
-Jeanne ai marre de ces putains de vampires. Sortis je brutalement, la voix pleine de haine. Au moins ça c'était fait.
Entendant un bruit, je me tourna rapidement en tirant une balle au fond du magasin, ne sachant pas vraiment si j'avais touché ma cible ou non.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


Hot summer night and perfume of blood Empty
MessageSujet: Re: Hot summer night and perfume of blood   Hot summer night and perfume of blood EmptySam 17 Aoû - 14:26


hot summer night and perfume of blood
ft. scarlett m. carter, station service

Je me trouve juste devant la jeune femme. Je la regarde, d'un air coupable. Je m'en veux d'avoir fait une telle chose. Je sens que mon régime végétarien devient de plus en plus inutile, et impossible à suivre. Depuis des siècles, je n'ai fais que ça ; boire le sang des animaux. Et cela se ressent fortement. Je suis moins forte que la moyenne des vampires. Mentalement et physiquement. Et puis, j'ai constamment soif. Tout le temps. Comme si mon corps me disait d'arrêter de me battre, de céder à la tentation. Et c'est ce que je viens de faire. Pourtant, je trouve ça bon. C'est bizarre, mais je n'arrive pas à l'expliquer. Mon interlocutrice me regarde, et me pose des tonnes de questions. Elle veut partir. Et moi, je reste là sans réagir, sans rien faire. Je suis encore sous le choc par rapport à ce que je viens de faire. Je passe un doigt sur mes lèvres, pour enlever le sang qui s'y trouve. Puis, elle balance un pack de bière dans la fenêtre, et s'enfuit par le trou venant de se former. Elle court à sa voiture, et moi je ne réagis pas.

Elle finit par revenir, armes en main. Une chasseuse. Merde. Je soupire, et je m'affole, en reprenant mes esprits. Bon, j'ai sept-cent ans, je devrais m'en sortir assez facilement. Pourtant, quelque chose me dit qu'il vaudrait mieux que j'arrête de tuer ce soir. Ce que je viens de faire est ignoble, et je n'arrive pas à y croire. Alors, je file dans la réserve. J'essaie de trouver une issue de secours, mais il y'a rien. Puis, je sens mes organes brûler, comme si un feu venait de s'emparer de mon corps. Je regarde mon bras droit, et vois une balle. Elle vient de me tirer dessus, et il doit y avoir de la verveine. J'étouffe un cri, et je l'extirpe avec force. Ma peau me brûle. Je regarde droit devant moi, furieuse. Je pousse la porte du bout de mon talon, et elle s'envole à l'autre bout de la pièce, passant complètement à côté de la chasseuse. Dommage. « Ça fait mal. » dis-je d'un ton sarcastique. Puis, je me contrôle. Je secoue la tête, et je regarde le mec que je viens de tuer. Il faut que je joue franc-jeu si je veux pas crever ce soir. Vraiment. « Bon, écoute. C'est pas ce que je voulais faire. Ce mec a essayé de me...  » Je secoue la tête encore une fois, l'air dégoûtée. « Et, j'ai voulu me débattre. Il a percuté le mur, et son sang.. il sentait tellement bon.. je..  » Une larme coule le long de ma joue. Je suis instable, vraiment. Je soupire, et je balance un coup de pied dans le comptoir. La taule se fissure. Je tombe contre le sol, puis plaque mes mains contre mon visage. Qu'elle me tue, je suis un monstre..
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


Hot summer night and perfume of blood Empty
MessageSujet: Re: Hot summer night and perfume of blood   Hot summer night and perfume of blood EmptyMar 20 Aoû - 19:48

Scarlett M. Carter a écrit:
... ... ...
Candice & Scarlett




∞ Hot summer night and perfume of blood
Je n'ai pas vraiment le temps de bouger ou de réfléchir que la porte de l'arrière boutique, d'où j'ai tiré ma balle, se fracasse près de moi contre les congélateurs en les brisant. Je suppose que j'ai touché ma cible. Elle finit par apparaître sur l’encadrement de la porte, près du cadavre du commerçant.
Elle voulais être sarcastique ? Très bien, ça allait être drôle. Je rigolais à mon tour après sa phrase en la regardant de haut en bas. Son bras était en effet ensanglanté et quelques gouttes coulaient le long de ses doigts, s'abattant au sol dans un rythme qui n'était jamais le même. Je lui souris le plus innocemment possible.
-Vraiment ? Ravi de savoir que je t'ai fais mal. Mais à te voir... Je n'ai pas l'air de t'avoir fais trop mal.
 « Bon, écoute. C'est pas ce que je voulais faire. Ce mec a essayé de me...  »
J'haussais un sourcil, il a essayé de quoi ? Non tout de même pas de... Cette simple idée me fit frémir de dégoût... Si il aurait sut qu'il essayé de draguer cette femme dans le but de finir la nuit avec elle comme une vulgaire prostitué, c'était complètement ignoble... C'était un cadavre ambulant quoi.
« Et, j'ai voulu me débattre. Il a percuté le mur, et son sang.. il sentait tellement bon.. je..  »
Bah oui, pourquoi résister quand ton plat apparaît sur un plateau d'argent ? Surtout chez les vampires, ils étaient connus pour leur soif étanche de sang, elle n'allait pas se priver de sang humain, surtout si elle se dit que cette personne était mauvaise, ça l'arranger bien.
Je laissais tomber mon sourire avant de relever une nouvelle fois mon arme vers elle. Serai ce une larme qui coule, là sur sa joue ? Elle semble pensive et finit par donner un violet coup dans le comptoir qui tremble. Mais quel actrice, franchement, elle frôle l'oscar selon moi dans le rôle de la méchante qui se fait passer pour la victime.
-N'essaie pas de me tirer une larme veux tu, j'ai l'habitude de voir des semblables comme les tiens qui se prétende pacifistes, ne faisant aucun mal aux humains. Et en principe ces derniers sont souvent les plus sanguinaires qui ont le plus de mal à se maîtriser, sautant à la gorge du premier humain qui leur frôle l'épaule.
Je visais la tête, elle ne bougeais pas. Je descendit vers son cœur, elle ne frémit même pas. Serrant la mâchoire, je la dévisageais, attendant un signe qui la fasse réagir, l'obligeant à se débattre. Toujours rien. Parfait. A quoi bon se battre quand votre cible se rend.
-Dit toi que de cette manière tu n'auras plus à souffrir ma belle.
J’appuie alors sur la gâchette, la regardant avec une expression supérieur. J'appuis une seconde fois. Mon arme est vide. Je soupire et lève les yeux au ciel.
-Tu permet quelques secondes.
J'enfouis ma main dans la poche de mon jean et attrape une munition de balles elles aussi plongés dans de la verveine. Étrangement, depuis que le surnaturel est révélé, nous chasseurs semblons avoir plus de liberté dans notre domaine. On pouvait ainsi faire faire des balles empoisonné qui arrivaient directement chez vous dans des munitions. Je me débarrasse de la recharge maintenant avant d'enfoncer la nouvelle cartouche, repointant le pistolet sur la jeune vampire sans la moindre hésitation, sans remord. Elle était déjà morte une fois, c'était certains, elle avait dut se faire briser la nuque plusieurs fois au cours de sa résurrection, une fois de plus ou de moins pour elle ça ne serait rien...
-Oh, et tu sais. Entre une pute et un vampire, je ne vois pas vraiment de différence. Tu suces toujours et tu reste un déchet, une pourriture.
Je tire sur la gâchette, cette fois le bruit fend l'air comme une lame pouvait fendre la chair. Mais je me rend compte que je n'ai pas touché ma cible, elle a eu le temps d'esquiver à vitesse vampirique.
Je me retourne en piquant un fard.
-Ne me dis pas que je t'ai vexé allons. Pourquoi tu t’obstines à résister, tu n'a pas vraiment l'air du genre à aimer égorger les innocents mais c'est dans ta nature ! Pourquoi tu ne donne spas un coup de pouce au monde en mettant fin à tes jours hein ? En tout cas je me ferais une joie de t'aider, je sais que je ne suis pas vraiment douce mais si tu me le demandes, je peux peut être essayer d'être moins féroce avec toi.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


Hot summer night and perfume of blood Empty
MessageSujet: Re: Hot summer night and perfume of blood   Hot summer night and perfume of blood EmptyVen 23 Aoû - 15:22


hot summer night and perfume of blood
ft. scarlett m. carter, station service

Je me tiens contre le sol, quelques larmes coulant sur mes joues. Je hais ce que je viens de faire, mais apparemment, mon interlocutrice n'en a rien à faire. Le pire dans tout ça, c'est qu'elle a l'air de me provoquer. Elle essaie de me pousser à bout, et veut simplement me tuer. Elle est juste bornée. Après tout, je suis un vampire, et je ne peux pas aller contre ma volonté. C'est comme si on te donne une bombe et tu la laisses amorcée car tu as peur de la toucher. Là c'est pareil, mais avec du sang. A partir d'aujourd'hui, je vis comme je le sens et comme je le veux, point barre. Elle ne veut qu'une chose, me tirer une balle dans la tête pour en finir au plus vite. Eh ben elle peut rêver la cocotte. Jamais elle ne m'aura, j'ai sept siècles de plus qu'elle, et je compte bien les mettre à profit. Je suis tout à fait calme, jusqu'au moment où elle me traite ni plus ni moins de pute. Un mot cru, et qui fait son effet. Un effet qu'elle va rapidement regretter, la garce. Elle tire, mais j'arrive à m'extirper rapidement. La balle frôle mon bras de quelques centimètres. Mes yeux s'injectent de sang, et je commence à montrer mes dents.

« Je t'ai donné une chance de me croire. Ce que je disais est vrai ; je suis un régime végétarien. Je ne bois qu le sang d'animal. » Je ne lui laisse pas le temps de continuer, et je lui lance un regard plein de haine. « Mais ta réaction débile me donne envie de changer mes habitudes. » Je me dirige à une vitesse éclair près d'une étagère contenant des produits de toute sorte, et la renverse. Elle tombe non loin de la chasseuse, ce qui me laisse le temps de sortir de la pièce pour partir dans un coin un peu plus.. sombre. « Si tu pensais m'avoir, tu rêves !  » me met-je à crier bien fort pour qu'elle puisse l'entendre. Je reste dehors, adossée à un mur non loin de sa voiture. Si elle veut me tuer, il lui faudra faire preuve de plus d'intelligence.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité


Hot summer night and perfume of blood Empty
MessageSujet: Re: Hot summer night and perfume of blood   Hot summer night and perfume of blood EmptyMar 27 Aoû - 15:42

... ... ...
Candice & Scarlett




∞ Hot summer night and perfume of blood
Elle était sérieuse elle ? Elle dit très clairement que je peux l'achever elle me fait faux bond au moment où je tire ? En plus d'être un vampire elle est aussi lunatique... Pauvre fille.
Lentement je me retourne, la tête toujours haute et le visage sans expression, elle en revanche ses yeux étaient de nouveau redevenus aussi noir que la nuit, ses veines ainsi que ses dents ressortaient. Quel horreur... Comme la nature et les sorcières pouvaient se permettre de laisser ce genre d'horreur marcher en ville ? D'autant plus qu'avec la découvertes du surnaturel, elles auraient plus de faciliter à mener une guerre contre eux.
« Je t'ai donné une chance de me croire. Ce que je disais est vrai ; je suis un régime végétarien. Je ne bois qu le sang d'animal. »
Je m’apprête à répliquer avant qu'elle n'ouvre de nouveau sa grande gueule.
« Mais ta réaction débile me donne envie de changer mes habitudes. »
Je lui rigole au nez et à la barbe en détournant le regard dans un long soupir.
-Mais je te crois ma jolie ! Je connais assez bien ton espèce pour savoir que certains sont aussi simple à tuer comme l'on peut écraser une fleur. Mais qu'importe, qu'est ce que j'en à faire que tu te la joues Pote à Bambi ? 
Je fais un pas en avant pour lui montrer qu'elle ne me fait pas peur.
-Tu restes une pourriture qui mérites de crever avec un morceau de bois dans ton cœur de cadavre bien conservé.
Elle ne rajoute rien et avec l'habituel vitesse des vampires, elle se dirige non loin de moi pour renverser une étagère contenant toute sortes de produits. Je dévisage le dégât en haussant un sourcil avant de comprendre que c'est une pure diversion pour m'empêcher de la suivre. Je pousse un léger grognement en réalisant que je me suis laissé avoir, certes dans un piège médiocre mais que je me suis faites avoir.
Je vérifie dans l'arrière boutique, aucune traces d'elle. Elle doit se trouver dehors. Hors de question que je pointe mon nez aussi vite, c'est comme me jeter dans la gueule du loup.
Dehors se trouvait les bonbonnes de gaz, je n'aurais pas le temps de sortir, en attraper une, la remettre dans la boutique et embraser le lieu. Elle se rendra compte de la supercherie. C'était donc pour moi une chance qu'à l'arrière de la boutique se trouvait un stock de bonbonnes. En traînant l'une d'elles près de l'entrée, de sorte à ce que je puisse la voir depuis ma voiture, je continua mon plan...Je retourne derrière le comptoir qui avait pris un coup pour augmenter le son de l'alarme qui continue de retentir après que j'ai brisé le verre, j'ajoute également la musique qui se diffuse dans la boutique et dehors en ouvrant un robinet à fond qui se trouve dans la partie réservé au personnel. Elle avait beau être un vampire avec toutes ses particularité et une ouïe sur-développé, je pouvais utiliser cela à ma guise en déstabilisant ce qu'elle entend avec une multitude de son.
Me redirigeant dans la boutique, j’attrape plusieurs bouteille d'alcool que je vide un peut partout dans le magasin avant de sortir mon poignard de combat et me trancher volontairement la paume de la main, répandant du sang un peut partout en l’étalant rapidement aux quatre coins du magasins. Le sang du cadavre est froid, il sera beaucoup moins attirant à côté du sang chaud d'un corps encore vivant et à priori, elle ne se maîtrise pas. Déchirant un bout de mon t shirt pour le serrer dans ma main et pomper le sang qui afflue de ma plaie et retenir le sang, je me dirige à l'arrière où se situe une sortie de secours après avoir tirer dans les éclairage pour plonger le magasin dans le noir total. Le bruit, l'obscurité, le sang... Tout était bon pour déstabiliser ce vampire. Mais je n'avais pas finis. Dehors se trouvait les bonbonnes de gaz, je n'aurais pas le temps de sortir, en attraper une, la remettre dans la boutique et embraser le lieu. Elle se rendra compte de la supercherie. C'était donc pour moi une chance qu'à l'arrière de la boutique se trouvait un stock de bonbonnes. En traînant l'une d'elles près de l'entrée, de sorte à ce que je puisse la voir depuis ma voiture, je continua mon plan...Je retourne derrière le comptoir qui avait pris un coup pour augmenter le son de l'alarme qui continue de retentir après que j'ai brisé le verre, j'ajoute également la musique qui se diffuse dans la boutique et dehors en ouvrant un robinet à fond qui se trouve dans la partie réservé au personnel. Elle avait beau être un vampire avec toutes ses particularité et une ouïe sur-développé, je pouvais utiliser cela à ma guise en déstabilisant ce qu'elle entend avec une multitude de son.

M'adossant au mur, je ferme les yeux en coupant ma respiration, essayant de visualiser le trajet de cette blonde. Ses rythme seront avec un peut de chance saccadés entre vitesse normal et vampirique. Serrant les dents je finis par sortir dehors en courant le plus rapidement possible. Je fonce dans mon 4x4 et avant de rouler, je regarde rapidement autour de moi, aucun trace de la blonde. Je finis par viser la bonbonne qui n'avait pas vraiment l'air d'avoir bouger. En revanche l'alarme et la musique avait cessé, elle a dut les désactiver. Murmurant (car je savait qu'elle m'entendrait) avec un léger sourire, je posa mon doigt sur la gâchette.
-Bye bye ma jolie.
Et j'appuie, libérant une balle qui rentre directement en contact avec la bonbonne. Et fait exploser le magasin.

© .JENAA


HS: à toi de voir si Candice tombe dans le panneau mais se casse à temps où si elle ne tombe pas dans mon plan de chasseuse bad ass xD
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Hot summer night and perfume of blood Empty
MessageSujet: Re: Hot summer night and perfume of blood   Hot summer night and perfume of blood Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Hot summer night and perfume of blood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hot summer night and perfume of blood
» armée blood axe en construction
» Blood Bowl, New Ork Jets vs Kass'Krâns
» Black Lagoon Roberta's Blood Trail
» True blood.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost World :: ESPACE DETENTE :: archives du forum :: VERSION 1.0 :: SAISON DEUX :: rps-